RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Générosité

            10/18
            EAN : 9782264050960
            Code sériel : 4577
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Générosité

            Jean-Yves PELLEGRIN (Traducteur)
            Date de parution : 16/08/2012

            Le bonheur est-il génétique ? Jeune Algérienne réfugiée aux États-Unis, Thassa poursuit ses études à Chicago. Pleine de vie, lumineuse, le scientifique Thomas Kurton en est certain : la jeune fille détient génétiquement le secret du bonheur. Une conviction qui les jette dans une course à la science effrénée et...

            Le bonheur est-il génétique ? Jeune Algérienne réfugiée aux États-Unis, Thassa poursuit ses études à Chicago. Pleine de vie, lumineuse, le scientifique Thomas Kurton en est certain : la jeune fille détient génétiquement le secret du bonheur. Une conviction qui les jette dans une course à la science effrénée et met en gage le sourire de l’humanité…

            « Générosité parle de science et de conscience, de technologie et d'humanité. Une nouvelle fois, Richard Powers unit sans limites érudition et poésie. »
            Télérama, Christine Ferniot

            Traduit de l’anglais (États-Unis)
            par Yves Pellegrin

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264050960
            Code sériel : 4577
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            10/18

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lehibook Posté le 27 Mai 2019
              Quel scandale d’avoir découvert cet auteur si tard ! Quel bonheur d’avoir encore plusieurs de ses œuvres à découvrir ! C’est justement de bonheur qu’il s’agit dans celui-ci : une jeune algérienne en possède semble-t-il le secret … mais il n’intéresse plus seulement les philosophes ! Les démiurges de la génétique, les requins de la finance, et la pieuvre des médias rodent autour d’elle… Quand on referme le livre, les dernières lignes résonnent encore longtemps comme ne s’estompe que lentement la cadence argentée d’un carillon ….Et si le bonheur c’était (aussi) un bon livre ?
            • tristanledoux Posté le 20 Mai 2019
              Une formidable intelligence du monde contemporain, en particulier en ce qui concerne les incidences anthropologiques de la biotechnologie, ainsi que notre rapport aux médias et aux réseaux sociaux. Richard Powers parvient à capter son lecteur dans une intrigue passionnante tout en lui donnant cours et en le plongeant à une grande profondeur éthique.
            • MichelEllis Posté le 14 Décembre 2018
              Richard Powers : le bonheur est-il génétique? L'Espadon vient d'achever la lecture d'un grand roman, orchestré de main de maître par l'indispensable Richard Powers, une des grandes plumes de la littérature américaine. Le pitch de Générosité est simple : Thassa Amzwar, jeune Algérienne dont la famille a été massacrée au cours d'émeutes en Kabylie, vient à Chicago pour suivre des études. Malgré toutes les horreurs vécues, Thassa incarne à elle seule le bonheur de vivre, et ce, en tout lieu. Son professeur, Russel Stone, et Candace Weld, psychologue de l'université, tombent littéralement sous le charme. Puis les médias et la police vont s'en mêler, histoire de comprendre l'origine de ce bonheur insolent...Car son bonheur est contagieux mais aussi trop subversif pour être réel. Il y a là un mystère à élucider, une clé à trouver et un message à comprendre. Euphorique, sereine, joyeuse, jamais triste, Thassa est plus qu'un individu, c'est une question philosophique qui défie l'entendement... Le roman pose des questions éternelles et universelles : sommes-nous dignes d'être heureux, et surtout, comment atteindre cet état de félicité absolu, partout et tout le temps ? Le bonheur est-il génétique (auquel cas il faudrait circonscrire le gène du bonheur) et l'homme, doué d'un... Richard Powers : le bonheur est-il génétique? L'Espadon vient d'achever la lecture d'un grand roman, orchestré de main de maître par l'indispensable Richard Powers, une des grandes plumes de la littérature américaine. Le pitch de Générosité est simple : Thassa Amzwar, jeune Algérienne dont la famille a été massacrée au cours d'émeutes en Kabylie, vient à Chicago pour suivre des études. Malgré toutes les horreurs vécues, Thassa incarne à elle seule le bonheur de vivre, et ce, en tout lieu. Son professeur, Russel Stone, et Candace Weld, psychologue de l'université, tombent littéralement sous le charme. Puis les médias et la police vont s'en mêler, histoire de comprendre l'origine de ce bonheur insolent...Car son bonheur est contagieux mais aussi trop subversif pour être réel. Il y a là un mystère à élucider, une clé à trouver et un message à comprendre. Euphorique, sereine, joyeuse, jamais triste, Thassa est plus qu'un individu, c'est une question philosophique qui défie l'entendement... Le roman pose des questions éternelles et universelles : sommes-nous dignes d'être heureux, et surtout, comment atteindre cet état de félicité absolu, partout et tout le temps ? Le bonheur est-il génétique (auquel cas il faudrait circonscrire le gène du bonheur) et l'homme, doué d'un libre-arbitre, est-il capable de décider lui même s'il est apte au bonheur? Des questions pertinentes, de la science et de l'émotion, des impasses aussi, il n'en faut pas plus à R. Powers pour nous embarquer dans cette quête passionnante et stimulante, première et authentique ambition du genre humain. Sommes-nous déterminés par nos gènes ou sommes-nous libres? Les vies sont-elles vécues d'avance, inscrites dans un passé déterminant? Thassa incarne d'ailleurs moins un personnage qu'un horizon narratif et fictionnel, une manière de penser la littérature à l'ère des blogs, le livre oscillant en permanence entre chronique sociale et allégorie métaphysique. L'idée que l'on puisse un jour maîtriser son destin est illusoire, mais rien n'empêche de se poser la question et d'y réfléchir, semble nous dire Powers...Et l'un des derniers territoires de liberté a peut-être pour nom littérature, ou encore fiction, car lieux d'imaginaires sans limites... Ce qu'on apprend, en définitive, c'est que la tristesse est peut-être condition du bonheur et que "la croyance en notre liberté n'est peut-être que l'ignorance des causes qui nous déterminent"...Défiant ainsi les interprétations mécanistes des scientifiques et le déterminisme absolu, Powers déroule un conte morale d'une grande lucidité, doublé d'une grande inventivité (voir le rôle du narrateur, personnage métafictionnel par excellence). Belle réflexion sur le genre humain et la possibilité d'un réenchantement, mais aussi analyse pertinente des rapports qu'entretient le lecteur avec la littérature, Générosité est à lire absolument.
              Lire la suite
              En lire moins
            • no Posté le 29 Février 2012
              Je répugne toujours un peu de parler de ce qui me touche le plus. Mais quand un roman a pour titre Générosité, un peu embêtant de ne pas l’être à son endroit. De plus j’avais une petite dette personnelle envers son auteur. J’avais commencé à lire le très célébré roman Le temps où nous chantions, du même Richard Powers, sans être capable de le terminer. Peut-être était-ce un mauvais moment pour lire une œuvre aussi longue et touffue, je m’y suis ennuyé ferme. lire la suite ici : http://www.montrealistement.blogspot.com/2012/02/des-dangers-detre-heureux.html#links no. http://montrealistement.blogspot.com/2012/02/des-dangers-detre-heureux.html#links
            • no Posté le 29 Février 2012
              Je répugne toujours un peu de parler de ce qui me touche le plus. Mais quand un roman a pour titre Générosité, un peu embêtant de ne pas l’être à son endroit. De plus j’avais une petite dette personnelle envers son auteur. J’avais commencé à lire le très célébré roman Le temps où nous chantions, du même Richard Powers, sans être capable de le terminer. Peut-être était-ce un mauvais moment pour lire une œuvre aussi longue et touffue, je m’y suis ennuyé ferme. lire la suite ici : http://www.montrealistement.blogspot.com/2012/02/des-dangers-detre-heureux.html#links no. http://montrealistement.blogspot.com/2012/02/des-dangers-detre-heureux.html#links
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…