En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Code 93

        Pocket
        EAN : 9782266249157
        Code sériel : 15935
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 108 x 177 mm
        Code 93

        Date de parution : 09/10/2014
        Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
        Et que penser de ces lettres anonymes...
        Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
        Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 » ?
        Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

        « Un scénario qui tient en haleine jusqu'à la dernière page. Du grand art de polar. » L'Express

        « On ressort bluffé par ce thriller. » Le Figaro (Coup de cœur de l'année)
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266249157
        Code sériel : 15935
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • cathy13600 Posté le 7 Août 2018
          Jusqu'à ce mois de juillet 2018, période durant laquelle j'ai terminé « Code 93 », je n'avais jamais lu de livres d'Olivier Norek. Comme beaucoup de passionnés de lectures, j'avais bien évidemment entendu parler de cet auteur a qui l'on prête du talent et un sens aiguisé pour l'écriture de polars. Je m'étais promise de le lire un de ces jours. Par manque de temps, je n'avais pas encore franchi le pas. Faute réparée puisqu'après avoir définitivement posé « Tu tueras l'ange » de Sandrone Dazieri, je décidais ou plutôt nous décidions, Nathalou93 et moi-même, de partir ensemble à la découverte de ce Monsieur et du premier tome de sa trilogie qui se compose également de Territoires et Surtensions. Très rapidement, j'ai su que mon choix avait été le bon. le sujet me paraissait intéressant, parfaitement maitrisé. Quelques heures de plaisir m'attendaient. Finalement, j'ai effectivement passé un agréable moment. Un moment fait de tensions, de noirceur, de surprises mais aussi d'humanité qui ne demande qu'à être prolongé avec son second opus même si les enquêtes doivent être vraisemblablement indépendantes les unes des autres. Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un... Jusqu'à ce mois de juillet 2018, période durant laquelle j'ai terminé « Code 93 », je n'avais jamais lu de livres d'Olivier Norek. Comme beaucoup de passionnés de lectures, j'avais bien évidemment entendu parler de cet auteur a qui l'on prête du talent et un sens aiguisé pour l'écriture de polars. Je m'étais promise de le lire un de ces jours. Par manque de temps, je n'avais pas encore franchi le pas. Faute réparée puisqu'après avoir définitivement posé « Tu tueras l'ange » de Sandrone Dazieri, je décidais ou plutôt nous décidions, Nathalou93 et moi-même, de partir ensemble à la découverte de ce Monsieur et du premier tome de sa trilogie qui se compose également de Territoires et Surtensions. Très rapidement, j'ai su que mon choix avait été le bon. le sujet me paraissait intéressant, parfaitement maitrisé. Quelques heures de plaisir m'attendaient. Finalement, j'ai effectivement passé un agréable moment. Un moment fait de tensions, de noirceur, de surprises mais aussi d'humanité qui ne demande qu'à être prolongé avec son second opus même si les enquêtes doivent être vraisemblablement indépendantes les unes des autres. Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Voici autant de cas curieux que l'on doit affronter lorsque l'on rencontre Victor Coste, capitaine de police au groupe crime de la Sous-direction de la Police Judiciaire de Seine-Saint-Denis. Rompu aux enquêtes délicates par quinze ans d'expérience sur le département, ce chef d'équipe se prépare pourtant au pire. À la suite de la réception de lettres anonymes, il investigue et met à jour des pratiques peu conformes à la morale au sein de son unité. Une première piste se dessine : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 ». Qu'en penser ? Que signifie-il ? Qu'implique-t-il ? Est-il en corrélation avec les récents homicides ? le chemin sera long et difficile… surtout qu'en parallèle, ses hommes et lui vont s'engager sur un terrain glissant à cause d'une affaire compromettant une famille aisée de Saint-Cloud. Est-ce le hasard ? Une coïncidence ? Existe-t-il un lien entre ces nombreuses énigmes ? En clair, que vont-ils déterrer ? du lourd ? de l'insignifiant ? Vous piaffez d'impatience ? Je ne vois qu'une solution : achetez ou empruntez ce bouquin et lancez-vous ! Au fil des pages, l'écrivain nous confronte au dur métier de policier. Nous voyageons au coeur même d'une brigade chargée de résoudre les meurtres les plus sordides. Nous plongeons dans la drogue, la prostitution, la turpitude, les manigances politiques et nous prenons alors conscience de l'horreur et parfois de la résignation qui accompagne ces officiers. Sous couvert d'une investigation criminelle