Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355841873
Code sériel : 106
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Liberté sans condition

Aude PASQUIER (Traducteur)
Date de parution : 22/08/2013

Vous avez aimé Drugstore Cow-Boy ?

Vous avez aimé Requiem for a dream ?

Vous allez adorer Homeboy.

Joe Barker est un junkie. Aboyeur dans une boîte de strip-tease de San Francisco, dealer à ses heures
perdues, il vit avec une prostituée, Kitty. Entraîné dans une affaire de vol à main armée qui tourne mal, Joe se retrouve derrière les barreaux. Loin d’être en sécurité, il est en réalité...

Joe Barker est un junkie. Aboyeur dans une boîte de strip-tease de San Francisco, dealer à ses heures
perdues, il vit avec une prostituée, Kitty. Entraîné dans une affaire de vol à main armée qui tourne mal, Joe se retrouve derrière les barreaux. Loin d’être en sécurité, il est en réalité plus en danger que jamais entre des codétenus cinglés, des gangs impitoyables et des gardiens imprévisibles. Surtout, Joe a bien malgré lui mis la main sur un objet que convoite Baby Jewels, un caïd de la pègre, roi du porno et amateur de snuff movies. Le mal incarné. Publié aux États-Unis en 1990, inédit en France, Homeboy, unique roman de son auteur, est considéré comme l’un des plus grands livres de la contre-culture américaine. Dans la lignée des chef-d’oeuvres de Nelson Algren ou de Hunter S. Thompson, Seth Morgan nous offre un tableau fascinant de l’underground américain. Aussi drôle que bouleversant, il illumine ses paumés magnifiques d’un style inoubliable.
 

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355841873
Code sériel : 106
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • prettyrosemary Posté le 15 Février 2018
    La seule raison pour laquelle je ne l’ai pas avalé en deux heures, c’est qu’il fait quand même un peu plus de 700 pages épaisseur bible. Mais mon dieu, cette claque. De pans de vie délabrés, d’existences merdiques, Seth Morgan a fait une œuvre qui retourne les tripes. On a affaire à des personnages qu’on n’appelle même plus par leur nom mais par leur pseudo, comme si leur existence nocturne, la prostitution, la violence et la drogue, les façonnait tout à fait : Baby Bijou, L’Aboyeur, Lily, Cliquette… Liberté sans condition est à la fois hyper réaliste (âme sensible s’abstenir même si je ne recommande à personne de s’abstenir), cru et violent dans le propos et la forme mais aussi totalement surréaliste : la folie qui règne en prison, l’usine à corps dans la rue, la drogue qui abolie la douleur pour un instant… Les deux se mêlent pour créer cette chose hybride que j’aime appeler un petit bijou. En décrivant la petite survie de Joe dans le ventre infernal que constitue la prison, l’auteur en profite pour pointer toute l’horreur et surtout le délire total de l’institution pénitencière américaine. Outre certains arrangements avec la mafia locale, rien ne nous est... La seule raison pour laquelle je ne l’ai pas avalé en deux heures, c’est qu’il fait quand même un peu plus de 700 pages épaisseur bible. Mais mon dieu, cette claque. De pans de vie délabrés, d’existences merdiques, Seth Morgan a fait une œuvre qui retourne les tripes. On a affaire à des personnages qu’on n’appelle même plus par leur nom mais par leur pseudo, comme si leur existence nocturne, la prostitution, la violence et la drogue, les façonnait tout à fait : Baby Bijou, L’Aboyeur, Lily, Cliquette… Liberté sans condition est à la fois hyper réaliste (âme sensible s’abstenir même si je ne recommande à personne de s’abstenir), cru et violent dans le propos et la forme mais aussi totalement surréaliste : la folie qui règne en prison, l’usine à corps dans la rue, la drogue qui abolie la douleur pour un instant… Les deux se mêlent pour créer cette chose hybride que j’aime appeler un petit bijou. En décrivant la petite survie de Joe dans le ventre infernal que constitue la prison, l’auteur en profite pour pointer toute l’horreur et surtout le délire total de l’institution pénitencière américaine. Outre certains arrangements avec la mafia locale, rien ne nous est épargné : conditions de détention, crises sanitaires, violence, sexe avec consentement en option… Mais il y a aussi des moments de grâce, furtifs, d’une poésie incroyable. Et c’est là qu’on en arrive à l’écriture et à la traduction. Je cite son nom, Aude Pasquier, parce que son travail est excellent (notamment tout l’effort d’index de termes de la culture américaine et de la thuglife !). L’écriture à elle seule vaut la peine d’ouvrir ce bouquin, vous y trouverez des choses terribles et sublimes.
    Lire la suite
    En lire moins
  • emidam Posté le 9 Juin 2015
    Ce roman est une très bonne surprise. Beaucoup de noirceur, de tristesse dans cet ouvrage, mais aussi un peu d'humour. On peut regretter les quelques clichés, tout comme le trop grand nombre d'intrigues et de personnages. Cependant, l'auteur nous donne énormément à voir, nous décrit ses personnages tels qu'ils le sont, sans les juger. Le tout dans une écriture vive et sans artifices.
  • mlou Posté le 11 Avril 2015
    Un pur roman de la littérature nord-américaine qui retrace une tranche de la vie de l'auteur. Il faut aimer lire de la débauche: des histoires de sexe, de drogue et d'alcool, de flics et de voyous des seventies US, mais si c'est le cas, vous allez adorer ! Il y a beaucoup de personnages au premier abord, beaucoup d'histoires qui font finir par créer un tissu très bien cousu, prenant, émouvant et toujours très excitant Aux amateurs du genre, je recommande !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !