Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221127520
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Dune - Tome 5 : Les Hérétiques de Dune
Guy Abadia (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Série : Dune
Date de parution : 24/09/2020
Éditeurs :
Robert Laffont

Dune - Tome 5 : Les Hérétiques de Dune

Guy Abadia (traduit par)
Collection : Ailleurs et Demain
Série : Dune
Date de parution : 24/09/2020
Le chef-d’œuvre absolu de la science-fiction, adapté au cinéma par Denis Villeneuve.

Leto II, le Tyran, l'Empereur-Dieu, est mort depuis des milliers d'années, mais son souvenir est dans toutes les mémoires. Sa disparition a entraîné la Grande Famine et la Dispersion de...

Leto II, le Tyran, l'Empereur-Dieu, est mort depuis des milliers d'années, mais son souvenir est dans toutes les mémoires. Sa disparition a entraîné la Grande Famine et la Dispersion de l'humanité à travers les univers. Pourtant ces désordres ont assuré la survie de l'humanité conformément aux plans du Tyran; et...

Leto II, le Tyran, l'Empereur-Dieu, est mort depuis des milliers d'années, mais son souvenir est dans toutes les mémoires. Sa disparition a entraîné la Grande Famine et la Dispersion de l'humanité à travers les univers. Pourtant ces désordres ont assuré la survie de l'humanité conformément aux plans du Tyran; et ses Prêtres en tirent argument pour justifier leurs ambitions. Mais la Révérende Mère Taraza sait bien que le pouvoir vient de l'Epice, source de la prescience.
La planète Dune, devenue Rakis, restera-t-elle le centre de toutes les intrigues alors que le Bene Tleilax a appris à produire l'Epice sans le secours des vers géants ? Les forces qui se mesurent dans l'ombre sont à l'affût du moindre signe.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221127520
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • culturevsnews 22/04/2022
    Je me plains souvent des séries et je me moque de leur succès, mais là, je suis en train de lire une série et je crois que je comprends l’attraction : l’évasion, pure et simple. Au fil des pages, j’ai souri, reconnaissant le Bene Gesserit (désormais doté de pouvoirs surhumains mieux décrits – comme les Jedi), Duncan Idaho, et oui, même les grands vers. Je me suis entouré, enveloppé comme une grande couverture douillette, dans la familiarité de la construction du monde et j’ai fermé la porte à cette réalité. Je pense que c’est peut-être pour cela que les séries sont si populaires, c’est une chance de fermer la porte, de fermer les fenêtres et d’embrasser un autre monde. Au début des Hérétiques, le règne du « Tyran » Leto II, le Dieu-Empereur, est terminé depuis 1 500 ans et a remplacé le Jihad Butlerien comme un mythe d’arrière-plan, et Paul Muab dib et la Dame Jessica ont pris le rôle d’un lointain sauveur et d’une sainte mère. Le vide laissé par la mort de l’Empereur-Dieu et l’effondrement de son empire a entraîné la Dispersion, une diaspora universelle de l’humanité qui a donné à Herbert l’occasion de réorganiser la construction de... Je me plains souvent des séries et je me moque de leur succès, mais là, je suis en train de lire une série et je crois que je comprends l’attraction : l’évasion, pure et simple. Au fil des pages, j’ai souri, reconnaissant le Bene Gesserit (désormais doté de pouvoirs surhumains mieux décrits – comme les Jedi), Duncan Idaho, et oui, même les grands vers. Je me suis entouré, enveloppé comme une grande couverture douillette, dans la familiarité de la construction du monde et j’ai fermé la porte à cette réalité. Je pense que c’est peut-être pour cela que les séries sont si populaires, c’est une chance de fermer la porte, de fermer les fenêtres et d’embrasser un autre monde. Au début des Hérétiques, le règne du « Tyran » Leto II, le Dieu-Empereur, est terminé depuis 1 500 ans et a remplacé le Jihad Butlerien comme un mythe d’arrière-plan, et Paul Muab dib et la Dame Jessica ont pris le rôle d’un lointain sauveur et d’une sainte mère. Le vide laissé par la mort de l’Empereur-Dieu et l’effondrement de son empire a entraîné la Dispersion, une diaspora universelle de l’humanité qui a donné à Herbert l’occasion de réorganiser la construction de son monde déjà complexe. Aujourd’hui, divers groupes se disputent le pouvoir : Bene Gesserit, Bene Thleilaxu, Ix, Guilde, prêtres Rakis et l’émergence d’un nouveau pouvoir impitoyable, les Honored Matres. Heretics contient également une référence à d’anciennes peintures de Vincent van Gogh et de fréquentes références à des textes chrétiens et à des allusions à la Terre ancienne. Heretics introduit également l’un des personnages les plus charismatiques et intéressants de la série : Miles Teg, un génie militaire mentat formé par le Bene Gesserit. Herbert était un auteur de best-sellers adaptés au marché et un génie visionnaire à long terme. Les Hérétiques est un retour au mystère, à l’espionnage, aux intrigues de cour et aux machinations du Dune original. Alors que la série s’était quelque peu essoufflée sous le règne du grand Dieu vermoulu, l’empereur Leto II, Les Hérétiques fait revivre la complexité qui rendait Dune si attrayant pour les lecteurs. Herbert utilise une histoire de science-fiction très divertissante comme véhicule pour examiner et explorer la politique, la religion, l’économie, la sociologie, les mythes et la science militaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • SaigneurDeLivres 29/01/2022
