RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Dalva

            10/18
            EAN : 9782264016126
            Code sériel : 2168
            Façonnage normé : POCHE
            Format : 177 x 108 mm
            Dalva

            Brice MATTHIEUSSENT (Traducteur)
            Date de parution : 01/03/1991

            Pour reprendre le contrôle de sa vie, Dalva s’installe dans le ranch familial du Nebraska et se souvient : l’amour de Duane, les deuils, l’arrachement à ce fils nouveau-né qu’elle cherche obstinément. Meurtrie mais debout, elle découvre l’histoire de sa famille liée à celle du peuple sioux et d’une Amérique...

            Pour reprendre le contrôle de sa vie, Dalva s’installe dans le ranch familial du Nebraska et se souvient : l’amour de Duane, les deuils, l’arrachement à ce fils nouveau-né qu’elle cherche obstinément. Meurtrie mais debout, elle découvre l’histoire de sa famille liée à celle du peuple sioux et d’une Amérique violente. Chef-d’œuvre humaniste, Dalva est un hymne à la vie.

            «Le roman des grands espaces : la preuve, par la littérature, que l’on est ce que l’on fait. Une invitation à la sculpture de soi.»
            François Busnel, L’Express

            Traduit de l’anglais (États-Unis)
            par Brice Matthieussent

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264016126
            Code sériel : 2168
            Façonnage normé : POCHE
            Format : 177 x 108 mm
            10/18
            7.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Le plus beau roman de Jim Harrison est un fabuleux triptyque virevoltant autour de l’image et les souvenirs de Dalva, une femme sensible qui rapproche dans sa mémoire les traces d’un amour révolu, le temps et l’espace, la violence des êtres et le destin du peuple sioux, l’histoire et la géographie des États-Unis, dans son ranch au fin fond du Nebraska. Le chef-d’oeuvre d’un immense auteur hélas récemment disparu.
            Erik Fitoussi / Librairie Passages

