Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847721
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Mon territoire

Héloïse ESQUIE (Traducteur)
Date de parution : 29/08/2019
« Une ballade époustouflante par une voix que vous n’oublierez jamais. » David Joy
 
À 8 ans, Harley McKenna a assisté à la mort violente de sa mère. Au même âge, elle a vu son père, Duke, tuer un homme. Rien de très étonnant de la part de ce baron de la drogue, connu dans tout le nord de la Californie pour sa brutalité,... À 8 ans, Harley McKenna a assisté à la mort violente de sa mère. Au même âge, elle a vu son père, Duke, tuer un homme. Rien de très étonnant de la part de ce baron de la drogue, connu dans tout le nord de la Californie pour sa brutalité, qui élève sa fille pour qu’elle lui succède. Mais le jour où Harley est en passe de reprendre les rênes de l'empire familial, elle décide de faire les choses à sa manière, même si cela signifie quitter le chemin tracé par son père.

Depuis Winter’s Bone, on n’avait pas croisé d’héroïne aussi fascinante, émouvante, inoubliable qu’Harley McKenna. Ce roman magnifique signe la naissance d’une auteure au talent fou.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847721
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ils en parlent

« Incroyable… Parfois, je regarde le ciel réussit quelque chose de rare. »  
Chicago Tribune
« Harley McKenna est peut être le personage féminin le plus puissant et original qu'on ait rencontré depuis des décennies. »
New York Journal of Books

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • -Olivier- Posté le 5 Février 2020
    Il est des livres dont on sait qu’ils vont nous plaire sans même avoir eu besoin de lire la quatrième de couverture. Mon territoire est de ceux-là pour moi. Sa couverture (édition française) est juste sublime et complète à merveille le titre, qui dit beaucoup de la teneur de ce roman/thriller, prenant, haletant, captivant. En Californie du Nord, le climat est rude, changeant, sauvage, à l’image de ses habitants. Les pionniers de la ruée vers l’or ont fait place aux trafiquants d’armes et de drogues dont les clans se partagent des territoires qu’il est interdit de franchir. C’est dans ce territoire escarpé que vit et grandit Harley Jean McKenna, sous la houlette de son père, dont le seul nom suffit à tenir à distance (à défaut de respect) les hommes, quels qu’ils soient. Producteur et dealer de meth, usurier, Duke McKenna est un homme dur, fort, intraitable même avec sa fille. Surtout avec sa fille. Qu’il s’agisse de la protéger ou de l’éduquer, et d’aucuns diraient la dresser. Car Duke, même s’il l’aime, ne l’élève que dans un but : assurer sa succession et faire perdurer son nom et son « entreprise » dans la lignée qu’il a tracée. Mais Harley n’est pas uniquement la fille de Duke. En elle se retrouvent... Il est des livres dont on sait qu’ils vont nous plaire sans même avoir eu besoin de lire la quatrième de couverture. Mon territoire est de ceux-là pour moi. Sa couverture (édition française) est juste sublime et complète à merveille le titre, qui dit beaucoup de la teneur de ce roman/thriller, prenant, haletant, captivant. En Californie du Nord, le climat est rude, changeant, sauvage, à l’image de ses habitants. Les pionniers de la ruée vers l’or ont fait place aux trafiquants d’armes et de drogues dont les clans se partagent des territoires qu’il est interdit de franchir. C’est dans ce territoire escarpé que vit et grandit Harley Jean McKenna, sous la houlette de son père, dont le seul nom suffit à tenir à distance (à défaut de respect) les hommes, quels qu’ils soient. Producteur et dealer de meth, usurier, Duke McKenna est un homme dur, fort, intraitable même avec sa fille. Surtout avec sa fille. Qu’il s’agisse de la protéger ou de l’éduquer, et d’aucuns diraient la dresser. Car Duke, même s’il l’aime, ne l’élève que dans un but : assurer sa succession et faire