Lisez! icon: Search engine
Kurokawa
EAN : 9782368520574
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 128 x 182 mm

Red Eyes Sword - Akame ga Kill ! - tome 08

,

Frédéric MALET (Traducteur)
Collection : Red Eyes Sword - Akame ga Kill !
Date de parution : 11/02/2016
Tatsumi quitte son village natal pour la Cité impériale où il fait la rencontre d'un groupe d'assassins qui va changer sa vie à jamais: le Night Raid avec à sa tête la belle et mortelle Akame.
 
Akame et le Night Raid se sont introduits dans les locaux du culte, mais ils sont attendus par les gardes assassins d'élite, et les Jaegers se rapprochent à grands pas! L'affrontement entre Mine et Seryu sera apocalyptique !

 
EAN : 9782368520574
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 224
Format : 128 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MassLunar Posté le 29 Septembre 2021
    Après les multiples et géniaux combats du tome précédent qui ont vu chaque camp perdre l'un de ses membres, la confrontation du Night Raid face aux Jagers continue bien sûr dans ce volume. Le battle ne s'essouffle pas avec en plus la présentation d'un nouveau groupe d'ennemi : les quatre Rakshasa du Kokenji. Un nom barbare qui aurait pu désigner un groupe de pop-rock indien mais qui dans ce volume désigne surtout la garde rapprochée du ministre, rien que ça... Dépêchés dans la ville de Kyoroku, les Rakshasa ont pour ordre de protéger la nouvelle cible du Night Raid, à savoir un prêtre défroqué qui espionne la principale force religieuse de la ville pour le compte de l'Empire. Avec les jagers qui viennent compléter cette mission de garde-de-corps, le Night Raid aura fort à faire... ou pas. Puisque ce nouveau groupe de bad guy est pas franchement utilie, des mini-boss temporaires qui servent surtout à aiguiser les talents de certains personnages. L'apparition des Rakshasa (mais quel nom barbare) ne semble avoir pour but que d'étendre le scénario (ou plutôt les combats) entre deux grosses bastons entre le Night Raid et les Jagers. Ce sont des ennemis de passage guère nuancés qui ne... Après les multiples et géniaux combats du tome précédent qui ont vu chaque camp perdre l'un de ses membres, la confrontation du Night Raid face aux Jagers continue bien sûr dans ce volume. Le battle ne s'essouffle pas avec en plus la présentation d'un nouveau groupe d'ennemi : les quatre Rakshasa du Kokenji. Un nom barbare qui aurait pu désigner un groupe de pop-rock indien mais qui dans ce volume désigne surtout la garde rapprochée du ministre, rien que ça... Dépêchés dans la ville de Kyoroku, les Rakshasa ont pour ordre de protéger la nouvelle cible du Night Raid, à savoir un prêtre défroqué qui espionne la principale force religieuse de la ville pour le compte de l'Empire. Avec les jagers qui viennent compléter cette mission de garde-de-corps, le Night Raid aura fort à faire... ou pas. Puisque ce nouveau groupe de bad guy est pas franchement utilie, des mini-boss temporaires qui servent surtout à aiguiser les talents de certains personnages. L'apparition des Rakshasa (mais quel nom barbare) ne semble avoir pour but que d'étendre le scénario (ou plutôt les combats) entre deux grosses bastons entre le Night Raid et les Jagers. Ce sont des ennemis de passage guère nuancés qui ne bénéficient pas de la même mise en valeurs que les personnages principaux du battle. Malgré tout, si jusque-là, vous aimer la recette purement action de Red Eyes Sword ,vous ne serez pas perdu dans ce huitième opus qui voit le personnage de Lubbook ne pas faire trop de figuration. Pour une fois, ce dragueur-looser est au coeur du combat de quoi redonner un peu de prestige à ses talents... Mais le cœur de ce volume demeure une confrontation que nous attendions depuis un petit moment, depuis le moment où Red Eyes Sword a montré que les "gentils" pouvaient mourir, à savoir le duel Seryu Ubiquitus / Mine qui clôture la dernière partie de ce volume. Bien sûr, je ne vais pas spoiler l'issue de ce combat. Le style est épique avec une pointe de tragique. L'issue fatale de l'un des personnages ramène curieusement au non-sens de cette battle prouvant que nos adversaires ne sont pas forcément totalement bons ou totalement mauvais. Le combat est en tout cas haletant jusqu'à la dernière. Je suis peut-être un peu déçu des compétences de Seryu qui, suite aux manipulations du dr Stylish, est devenu une machine de guerre. Le côté missiles, explosif est un peu too much face à ces compétences du début mais toujours est -il que Seryu n'en reste pas moins un personnage qui respire la classe et la folie surtout dans ce volume où, avec son uniforme, nous avons l'impression de regarder un calque d'Esdeath. Mine n'est pas en reste et, animée par son désir de vengeance, lutte bravement grâce à ses compétences de tir face à ce Goliath accompagné de son cerbère. Le combat est tendu jusqu'à la dernière seconde. En parlant d'Esdeath, cette dernière interviendra à son tour dans la bataille. Après avoir été mis de côté pour des raisons scénaristiques, la générale risque de faire couler un peu de sang et de larmes dans le volume 9. Même si ce volume rallonge inutilement la bataille avec l'apparition d'un groupe d'ennemis stylé mais purement accessoires, il se clôture avec un nouveau combat haletant qui scelle la destinée de l'un d'un personnages les plus marquants de la série.
    Lire la suite
    En lire moins
Kurokawa, la newsletter qui a du punch !
Toute l'actualité 100% manga de vos collections et séries préférées.