RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un beau jour de printemps

            Belfond
            EAN : 9782714445377
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 456
            Format : 140 x 225 mm
            Un beau jour de printemps

            Françoise ROSE (Traducteur)
            Date de parution : 01/04/2010

            Un premier roman magistral au style lancinant, hypnotique, qui restitue de manière crue et réaliste la terreur ordinaire dans la Chine post-maoïste, par un des nouveaux talents de la scène littéraire internationale.

            À l'aube du 19 mars 1979, la petite ville de Rivière-Fangeuse est en ébullition : après dix ans de prison, Gu Shan, une ancienne garde rouge, va être exécutée. Son crime ? Avoir douté du parti. Et la mort n'est pas le pire de ce qu'elle va devoir subir.

            Cet...

            À l'aube du 19 mars 1979, la petite ville de Rivière-Fangeuse est en ébullition : après dix ans de prison, Gu Shan, une ancienne garde rouge, va être exécutée. Son crime ? Avoir douté du parti. Et la mort n'est pas le pire de ce qu'elle va devoir subir.

            Cet événement va avoir des répercussions sur ses concitoyens : le professeur Gu, son père, un intellectuel qui se réfugie dans le passé pour échapper à un monde qu'il ne comprend plus, et son épouse, jusque-là humble et soumise, qui va relever la tête pour défendre sa fille ; Bashi, un adolescent tourmenté qui noue une relation improbable avec Nini, une petite infirme affamée ; Kai, voix officielle du parti, qui va sacrifier famille et carrière pour l'amour d'un dissident ; et bien d'autres…

            Cruauté d'une société déboussolée, où l'idéologie marxiste n'a pas effacé les vieilles superstitions, où les liens familiaux sont rongés par la misère et l'endoctrinement, où l'implacable machine à décerveler n'en finit plus de broyer les individus qui tentent de résister.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714445377
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 456
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            21.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            << Bouleversant. >>
            Héléna Villovitch / Elle

