Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258145283
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 444
Format : 140 x 225 mm

Nymphéas noirs

Date de parution : 15/06/2017
Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste. Elles possédaient pourtant un point commun, un secret en quelque sorte : toutes les trois rêvaient de fuir...
Tout n’est qu’illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au cœur de l’intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture,... Tout n’est qu’illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au cœur de l’intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux Nymphéas noirs. Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps. Un étonnant roman policier dont chaque personnage est une énigme.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258145283
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 444
Format : 140 x 225 mm
Presses de la cité

Ils en parlent

« Croisez Le Dahlia noir d'Ellroy et les Nymphéas de Monet, et vous obtenez, mi-littérature, mi-peinture, un polar à Giverny. »
Le Point

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PascalPaleHardi Posté le 14 Juillet 2020
    Les nymphéas noirs de Bussy débordent de couleurs. L’auteur nous invite dans l’univers de Monet et des impressionnistes et c’est avec délectation que j’ai déambulé dans les rues de Giverny avec Fannette, Stéphanie et la vieille sorcière. Et que dire de l’intrigue et de l’écriture? Du grand polard.
  • cassieden Posté le 11 Juillet 2020
    C'est tout d'abord le 1 er roman de Michel Bussi que j'ai lu... étant habituée aux auteurs américains, j'ai voulu tester un peu les nôtres... Que dire... tout d'abord, l'écriture, la narration sont très simples et très accessibles , très fluides et sont classés par chapitre, ce qui rend l'intrigue intéressante par son titre de chaque !! Celà m'a donné un eu aussi l'impression d'un genre "Manon des sources" à la façon Giverny.. très gentillet on va dire , d'époque... Bon passons à l'histoire sans spoiler pour les lecteurs. J'ai bien aimé les 3 protagonistes principales : la vieille dame, la Fillette de 11 ans et la jolie jeune femme, dont le drame les réuniront... On est tout de suite happé par le côté narrateur de la vieille dame qui s'adresse à nous dès les premières pages, en nous exposant le déroulé de chaque événement à venir , d'une manière très énigmatique, pour nous pousser à en savoir d'avantage... Sans dévoiler l'intrigue, il y aura évidemment une enquête à résoudre, 2 inspecteurs dont le 1 er m' a paru d'abord inexpérimenté ,un brin énervant à contredire son coéquipier, cherchant plus la bagatelle et le 2 ème, peu sûr de lui mais plus efficace,plus concentré et... C'est tout d'abord le 1 er roman de Michel Bussi que j'ai lu... étant habituée aux auteurs américains, j'ai voulu tester un peu les nôtres... Que dire... tout d'abord, l'écriture, la narration sont très simples et très accessibles , très fluides et sont classés par chapitre, ce qui rend l'intrigue intéressante par son titre de chaque !! Celà m'a donné un eu aussi l'impression d'un genre "Manon des sources" à la façon Giverny.. très gentillet on va dire , d'époque... Bon passons à l'histoire sans spoiler pour les lecteurs. J'ai bien aimé les 3 protagonistes principales : la vieille dame, la Fillette de 11 ans et la jolie jeune femme, dont le drame les réuniront... On est tout de suite happé par le côté narrateur de la vieille dame qui s'adresse à nous dès les premières pages, en nous exposant le déroulé de chaque événement à venir , d'une manière très énigmatique, pour nous pousser à en savoir d'avantage... Sans dévoiler l'intrigue, il y aura évidemment une enquête à résoudre, 2 inspecteurs dont le 1 er m' a paru d'abord inexpérimenté ,un brin énervant à contredire son coéquipier, cherchant plus la bagatelle et le 2 ème, peu sûr de lui mais plus efficace,plus concentré et investi dans l'enquête ... il faut aussi regarder sur internet tout les jolis tableaux, lieux , histoires citées dans le livre pour en apprécier, visualiser les contours et les fameux tableaux de Monet dont les nymphéas, la base principale... C'est un bon roman policier gentillet, avec un beau final par contre , j'ai apprécié, avec un regret sur la toute fin, il manquait un peu plus je reste sur ma faim. Ce livre nous pousse à vouloir en savoir plus en avançant dans l'intrigue mais reste toutefois assez classique, un petit côté fleur bleue et un peu trop invraisemblable concernant les personnages et leurs actions passées...
    Lire la suite
    En lire moins
  • rugi Posté le 3 Juillet 2020
    1er roman de Michel Bussi que je lis. J'ai trouvé le début un peu long et au fil des pages, le puzzle se met en place pour ne plus pouvoir lâcher le livre. Au final, un roman dont on se laisse facilement happer...
  • FilCatalan Posté le 26 Juin 2020
    Un thriller aussi noir que palpitant Du suspense jusqu’à la fin Recommandé Sorti aussi en BD splendide
  • joffreysinet Posté le 25 Juin 2020
    Un chef-d'œuvre !
Ne lâchez pas sa main
Michel Bussi vous emmenera loin. Actus, rencontres, exclusivités... Recevez chaque mois sa newsletter et prolongez avec lui le plaisir de lecture.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Pocket

    Avec Michel Bussi, Let's twist again !

    En une quinzaine d'années, Michel Bussi a réalisé l'exploit de faire de chaque parution de ses romans un événement pour une communauté de lecteurs fidèles. Son secret ? Un art consommé du "twist" final, des allers-retours entre sa chère Normandie et le reste du monde, et un travail approfondi sur la mémoire et ses résonances. Trois caractéristiques parfaitement illustrées dans J'ai dû rêver trop fort, qui paraît ces jours-ci chez Pocket.

    Lire l'article
  • News
    Presses de la Cité

    "Nymphéas noirs" remporte le prix du meilleur polar traduit au Japon

    Le lundi 15 Avril, le SR Club, organisme fondé en 1952 à Kyoto, a remis pour la seconde fois le prix de la traduction d’un polar à Michel Bussi pour Nymphéas noirs.

    Lire l'article