perdurer son nom et son « entreprise » dans la lignée qu’il a tracée. Mais Harley n’est pas uniquement la fille de Duke. En elle se retrouvent aussi les gènes de sa mère. Ce roman est sombre, terrible, saisissant, puissant, brillant. Si l’intrigue semble simple et/ou banale avec la succession d’une femme dans un monde d’hommes et l’histoire d’une vengeance en deux temps, suivant deux plans, l’un de construction, l’autre de déconstruction, Mon territoire est en fait bien plus que cela. C’est un roman sur l’identité et sur ce qui nous définit en termes de nom, de choix, de libertés et de possibles. Tess Sharpe nous tient en haleine tout du long et sait manier les rebondissements et révélations à merveille. Il y a une telle force qui se dégage de ses mots, de ses pages, de ce portrait de femme comme des thèmes portés. Son écriture est tendue, nerveuse, rugueuse, à l'image du personnage d’Harley et de son plan comme de ce milieu impitoyable et macho.  Son choix d’alterner des chapitres du passé et du présent est fort judicieux. Ils ne sont ni trop courts, ni trop longs, juste assez pour nous immerger, juste assez pour maintenir le suspense et nous faire découvrir tour à tour l’enfance d’Harley et ce qui l’a composée (avec toutes ses premières fois), et ce qu’elle compte faire aujourd’hui. L’action réelle ne se passe que sur quelques jours mais on a l’impression de la connaître et de l’accompagner depuis bien plus longtemps. Car Harley, aussi dure soit-elle, est aussi très attachante, dans ses doutes comme dans ses obstinations. Ne passez pas à côté de ce bijou qui est impossible à lâcher avant d’en avoir tourné la dernière page !
    Lire la suite
    En lire moins
  • magalibertrand Posté le 4 Février 2020
    Elle n’a besoin de personne, Harley, rien ni personne. Ou, plus exactement, elle ne doit compter, vraiment compter, sur personne d’autre qu’elle-même, et Busy, sa petite chienne pitbull, dressée au doigt et à l’œil pour être sa protection rapprochée en toutes circonstances. C’est comme ça que l’a élevée (dressée ?) Duke McKenna, baron de la drogue, maître incontesté du North County, ennemi juré de Carl Springfield et toute sa famille. Duke, son père, son mentor, son modèle et sa douleur. Si certaines leçons sont gravées dans le marbre, d’autres se transmettent dans la sueur et le sang, se tatouent dans l’âme, à l’encre indélébile de l’horreur et du drame. De chacune d’entre elles, fixées dans sa mémoire aussi précisément que sur un disque dur, Harley ponctuera le récit du déroulement de ces trois jours où se jouera le reste de sa vie, avec une force et une précision glaçantes. Comme sa très attachante et très bluffante héroïne, Tess Sharpe parvient à démontrer que la valeur n’attend pas le nombre des années. Maîtrisant parfaitement les codes du genre, elle se les approprie pour leur donner sa propre couleur, sa propre voix. Avançant avec rigueur dans son récit, elle règle son pas sur... Elle n’a besoin de personne, Harley, rien ni personne. Ou, plus exactement, elle ne doit compter, vraiment compter, sur personne d’autre qu’elle-même, et Busy, sa petite chienne pitbull, dressée au doigt et à l’œil pour être sa protection rapprochée en toutes circonstances. C’est comme ça que l’a élevée (dressée ?) Duke McKenna, baron de la drogue, maître incontesté du North County, ennemi juré de Carl Springfield et toute sa famille. Duke, son père, son mentor, son modèle et sa douleur. Si certaines leçons sont gravées dans le marbre, d’autres se transmettent dans la sueur et le sang, se tatouent dans l’âme, à l’encre indélébile de l’horreur et du drame. De chacune d’entre elles, fixées dans sa mémoire aussi précisément que sur un disque dur, Harley ponctuera le récit du déroulement de ces trois jours où se jouera le reste de sa vie, avec une force et une précision glaçantes. Comme sa très attachante et très bluffante héroïne, Tess Sharpe parvient à démontrer que la valeur n’attend pas le nombre des années. Maîtrisant parfaitement les codes du genre, elle se les approprie pour leur donner sa propre couleur, sa propre voix. Avançant avec rigueur dans son récit, elle règle son pas sur le pas de ses pairs, sûre d’elle, menant le lecteur en toute confiance pour l’inviter à découvrir un nouvel aspect possible du roman noir, ce territoire qu’elle a fait sien avec beaucoup de talent.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lunabiax Posté le 27 Janvier 2020