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • jfponge Posté le 5 Juillet 2015
              Une bombe ! On a beaucoup dit et écrit sur la Chine, surtout depuis les massacres de la place Tian'anmen, survenus à Pékin en 1989. Pourtant, la grogne faisait rage déjà depuis longtemps, et parfois loin de la capitale. Dans ce roman de Yiyun Li, magnifié par la traduction de Françoise Rose, nous sommes dans une petite ville de province, peu après la chute de la "bande des quatre", commandée par la veuve de Mao Zedong. Après les ravages de la "révolution culturelle", les aspirations à la démocratie se font jour même dans les endroits les plus reculés de l'empire. À l'occasion de la condamnation à mort de la jeune Gu Shan, une ex-garde rouge qui a osé critiquer le régime et demander pardon pour les atrocités qu'elle avait commises au nom de sa foi communiste, les consciences des villageois vont se réveiller. Pendant ce temps, dans la capitale, une lutte se joue entre deux clans opposés. Tel est l'arrière-plan de cette vaste fresque, qui peint le quotidien pour atteindre à l'universel. Les personnages sont nombreux, qu'il s'agisse de Nini, la jeune infirme avide d'amour, du professeur Gu, qui confond encore lâcheté et sagesse, de Kai, l'artiste à la voix... Une bombe ! On a beaucoup dit et écrit sur la Chine, surtout depuis les massacres de la place Tian'anmen, survenus à Pékin en 1989. Pourtant, la grogne faisait rage déjà depuis longtemps, et parfois loin de la capitale. Dans ce roman de Yiyun Li, magnifié par la traduction de Françoise Rose, nous sommes dans une petite ville de province, peu après la chute de la "bande des quatre", commandée par la veuve de Mao Zedong. Après les ravages de la "révolution culturelle", les aspirations à la démocratie se font jour même dans les endroits les plus reculés de l'empire. À l'occasion de la condamnation à mort de la jeune Gu Shan, une ex-garde rouge qui a osé critiquer le régime et demander pardon pour les atrocités qu'elle avait commises au nom de sa foi communiste, les consciences des villageois vont se réveiller. Pendant ce temps, dans la capitale, une lutte se joue entre deux clans opposés. Tel est l'arrière-plan de cette vaste fresque, qui peint le quotidien pour atteindre à l'universel. Les personnages sont nombreux, qu'il s'agisse de Nini, la jeune infirme avide d'amour, du professeur Gu, qui confond encore lâcheté et sagesse, de Kai, l'artiste à la voix d'or au service du Parti, de Kwen, Bashi, et tant d'autres, tous aussi attachants les uns que les autres. Le temps de la lecture, nous vivons pleinement en compagnie des acteurs principaux du drame qui va se nouer. L'écriture est simple, sans artifices, il s'agit avant tout d'un témoignage, brutal, sur les ravages d'une pensée politique érigée en système mafieux.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Mahpee Posté le 1 Mai 2014
              Dans la Chine postmaoïste, la terreur impose à tous le silence et la résignation. Pourtant la vie continue, une vie que la révolution n'a pas changé sinon pour apporter son lot de nouvelles injustices pour ce peuple opprimé depuis des siècles. A l'aide d'une galerie de personnages aux destins bouleversés, Yiyun Li restitue dans son roman le chemin de chaque petite vie et en fait une oeuvre grandiose. Une excellente découverte.
            • Ellane92 Posté le 30 Novembre 2013
              Un beau jour de printemps est un livre beau, fort et pudique sur la vie et la société chinoise. A plusieurs reprises, j'ai vérifié l'époque où se passaient les événements qui y sont décrits. 1979. Après ma naissance. En refermant le livre, je me suis dit que j'avais quand même sacrément de la chance d'être née en France. Pour en revenir à Un beau jour de printemps, ce livre est porté par l'écriture précise et impartiale de l'auteure (et de sa traductrice). Sans emphase ni effet de style, elle nous immerge dans le petit village de Rivière Fangeuse, nous introduit auprès de ses habitants, tisse des liens entre eux, nous fait partager le cours de leurs pensées et leur mode de vie, et effleurer du doigt les conséquences du régime politique encore en œuvre en Chine. Sans éclats, sans pamphlet, sans jugement, Yiyun Li nous livre des tranches de vie, des personnages dont on se dit qu'on pourrait les reconnaître dans la rue si on les croisait. Elle ne dénonce pas, elle témoigne, sans jamais tomber dans la facilité. Il en ressort un livre coup de poing délivré sans violence, et dont la conclusion est que ceux qui vivent là-bas ont... Un beau jour de printemps est un livre beau, fort et pudique sur la vie et la société chinoise. A plusieurs reprises, j'ai vérifié l'époque où se passaient les événements qui y sont décrits. 1979. Après ma naissance. En refermant le livre, je me suis dit que j'avais quand même sacrément de la chance d'être née en France. Pour en revenir à Un beau jour de printemps, ce livre est porté par l'écriture précise et impartiale de l'auteure (et de sa traductrice). Sans emphase ni effet de style, elle nous immerge dans le petit village de Rivière Fangeuse, nous introduit auprès de ses habitants, tisse des liens entre eux, nous fait partager le cours de leurs pensées et leur mode de vie, et effleurer du doigt les conséquences du régime politique encore en œuvre en Chine. Sans éclats, sans pamphlet, sans jugement, Yiyun Li nous livre des tranches de vie, des personnages dont on se dit qu'on pourrait les reconnaître dans la rue si on les croisait. Elle ne dénonce pas, elle témoigne, sans jamais tomber dans la facilité. Il en ressort un livre coup de poing délivré sans violence, et dont la conclusion est que ceux qui vivent là-bas ont une pilule bien amère à avaler. Mais qu'ils n'ont d'autre choix que de l'avaler.
              Lire la suite
              En lire moins
            • nathalia1307 Posté le 27 Novembre 2013
