Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264075413
Code sériel : 5514
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Le chant des revenants

Charles RECOURSÉ (Traducteur)
Date de parution : 06/02/2020
 Élu Grand Prix des lectrices Elle, Le chant des revenants explore le cauchemar des Afro-Américains au cœur d’une Amérique à l’agonie. Consécration d’une auteure qui s’inscrit dans la droite lignée de Toni Morrison.
 
Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la...
 
Seule femme à avoir reçu deux fois le National Book Award, Jesmyn Ward nous livre un roman puissant, hanté, d’une déchirante beauté, un road trip à travers un Sud dévasté, un chant à trois voix pour raconter l’Amérique noire, en butte au racisme le plus primaire, aux injustices, à la misère, mais aussi l’amour inconditionnel, la tendresse et la force puisée dans les racines.
Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux de la ferme, s’occuper de sa grand-mère malade, écouter les histoires, veiller sur sa petite sœur Kayla.
De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, Jojo le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine au pénitencier d’État.
Et puis il y a Leonie, sa mère. Qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Qui aimerait être une meilleure mère mais qui cherche l’apaisement dans le crack, peut-être pour retrouver son frère, tué alors qu’il n’était qu’adolescent.
Leonie qui vient d’apprendre que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264075413
Code sériel : 5514
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • cloceline Posté le 14 Février 2020
    É CRICK? ( Vous êtes prêt?) YÉ CRACK ! ( On est prêt!) Alors, il est temps pour moi de vous parler du Chant des revenants. KRIK? KRAK! La vie dans le Mississipi d'aujourd'hui n'est toujours pas si facile pour les Afro-américains... Dans une petite ferme deux enfants métis , Jojo ( 13 ans ) et sa soeur Kayla ( 3ans) sont élevés par leurs grands-parents maternel. Papy et Mamy donnent attention et amour pour pallier à la défaillance de leur fille Léonie. Dans les yeux de Jojo, Papy est un Dieu: il veut être comme lui! " - Ça a l'air dégueu - Papy, il les mange comme ça T'es obligé de tout faire comme Papy? J'ai fait non de la tête parce que je pensais que c'était ça qu'elle attendait. Mais j'aimais bien la plupart des trucs que faisait Papy (....) Elle, c'est Léonie, la mère de Jojo et Kayla. La trentaine à peine, dévorée par un amour absolu pour Michael, le père des enfants. Un blanc, issu d'une famille raciste qui rejette sans cesse cette union. Michael est en prison et pour rendre la séparation moins dure, Léonie détruit sa vie dans le crack, la coke, la meth. Elle oublie la mort de Given, son frère adoré,... É CRICK? ( Vous êtes prêt?) YÉ CRACK ! ( On est prêt!) Alors, il est temps pour moi de vous parler du Chant des revenants. KRIK? KRAK! La vie dans le Mississipi d'aujourd'hui n'est toujours pas si facile pour les Afro-américains... Dans une petite ferme deux enfants métis , Jojo ( 13 ans ) et sa soeur Kayla ( 3ans) sont élevés par leurs grands-parents maternel. Papy et Mamy donnent attention et amour pour pallier à la défaillance de leur fille Léonie. Dans les yeux de Jojo, Papy est un Dieu: il veut être comme lui! " - Ça a l'air dégueu - Papy, il les mange comme ça T'es obligé de tout faire comme Papy? J'ai fait non de la tête parce que je pensais que c'était ça qu'elle attendait. Mais j'aimais bien la plupart des trucs que faisait Papy (....) Elle, c'est Léonie, la mère de Jojo et Kayla. La trentaine à peine, dévorée par un amour absolu pour Michael, le père des enfants. Un blanc, issu d'une famille raciste qui rejette sans cesse cette union. Michael est en prison et pour rendre la séparation moins dure, Léonie détruit sa vie dans le crack, la coke, la meth. Elle oublie la mort de Given, son frère adoré, les yeux de Jojo pleins de reproche, Mamy qui s'éteint peu à peu...mais surtout , dans la défonce, Léonie retrouve pas Given, l'esprit de son frère. Car Léonie, Jojo et Kayla ont le pouvoir de voir les âmes errantes, d'entendre Le chant des revenants. Pas Given, mais aussi Richie, un camarade de Papy quand celui çi était à Perchman. Perchman, lieu carcéral, là où est Michael, mais Michael va sortir.... YÉ CRICK? YÉ CRACK! Mon avis: Un roman polyphonique où passé et présent se mêlent. J'ai beaucoup aimé la relation fusionnel entre Jojo et sa soeur. Les relations qu'ils tissent avec les grands-parents. L'aspect spirituel est très bien amené et m'a fait pensé à des contes de Griot. Gros coup de coeur!!!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fuyating Posté le 4 Février 2020
