Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264060198
Code sériel : 4721
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Bois sauvage

Jean-Luc PININGRE (Traducteur)
Date de parution : 05/09/2013

Bois Sauvage, Mississippi, 2005. Esch a quatorze ans, un père désabusé et une fratrie bancale : Randall qui rêve d’échappée, Skeet et son pitbull, Junior, en mal de tendresse. Grandie trop vite sur une terre oubliée, enceinte, elle l’ignore mais dans dix jours, une tornade va frapper la Louisiane. C'est...

Bois Sauvage, Mississippi, 2005. Esch a quatorze ans, un père désabusé et une fratrie bancale : Randall qui rêve d’échappée, Skeet et son pitbull, Junior, en mal de tendresse. Grandie trop vite sur une terre oubliée, enceinte, elle l’ignore mais dans dix jours, une tornade va frapper la Louisiane. C'est Katrina, la mère de tous les ouragans, qui telle Médée est venue semer la désolation...

Ode sublime à l'amour, à la nature et à la rédemption, Bois sauvage est un roman envoûtant, aux accents faulknériens, porté par un lyrisme sensuel et une grâce insensée.

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Jean-Luc Piningre

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264060198
Code sériel : 4721
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CaroGalmard Posté le 18 Octobre 2019
    Attention, vous allez vivre Katrina avec la population locale. Le calme avant la tempête. Le calme pas si calme d'une vie de famille normale, voire un peu marginale. Une petite famille, sans trop de ressources, nichée dans une semi-cabane faite de bric et de broc au milieu d'une clairière. Et chacun tente de s'en tirer comme il peut. Par le basket pour l’aîné, l'élevage de chiens de combats pour le second et la fille qui doit trouver le fragile équilibre entre ses émois amoureux et la réalité de se découvrir enceinte. Sans oublier le père qui vivote et le petit qui grandit cahin-caha. Très présente aussi, il y a la mère, morte il y a plusieurs années, dont les souvenirs de tendresse et d'organisation de la vie planent sur la misère de ces gosses livrés à eux-même. Et Katrina arrive pour couronner le tout. Comme pour mettre tout le monde au même niveau et redémarrer de zéro. Ah c'est rustique. Minimaliste même : des paquets de nouilles chinoises croquées sans cuisson, des médicaments pour le chien piqués chez le voisin, des tee-shirts dont la couleur n'est plus qu'un souvenir lointain, des carcasses de voitures, qui parsèment la clairière, investies par... Attention, vous allez vivre Katrina avec la population locale. Le calme avant la tempête. Le calme pas si calme d'une vie de famille normale, voire un peu marginale. Une petite famille, sans trop de ressources, nichée dans une semi-cabane faite de bric et de broc au milieu d'une clairière. Et chacun tente de s'en tirer comme il peut. Par le basket pour l’aîné, l'élevage de chiens de combats pour le second et la fille qui doit trouver le fragile équilibre entre ses émois amoureux et la réalité de se découvrir enceinte. Sans oublier le père qui vivote et le petit qui grandit cahin-caha. Très présente aussi, il y a la mère, morte il y a plusieurs années, dont les souvenirs de tendresse et d'organisation de la vie planent sur la misère de ces gosses livrés à eux-même. Et Katrina arrive pour couronner le tout. Comme pour mettre tout le monde au même niveau et redémarrer de zéro. Ah c'est rustique. Minimaliste même : des paquets de nouilles chinoises croquées sans cuisson, des médicaments pour le chien piqués chez le voisin, des tee-shirts dont la couleur n'est plus qu'un souvenir lointain, des carcasses de voitures, qui parsèment la clairière, investies par les poules qui se font un malin plaisir d'y cacher leurs oeufs. Le contraste entre les tracas du quotidien et Katrina qui balaye tout est saisissant. On a beau savoir que l'ouragan arrive, dans la touffeur gluante de l'été, comme les personnages, on a du mal à réaliser que tout va disparaître. Alors, faut-il le lire ? Oui. Vraiment une belle peinture de cette communauté américaine noire et pauvre qui a survécu à Katrina mais comme en apparence ils ont moins perdu que les plus riches, on a moins parlé d'eux.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lison50 Posté le 27 Août 2019
