RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Générosité

            10/18
            EAN : 9782264050960
            Code sériel : 4577
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Générosité

            Jean-Yves PELLEGRIN (Traducteur)
            Date de parution : 16/08/2012

            Le bonheur est-il génétique ? Jeune Algérienne réfugiée aux États-Unis, Thassa poursuit ses études à Chicago. Pleine de vie, lumineuse, le scientifique Thomas Kurton en est certain : la jeune fille détient génétiquement le secret du bonheur. Une conviction qui les jette dans une course à la science effrénée et...

            Le bonheur est-il génétique ? Jeune Algérienne réfugiée aux États-Unis, Thassa poursuit ses études à Chicago. Pleine de vie, lumineuse, le scientifique Thomas Kurton en est certain : la jeune fille détient génétiquement le secret du bonheur. Une conviction qui les jette dans une course à la science effrénée et met en gage le sourire de l’humanité…

            « Générosité parle de science et de conscience, de technologie et d'humanité. Une nouvelle fois, Richard Powers unit sans limites érudition et poésie. »
            Télérama, Christine Ferniot

            Traduit de l’anglais (États-Unis)
            par Yves Pellegrin

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264050960
            Code sériel : 4577
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            9.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MichelEllis Posté le 14 Décembre 2018
              Richard Powers : le bonheur est-il génétique? L'Espadon vient d'achever la lecture d'un grand roman, orchestré de main de maître par l'indispensable Richard Powers, une des grandes plumes de la littérature américaine. Le pitch de Générosité est simple : Thassa Amzwar, jeune Algérienne dont la famille a été massacrée au cours d'émeutes en Kabylie, vient à Chicago pour suivre des études. Malgré toutes les horreurs vécues, Thassa incarne à elle seule le bonheur de vivre, et ce, en tout lieu. Son professeur, Russel Stone, et Candace Weld, psychologue de l'université, tombent littéralement sous le charme. Puis les médias et la police vont s'en mêler, histoire de comprendre l'origine de ce bonheur insolent...Car son bonheur est contagieux mais aussi trop subversif pour être réel. Il y a là un mystère à élucider, une clé à trouver et un message à comprendre. Euphorique, sereine, joyeuse, jamais triste, Thassa est plus qu'un individu, c'est une question philosophique qui défie l'entendement... Le roman pose des questions éternelles et universelles : sommes-nous dignes d'être heureux, et surtout, comment atteindre cet état de félicité absolu, partout et tout le temps ? Le bonheur est-il génétique (auquel cas il faudrait circonscrire le gène du bonheur) et l'homme, doué d'un... Richard Powers : le bonheur est-il génétique? L'Espadon vient d'achever la lecture d'un grand roman, orchestré de main de maître par l'indispensable Richard Powers, une des grandes plumes de la littérature américaine. Le pitch de Générosité est simple : Thassa Amzwar, jeune Algérienne dont la famille a été massacrée au cours d'émeutes en Kabylie, vient à Chicago pour suivre des études. Malgré toutes les horreurs vécues, Thassa incarne à elle seule le bonheur de vivre, et ce, en tout lieu. Son professeur, Russel Stone, et Candace Weld, psychologue de l'université, tombent littéralement sous le charme. Puis les médias et la police vont s'en mêler, histoire de comprendre l'origine de ce bonheur insolent...Car son bonheur est contagieux mais aussi trop subversif pour être réel. Il y a là un mystère à élucider, une clé à trouver et un message à comprendre. Euphorique, sereine, joyeuse, jamais triste, Thassa est plus qu'un individu, c'est une question philosophique qui défie l'entendement... Le roman pose des questions éternelles et universelles : sommes-nous dignes d'être heureux, et surtout, comment atteindre cet état de félicité absolu, partout et tout le temps ? Le bonheur est-il génétique (auquel cas il faudrait circonscrire le gène du bonheur) et l'homme, doué d'un libre-arbitre, est-il capable de décider lui même s'il est