              Le 21 mars 1979, jour d’équinoxe de printemps, la petite ville de Rivière Fangeuse va connaître l'exécution de Gu Shan, une ancienne garde rouge, devenue avec le temps contre révolutionnaire. La chine post maoiste s'éveille! Le père de Gu Shan est professeur et érudit, respecté pour son savoir et sa connaissance il a grandi avant la révolution culturelle et n'a jamais compris l'engagement et le militantisme de sa fille Shan- Lorsqu'elle était garde rouge sa fille soutenait Mao et la révolution culturelle, elle participait activement aux mouvements de repression violent : elle a meme battu une femme enceinte de la petite Nini, née handicapée d'une main et de la jambe. Le professeur Gu et sa femme depuis prête une écoute à la petite Nini, rejettée par sa famille à cause de son handicap. Shan sera exécutée apres une dénonciation publique, tout le peuple est convié à son exécution par la radio publique, animée par la speakerine Kai. Kai est une ancienne comédienne marié à Han, dont les parents sont proches du parti et respecte les lois du pays à la lettre. Par ce mariage, elle dispose d'un statut important et de privilèges. ... Le 21 mars 1979, jour d’équinoxe de printemps, la petite ville de Rivière Fangeuse va connaître l'exécution de Gu Shan, une ancienne garde rouge, devenue avec le temps contre révolutionnaire. La chine post maoiste s'éveille! Le père de Gu Shan est professeur et érudit, respecté pour son savoir et sa connaissance il a grandi avant la révolution culturelle et n'a jamais compris l'engagement et le militantisme de sa fille Shan- Lorsqu'elle était garde rouge sa fille soutenait Mao et la révolution culturelle, elle participait activement aux mouvements de repression violent : elle a meme battu une femme enceinte de la petite Nini, née handicapée d'une main et de la jambe. Le professeur Gu et sa femme depuis prête une écoute à la petite Nini, rejettée par sa famille à cause de son handicap. Shan sera exécutée apres une dénonciation publique, tout le peuple est convié à son exécution par la radio publique, animée par la speakerine Kai. Kai est une ancienne comédienne marié à Han, dont les parents sont proches du parti et respecte les lois du pays à la lettre. Par ce mariage, elle dispose d'un statut important et de privilèges. Mme Gu, la mère de Shan est anéantie par le sort réservée à sa fille et prend cette éxecution comme une injustice. Gu Shan avant son execution perd la raison et sombre dans la folie. Les parents devront jusqu'à payer la balle qui va servir à l'execution de leur fille. Gu Shan aura les cordes vocales sectionnées avant l'execution pour éviter qu'elle ne déclame des paroles contre révolutionnaires, puis ses reins seront prélevés pour une transplantation pour un cadre du parti- Sa mort va déclancher de profonds changements dans la vie de chacuns. Ses parents vont défendre la mémoire de leur fille. et Mme Gu va dénoncer cette éxecution et Kai va s'impliquer également dans une manifestation pour la mémoire de Gu Shan, quitte à abandonner son fils et son mari et sa position sociale- Ces deux femmes vont organiser un rassemblement et mobiliser d'autres en leur faisant signer une pétition le jour de la fête des morts. Nini, à l'avenir compromis va rencontrer le jeune Bashi, au comportement étrange et sensible et bien qu'âgée de 12 ans elle va lui promettre le mariage pour devenir son épouse enfant et ainsi échapper à ses parents- Bashi, jeune orphelin de 19 ans, voit mourir sa grand mère et doit attendre que la terre dégèle pour enterrer sa grand mère, le jour de Ching ming fête des morts. Il va confier la dépouille de sa grand-mère au couple Hua, pour l'inhumation. Les Hua recueillent des filles abandonnées, ils ont recueillis 7 filles, qu'il ont toutes élevés et mariés. Bashi les sollicitera également pour héberger Nini, jusq'au moment ou elle sera en âge de l'épouser. Enfin, le jeune Tong agé de 7 ans observe tous ces évènements de loin il fréquente l'ecole communiste et attend de recevoir son foulard rouge de pionnier. Tout ces personnages vont se croiser autour de ses évènements et devront se publier à la logique communiste à travers ces évènements. C'est un récit poignant et ancré dans la Chine, juste apres la mort de Mao. C'est l'execution d'une contre révolutionnaire, qui se prête à l'évocation de la vie des habitants de cette ville quelque part en Chine- Pas de clichés extravagant sur le communisme, juste un quotidien au sein de familles différentes, une famille qui a élevé sa fille sous la révolution culturelle, ses interrogations et ses conséquences et une jeune femme privilégiée qui va renoncer à son statut pour organiser un simple rassemblement- L' auteure qui a grandi en République Populaire de Chine et émigrée bien plus tard pour ses études aux Etats Unis, fait partagée dans ce roman son regard sur les évènements vécus lors des executions apres la révolution culturelle. Une échappée obligatoire pour apprendre à être soi même, et penser, agir par soi même. Une analyse limpide, une réflexion intense et un récit qui dépeint la Chine d'hier pour mieux comprendre où nous en sommes aujourd'hui. Certains passages s'appuient sur la philosophie, la réflexion. Certaines phrases sont très dures, ainsi que la dureté des personnages les uns envers les autres. Le jeune Tong entends ces paroles de la bouche de son père "....Si tu as le coeur assez dur pour manger ta mère et ta femme, tu seras invincible " J'ajoute que j'ai retenu cette lecture car très recemment une amie m'a prêtée un exemplaire de Hai houa, fleur de la mer de Yu Song-yen et Tchen yen-ning exemplaire éditée en 1975 en république populaire de Chine . L'épopée d'une garde rouge, qui défend avec ses camarades d'ecole sa patrie, l'enfant héros qui protège son pays. Un livre d'enfants, qui décrit les épopées et les "combats de ses enfants pour leur pays". Deux lectures éclairantes!
              Lire la suite
              En lire moins
            • Shan_Ze Posté le 13 Octobre 2013
              Le printemps 1979 commence avec l’exécution de Gu Shan, une ancienne garde rouge. Ses parents essayent de comprendre comment leur enfant a pu devenir cette dissidente. En prenant pour point de départ cet événement, l’auteur nous fait suivre Nini, jeune fille, ainée de sa famille rêvant d’une vie meilleure, Bashi, jeune homme un peu simplet, Kai, Tang et d’autres… Le Parti occupe une grande place dans la vie de ces personnes. Tout est contrôlé, personne n’est libre de ses actes. Yiyun Li parle de la misère humaine, de la solitude, de la famille à travers ses personnages. Chaque homme, femme, enfant, est dépeint de façon rigoureuse. Je me suis retrouvée au cœur de cette ville, connaissant personnellement chacun de ses êtres. Un roman sombre, mais une écriture limpide et poignante, qui montre l’absurdité d’un tel système.
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.