Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264075413
Code sériel : 5514
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Le chant des revenants

Charles RECOURSÉ (Traducteur)
Date de parution : 06/02/2020
 Élu Grand Prix des lectrices Elle, Le chant des revenants explore le cauchemar des Afro-Américains au cœur d’une Amérique à l’agonie. Consécration d’une auteure qui s’inscrit dans la droite lignée de Toni Morrison.
 
Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la...
 
Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la misère, mais aussi l’amour inconditionnel, la tendresse et la force puisée dans les racines.
Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère. Qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Qui aimerait être une meilleure mère mais qui cherche l’apaisement dans le crack, peut-être pour retrouver son frère, tué alors qu’il n’était qu’adolescent.
Leonie qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264075413
Code sériel : 5514
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mathildecotton38 Posté le 5 Juin 2020
    Le chant des revenants résonne très fort et il n'a jamais cessé de résonner. Jojo, 13 ans, est un vrai petit père pour sa sœur Kayla. Ils vivent chez leurs grands-parents, Philomène et River, qui les ont élevés avec beaucoup d'amour et heureusement parce que leurs parents, Leonie et Mickaël en sont incapables. Le roman se concentre sur les quelques jours d'expédition où Leonie décide d'emmener ses enfants pour aller chercher Mickaël à sa sortie de prison. Mais c'est tout le passé de leur famille qui est convoqué à travers les discussions et le chant des revenants. Si j'ai parfois eu du mal avec certains passages (après un moment, les vomissements c'est redondant...), j'ai adoré ce chant des revenants qui montre parfaitement le principe de psychologie trans-générationnelle et de mémoire collective. Il y a beaucoup à faire pour soulager ces années de souffrance et de persécutions.
  • Camkyou Posté le 4 Juin 2020
    - Sélection prix des libraires 10/18 2020 - Un roman dont j'attendais beaucoup, pour lequel je partais avec un a priori très positif et qui pourtant ne m'a pas vraiment captivé. Peut être parce que j'ai déjà lu beaucoup sur ce thème ? Ou peut être parce qu'il n'est pas arrivé au bon moment dans mes mains ? Toujours est il que je n'ai pas été séduite. Pourtant il faut lui rendre justice, l'écriture est agréable, les personnages ne manquent pas d’intérêt et certains sont même très attachants. En réalité il s'en est fallu de peu pour que le roman soit, à mes yeux, très bon et profond. Mais j'ai eu le sentiment d'une histoire entre deux eaux, partagé entre histoire famille et mysticisme mais sans jamais réellement réussir à lier les deux. J'ai eu le sentiment que tout était survolé et d'attendre de rentrer enfin dans le vif ... les portes d'entrée étaient pourtant nombreuses et l'idée de départ excellente.
  • Titteuf Posté le 27 Mai 2020
    Un livre dur, poignant déstabilisant.... Ce livre m’a arraché le cœur... Plus j’avançais dans sa lecture et plus j’avais envie de le dévorer... Les personnages sont emblématiques attachants parfois cruel mais avec de telles personnalités qu’on ne peut que les apprécier. Les premières pages du roman ne sont pas évidentes et il m’a fallu un petit temps d’adaptation le temps de bien m’imprégner de l’âme du roman.
  • Flaubauski Posté le 16 Mai 2020
    Voici une lecture qui s’est terminée sur un beau paradoxe, ayant été enchantée par le fond, mais beaucoup moins par la forme. J’ai d’abord été complètement happée par cette histoire d’une noirceur terrible, peu importe la génération à laquelle l’on fait face : celle de Jojo, ado qui doit gérer comme il peut ses émotions entre un grand-père fatigué, une grand-mère mourante, une mère toxicomane, un père en prison qu’il faut aller chercher à sa libération, une petite sœur en manque d’attention, et un « camarade » encombrant ; celle de sa mère, Leonie, confrontée dès son plus jeune âge à un drame insoutenable qu’elle va tenter d’exorciser via le crack et l’alcool ; celle du père de Leonie, lui aussi confronté à un drame qui va le marquer à jamais… Comme si chaque génération ne faisait que reprendre arbitrairement le flambeau funeste de celui qui précédait, flambeau de la condition des Afro-Américains aux Etats-Unis qui reste fidèle à elle-même, source de racisme et d’oppression malgré les années qui passent. Mais j’ai été dans le même temps un peu ralentie dans mon élan par ce choix qui, depuis quelques années, devient trop franchement systématique pour nombre d’auteurs, d’écrire un roman choral.... Voici une lecture qui s’est terminée sur un beau paradoxe, ayant été enchantée par le fond, mais beaucoup moins par la forme. J’ai d’abord été complètement happée par cette histoire d’une noirceur terrible, peu importe la génération à laquelle l’on fait face : celle de Jojo, ado qui doit gérer comme il peut ses émotions entre un grand-père fatigué, une grand-mère mourante, une mère toxicomane, un père en prison qu’il faut aller chercher à sa libération, une petite sœur en manque d’attention, et un « camarade » encombrant ; celle de sa mère, Leonie, confrontée dès son plus jeune âge à un drame insoutenable qu’elle va tenter d’exorciser via le crack et l’alcool ; celle du père de Leonie, lui aussi confronté à un drame qui va le marquer à jamais… Comme si chaque génération ne faisait que reprendre arbitrairement le flambeau funeste de celui qui précédait, flambeau de la condition des Afro-Américains aux Etats-Unis qui reste fidèle à elle-même, source de racisme et d’oppression malgré les années qui passent. Mais j’ai été dans le même temps un peu ralentie dans mon élan par ce choix qui, depuis quelques années, devient trop franchement systématique pour nombre d’auteurs, d’écrire un roman choral. Il parvient parfois, par une utilisation originale, à encore sortir des sentiers battus, mais ce n’est pas le cas ici. Rien de plus banal que ce passage d’un protagoniste à l’autre qui, à mon sens, affadit le propos, pourtant d’une puissance sans fard que j’aimerais bien retrouver dans davantage de romans. Le chant des revenants aurait donc pu être un vrai coup de cœur, mais il n’est finalement qu’une lecture forte qui m’aura simplement interpellée, la faute à une écriture trop calibrée, avec laquelle j’ai de plus en plus de mal. Plus le temps passe, et plus la forme m’est aussi importante que le fond pour rendre une lecture exceptionnelle…
    Lire la suite
    En lire moins
  • mariecloclo Posté le 11 Mai 2020
    Un très beau roman, marquant. Ce roman nous entraîne dans le Mississippi au sein d'une famille d'Afro-Americains. Leonie a 30 ans, elle est en couple avec Michael, lui est blanc, elle non. Elle se drogue et à du mal à s'occuper de ses enfants. Ceux- ci sont élevés par leurs grands-parents maternels. Jojo a 13 ans et Kayla 3 ans. La particularité de ce roman c'est la place importante consacrée à deux personnages morts : Given, frère de Leonie tué brutalement et Richie, jeune garçon ayant bien connu River le grand-père lorsqu'ils étaient ensemble dans un centre de détention. Ces deux fantômes sont visibles seulement par Jojo et Leonie et aussi Kayla. Cela donne une dimension poétique et lyrique à ce roman que j'ai beaucoup aimé et que je recommande vivement.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    16 livres qui racontent l'Amérique

    Si on vous dit Amérique, vous pensez grands espaces, road trip, mais aussi peut-être cinéma et New York City. Pays aussi fascinant que déroutant et dont la démesure ne cesse d'étonner, les États-Unis ont produit et produisent encore des écrivains de génie. Focus sur 16 livres - du roman à l'essai - qui chacun à leur manière racontent l'Amérique et ses habitants.

    Lire l'article
  • News
    10/18

    Jesmyn Ward : "Le chant des revenants", la voix des réprouvés

    Deux fois récompensée du National Book Award, la jeune quadragénaire Jesmyn Ward publie avec Le chant des revenants (Sing, Unburied, Sing en VO) une chronique à la fois cruelle et tendre sur la salutaire solidarité familiale d'une poignée de personnages nés noirs ou métis dans un Mississippi encore aujourd'hui souvent confronté au démon du racisme.

    Lire l'article