Lisez! icon: Search engine
Une terrible délicatesse
Carine Chichereau (traduit par)
Date de parution : 25/08/2022
Éditeurs :
Les Escales

Une terrible délicatesse

Carine Chichereau (traduit par)
Date de parution : 25/08/2022
Sélection Prix du roman FNAC 2022.

L’événement littéraire de 2022 au Royaume-Uni. Un roman bouleversant et plein d’espoir sur la résilience, le pardon et la fragilité du bonheur.
Octobre 1966. William Lavery, dix-neuf ans, vient de recevoir son diplôme. Il va rejoindre, comme son père et son grand-père avant lui, l’entreprise de pompes funèbres familiale. Mais alors que... Octobre 1966. William Lavery, dix-neuf ans, vient de recevoir son diplôme. Il va rejoindre, comme son père et son grand-père avant lui, l’entreprise de pompes funèbres familiale. Mais alors que la soirée de remise des diplômes bat son plein, un télégramme annonce une terrible nouvelle : un glissement de terrain... Octobre 1966. William Lavery, dix-neuf ans, vient de recevoir son diplôme. Il va rejoindre, comme son père et son grand-père avant lui, l’entreprise de pompes funèbres familiale. Mais alors que la soirée de remise des diplômes bat son plein, un télégramme annonce une terrible nouvelle : un glissement de terrain dans la petite ville minière d’Aberfan a enseveli une école. William se porte immédiatement volontaire pour prêter main-forte aux autres embaumeurs.
Sa vie sera irrémédiablement bouleversée par cette tragédie qui jette une lumière aveuglante sur les secrets enfouis de son passé. Pourquoi William a-t-il arrêté de chanter, lui qui est doué d’une voix exceptionnelle ? Pourquoi ne parle-t-il plus à sa mère, ni à son meilleur ami ? Le jeune homme, à l’aube de sa vie d’adulte, apprendra que la compassion peut avoir des conséquences surprenantes et que porter secours aux autres est peut-être une autre manière de guérir soi-même.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365695916
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 448
Format : 140 x 225 mm
EAN : 9782365695916
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 448
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

« Dans la brume galloise, l’autrice marie ces deux territoires que tout oppose. D’un côté, le monde des croque-morts et des embaumements, dépeint avec une précision clinique qui fait grincer des dents. De l’autre, éthéré et poétique, celui de la chorale de Cambridge, où les notes s’égrènent sous « la beauté éclatante des vitraux, tels des diamants colorés qui transforment la lumière ordinaire en quelque chose de si incroyable que c’en est presque douloureux à regarder ». De ces deux univers, le plus cruel et le moins protecteur n’est, bien sûr, pas celui qu'on pense, comme le roman le révèle peu à peu, esquissant, à travers la boue et la cruauté, un chemin lumineux vers la vie.» 
Le Monde

