RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Code 93

            Pocket
            EAN : 9782266249157
            Code sériel : 15935
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 360
            Format : 108 x 177 mm
            Code 93

            Date de parution : 09/10/2014
            Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
            Et que penser de ces lettres anonymes...
            Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.
            Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le « Code 93 » ?
            Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

            « Un scénario qui tient en haleine jusqu'à la dernière page. Du grand art de polar. » L'Express

            « On ressort bluffé par ce thriller. » Le Figaro (Coup de cœur de l'année)
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266249157
            Code sériel : 15935
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 360
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « La révélation du polar français. » Rtl.fr
            « Olivier Norek publie un premier polar parfaitement maîtrisé. On ressort bluffé par ce thriller à l’atmosphère étouffante. Après ce joli coup d’essai, une suite s’impose, lieutenant ! » Le Figaro
             

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Charliebbtl Posté le 12 Mars 2019
              Que peut-on dire de ce roman si ce n'est qu'il va droit au but ? Efficace, sans fioritures et sans concessions vis-à-vis de milieux que l'auteur connaît bien. Tout est bien ficelé dans ce court polar : les éléments du dossier s'enchaînent sans accroc et nous permettent de mener l'enquête en même temps que les protagonistes. On peut d'autant plus faire confiance à l'auteur que celui-ci est de la maison. On sent derrière la plume l'expérience de terrain. Le quotidien des banlieues où les flics ne sont pas les bienvenus y est rendu avec sa violence et sa douleur (notamment celle des mères) mais aussi et surtout les compromis qui y sont nécessaires pour boucler les enquêtes. Ce qui est également intéressant, c'est que l'objectif principal de l'auteur ne semble pas avoir été de faire un énième roman sur cette banlieue du 9-3 "qui craint". D'ailleurs les trois exemplaires de "losers" qu'on y trouve apparaissent dépeints comme de petits joueurs, entre le camé, le mec aux gros bras et le dealer. On les plaindrait plus qu'autre chose face à ceux qui, au final, les exploitent et en tirent profit pour leurs propres comptes, j'ai nommé les politiciens (le roman nous présente... Que peut-on dire de ce roman si ce n'est qu'il va droit au but ? Efficace, sans fioritures et sans concessions vis-à-vis de milieux que l'auteur connaît bien. Tout est bien ficelé dans ce court polar : les éléments du dossier s'enchaînent sans accroc et nous permettent de mener l'enquête en même temps que les protagonistes. On peut d'autant plus faire confiance à l'auteur que celui-ci est de la maison. On sent derrière la plume l'expérience de terrain. Le quotidien des banlieues où les flics ne sont pas les bienvenus y est rendu avec sa violence et sa douleur (notamment celle des mères) mais aussi et surtout les compromis qui y sont nécessaires pour boucler les enquêtes. Ce qui est également intéressant, c'est que l'objectif principal de l'auteur ne semble pas avoir été de faire un énième roman sur cette banlieue du 9-3 "qui craint". D'ailleurs les trois exemplaires de "losers" qu'on y trouve apparaissent dépeints comme de petits joueurs, entre le camé, le mec aux gros bras et le dealer. On les plaindrait plus qu'autre chose face à ceux qui, au final, les exploitent et en tirent profit pour leurs propres comptes, j'ai nommé les politiciens (le roman nous présente d'ailleurs une version du Grand Paris que les chaînes d'info en continu semblent avoir oublié d'évoquer) et les flics véreux et carriéristes. En effet, s'il y a une chose que l'on ne peut pas reprocher à Olivier Norek dans son roman, c'est de ne pas être objectif car le milieu policier n'y est pas épargné. Certes, on a les "gentils" flics dont font partie Coste et son équipe (Oui, oui, même Mathias Aubin) mais il y a aussi les "ripoux". Et ici, les salauds ne sont pas forcément au bas de la hiérarchie comme on aurait trop souvent tendance à vouloir nous le faire croire. Certains gradés perdent ici un peu de leurs galons et j'aurais tendance à dire que cela fait du bien car, quand on entend certaines déclarations politiques par les temps qui courent, on a parfois l'impression qu'on nous prend pour des imbéciles en voulant nous faire croire que des "méchants", il n'y en a pas dans les rangs de nos forces de l'ordre. Loin de moi l'idée de vouloir faire penser qu'Olivier Norek fait le procès de la Police nationale mais on doit lui reconnaître une clairvoyance que certains de nos ministres devraient aussi adopter parfois. Il n'empêche que l'équipe de Coste fait son boulot et le fait bien, malgré ses soucis personnels, ce qui lui octroie une humanité, trop souvent dissimulée derrière les uniformes et les brassards. Un autre point plutôt sympa et assez rare dans ce type de roman : c'est la place accordée aux femmes qui ne se contentent pas seulement des seconds rôles. Pour une fois, les femmes ont des fonctions qu'elles assument pleinement, prouvant ainsi qu'elles n'ont rien de fonctions d'homme. Léa Marquant, la légiste, sait recarder qui de droit lorsqu'on lui laisse penser qu'elle a été dupée par une famille désireuse d'oublier un passé gênant. De Ritter parvient à se faire un prénom dans ce milieu d'hommes en rappelant à Ronan avec tact que l'apparence n'a rien à voir avec la féminité. Bon, il y a quand même "une erreur de casting" (histoire de rappeler que la femme n'est finalement pas plus parfaite que l'homme) et c'est le capitaine Lara Jevric qui s'y colle pour le coup. Mon chouchou à moi Ben ce sera cette fois Vincent Coste, symbole de la sexitude absolue (les cheveux poivre et sel, ça le fait quand même !). A la fois fort quand il s'agit de régler leurs comptes à des types ignorant le sens du mot "non" et fragile quand il se retrouve seul dans son appartement avec ses démons ou quand il ne sait plus où se mettre devant la non-moins sexy docteur Léa Marquant qui, pourtant, n'en attend pas moins. Au final, une très chouette découverte qui m'amènera sans aucun doute à découvrir la suite des aventures du Capitaine Coste.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Melcleon Posté le 9 Mars 2019
              Manifestement, Olivier Norek est un pro. Pro de la police, dont il connaît tous les rouages, familier des sigles que leur attribuent les membres de la corporation, rompu aux dossiers constituant le lot quotidien des flics du "neuf-trois", mais pro de l'écriture également car ce roman, du strict point de vue du style, n'encourt guère la critique. Quant au fond, je suis pareillement à court de reproches, hormis peut-être les instants de malaise que pourrait faire naître le réalisme cru de certaines scènes expertement imaginées et trop fidèlement décrites. L'auteur n'en abuse pas, et son sujet est à la fois plus vaste et plus intime, touchant à la politique de la ville d'un côté, et d'un autre aux zones sombres d'une vieille famille. Le capitaine Coste, chef d'un groupe "Crime" au sein de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, est confronté en l'intervalle de quelques jours à deux homicides – ou plutôt un et demi, si l'on peut dire – à la mise en scène soignée, pain bénit pour les médias, ce qui incite la hiérarchie à mettre la pression sur son groupe pour une résolution rapide des affaires. Dans le même temps, il reçoit deux lettre anonymes évoquant des enquêtes pour... Manifestement, Olivier Norek est un pro. Pro de la police, dont il connaît tous les rouages, familier des sigles que leur attribuent les membres de la corporation, rompu aux dossiers constituant le lot quotidien des flics du "neuf-trois", mais pro de l'écriture également car ce roman, du strict point de vue du style, n'encourt guère la critique. Quant au fond, je suis pareillement à court de reproches, hormis peut-être les instants de malaise que pourrait faire naître le réalisme cru de certaines scènes expertement imaginées et trop fidèlement décrites. L'auteur n'en abuse pas, et son sujet est à la fois plus vaste et plus intime, touchant à la politique de la ville d'un côté, et d'un autre aux zones sombres d'une vieille famille. Le capitaine Coste, chef d'un groupe "Crime" au sein de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, est confronté en l'intervalle de quelques jours à deux homicides – ou plutôt un et demi, si l'on peut dire – à la mise en scène soignée, pain bénit pour les médias, ce qui incite la hiérarchie à mettre la pression sur son groupe pour une résolution rapide des affaires. Dans le même temps, il reçoit deux lettre anonymes évoquant des enquêtes pour meurtre vieilles d'un an dont il se souvient des premières investigations, menées par son équipe, et qui, mystérieusement, s'évanouissent ensuite au cours de leurs navettes entre police et justice, sans pour autant se retrouver dans le tiroir des affaires classées. Cette coïncidence entre messages personnels bien informés et actualité chaude à traiter d'urgence n'est pas le fruit du hasard, Coste le pressent. Il va donc devoir régler simultanément plusieurs problèmes impliquant aussi bien certains de ses subordonnés que de ses supérieurs.
              Lire la suite
              En lire moins
            • bibiouest Posté le 9 Mars 2019
              J'ai passé un excellent moment avec ce premier polar d'Olivier Norek. L'auteur maîtrise son sujet, lui-même policier dans le 93 les intrigues et idées de romans doivent foisonner, mais c'est une chose d'imaginer une histoire s'en est une autre de la coucher sur papier, on peut dire que le pari de Norek est une réussite.La réalité est souvent bien plus «intéressante» que la fiction... Les personnages sont attachants, en particulier le capitaine Coste en flic charismatique. Des dialogues percutants, ponctués d'humour malgré le contexte, font de ce code 93 une lecture addictive.
            • Yendare Posté le 9 Mars 2019
              Toute première lecture pour moi d’Olivier Norek et cela ne sera pas la dernière ayant bien apprécié cette lecture qui nous plonge au sein de la police Judiciaire de Seine-Saint-Denis. J’ai vite compris que j’allais apprécier très intrigué dès le début de voir le premier mort ayant subi une ablation des testicules se réveiller sur la table de la légiste quand celle-ci commence à lui taillader avec précision et efficacité les mollets afin de chercher d'éventuelle ecchymose sous-cutanée. J’étais très curieux de savoir qu’elle taré était assez tordu pour faire ça. Les personnages sont plaisants et sympathiques, l’intrigue prenante et immersive. Une fois le roman bien entamé il m’a été difficile de le lâcher voulant connaître le fin mot de cette histoire de vengeance et de corruption. J’ai donc passé un agréable moment à la lecture de ce roman policier et lirai d'autres livre de l’auteur avec plaisir notamment les autres aventures de la sympathique équipe de Coste.
            • columpio92 Posté le 4 Mars 2019
              Olivier Norek nous entraîne dans un milieu glauque en dénonçant par là même des pratiques qque peu douteuses du monde policier

            les contenus multimédias

            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.