    Harley Jean est la fille du redoutable Duke McKenna, à la tête d'un immense réseau criminel en Californie du Nord. Elle perd sa mère à 8 ans dans de terribles circonstances. Son père prend alors en charge son éducation, à sa façon, c'est-à-dire qu'il l'élève à la dure, l'enferme dans un coffre de voiture, lui apprend à chasser, à se battre, et fait d'elle un parfait tireur d'élite. Vient le jour où elle doit lui succéder… Certes, Harley est imbattable, et capable de coller une balle dans l'œil d'un type à 50 mètres. Certes, elle s'est endurcie, et sait parfaitement de qui elle tient. Mais elle tient aussi de sa mère, et si elle accepte de reprendre les rênes de l'empire mafieux des McKenna, c'est surtout parce qu'elle veut entretenir le Ruby et protéger les Rubinettes, ces femmes victimes de violences conjugales qui trouvent refuge dans cet ancien motel. Se débarrasser de la meth qui a envahi tout le Comté. Et surtout de Springfield, qui dirige le clan au-delà de la rivière et qui est responsable de la mort de sa mère. Elle échafaude donc un plan, qu'elle va mettre en œuvre en une journée, tandis que son père se... Harley Jean est la fille du redoutable Duke McKenna, à la tête d'un immense réseau criminel en Californie du Nord. Elle perd sa mère à 8 ans dans de terribles circonstances. Son père prend alors en charge son éducation, à sa façon, c'est-à-dire qu'il l'élève à la dure, l'enferme dans un coffre de voiture, lui apprend à chasser, à se battre, et fait d'elle un parfait tireur d'élite. Vient le jour où elle doit lui succéder… Certes, Harley est imbattable, et capable de coller une balle dans l'œil d'un type à 50 mètres. Certes, elle s'est endurcie, et sait parfaitement de qui elle tient. Mais elle tient aussi de sa mère, et si elle accepte de reprendre les rênes de l'empire mafieux des McKenna, c'est surtout parce qu'elle veut entretenir le Ruby et protéger les Rubinettes, ces femmes victimes de violences conjugales qui trouvent refuge dans cet ancien motel. Se débarrasser de la meth qui a envahi tout le Comté. Et surtout de Springfield, qui dirige le clan au-delà de la rivière et qui est responsable de la mort de sa mère. Elle échafaude donc un plan, qu'elle va mettre en œuvre en une journée, tandis que son père se meurt en secret à l'hôpital. Avec l'idée fixe d'obtenir le respect dans ce monde d'hommes – pas seulement pour elle, mais toutes les femmes - et de faire les choses à sa manière. Entre chaque rebondissement de cette longue journée, elle raconte son passé par bribes, et révèle une personnalité à la fois humaine et terriblement dure. Girls don't cry, elle lutte pour garder la tête haute sans céder à la violence paternelle. On ne peut s'empêcher d'y trouver un côté un peu insistant ou répétitif dans ce combat qu'elle mène contre elle-même, afin de garder sa part humaine face au mal absolu. Mais l'héroïne est attachante, et le récit bien fait, une sorte de western noir et contemporain qui tient en haleine sans faiblir au long de ses 551 pages.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeoLabs Posté le 18 Janvier 2020
    Girl Power! La femme dans cette histoire est une protagoniste à part entière et ce roman noir lui rend hommage comme il se doit. Ce fut une bonne lecture, divertissante dans l'ensemble, même si je dois avouer qu'elle n'a pas été à la hauteur de mes attentes, me provoquant par moments quelques absences et bâillements, malgré une action constante.