    Si, au hasard de ma navigation sur les sites littéraires, j'étais tombée sur Bois sauvage et avais vu qu'il y était question entre autres de combats de chiens, j'aurais passé mon chemin. Mais il m'a été envoyé par une box littéraire et je ne saurai jamais assez remercier la personne qui l'a choisi pour moi. J'ai suivi passionnément ces quelques jours de la vie d'une famille noire et pauvre du Mississippi, fracassée mais néanmoins unie autour du terrible vide laissé par la mère morte en couches huit années auparavant. Cette chronique familiale et sociale, avant, pendant et juste après le passage de l'ouragan Katrina, à la fois violente et tendre, est tenue par Esch, la seule fille de la fratrie, 14 ans. Son style direct, heurté, original, les mots qui nous frappent de plein fouet, confèrent au récit un réalisme époustouflant. Le thème de la maternité est omniprésent : outre la mère morte en couches, Esch est enceinte et la chienne pitbull d'un des frères vient de mettre bas, événement prenant une place importante dans le récit. Et comme si la misère, la grossesse cachée, le chagrin, les difficultés du quotidien ne suffisaient pas, voilà que surgit Katrina, dont on... Si, au hasard de ma navigation sur les sites littéraires, j'étais tombée sur Bois sauvage et avais vu qu'il y était question entre autres de combats de chiens, j'aurais passé mon chemin. Mais il m'a été envoyé par une box littéraire et je ne saurai jamais assez remercier la personne qui l'a choisi pour moi. J'ai suivi passionnément ces quelques jours de la vie d'une famille noire et pauvre du Mississippi, fracassée mais néanmoins unie autour du terrible vide laissé par la mère morte en couches huit années auparavant. Cette chronique familiale et sociale, avant, pendant et juste après le passage de l'ouragan Katrina, à la fois violente et tendre, est tenue par Esch, la seule fille de la fratrie, 14 ans. Son style direct, heurté, original, les mots qui nous frappent de plein fouet, confèrent au récit un réalisme époustouflant. Le thème de la maternité est omniprésent : outre la mère morte en couches, Esch est enceinte et la chienne pitbull d'un des frères vient de mettre bas, événement prenant une place importante dans le récit. Et comme si la misère, la grossesse cachée, le chagrin, les difficultés du quotidien ne suffisaient pas, voilà que surgit Katrina, dont on ne sait si elle achèvera de semer le chaos dans cette famille ou si son souffle rédempteur rebattra les cartes pour un nouveau départ. Je me suis énormément attachée à cette adolescente qui cherche des réponses et du réconfort dans son livre de mythologie et je l'ai quittée avec la plus grande frustration. Ce roman m'a laissée vraiment admirative et je pense qu'il mériterait de passer à la postérité. Or, visiblement, peu de personnes l'ont lu, en France du moins, car je suppose que ce n'est pas le cas aux États-Unis où il a reçu le National Book Award. Pourquoi a-t-il mal traversé l'Atlantique ? C'est un mystère. Puisse ma modeste contribution inciter certains à le découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • stephanerenard Posté le 24 Août 2019
    Bois Sauvage, de Jesmyn Ward Une famille en difficulté quelques jours avant l’ouragan Katrina. La narratrice a 14 ans, elle est entourée de garçons, paumée, enceinte, personne à qui en parler, mais elle décrit son univers avec une grâce digne de W. Faulkner. L’écriture est si intense que j’étais comme groggy en posant le livre. C’est vibrant comme du Van Gogh, le lecteur est immergé et submergé. Avec des moments d’une puissance incroyable (le combat de chiens, l’ouragan) puis le calme après la tempête qui abasourdit. Le thème du livre ne m’attirait pas mais j’ai été littéralement envoûté. Il y a quelque chose de magique dans cette écriture si expressive et si juste.
  • mcd30 Posté le 3 Juillet 2019
    Après le chant de revenants, Bois sauvage est mon deuxième roman de Jesmyn Ward. Et c'est la lune de miel, je suis tombée sous le charme de cette auteure qui insuffle sa poésie à un monde pauvre, sans pitié et parvient à lui apporter de la beauté. Bois sauvage c'est la chronique d'une famille, avant, pendant et après Katrina. La narratrice, Esch, a quinze ans et est enceinte, viennent ensuite ses trois frères : Skeeter, Randall et Junior, ainsi que son père et quelques amis de ses frères dont Manny, le père de son enfant. Esch est scolarisée et doit lire un livre de mythologie pendant les vacances, elle est intelligente et se pose énormément de questions. Elle transpose ce qu'elle lit dans sa vie de tous les jours, ses comparaisons liées à ce qui l'entoure sont très rafraîchissantes, il n'y a que l'essentiel chez eux et encore... Skeeter, son frère aîné, a un pit-bull, China qui vient de mettre bas. C'est un peu le chef de meute de la fratrie, il compte gagner de l'argent pour sa famille, grâce aux chiots et aux combats de chiens, China est dressée pour bien qu'il n'ait d'yeux que pour elle. A travers l'attitude de... Après le chant de revenants, Bois sauvage est mon deuxième roman de Jesmyn Ward. Et c'est la lune de miel, je suis tombée sous le charme de cette auteure qui insuffle sa poésie à un monde pauvre, sans pitié et parvient à lui apporter de la beauté. Bois sauvage c'est la chronique d'une famille, avant, pendant et après Katrina. La narratrice, Esch, a quinze ans et est enceinte, viennent ensuite ses trois frères : Skeeter, Randall et Junior, ainsi que son père et quelques amis de ses frères dont Manny, le père de son enfant. Esch est scolarisée et doit lire un livre de mythologie pendant les vacances, elle est intelligente et se pose énormément de questions. Elle transpose ce qu'elle lit dans sa vie de tous les jours, ses comparaisons liées à ce qui l'entoure sont très rafraîchissantes, il n'y a que l'essentiel chez eux et encore... Skeeter, son frère aîné, a un pit-bull, China qui vient de mettre bas. C'est un peu le chef de meute de la fratrie, il compte gagner de l'argent pour sa famille, grâce aux chiots et aux combats de chiens, China est dressée pour bien qu'il n'ait d'yeux que pour elle. A travers l'attitude de son frère Esch prend conscience de ce qu'est l'amour, la bienveillance, les soins que l'on apporte aux autres quand ils sont importants à nos yeux. Cette chienne lui sert d'exemple car sa mère est morte à la naissance de Junior. Pendant ce temps, le père alcoolique, pas très présent pour eux, se démène malgré le peu de moyens pour les protéger de Katrina. C'est un homme plutôt détestable et pourtant lorsqu'un arbre tombe sur la maison, on le voit prendre un petit sac plastique et quelques minutes plus tard, il sort son bien le plus précieux, des photos de sa femme et on réalise qu'il est mort avec elle. Puis arrive Katrina, et la famille se retrouve piégée par les eaux dans sa maison qui s'enfonce. L'ouragan est un autre personnage du roman, devenu "mythique" depuis, qui nous entraîne avec ses rafales jusqu'aux dernières pages, tant nous sommes happés par l'intensité et le réalisme de la situation. Dans Bois sauvage nous retrouvons des thèmes récurrents : le deuil, l'absence des parents, une extrême pauvreté matérielle et morale, ces fratries délaissées où les enfants prennent soin les uns des autres. Je n'ai mis que quatre étoiles, les combats de chien trop réalistes m'ont forcée à sauter quelques pages. La traduction était quelque peu laborieuse par moment. Malgré ces bémols ce fut une excellente lecture qui se termine sur une note d'espoir . Un roman qui mérite bien son prix le National Book Award. Et par-dessus tout une auteure à suivre ou à découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AHala Posté le 1 Juin 2019
    Je suis encore sous le choc de cette lecture puissante et intense. Une très belle découverte. C’est le premier que je lis de cette auteure. Je me demande pourquoi je ne l’ai pas découvert avant ! Bois Sauvage est la chronique d’un cataclysme annoncé. Présentée comme un compte à rebours, l’histoire commence 10 jours avant l’arrivée de Katrina l’ouragan qui a dévasté le sud des États-Unis en 2005. La narratrice une adolescente de quatorze ans, nous raconte son quotidien et celui de sa famille dans cette Amérique noire et pauvre pendant ces douze jours. Derrière la violence et la brutalité de son monde on découvre des personnages attachants avec beaucoup tendresse et d’humanité. La figure tutélaire de la mère omniprésente est amplifiée avec l’invocation de la mythologie grecque, et du mythe de Médée, la mère qui tue ses enfants par amour pour l’ingrat Jason. Avec un style direct et charnel Jasmyn Ward décrit magistralement le déchaînement des hommes, des animaux et de la nature. La fin est un hymne à la vie. Maintenant j’ai hâte de lire ses autres romans.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par 10/18

    Jesmyn Ward : "Le chant des revenants", la voix des réprouvés

    Deux fois récompensée du National Book Award, la jeune quadragénaire Jesmyn Ward publie avec Le chant des revenants (Sing, Unburied, Sing en VO) une chronique à la fois cruelle et tendre sur la salutaire solidarité familiale d'une poignée de personnages nés noirs ou métis dans un Mississippi encore aujourd'hui souvent confronté au démon du racisme.

    Lire l'article
  • Par Lisez

    Jesmyn Ward : découvrez son interview pour La Grande Librairie (vidéo)

    Si Jesmyn Ward ne vient pas à toi, c’est toi qui ira à elle. François Busnel s’est envolé à destination du Mississippi pour rencontrer l’autrice afro-américaine dont le roman Le Chant des revenants (Belfond) vient d’être publié en France. Découvrez tout de suite cette interview.

    Lire l'article