sur fond de politique, nous découvrons un monde fait de rites, de codes. En étant lieutenant de police, actuellement en disponibilité, dans ce département de la région Île-de-France, M. Noreck ne pouvait que s'appuyer sur ses connaissances, son expérience pour accoucher d'un écrit qui transpire de vérités, de justesse. C'est bluffant de réalisme. A tel point, que je crois sincèrement que rien n'est inventé. Simplement mis en forme pour en faire un thriller. Beau travail ! Le style est entrainant, addictif car direct. O.N. écrit sans surcharges, en allant « droit au but ». Les chapitres courts sont bien construits et plaisants à lire. Les dialogues sont assez vivants avec une légère pointe d'humour qui n'est pas désagréable. Après vous avoir expliqué les raisons pour lesquelles j'ai aimé cette lecture, je ne peux occulter ce qui m'a déplu. Je m'adresse, ici, directement à l'auteur : Pourquoi cette comparaison entre Marseille et le 93 ? Il est évident que la cité phocéenne connait de l'insécurité mais, pour y vivre, je vous certifie que cet amalgame ne se justifie pas. Je trouve, par ailleurs, que le suspense est insuffisant. Certes, l'intrigue, imaginée avec soin, est complexe mais j'ai deviné le nom du coupable trop tôt à mon goût. Cela a amoindri mon intérêt et m'a privée d'un dénouement surprenant. Gros point noir du récit à mon humble avis. Les personnages, qu'en ai-je pensé ? Le premier contact est positif. J'ai aimé les accompagner au quotidien. Je suis tombée sur des protagonistes professionnels, consciencieux, déterminés. Ils ne sont pas parfaits mais très attachants. Ce sont avant tout des êtres humains avec leurs qualités, leurs défauts, leurs faiblesses. Chacun son caractère, chacun son passé mais ensemble ils forment un vrai clan capable de résister à n'importe quelle tempête. Il me tarde de les rejoindre à nouveau. J'ai eu une affection particulière pour notre héros principal. Cet individu est responsable, travailleur, protecteur envers ses subordonnés. J'ai apprécié son humanisme, l'amitié avec son ancien collègue et le fait qu'il ne soit pas blasé par sa vie professionnelle. J'ai adoré Johanna. Son abnégation, son énergie, son caractère bien trempé. Le binôme Sam-Ronan est agréable à suivre. Leur complicité évidente est un atout majeur. En bref, je ressors de cette aventure en ayant un ressenti positif. J'ai tourné les pages avec avidité en y prenant un réel plaisir. Je ne me suis jamais ennuyée et j'ai appris nonobstant le fait que ce soit une fiction. Ma rencontre avec ce romancier a été bénéfique. Je continuerai donc à le suivre. Je conseille ? : Oui, sans aucun souci. Malgré les quelques imperfections évoquées plus haut, C'est un bon roman policier. du réalisme, de l'efficacité, de l'audace et une histoire bien ficelée vous attendent. Pour un premier écrit, c'est une belle réussite. A confirmer par la suite.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Faura Posté le 30 Juillet 2018
          Plongée dans les cités du 93, la misère, les trafics en tout genres, la police qui fait ce qu’elle peut : un cadavre qui revient à la vie, un autre salement brûlé, des dossiers disparus, des lettres anonymes. On suit la construction de l’équipe du Capitaine Victor Coste au SDPJ 93, qui fera le socle des deux livres qui suivent : « Territoires » et « Surtensions ». Et il vaut mieux les lire dans l’ordre pour comprendre les affinités et les taquineries des uns et des autres. Au fil de l’enquête, on découvre les vies parallèles de ces policiers, quand ils en ont... car il n’est pas simple d’avoir une vie de famille, une vie de couple, quand votre profession vous amène à toucher la laideur du monde et que vous n’avez pas d’horaires. Tout le talent d’Olivier Norek s’exprime dans la construction de personnages attachants parce qu’humains, ce ne sont pas des super-héros. On sent aussi la sincérité dans la narration, ils existent ces quartiers, ces lieux de retrouvailles (la pizzeria... excellente d’ailleurs!), ces lieux traversés à fond au son du deux-tons. Heureusement que l’humour est également à l’honneur, certaines réflexions m’ont fait rire, et relâcher la tension. Mais on frémit également parce que le premier... Plongée dans les cités du 93, la misère, les trafics en tout genres, la police qui fait ce qu’elle peut : un cadavre qui revient à la vie, un autre salement brûlé, des dossiers disparus, des lettres anonymes. On suit la construction de l’équipe du Capitaine Victor Coste au SDPJ 93, qui fera le socle des deux livres qui suivent : « Territoires » et « Surtensions ». Et il vaut mieux les lire dans l’ordre pour comprendre les affinités et les taquineries des uns et des autres. Au fil de l’enquête, on découvre les vies parallèles de ces policiers, quand ils en ont... car il n’est pas simple d’avoir une vie