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Elliepamp Posté le 11 Janvier 2019
              J’ai énormément entendu parler de Jim Harrisson sans jamais vraiment oser me lancer dedans. J’ai donc commencé ma lecture avec un grand enthousiasme, heureuse de découvrir enfin un monument de la littérature américaine. Et au final j’ai beaucoup apprécié cette lecture même si ce ne fut pas le coup de cœur que j’attendais. Tout d’abord, j’ai adoré l’écriture de Jim Harrisson qui est vraiment magnifique. Je comprends totalement les éloges qu’il reçoit sur sa plume qui est envoutante, contemplative et mélancolique. Dalva se remémore son passé, de son enfance dans le ranch de son grand-père dans les années 50 à maintenant (les années 90). On ressent la nostalgie éprouvée par Dalva lorsqu’elle parle de son grand-père décédé, des journées passées avec les chiens et les chevaux à parcourir les plaines, de son premier amour avec un jeune indien aussi mystérieux que fougueux. On a l’impression d’être nous aussi dans les grandes plaines de l’Ouest américain, avec sa nature à perte de vue et la chaleur de l’été écrasante. Dalva est une héroïne très attachante qui arrive à nous émouvoir facilement par son histoire aussi dramatique que belle. Les personnages qui gravitent autours d’elle sont tout aussi passionnants. La famille de Dalva... J’ai énormément entendu parler de Jim Harrisson sans jamais vraiment oser me lancer dedans. J’ai donc commencé ma lecture avec un grand enthousiasme, heureuse de découvrir enfin un monument de la littérature américaine. Et au final j’ai beaucoup apprécié cette lecture même si ce ne fut pas le coup de cœur que j’attendais. Tout d’abord, j’ai adoré l’écriture de Jim Harrisson qui est vraiment magnifique. Je comprends totalement les éloges qu’il reçoit sur sa plume qui est envoutante, contemplative et mélancolique. Dalva se remémore son passé, de son enfance dans le ranch de son grand-père dans les années 50 à maintenant (les années 90). On ressent la nostalgie éprouvée par Dalva lorsqu’elle parle de son grand-père décédé, des journées passées avec les chiens et les chevaux à parcourir les plaines, de son premier amour avec un jeune indien aussi mystérieux que fougueux. On a l’impression d’être nous aussi dans les grandes plaines de l’Ouest américain, avec sa nature à perte de vue et la chaleur de l’été écrasante. Dalva est une héroïne très attachante qui arrive à nous émouvoir facilement par son histoire aussi dramatique que belle. Les personnages qui gravitent autours d’elle sont tout aussi passionnants. La famille de Dalva a une histoire bien à elle, liée au peuple sioux. La question de l’indien et du massacre de ce peuple est centrale à l’histoire. Néanmoins je n’ai pas eu de coup de cœur à cause des longueurs. J’ai trouvé ce roman long, bien trop long malgré son histoire passionnante. L’auteur prend un peu trop son temps en se perdant dans des descriptions sans fin ou des anecdotes sur la vie de Dalva dont on se serait bien passé. De même, une partie du roman est consacré à Michael, un ancien amant de Dalva qui décide d’étudier la vie de la famille de Dalva pour son métier de professeur d’histoire. C’est un personnage antipathique et je n’ai donc pas accroché plus que ça au passage qui lui sont consacrés. En bref : Très belle lecture avec ce roman culte de la littérature américaine. L’écriture de Jim Harrisson est magnifique et nous plonge totalement dans cette Amérique sauvage et chargée d’histoire. Mais les longueurs ressenties durant le roman empêche la lecture de devenir addictive et malheureusement plonge par moment le lecteur dans l’ennui.
              Lire la suite
              En lire moins
            • JIEMDE Posté le 19 Décembre 2018
              Continuant à remonter le fil de mes lacunes classiques en littérature américaine, j’ai – enfin – découvert Dalva de Jim Harrison, avec l’excellent Brice Matthieussent à la traduction. Et, une fois n’est pas coutume, je ferai court car je ne l’ai pas autant apprécié que ce à quoi je m’attendais depuis qu’il avait pris sa place dans la trop longue file d’attente de ma PAL. J’ai pourtant été séduit par cette saga historique remontant l’histoire de la dynastie Northridge et de la longue et terrible agonie du peuple sioux. J’ai pourtant été attiré par ce magnifique personnage de femme fière et belle qu’est Dalva. J’ai pourtant adoré ces paysages naturels et sauvages du Nebraska où les eaux des rivières et des lacs sont si accueillants pour la baignade seul, à deux ou à cheval. J’ai enfin goûté la grande beauté de la langue de Jim Harrison, riche et soignée, passant subtilement d’un style à l’autre, parfois dans la même phrase. Mais la construction même de Dalva en fait un livre exigeant, qui nécessite une attention du lecteur à chaque page, ce qui n’était probablement pas mon humeur du moment. D’où une certaine impression de longueurs à plusieurs reprises me donnant rapidement envie d’en terminer au... Continuant à remonter le fil de mes lacunes classiques en littérature américaine, j’ai – enfin – découvert Dalva de Jim Harrison, avec l’excellent Brice Matthieussent à la traduction. Et, une fois n’est pas coutume, je ferai court car je ne l’ai pas autant apprécié que ce à quoi je m’attendais depuis qu’il avait pris sa place dans la trop longue file d’attente de ma PAL. J’ai pourtant été séduit par cette saga historique remontant l’histoire de la dynastie Northridge et de la longue et terrible agonie du peuple sioux. J’ai pourtant été attiré par ce magnifique personnage de femme fière et belle qu’est Dalva. J’ai pourtant adoré ces paysages naturels et sauvages du Nebraska où les eaux des rivières et des lacs sont si accueillants pour la baignade seul, à deux ou à cheval. J’ai enfin goûté la grande beauté de la langue de Jim Harrison, riche et soignée, passant subtilement d’un style à l’autre, parfois dans la même phrase. Mais la construction même de Dalva en fait un livre exigeant, qui nécessite une attention du lecteur à chaque page, ce qui n’était probablement pas mon humeur du moment. D’où une certaine impression de longueurs à plusieurs reprises me donnant rapidement envie d’en terminer au plus vite. Ce qui n ‘est jamais bon signe… Mais je réessaierai un jour, promis !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Kmillehrs Posté le 9 Octobre 2018
              L'ambiance du roman est fascinante : entre peuples indiens, grands espaces, et violence, ce livre représente bien l'Amérique du vingtième siècle. Dalva est un personnage aussi intéressant qu'agaçant, mais surtout touchant. On y découvre une femme libre, au passé douloureux et qui cherche un sens à sa vie. A lire, pour le style, pour les références historiques. Comme le dit la quatrième de couverture, "Dalva est un hymne à la vie".
            • michemuche Posté le 7 Octobre 2018
              Dans l'œuvre de Jim Harrison il y a quelques romans qui méritent que l'on s'y arrête. Il y a " Légendes d'automne" qui m'avait touché, je viens de découvrir " Dalva" un autre récit attachant. Peut-on dire que dans l'œuvre de " Big Jim" il y a des romans majeurs et d'autres qu'il vaut mieux oublier. Je pense que oui, ce qui ne m'empêche pas d'aimer l'écrivain. " Dalva" est l'histoire d'une femme et d'une famille, elle se veut libre, libre de ses choix, de ses amours. Une femme de caractère que rien n'arrête. Elle a le tempérament des Northridge une famille fortunée du Nebraska qui à travers les générations s'est battue contre les injustices. Dalva ne tient pas en place, alternant le ranch familial du Nebraska, le ranch de son oncle Paul en Arizona et Santa Monica où elle travaille dans une association pour jeunes en difficultés. Malgré ses voyages, ses rencontres divers et variées, une famille aimante Dalva n'arrive pas à oublier son amour de jeunesse Duane. De cet amour naitra un enfant. Dalva a 17 ans et Duane est sioux. A 45 ans elle décide de poser ses valises et s'installe dans la maison de son grand-père, une façon pour... Dans l'œuvre de Jim Harrison il y a quelques romans qui méritent que l'on s'y arrête. Il y a " Légendes d'automne" qui m'avait touché, je viens de découvrir " Dalva" un autre récit attachant. Peut-on dire que dans l'œuvre de " Big Jim" il y a des romans majeurs et d'autres qu'il vaut mieux oublier. Je pense que oui, ce qui ne m'empêche pas d'aimer l'écrivain. " Dalva" est l'histoire d'une femme et d'une famille, elle se veut libre, libre de ses choix, de ses amours. Une femme de caractère que rien n'arrête. Elle a le tempérament des Northridge une famille fortunée du Nebraska qui à travers les générations s'est battue contre les injustices. Dalva ne tient pas en place, alternant le ranch familial du Nebraska, le ranch de son oncle Paul en Arizona et Santa Monica où elle travaille dans une association pour jeunes en difficultés. Malgré ses voyages, ses rencontres divers et variées, une famille aimante Dalva n'arrive pas à oublier son amour de jeunesse Duane. De cet amour naitra un enfant. Dalva a 17 ans et Duane est sioux. A 45 ans elle décide de poser ses valises et s'installe dans la maison de son grand-père, une façon pour elle de se recueillir sur ses disparus, son grand-père vénéré, son père John wesley mort en Corée, Duane son amant et son enfant adopté à la naissance. "Dalva" est un roman sur la famille, c'est aussi une leçon d'histoire sur les guerres indiennes, une tache de sang indélébile qui orne la bannière étoilée. Venez découvrir les grands espaces cher à Jim Harrison, sa faune sa flore, quand l'homme et l'animal ne font qu'un comme Dalva et son cheval. En attendant de lire " la route du retour" je vous laisse avec Dalva. " J'ai pensé à une question qu'un Cree m'avait posée sur un ton moqueur - Que deviennent les histoires quand il n'y a personne pour les raconter ?" Une pensée aux membres de la tribu qui se reconnaitront.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Kaky Posté le 2 Octobre 2018
              Le livre est divisé en 3 parties, la première m’a bien plus ainsi que les 100 dernières pages, sinon le reste est bien mais sans plus. J’avais peut-être d’autres attentes aussi, j’en avais beaucoup entendu parler et du coup voila pas plus emballé que ça. J’ai quand même mis 10 jours à lire ce livre ce qui n’est pas bon plus dans mes habitudes, cela m’a un peu frustré aussi 😔 Les descriptions des paysages sont superbes ainsi que la Condition des amérindiens.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…