    Avant dernier tome de Dune. Et c'est toujours pour moi un délice ! Beaucoup plus d'actions que le précédent, mais toujours avec cette écriture lente (et loin d'être chiante) où l'on décortique chaque pensées de nos personnages. La fin reste ouverte, j'imagine pour introduire le dernier tome et j'avoue avoir hâte de voir comment ça se terminer ce cycle.
  • Emiliec28 25/11/2021
    Comme pour le tome 3, j'ai été très exaltée par ce tome 5 qui, d'ailleurs, passe en tête dans mes préférences de la saga. Le rythme est plus soutenu que dans les autres tomes, les intentions sont un POIL plus claires et on s'y retrouve, on sait avec qui lutter, on sait quoi espérer. J'ai tourné chaque page avec avidité. Cet univers est tellement riche, l'écriture tellement intelligente et philosophique, de quoi clouer le bec à tous ceux qui ont tendance à penser que la Science-fiction est un sous-genre de littérature.
  • HQL 08/11/2021
    J’avais fait une pause dans la saga Le Cycle de Dune au mois de mai car il fallait préparer la rentrée littéraire et son déferlement de titres à lire dans un temps contraint. C’est donc avec plaisir que je me suis replongé dans l’univers de Dune avec ce cinquième tome, quelques semaines après avoir vu l’adaptation au cinéma de Denis Villeneuve. Si vous n’avez pas dépassé le premier tome, ne vous lancez pas dans la lecture de ma chronique qui spoile sans vergogne. Il faudra dans ce roman faire encore un bon dans le temps, et c’est cette fois 1500 ans après la mort du tyran Leto II (l’Empereur-Dieu) que nous sommes. Sa mort entraîna une Grande Famine faisant des milliards de morts, ce qui causa la Grande Dispersion de l’humanité survivante à travers l’univers (fini, le Sentier d’Or). Sur Dune devenue Rakis, les vers sont de retour depuis la mort de Leto II et l’épice a donc fait sa réapparition. Sheeana, une enfant venue du désert, possède le don incroyable de commander aux derniers vers des sables et les Prêtres de Rakis vont rapidement lui vouer un culte. Sur Giedi Prime devenue Gammu, le Bene Tleilax qui est parvenu à synthétiser l’épice... J’avais fait une pause dans la saga Le Cycle de Dune au mois de mai car il fallait préparer la rentrée littéraire et son déferlement de titres à lire dans un temps contraint. C’est donc avec plaisir que je me suis replongé dans l’univers de Dune avec ce cinquième tome, quelques semaines après avoir vu l’adaptation au cinéma de Denis Villeneuve. Si vous n’avez pas dépassé le premier tome, ne vous lancez pas dans la lecture de ma chronique qui spoile sans vergogne. Il faudra dans ce roman faire encore un bon dans le temps, et c’est cette fois 1500 ans après la mort du tyran Leto II (l’Empereur-Dieu) que nous sommes. Sa mort entraîna une Grande Famine faisant des milliards de morts, ce qui causa la Grande Dispersion de l’humanité survivante à travers l’univers (fini, le Sentier d’Or). Sur Dune devenue Rakis, les vers sont de retour depuis la mort de Leto II et l’épice a donc fait sa réapparition. Sheeana, une enfant venue du désert, possède le don incroyable de commander aux derniers vers des sables et les Prêtres de Rakis vont rapidement lui vouer un culte. Sur Giedi Prime devenue Gammu, le Bene Tleilax qui est parvenu à synthétiser l’épice dans ses cuves axolotl livre au Bene Gesserit et à ses Révérendes Mères un nouveau modèle du ghola Duncan Idaho, qu’elles comptent bien éduquer et mettre en présence de Sheeana à des fins reproductrives. Rien ne sera aussi simple pour le Bene Gesserit car un ordre concurrent, les Honorées Matriarche, plus violentes et plus nombreuses, sème la zizanie dans leurs projets. Jamais très loin, et jouant un jeu de dupe, les représentants du Tleilaxu tentent de tirer leur épingle du jeu en attisant les conflits en sous main. Les vies de tous sont en danger, et il ne faudra bientôt plus qu’une allumette pour que tout s’embrase… Bon alors d’accord, ce bouquin est un enfer à résumer, et j’ai mis un moment à reconnecter mes neurones pour réussir à faire les liens, à identifier la foule de personnages, leurs intérêts cachés, les magouilles politiques etc. Mais alors en avançant dans le récit, c’est devenu comme une superbe adaptation au cinéma, vivant, prenant, et j’étais en manque dès que j’arrêtais de lire plus de huit heures. Un de mes tomes préférés, qu’il faudrait presque relire une deuxième fois pour en saisir toutes les subtilités.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tachan 28/10/2021