de famille, une vie de couple, quand votre profession vous amène à toucher la laideur du monde et que vous n’avez pas d’horaires. Tout le talent d’Olivier Norek s’exprime dans la construction de personnages attachants parce qu’humains, ce ne sont pas des super-héros. On sent aussi la sincérité dans la narration, ils existent ces quartiers, ces lieux de retrouvailles (la pizzeria... excellente d’ailleurs!), ces lieux traversés à fond au son du deux-tons. Heureusement que l’humour est également à l’honneur, certaines réflexions m’ont fait rire, et relâcher la tension. Mais on frémit également parce que le premier métier de l’auteur c’est d’être policier. Et qu’on sait aussi que la réalité dépasse souvent la fiction. Alors à qui peut-on faire confiance ? Un rythme rapide, une enquête prenante, un livre haletant. lirelanuitoupas.wordpress.com
          Lire la suite
          En lire moins
        • khanel3 Posté le 17 Juillet 2018
          J'ai bien aimé les personnages et l'intrigue, je lirai sûrement d'autres livres de l'auteur
        • Apikrus Posté le 17 Juillet 2018
          Le capitaine Victor Coste et son équipe travaillent en Seine-Saint-Denis, en section de police spécialisée dans les enquêtes sur les homicides et les morts suspectes. Que ces policiers croisent régulièrement des cadavres plus ou moins faisandés, ou plus ou moins rôtis, n’a donc rien de surprenant. Ce qui l’est pour Victor, ce sont ces petits mots qu’il reçoit faisant référence à d’anciennes affaires non résolues. Intrigué, le policier cherche les dossiers correspondants. Il mène cette enquête en solo, pour ne pas impliquer des collègues dans une affaire potentiellement dangereuse et aussi par méfiance, le mystérieux corbeau semblant bien informé… Les choses se corsent quand un lien s’établit entre ces anciennes affaires et un meurtre récent. L’ambiance dans la petite équipe et dans la grande maison rendent la lecture agréable et donnent de la crédibilité au récit. Le suspense est au rendez-vous, même si l’intrigue reste relativement simple. Cette simplicité vaut parfois mieux qu’une complexité outrancière qui donne l’impression au lecteur de se faire manipuler ou de ne pas tout suivre. Un bon polar, écrit par un connaisseur du milieu puisque Oliver Norek est policier au SDPJ 93 (en disponibilité actuellement, selon ses indications au salon du livre de Vannes de juin... Le capitaine Victor Coste et son équipe travaillent en Seine-Saint-Denis, en section de police spécialisée dans les enquêtes sur les homicides et les morts suspectes. Que ces policiers croisent régulièrement des cadavres plus ou moins faisandés, ou plus ou moins rôtis, n’a donc rien de surprenant. Ce qui l’est pour Victor, ce sont ces petits mots qu’il reçoit faisant référence à d’anciennes affaires non résolues. Intrigué, le policier cherche les dossiers correspondants. Il mène cette enquête en solo, pour ne pas impliquer des collègues dans une affaire potentiellement dangereuse et aussi par méfiance, le mystérieux corbeau semblant bien informé… Les choses se corsent quand un lien s’établit entre ces anciennes affaires et un meurtre récent. L’ambiance dans la petite équipe et dans la grande maison rendent la lecture agréable et donnent de la crédibilité au récit. Le suspense est au rendez-vous, même si l’intrigue reste relativement simple. Cette simplicité vaut parfois mieux qu’une complexité outrancière qui donne l’impression au lecteur de se faire manipuler ou de ne pas tout suivre. Un bon polar, écrit par un connaisseur du milieu puisque Oliver Norek est policier au SDPJ 93 (en disponibilité actuellement, selon ses indications au salon du livre de Vannes de juin 2018). • J'ai beaucoup apprécié récemment le dernier roman de cet auteur 'Entre deux mondes' - particulièrement émouvant -, sur la situation dramatique de réfugiés en France. Je le recommande encore plus vivement que ce premier volet de la série 'Coste'.
          Lire la suite
          En lire moins
        • dorotheehauquier Posté le 16 Juillet 2018
          Découverte d'Olivier Norek et... charmée Cela faisait longtemps que je n'étais plus tombée sur un auteur de policier qui me tienne autant dans l'histoire surtout par sa manière d'écrire pour nous maintenir dans l'enquête. Différents personnages qui se relient à un moment donné sans que l'on est senti les choses venir, j'ai passé un excellent moment. Je sens que d'autres livres de Norek finiront dans ma pal

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « La révélation du polar français. » Rtl.fr
        « Olivier Norek publie un premier polar parfaitement maîtrisé. On ressort bluffé par ce thriller à l’atmosphère étouffante. Après ce joli coup d’essai, une suite s’impose, lieutenant ! » Le Figaro
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com