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Erimo 08/05/2024
    Quand un roman revient sur un fait historique, c'est tentant, quand en plus il réussit un parfait amalgame avec un personnage magnifique, c'est génial ! Cette histoire est merveilleusement racontée et bien construite. D'habitude, je n'aime pas trop les allers et retours chronologiques, mais là, rien à dire, c'est bien orchestré ! Un premier roman magistral, j'espère que cette écrivaine continue !
  • Yasei 24/04/2024
    Magnifique roman qui nous parle d’une passion avortée, de traumas, de résilience et du difficile chemin du pardon. Ces thèmes profonds se forment à partir d’un drame - réel - qui s’est déroulé en 1966 à Aberfan au Pays de Galles suite à un glissement de terrain qui a fait de nombreux morts, majoritairement des enfants. William, jeune embaumeur d’une entreprise familial, se dévoue pour prêter main forte aux équipes sur place qui sont dans l’urgence. Ces jours passés où se succèdent les petits corps sans vie sous ses yeux fatigués vont laisser des traces indélébiles ; à partir de cette épreuve, s’ouvre pour nous lecteurs, le passé compliqué du jeune homme qui était en fait voué à une tout autre carrière dès l’enfance… L’autrice, Jo Browning Wroe, réussit à ne pas aller dans la facilité ni le pathos malgré les sujets délicats (notamment celui de la catastrophe d’Aberfan) et le personnage principal est incarné de la façon la plus humaine possible, avec ce qui fait la complexité du rapport aux autres et à soi. Le passé et le présent s’enchainent à la perfection, nous laissant découvrir avec émotion comment William en est arrivé là où il est - fragilisé et dans une impasse. Jusqu’à ce que les années perdues réclament réparation pour un futur enfin apaisé, qu’on lui souhaite tant au fil des pages. Une très belle lecture, avec de nombreux personnages attachants que je vous invite à découvrir.Magnifique roman qui nous parle d’une passion avortée, de traumas, de résilience et du difficile chemin du pardon. Ces thèmes profonds se forment à partir d’un drame - réel - qui s’est déroulé en 1966 à Aberfan au Pays de Galles suite à un glissement de terrain qui a fait de nombreux morts, majoritairement des enfants. William, jeune embaumeur d’une entreprise familial, se dévoue pour prêter main forte aux équipes sur place qui sont dans l’urgence. Ces jours passés où se succèdent les petits corps sans vie sous ses yeux fatigués vont laisser des traces indélébiles ; à partir de cette épreuve, s’ouvre pour nous lecteurs, le passé compliqué du jeune homme qui était en fait voué à une tout autre carrière dès l’enfance… L’autrice, Jo Browning Wroe, réussit à ne pas aller dans la facilité ni le pathos malgré les sujets délicats (notamment celui de la catastrophe d’Aberfan) et le personnage principal est incarné de la façon la plus humaine possible, avec ce qui fait la complexité du rapport aux autres et à soi. Le passé et le présent s’enchainent à la perfection, nous laissant découvrir avec émotion comment William en est arrivé là où il est - fragilisé et dans une impasse....
    Lire la suite
    En lire moins
  • SeriallectriceSV 19/04/2024
    Une terrible délicatesse. Terrible et bouleversant témoignage de la catastrophe d'Aberfan qui a nécessité des secours engageant corps et âmes. Terrible épreuve pour les secouristes, les embaumeurs. Morale. Physique. Guidés pour certains par cette importance vitale d'être utiles. Coûte que coûte. Et nous voilà, nous lecteurs, témoins de situations qui égratignent, ébranlent, marquent au fer rouge. Anéantissent. Viennent heureusement les mains tendues, les soutiens, les âmes sœurs pour guider notre héros embaumeur et chanteur sur le chemin de la résilience, du pardon. Quelle histoire. Quelles histoires. De famille aussi. Empreintes d'espoir. Quelles épreuves. Quel témoignage. Pétri d'humanité. Merci Jo Browning Wroe. Un moment de lecture fort.
  • despierrelaurence 19/03/2024
    Tout commence par la tragédie d'Aberfan. William, jeune embaumeur fraîchement diplômé, se rend dans ce village afin de propser son aide. Cette experience va le poursuivre toute sa vie et influencer certains choix malheureux. Ce livre est surtout une redemption et l'acceptation de soi. En ce qui concerne la description du métier d'embaumeur, tout est écrit en douceur et respect. Tres bon livre, malgré le second chapitre que j'ai trouvé un peu long .
  • Jeannot45 17/02/2024
    Fait partie de la sélection du Prix des Lecteurs du Val de Sully - section Romans (1/6) Ecole des embaumeurs de Cambridge. Lors de la remise des diplômes, le Directeur annonce qu’un énorme pan de terril vient de s’écrouler sur une école. Une centaine d’enfants sont ensevelis. Les services funéraires demandent d’urgence des volontaires pour s’occuper rapidement des petits corps au fur et à mesure de leur découverte. William, major de la promotion, s’engage immédiatement. Il ne revient pas indemne de ce voyage en enfer. Avant de rentrer, prêt à s’engager pour la vie avec Gloria, il lui téléphone pour lui dire qu’il ne peut avoir pas d’enfants après ce qu’il vient de vivre et qu’il souhaite lui rendre sa liberté… L’auteure nous fait vivre avec beaucoup de réalisme et de sensibilité les interventions sur le corps des enfants plus ou moins meurtri. Cette partie difficile et très forte en émotions sert de prologue à l’histoire de William. Puis, dans un style simple, l’auteur partage la vie de son personnage. La densité du début du livre est telle que la lenteur des pages suivantes ont failli me faire décrocher. Les personnages sont denses. William est très complexe et parfois irritant dans ses réactions, dans ses hésitations. Martin et Gloria sont très sympathiques et attachants. Même si la fin est très prévisible, elle est toute en sensibilité. N’est pas mon coup de cœur mais peut plaireFait partie de la sélection du Prix des Lecteurs du Val de Sully - section Romans (1/6) Ecole des embaumeurs de Cambridge. Lors de la remise des diplômes, le Directeur annonce qu’un énorme pan de terril vient de s’écrouler sur une école. Une centaine d’enfants sont ensevelis. Les services funéraires demandent d’urgence des volontaires pour s’occuper rapidement des petits corps au fur et à mesure de leur découverte. William, major de la promotion, s’engage immédiatement. Il ne revient pas indemne de ce voyage en enfer. Avant de rentrer, prêt à s’engager pour la vie avec Gloria, il lui téléphone pour lui dire qu’il ne peut avoir pas d’enfants après ce qu’il vient de vivre et qu’il souhaite lui rendre sa liberté… L’auteure nous fait vivre avec beaucoup de réalisme et de sensibilité les interventions sur le corps des enfants plus ou moins meurtri. Cette partie difficile et très forte en émotions sert de prologue à l’histoire de William. Puis, dans un style simple, l’auteur partage la vie de son personnage. La densité du début du livre est telle que la lenteur des pages suivantes ont failli me faire décrocher. Les personnages sont denses. William est très complexe et parfois irritant dans ses réactions, dans ses hésitations. Martin...
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Les Escales
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !

Lisez maintenant, tout de suite !