    Après deux duologie centrée sur les Atréïdes et se déroulant sur la planète Arakis, j'ai été assez dépaysée de me retrouver 5000 ans après les tous débuts de l'histoire avec les Bene Gesserit d'un côté et les Bene Tleilax de l'autre dans l'espace, sur Gamma et un peu aussi sur la nouvelle Arakis. Dans cette nouvelle duologie, Herbert décide de nous faire faire un sacré bond dans le temps. Après les événements enclenchés par Leto II, il m'a paru normal de voir les choses sur un temps plus long, mais ce n'est pas pour autant facile de replonger dans une histoire où tant de choses ont changé et où tant de personnages sont nouveaux. Heureusement, la plume de l'auteur est bien moins aride qu'au début et avec toute la vivacité de ses dialogues et de ses descriptions, j'ai pu plonger dans ce nouvel univers. Celui-ci repose sur une dualité ma foi pas si étonnante. Nous avons d'un côté la branche femelle avec les Bene Gesserit qui tente de manipuler tout le monde pour pouvoir diriger l'univers à sa guise et de l'autre les Tleilaxu et leurs gholas qui tentent d'en faire de même mais de manière bien plus mystérieuse. L'outil pour réaliser... Après deux duologie centrée sur les Atréïdes et se déroulant sur la planète Arakis, j'ai été assez dépaysée de me retrouver 5000 ans après les tous débuts de l'histoire avec les Bene Gesserit d'un côté et les Bene Tleilax de l'autre dans l'espace, sur Gamma et un peu aussi sur la nouvelle Arakis. Dans cette nouvelle duologie, Herbert décide de nous faire faire un sacré bond dans le temps. Après les événements enclenchés par Leto II, il m'a paru normal de voir les choses sur un temps plus long, mais ce n'est pas pour autant facile de replonger dans une histoire où tant de choses ont changé et où tant de personnages sont nouveaux. Heureusement, la plume de l'auteur est bien moins aride qu'au début et avec toute la vivacité de ses dialogues et de ses descriptions, j'ai pu plonger dans ce nouvel univers. Celui-ci repose sur une dualité ma foi pas si étonnante. Nous avons d'un côté la branche femelle avec les Bene Gesserit qui tente de manipuler tout le monde pour pouvoir diriger l'univers à sa guise et de l'autre les Tleilaxu et leurs gholas qui tentent d'en faire de même mais de manière bien plus mystérieuse. L'outil pour réaliser leur souhait à tous deux : encore une fois l'épice présent sur Dune, sauf que l'un le détient et pas l'autre. Il faut donc trouver comment palier à cela. Pendant ce long tome de 500 pages, j'ai donc suivi de nouveaux personnages membres de chacune des organisations fourbir leur plan. Du côté des Bene Gesserit, plusieurs Mères supérieures veulent manipuler deux enfants afin d'en faire les instruments du futur qu'elles souhaitent. Ces deux enfants sont pour l'un le ghola de Duncan Idaho, encore, et pour l'autre une jeune fille pouvant commander aux vers d'Arakis. Rien de neuf en soi mais des intrigues qui restent passionnantes à suivre car très vivantes, avec des rivalités, des contradictions et des frictions. On passe d'un lieu à l'autre, des lieux qu'on connaissait autrefois et qui ont changé sans changer, mais qu'Herbert nous fait redécouvrir maintenant qu'il a découvert la puissance des descriptions et c'est fascinant en plus d'être immersif. Les manoeuvres des uns et des autres amènent à de nombreuses scènes d'action bien écrites mais qui continuent parfois à laisser un sentiment de trop peu par rapport aux auteurs très visuels actuellement. Les thèmes, eux, sont ceux qui parcourent l'oeuvre : le dévoiement de la religion, les manipulations génétiques et l'eugénisme, les complots politiques. J'ai apprécié de retrouver cet univers connus mais je n'ai pas été soufflée car il n'y avait pas grand-chose de neuf. J'ai même été assez agacée par le tournant donné aux Bene Gesserit qui deviennent des déesses du sexe sous la plume d'Herbert. Franchement gênant. Ce tome qui nous embarque dans une nouvelle duologie, une nouvelle temporalité et de nouveaux personnages est dans la ligne droite des précédents, voire en est un peu une redite. Ce fut un très bon divertissement malgré mon manque d'attachement aux personnages. J'ai eu beaucoup d'action et j'ai aimé suivre les plans alambiqués des uns et des autres, jusqu'à ce final détonnant, qui laisse un peu sur les fesses. Maintenant, je trouve ça un peu facile de la part d'Herbert, il n'est pas aussi inspiré que lors des tomes précédents ou alors ce n'est que l'introduction de quelque chose qu'on verra dans le prochain et dernier tome. Affaire à suivre.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.

Lisez maintenant, tout de suite !