apte au bonheur? Des questions pertinentes, de la science et de l'émotion, des impasses aussi, il n'en faut pas plus à R. Powers pour nous embarquer dans cette quête passionnante et stimulante, première et authentique ambition du genre humain. Sommes-nous déterminés par nos gènes ou sommes-nous libres? Les vies sont-elles vécues d'avance, inscrites dans un passé déterminant? Thassa incarne d'ailleurs moins un personnage qu'un horizon narratif et fictionnel, une manière de penser la littérature à l'ère des blogs, le livre oscillant en permanence entre chronique sociale et allégorie métaphysique. L'idée que l'on puisse un jour maîtriser son destin est illusoire, mais rien n'empêche de se poser la question et d'y réfléchir, semble nous dire Powers...Et l'un des derniers territoires de liberté a peut-être pour nom littérature, ou encore fiction, car lieux d'imaginaires sans limites... Ce qu'on apprend, en définitive, c'est que la tristesse est peut-être condition du bonheur et que "la croyance en notre liberté n'est peut-être que l'ignorance des causes qui nous déterminent"...Défiant ainsi les interprétations mécanistes des scientifiques et le déterminisme absolu, Powers déroule un conte morale d'une grande lucidité, doublé d'une grande inventivité (voir le rôle du narrateur, personnage métafictionnel par excellence). Belle réflexion sur le genre humain et la possibilité d'un réenchantement, mais aussi analyse pertinente des rapports qu'entretient le lecteur avec la littérature, Générosité est à lire absolument.
              Lire la suite
              En lire moins
            • no Posté le 29 Février 2012
              Je répugne toujours un peu de parler de ce qui me touche le plus. Mais quand un roman a pour titre Générosité, un peu embêtant de ne pas l’être à son endroit. De plus j’avais une petite dette personnelle envers son auteur. J’avais commencé à lire le très célébré roman Le temps où nous chantions, du même Richard Powers, sans être capable de le terminer. Peut-être était-ce un mauvais moment pour lire une œuvre aussi longue et touffue, je m’y suis ennuyé ferme. lire la suite ici : http://www.montrealistement.blogspot.com/2012/02/des-dangers-detre-heureux.html#links no. http://montrealistement.blogspot.com/2012/02/des-dangers-detre-heureux.html#links
            • no Posté le 29 Février 2012
              Je répugne toujours un peu de parler de ce qui me touche le plus. Mais quand un roman a pour titre Générosité, un peu embêtant de ne pas l’être à son endroit. De plus j’avais une petite dette personnelle envers son auteur. J’avais commencé à lire le très célébré roman Le temps où nous chantions, du même Richard Powers, sans être capable de le terminer. Peut-être était-ce un mauvais moment pour lire une œuvre aussi longue et touffue, je m’y suis ennuyé ferme. lire la suite ici : http://www.montrealistement.blogspot.com/2012/02/des-dangers-detre-heureux.html#links no. http://montrealistement.blogspot.com/2012/02/des-dangers-detre-heureux.html#links
            • aureliececile Posté le 27 Mai 2011
              Après un démarrage un peu long, l'histoire prend son envol entre science et humanité.
            • chocobogirl Posté le 24 Avril 2011
              Russel Stone est un écrivain un peu raté. Incapable de pondre l'oeuvre qu'il a en lui, il se contente d'un travail de correcteur, auquel s'ajoute depuis peu un emploi de professeur d'écriture. Redoutant le face à face avec ses élèves, Russell va devoir prodiguer un cours d'écriture à un petit groupe d'étudiants. Parmi eux, une jeune kabyle, Thassa Amzwar. Cette jeune fille intrigue tout particulièrement Russell par la joie de vivre qui émane de sa personne. Enjouée, rayonnante, elle distribue bonté et joie de vivre à tous ceux qui la cotoie. Quand Russell découvre à travers ses écrits qu'elle a vécu l'enfer (guerre, famille assassinée, ...), il en est d'autant plus déstabilisé. Il fait des recherches, tombe sur une mention d'une maladie (l'hyperthymie), contacte la psychologue de l'école et enclenche bien malgré une mécanique implacable qui conduira la jeune femme dans les griffes des généticiens, des journalistes de tout poils et bientôt