  • Frederic524 Posté le 18 Janvier 2020
    Une nouvelle fois, les éditions Sonatine nous dénichent avec « Mon Territoire » un thriller crépusculaire et, dans un même élan, lumineux à l’image de son héroïne charismatique et touchante : Harley McKenna. Tess Sharpe est la nouvelle pépite du thriller américain. Sa force, un style d’écriture incarné, sublime et une capacité à créer un univers ambiguë, sombre, celui du Duke, baron de la drogue d’une ville du nord de la Californie et de sa fille Harley. A 8 ans, Harley voit sa mère mourir de façon violente tandis que son père la met en garde contre les dangers qui la guettent. Duke tue, sa fille l’a surpris un jour, mais elle refuse le poids de cet héritage lourd de violence, de rapports de forces. Plus elle grandit et plus elle ressent comme une douleur, un déchirement, cet écartèlement entre un désir de ne pas décevoir son père et ses propres aspirations avec cette règle d’or, celle de ne pas tuer. Harley est élevée avec un garçon du nom de Will. Ce n’est pas son frère de sang et ils s’aiment depuis le premier jour. Elle cache un secret sur Duke qu’elle ne peut partager avec personne car elle a... Une nouvelle fois, les éditions Sonatine nous dénichent avec « Mon Territoire » un thriller crépusculaire et, dans un même élan, lumineux à l’image de son héroïne charismatique et touchante : Harley McKenna. Tess Sharpe est la nouvelle pépite du thriller américain. Sa force, un style d’écriture incarné, sublime et une capacité à créer un univers ambiguë, sombre, celui du Duke, baron de la drogue d’une ville du nord de la Californie et de sa fille Harley. A 8 ans, Harley voit sa mère mourir de façon violente tandis que son père la met en garde contre les dangers qui la guettent. Duke tue, sa fille l’a surpris un jour, mais elle refuse le poids de cet héritage lourd de violence, de rapports de forces. Plus elle grandit et plus elle ressent comme une douleur, un déchirement, cet écartèlement entre un désir de ne pas décevoir son père et ses propres aspirations avec cette règle d’or, celle de ne pas tuer. Harley est élevée avec un garçon du nom de Will. Ce n’est pas son frère de sang et ils s’aiment depuis le premier jour. Elle cache un secret sur Duke qu’elle ne peut partager avec personne car elle a offert sa parole à ce dernier de ne rien dire. A l’heure où l’empire familial est en passe de lui revenir, Harley a un plan pour changer la donne dans cette ville qu’elle aime tant. Tout le monde a peur du Duke, même le shériff qui est à sa botte, terrorisé par sa violence et voué au silence parce que corrompu comme beaucoup de personnes de cette contrée. Une autre famille voue une haine farouche au clan du Duke. Ils sont suprémacistes blanc, néonazi et depuis plusieurs générations ces deux familles éprouvent une haine féroce l’une pour l’autre. Tess Sharpe dresse le portrait d’une Amérique en déliquescence du fait de la drogue (la Meth), de la corruption, du racisme, de cette violence endémique qui en découle. Au milieu de ce chaos que n’aurait pas renié un David Joy, il reste une force capable de s’y opposer : celle de l’amour, de la compassion.. En hommage à sa mère trop tôt disparue, Harley poursuit son combat contre les violences faites aux femmes et aux enfants. Elle les hébergent dans un hôtel qui appartient au Duke. Ce dernier, malgré sa violence extrême, a quelques principes, aussi il laisse sa fille agir contre ce fléau. La force de ce roman c’est son humanité, son amour niché en creux comme celui d’un père pour sa fille, ou de Harley pour Will. Alors que l’apocalypse s’abat sur cette ville californienne, à l’heure des rancœurs et des luttes de pouvoir où les trahisons se font légions, Harley va devoir trouver sa place et choisir entre le destin qu’on lui impose et celui qu’elle se dessine. Un thriller magnifique sur la transmission, la rédemption, sur ce qui fait de nous des êtres complexes d’ombre et de lumière. Jamais manichéen, on est emporté par le souffle et la puissance d’évocation d’un récit aux dimensions tragiques et universelles. Brillant.
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !