Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355841040
Code sériel : 13
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Un père idéal

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Date de parution : 01/03/2012

Croyez-vous en l'instinct paternel ?

Jack Hunter a longtemps été un bon époux et un père idéal. Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s’attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte...

Jack Hunter a longtemps été un bon époux et un père idéal. Un homme bien sous tous rapports, hormis cette petite manie secrète et discutable : le meurtre violent de prostituées. Aussi son fils Edward ne s’attendait-il pas à ce que la police vienne un jour frapper à la porte de leur maison si tranquille pour y arrêter le premier serial killer de l’histoire de Christchurch, Nouvelle-Zélande. Vingt ans plus tard, Edward est à son tour devenu un citoyen modèle. Comptable sans histoire dans un cabinet d’avocats de la ville, il a tout fait pour oublier et faire oublier ses sombres origines. Mais le jour où sa femme est sauvagement assassinée, c’est vers son père, toujours derrière les barreaux, qu’il se tourne pour prendre conseil. Pourra-t-il faire autrement que de marcher sur ses traces ? L’instinct de tueur est-il vraiment héréditaire ? Autant de questions qu’Edward va devoir affronter durant une folle semaine qui verra sa vie bien rangée basculer dans l’horreur.

Après Un employé modèle, Paul Cleave subvertit de nouveau tous les codes du genre dans ce thriller noir et glaçant, au suspense insoutenable.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355841040
Code sériel : 13
Façonnage normé : EPUB2
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • fredaillesagu Posté le 5 Septembre 2020
    ça commence avec un braquage où le protagoniste tente d'intervenir. Une femme se fait tuer, c'est le début de l'intrigue... Ce n'est pas n'importe quelle femme.
  • marie504 Posté le 21 Juillet 2020
    Edward Hunter, lors d'un rendez-vous avec sa banque, assiste à un braquage et sa femme en est la victime. Il n'a plus qu'un objectif : venger celle-ci. Après un appel téléphonique de son père, il ira lui rendre visite en prison. Celui-ci est un tueur en série qui s'en prenait uniquement à des prostituées. Il est en prison depuis des années et Edward n'avait plus aucun contact avec lui. Il est d'ailleurs persuadé que son enfance malheureuse est dû aux actions de son père, puisque sa mère se suicidera et que sa soeur mourra d'une overdose. Quant à lui, tout le monde l'a toujours traité comme le fils d'un tueur en série, attendant qu'il prenne la même voie. Sa jeunesse n'a été qu'un enchaînement de difficultés, mais la vie semblait lui sourire enfin depuis qu'il avait rencontré sa femme. Suite à l'assassinat de sa femme, il va rechercher les responsables, écoutant le "monstre" dont il entend la voix et mettant en danger la vie de sa fille... Beaucoup de rebondissements dans ce livre et de "noirceur" au propre (avec les descriptions des quartiers défavorisés de la ville) comme au figuré (puisque le père d'Edward appelle ainsi la voix qui lui... Edward Hunter, lors d'un rendez-vous avec sa banque, assiste à un braquage et sa femme en est la victime. Il n'a plus qu'un objectif : venger celle-ci. Après un appel téléphonique de son père, il ira lui rendre visite en prison. Celui-ci est un tueur en série qui s'en prenait uniquement à des prostituées. Il est en prison depuis des années et Edward n'avait plus aucun contact avec lui. Il est d'ailleurs persuadé que son enfance malheureuse est dû aux actions de son père, puisque sa mère se suicidera et que sa soeur mourra d'une overdose. Quant à lui, tout le monde l'a toujours traité comme le fils d'un tueur en série, attendant qu'il prenne la même voie. Sa jeunesse n'a été qu'un enchaînement de difficultés, mais la vie semblait lui sourire enfin depuis qu'il avait rencontré sa femme. Suite à l'assassinat de sa femme, il va rechercher les responsables, écoutant le "monstre" dont il entend la voix et mettant en danger la vie de sa fille... Beaucoup de rebondissements dans ce livre et de "noirceur" au propre (avec les descriptions des quartiers défavorisés de la ville) comme au figuré (puisque le père d'Edward appelle ainsi la voix qui lui parle). Comment avec un tel père peut-on rester "normal" ? Quelles parts l'hérédité et le vécu peuvent-ils prendre dans le comportement et les réactions d'Edward suite au nouveau drame auquel il doit faire face ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pour1livre Posté le 15 Juin 2020
    Après avoir beaucoup aimé l'employé modèle, je me suis lancé dans la lecture de ce livre et j'ai été un peu déçu. On y retrouve beaucoup d'ingrédients ayant contribués au succés du premier nommé, mais là ça marche moins bien. La lecture n'est pas désagréable et ce n'est pas un mauvais roman, mais ça sera pour moi un livre qui ne laissera pas de souvenirs. 11/20
  • Pat0212 Posté le 9 Juin 2020
    J’avais beaucoup aimé Un employé modèle, paru il y a quelques années, et ce nouveau voyage à Christchurch, en Nouvelle-Zélande ne m’a pas déçue non plus. Edward Hunter est comptable, tout comme sa femme Jodie, ils ont une petite fille de six ans, Sam. Ils mènent une vie banale et heureuse, on est à quelques jours de Noël et le vendredi avant les vacances ils ont rendez-vous à la banque pour demander un crédit pour leur nouvelle maison. Edward traîne toutefois une casserole, son père est un tueur en série qui a sévi durant vingt-cinq ans, il s’en prenait à des prostituées et a été arrêté vingt ans plus tôt alors que son fils avait neuf ans, depuis ils ne se sont jamais revus. Lors de son procès, il a dit qu’une voix l’obligeait à tuer, mais personne ne l’a cru et il a été condamné à perpétuité. Un an après, c’est la mère d’Edward qui s’est suicidée, ensuite de quoi sa soeur Belinda s’est droguée et prostituée avant de mourir d’une overdose à dix-neuf ans. Edward tient son père pour responsable de tous ses malheurs et lui voue une haine féroce. Beaucoup de gens, dont le psy qui l’a... J’avais beaucoup aimé Un employé modèle, paru il y a quelques années, et ce nouveau voyage à Christchurch, en Nouvelle-Zélande ne m’a pas déçue non plus. Edward Hunter est comptable, tout comme sa femme Jodie, ils ont une petite fille de six ans, Sam. Ils mènent une vie banale et heureuse, on est à quelques jours de Noël et le vendredi avant les vacances ils ont rendez-vous à la banque pour demander un crédit pour leur nouvelle maison. Edward traîne toutefois une casserole, son père est un tueur en série qui a sévi durant vingt-cinq ans, il s’en prenait à des prostituées et a été arrêté vingt ans plus tôt alors que son fils avait neuf ans, depuis ils ne se sont jamais revus. Lors de son procès, il a dit qu’une voix l’obligeait à tuer, mais personne ne l’a cru et il a été condamné à perpétuité. Un an après, c’est la mère d’Edward qui s’est suicidée, ensuite de quoi sa soeur Belinda s’est droguée et prostituée avant de mourir d’une overdose à dix-neuf ans. Edward tient son père pour responsable de tous ses malheurs et lui voue une haine féroce. Beaucoup de gens, dont le psy qui l’a suivi dans son enfance, pensent qu’il est semblable à son père, ce qu’Edward réfute totalement, il pense n’avoir absolument rien en commun avec lui. Ce jour-là, alors qu’ils attendent leur rendez-vous à la banque, six braqueurs surgissent, ils prennent Jodie en otage et l’abattent lors de leur fuite. Edward veut se venger, il écoute désormais la voix du monstre qui guide ses pas dans une équipée sanglante au travers de la ville avec l’aide plus ou moins volontaire de son père et d’un policier compatissant. Ce polar est vraiment excellent, la littérature océanienne est plutôt rare sous nos cieux, donc apprécions-le pleinement. Il est très bien écrit, l’intrigue est très bien ficelée, il y a de nombreux rebondissements et aucune place pour l’ennui. Les personnages principaux sont très travaillés et tout en nuance, que ce soit Edward ou l’inspecteur Schroeder, on est loin de tout manichéisme, ce qui donne sa force aux héros. Edward est sûr de n’avoir rien en commun avec son père, mais celui-ci saura le faire douter. Même si le jury ne l’a pas cru, il est bien atteint de schizophrénie et a détecté très tôt la même maladie chez son rejeton, le psychiatre le sait aussi et met la police en garde sur le fait que l’assassinat de Jodie pourrait bien rendre son mari capable du pire. Edward est partagé entre lutter contre son « monstre » ou lui laisser la bride sur le cou. Il l’a laissé parler une fois à l’âge de neuf ans et a lui-même déclenché involontairement la catastrophe dont il est victime, ce que lui révèlera son père. La thématique de l’inné et de l’acquis est au coeur du roman, ainsi que celle du libre arbitre, Edward est-il le digne fils de son père ? Est-il appelé à suivre le même destin ou a-t’il le choix ? La responsabilité pénale des malades mentaux est aussi évoquée et on peut se demander si Jack a vraiment sa place en prison, il est certes un assassin mais il est aussi victime. L’enfer c’est les autres, disait Sartre et on peut se demander si les « autres » n’ont pas justement condamné Edward d’avance à suivre la voie tracée par son père, puisqu’ils ne semblent rien attendre d’autre de sa part. Jodie et Sam ouvraient un autre destin et une vie heureuse, leur mort fera ressortir le pire. Schroeder essaie de l’aider et de le stopper à temps, mais comme il n’arrive pas à retrouver les braqueurs, Edward s’en charge. Tous les signaux se mettent au rouge pour lui. Le policier sait qu’il est coupable mais pas responsable et essaie de l’aider jusqu’au bout en prenant tous les risques. Un autre thème est la violence sous-jacente de la société qui broie Edward et ronge la ville, personnifiée par un virus social qui la détruit peu à peu, jetant les habitants des quartier périphériques dans la misère et la violence et progressant insidieusement de quartier en quartier. Un coup de coeur pour moi, tout comme le précédent livre de Paul Cleave.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Patience82 Posté le 24 Mai 2020
    Edward Hunter assiste au meurtre violent de sa femme. Il se tourne alors vers son père, tueur en série, emprisonné depuis les 9 ans d'Edward. Il se lance dans une vengeance sanglante et maladroite qui va mettre sa fille en danger. En parallèle, on découvre l'histoire de sa vie : son père en prison, le suicide de sa mère, l'overdose de sa soeur. Ce thriller est très noir et oppressant. Ça ne s'arrête pas, les pages tournent, les évènements se succèdent. On ne voit pas beaucoup de lumière au bout du tunnel, mais on ne peut s'empêcher de continuer. Les personnages, leurs histoires m'ont souvent fait mal au cœur. On ne peut pas dire que le bonheur règne en maître sur leurs vies. On a souvent l'impression que tout tourne toujours au fiasco autour d'Edward. La plume est directe, simple, efficace. Elle met en valeur toute la noirceur du récit qui bien que totalement surréaliste, est très bien ficelé et vous prend aux tripes jusqu'au bout. Ceci-dit, je conseille ce thriller à tous les fans de Dexter.
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Interview
    Sonatine

    3 questions à Paul Cleave, à l'occasion de la sortie de son roman "Cauchemar"

    Après Un employé modèle et Ne fais confiance à personne, Paul Cleave s'essaie à un nouveau genre de polar. Son dernier roman, Cauchemar, va vous embarquer - dans une histoire menée tambours battants - jusqu'à Acacia Pines, une petite ville perdue des Etats-Unis. Pour savoir exactement de quoi il en retourne, et pourquoi de tels changements dans ses habitudes, nous avons posé quelques questions à Paul Cleave.

    Lire l'article