de tous les désespérés de la Terre... Le pouvoir d'être heureux est-il dans nos gènes ? Ou dépend-t'il de nos propres capacités personnelles ? Voilà la question que pose ce roman. Russell dépressif notoire, largué par sa copine, vit une existence peu épanouie pleine de frustrations. Thassa, elle, est le... Russel Stone est un écrivain un peu raté. Incapable de pondre l'oeuvre qu'il a en lui, il se contente d'un travail de correcteur, auquel s'ajoute depuis peu un emploi de professeur d'écriture. Redoutant le face à face avec ses élèves, Russell va devoir prodiguer un cours d'écriture à un petit groupe d'étudiants. Parmi eux, une jeune kabyle, Thassa Amzwar. Cette jeune fille intrigue tout particulièrement Russell par la joie de vivre qui émane de sa personne. Enjouée, rayonnante, elle distribue bonté et joie de vivre à tous ceux qui la cotoie. Quand Russell découvre à travers ses écrits qu'elle a vécu l'enfer (guerre, famille assassinée, ...), il en est d'autant plus déstabilisé. Il fait des recherches, tombe sur une mention d'une maladie (l'hyperthymie), contacte la psychologue de l'école et enclenche bien malgré une mécanique implacable qui conduira la jeune femme dans les griffes des généticiens, des journalistes de tout poils et bientôt de tous les désespérés de la Terre... Le pouvoir d'être heureux est-il dans nos gènes ? Ou dépend-t'il de nos propres capacités personnelles ? Voilà la question que pose ce roman. Russell dépressif notoire, largué par sa copine, vit une existence peu épanouie pleine de frustrations. Thassa, elle, est le bonheur incarné : toujours d'une humeur radieuse, elle transforme le mal-être des uns et des autres en douce quiétude. Qu'est-ce qui différencie Thassa des autres ? Aurait-elle un gène du bonheur ancré dans son ADN ? Certains le penseront et Thomas Kurton, généticien acharné, est prêt à tout pour offrir à l'humanité le bonheur et la longévité qui lui revient. Etant la générosité incarnée, la bonne Thassa se laisse faire, bien décidée à leur montrer que tout ça n'est que pure invention. En mettant en scène, cet emballement scientifique et médiatique autour de la jeune Thassa, l'auteur pointe du doigt les travers présents et futurs de nos sociétés. La puissance de la génétique qui va soi-disant régler tous nos problèmes en faisant fi de notre pureté et liberté originelles semble nous permettre d'évoluer sans efforts et donne aux hommes une vision fataliste d'une vie où la volonté ne peut rien contre une destinée gravée dans les gènes. Powers dénonce aussi le cirque médiatique et journalistique que cristallise le moindre faits divers. L'information se nourrit de faits non vérifiés, extrapole de fausses conclusions, et devient à terme un véritable show où l'intime est exposé au yeux de tous, pour le plus grand plaisir du public. Mais au final, dans "Générosité", ces 2 êtres si différents vont se découvrir, s'apprécier et se soutenir mutuellement et chacun découvrira la part de l'autre qui lui manque. Russell va se découvrirla possibilité d'accéder lui aussi au bonheur alors que Thessa connaîtra aussi les affres de la souffrance. La conclusion a donner à tout ça est que les hommes courent après le bonheur sans savoir que la clé est à l'intérieur d'eux-même. Si l'intrigue m'a parfaitement convenue, je dois reconnaitre que je garde tout de même une certaine réticence à ma lecture. La construction en strates de la narration m'a beaucoup gênée au début et j'ai eu beaucoup de mal à comprendre où tout celà allait me mener. Powers mêle en effet l'intrigue principale avec les réflexions d'un narrateur omniscient (l'auteur lui-même ? Le Russell Stone écrivain ?) qui évoque ses personnages, la notion d'écriture et évoque parfois un évènement futur dans la structure du roman. Très déstabilisant. Mais je me suis accroché et je suis allée jusqu'au bout avec plaisir sans le regretter mais il reste malgré tout une absence d'aisance à cette lecture qui s'est révélée exigeante. Néanmoins si je n'ai pas été emportée comme je l'espérais, j'admets sans réticence que c'est un roman brillant, habillement construit et résolument moderne !
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…