Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264016126
Code sériel : 2168
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 177 x 108 mm
Dalva
Brice Matthieussent (traduit par)
Date de parution : 01/03/1991
Éditeurs :
10/18

Dalva

Brice Matthieussent (traduit par)
Date de parution : 01/03/1991

Pour reprendre le contrôle de sa vie, Dalva s’installe dans le ranch familial du Nebraska et se souvient : l’amour de Duane, les deuils, l’arrachement à ce fils nouveau-né qu’elle...

Pour reprendre le contrôle de sa vie, Dalva s’installe dans le ranch familial du Nebraska et se souvient : l’amour de Duane, les deuils, l’arrachement à ce fils nouveau-né qu’elle cherche obstinément. Meurtrie mais debout, elle découvre l’histoire de sa famille liée à celle du peuple sioux et d’une Amérique...

Pour reprendre le contrôle de sa vie, Dalva s’installe dans le ranch familial du Nebraska et se souvient : l’amour de Duane, les deuils, l’arrachement à ce fils nouveau-né qu’elle cherche obstinément. Meurtrie mais debout, elle découvre l’histoire de sa famille liée à celle du peuple sioux et d’une Amérique violente. Chef-d’œuvre humaniste, Dalva est un hymne à la vie.

«Le roman des grands espaces : la preuve, par la littérature, que l’on est ce que l’on fait. Une invitation à la sculpture de soi.»
François Busnel, L’Express

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Brice Matthieussent

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264016126
Code sériel : 2168
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 177 x 108 mm

Ils en parlent

Le plus beau roman de Jim Harrison est un fabuleux triptyque virevoltant autour de l’image et les souvenirs de Dalva, une femme sensible qui rapproche dans sa mémoire les traces d’un amour révolu, le temps et l’espace, la violence des êtres et le destin du peuple sioux, l’histoire et la géographie des États-Unis, dans son ranch au fin fond du Nebraska. Le chef-d’oeuvre d’un immense auteur hélas récemment disparu.
Erik Fitoussi / Librairie Passages

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • OSOLEMIO Posté le 19 Janvier 2022
    Ce sont les drames qu'elle revoit depuis qu'elle s'est installée dans la maison familiale du Nebraska : à 14 ans, Dalta a rencontré l'amour de sa vie : Douane à demi-sioux, a abandonné leur enfant ; à 15 ans , son père Wesley décède à la guerre, à 17 ans, elle a perdu don grand-père bien aimé qui lui servait de tuteur et de modèle ! Et, maintenant, à 45 ans Dalta galope sur son sprinter dans les Grandes Plaines, les Sand Hills et, revient aux fondamentaux de la famille Northridge, accompagnée de sa soeur Ruth pianiste, des visites de son oncle Paul et de sa belle soeur Naomi + le vieux Lundquist. C'est une belle femme libre, qui après le départ de Douane a eu des amants, elle a 1/8 ième de sang sioux dans les veines, elle est propriétaire de grandes terres, profite d'un grand confort matériel mais elle cherche à retrouver la trace du fils qu'elle a abandonné 29 ans auparavant . Jim Harrisson par son intermédiaire nous fait vivre le Nebraska et le Montana voisin : c'est le livre I du roman avec ce retour à la nature sauvage, avec des ours, des coyotes, des cerfs, des chiens,... Ce sont les drames qu'elle revoit depuis qu'elle s'est installée dans la maison familiale du Nebraska : à 14 ans, Dalta a rencontré l'amour de sa vie : Douane à demi-sioux, a abandonné leur enfant ; à 15 ans , son père Wesley décède à la guerre, à 17 ans, elle a perdu don grand-père bien aimé qui lui servait de tuteur et de modèle ! Et, maintenant, à 45 ans Dalta galope sur son sprinter dans les Grandes Plaines, les Sand Hills et, revient aux fondamentaux de la famille Northridge, accompagnée de sa soeur Ruth pianiste, des visites de son oncle Paul et de sa belle soeur Naomi + le vieux Lundquist. C'est une belle femme libre, qui après le départ de Douane a eu des amants, elle a 1/8 ième de sang sioux dans les veines, elle est propriétaire de grandes terres, profite d'un grand confort matériel mais elle cherche à retrouver la trace du fils qu'elle a abandonné 29 ans auparavant . Jim Harrisson par son intermédiaire nous fait vivre le Nebraska et le Montana voisin : c'est le livre I du roman avec ce retour à la nature sauvage, avec des ours, des coyotes, des cerfs, des chiens, des chevaux, des cow-boys, des indiens très nombreux dans cette région, des fermiers, des petits villages : bref son Amérique ! Dans le livre II, c'est Michael qui narre : il est historien, amant de Dalva, alcoolique, citadin immature en quête de reconnaissance, amateur de bonne bouffe et avec une biroute toujours aux aguets auprès des femmes ! Dalva lui a confié la mission de lire et décrypter les documents de son arrière grand père ! C'est d'ailleurs une bonne partie du livre II, et, il va explorer les carnets secrets de ce missionnaire, botaniste qui a aidé les indiens quand les "colons" blancs se sont emparés de leurs terres, les ont chassé sans pitié avec l'aide de l'Etat, ont tué des milliers de femmes, d'enfants (massacre de Wounded Knee ). Même Crazy Horse et Sitting Bull qui ont lutté farouchement contre les armées U.S ont du se rendre en 1877 ! Une très belle partie du roman qui rend hommage aux indiens lakotas ! Ensuite, le livre III reprend alternativement sous la plume de Dalva, de l'oncle Paul, de Michael.......au petit pas, brides et sangles détendues ! Dalva a enterré Douane Cheval de Pierre dans le cimetière familial et, elle commence à se lasser de materner son amant qui au demeurant, fini par être drôle par ses cotés "décalés ", elle est sur la piste de son fils qu'elle cherche depuis longtemps ! Un roman avec 3 générations de fermiers, avec des thèmes sur la liberté et le féminisme, l'évasion, la quête d'identité, le génocide indien et un hymne à l'Amérique ou vit Jim Harisson, à la vie, à la nature ! L.C thématique de janvier 2022 : un(e) auteur(e) US/Canada.
    Lire la suite
    En lire moins
  • disch Posté le 9 Janvier 2022
    « Dalva » est le premier livre de Jim Harrison que je lis. Et je lui pardonne bien facilement d’avoir mis un petit tacle (peut-être pas tout à fait injustifiable d’ailleurs) à Neil Young au milieu, car c’est un livre inclassable. Dalva est une riche héritière d’une famille du Nebraska, d’un arrière grand-père amoureux de la culture des Sioux qui a tenté en vain de défendre leur cause ; elle a été brisée par un amour de jeunesse et un enfant qu’elle n’a pas connu, et à 45 ans elle se débat avec ses démons, ses amants et sa famille, et le poids de l’histoire que cette dernière charrie derrière elle. Et il y a dans ce livre à la fois l’ivresse et l’amour des grands espaces et la capacité qu’ont les grands écrivains américains à parler avec talent et humour des travers pathétiques de l’existence.
  • TarteTatin Posté le 3 Novembre 2021
    Paie ta chronique. Je ne vais pas m'amuser à présenter ce livre phare de Jim Harrison maintes et maintes fois étudié, décortiqué et paraphrasé. Mais je me demande quoi penser de ce roman choral. J'ai adoré mais que c'était long! Je me suis délectée de ce paysage, de cette nature omniprésente, de ces repas et vins tous plus alléchants que mes assiettes de nouilles. Mais je me suis sentie perdue dans la polyphonie que met en place Harrison pour mieux aborder la question indienne et l'histoire sombre des États-Unis. . Mais au-delà de tout cela, quel roman moderne! Écrit il y a presque 25 ans, il est d'une telle modernité (oui je me répète) dans l'écriture, le ton et dans ses sujets. Et quelle place faite aux femmes, une égalité parfaite, pas une remarque déplacée, pas un sentiment mièvre façon Arlequin lorsque la narration est du point de vue de Dalva. Point de vue que j'ai préféré d'ailleurs à celui de Michael, ami et historien de Dalva, qui permet de faire le pont pour nous, lecteur, entre l'histoire familiale de la protagoniste et l'Histoire. J'ai donc vraiment aimé car magnifique et humaniste comme le dit si bien François Busnel, mais peut-être un poil trop fresque historico-sociale pour... Paie ta chronique. Je ne vais pas m'amuser à présenter ce livre phare de Jim Harrison maintes et maintes fois étudié, décortiqué et paraphrasé. Mais je me demande quoi penser de ce roman choral. J'ai adoré mais que c'était long! Je me suis délectée de ce paysage, de cette nature omniprésente, de ces repas et vins tous plus alléchants que mes assiettes de nouilles. Mais je me suis sentie perdue dans la polyphonie que met en place Harrison pour mieux aborder la question indienne et l'histoire sombre des États-Unis. . Mais au-delà de tout cela, quel roman moderne! Écrit il y a presque 25 ans, il est d'une telle modernité (oui je me répète) dans l'écriture, le ton et dans ses sujets. Et quelle place faite aux femmes, une égalité parfaite, pas une remarque déplacée, pas un sentiment mièvre façon Arlequin lorsque la narration est du point de vue de Dalva. Point de vue que j'ai préféré d'ailleurs à celui de Michael, ami et historien de Dalva, qui permet de faire le pont pour nous, lecteur, entre l'histoire familiale de la protagoniste et l'Histoire. J'ai donc vraiment aimé car magnifique et humaniste comme le dit si bien François Busnel, mais peut-être un poil trop fresque historico-sociale pour moi. . Oui cette chronique est complètement décousue à l'image de mon cerveau qui rame un peu en ce moment 🧠🛶
    Lire la suite
    En lire moins
  • Deej1223 Posté le 5 Octobre 2021
    Retour en arrière pour mieux se saisir d'aujourd'hui, mûrir d'hier pour s'offrir un meilleur demain, Dalva lorgnant les racines de son arbre généalogique jusqu'au sein de ses origines, sous les firmaments du coeur sioux, au pied sacré des Black Hills, où résonna l'écho des vestiges de Little Bighorn jusqu'à cette constellation fragmentée par l'amour interdit, parce que donnant trop jeune naissance à cet enfant abandonné, adopté, mais certes jamais oublié. Teinté d'allusions salaces, d'humour, de gnôle, de tragédies, « Dalva » de Jim Harrison propose ce prenant récit où s'entrelacent les aléas d'une femme dépossédée au trouble destin des Sioux, peuple déchiré, lui-même à maintes fois pillé, méprisé, à son tour dépossédé.
  • c128057 Posté le 16 Septembre 2021
    Très beau roman de Jim Harrison... J'ai hésité entre 4 et 5 étoiles, et c'est finalement l'émotion cachée dans ces pages qui a emporté le duel en faveur des 5 stars. Livre pudique dans ses émotions, nous faisant vivre dans ce magnifique Nebraska cher également à Willa Cather. Il pêche sans doute par certaines longueurs, et prendre son temps pour chevaucher dans ces belles plaines est indispensable pour capter toute l'essence littéraire et humaine prodiguée par ce sacré Jim.
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    10/18

    Fête des Mères : 12 livres à offrir à sa maman !

    Férue de littérature, passionnée d’histoire ou amatrice de grands frissons… Dîtes-nous qui est votre maman et nous vous soufflerons quels livres lui offrir pour la fête des Mères ! 

    Thrillers, sagas familiales, romans historiques… à vous de choisir parmi ces 12 titres des Editions 10/18 !

    Lire l'article
  • Sélection
    10/18

    25 livres pour partir au bout du monde cet été

    Envie de voyager... sans quitter votre serviette de plage ? Récit de voyage au Canada, histoire d'amour au Nigeria ou chroniques à Tahiti... suivez les Éditions 10/18 au bout du monde !  

    Lire l'article