    Quel livre déchirant sur le racisme, la ségrégation, l'incompréhension de l'autre, les difficultés à communiquer, à trouver des mots à mettre sur ses sentiments. Le roman nous parle aussi de la recherche du repos de l'âme, de la douleur d'un deuil et de l'incapacité de certains à gérer cela, mais aussi tout de même de choses plus positives comme l'amour fraternel. La langue est plutôt orale, les phrases souvent courtes, avec des mots directs et durs. Les personnages ne mâchent pas leurs mots. Nous alternons entre différents narrateurs, notamment Jojo, jeune garçon de treize ans, et sa mère Léonie, ce qui nous permet d'avoir le point de vue de chacun et de mieux connaître leurs blessures. Ils sont très touchants dans leur fragilité, leur côté un peu gauche de se comporter avec les autres, leur tentative de faire face, mais aussi leur lâcher prise et leur comportement quelque peu désarmant. L'auteure nous montre un coin perdu d'Amérique peu reluisant, où les mentalités sont arriérées et où la mort d'un Noir ne compte pas... c'est une terrible cruauté qui est mit ici en lumière.
  • carlottita91 Posté le 22 Janvier 2020
    Attention coup de coeur ! Attention coup de poing ! « Le chant des revenants » est un livre puissant qui mêle passé et présent pour dépeindre la réalité de trois générations dans une petite ville du Mississippi. Entre le royaume des morts et celui des vivants, laissez-vous transporter par cette histoire familiale émouvante qui vous collera autant à la peau que la moiteur du bayou. C’est l’histoire de trois générations : celle des grands-parents, celle de leur fille Léonie et celles des deux petits enfants Jojo et Kayla. Tous vivent dans une petite ville du Mississippi où ils sont confrontés au racisme, à la pauvreté, à la drogue et à la violence. Léonie, une jeune mère un peu perdue, laisse l'éducation de ses enfants à ses parents. Elle leur préfère l’euphorie de la drogue. Un jour, Léonie apprend que son grand amour, Michael, père des deux enfants, sort de prison. S'ensuit alors un road trip emplit de promesse d'amour et d'un avenir meilleur. Mais le road trip se finira où il a commencé : chez les grands-parents. Les fantômes du passé seront alors de la partie pour régler leur compte et amener avec eux ceux qu'ils veulent emporter. La famille... Attention coup de coeur ! Attention coup de poing ! « Le chant des revenants » est un livre puissant qui mêle passé et présent pour dépeindre la réalité de trois générations dans une petite ville du Mississippi. Entre le royaume des morts et celui des vivants, laissez-vous transporter par cette histoire familiale émouvante qui vous collera autant à la peau que la moiteur du bayou. C’est l’histoire de trois générations : celle des grands-parents, celle de leur fille Léonie et celles des deux petits enfants Jojo et Kayla. Tous vivent dans une petite ville du Mississippi où ils sont confrontés au racisme, à la pauvreté, à la drogue et à la violence. Léonie, une jeune mère un peu perdue, laisse l'éducation de ses enfants à ses parents. Elle leur préfère l’euphorie de la drogue. Un jour, Léonie apprend que son grand amour, Michael, père des deux enfants, sort de prison. S'ensuit alors un road trip emplit de promesse d'amour et d'un avenir meilleur. Mais le road trip se finira où il a commencé : chez les grands-parents. Les fantômes du passé seront alors de la partie pour régler leur compte et amener avec eux ceux qu'ils veulent emporter. La famille ne résistera finalement pas à ces nouveaux drames et se retrouvera brisée malgré les tentatives pour la reconstruire. Ce roman est un parfait mélange de douceur et de cruauté. Deux caractères qui en font un roman fort et poignant ! C'est un roman choral écrit à partir de trois points de vue : Léonie, Jojo et enfin Richie, un fantôme appartenant au passé du grand-père. Chacun vit son road trip à sa façon, avec son ressenti, sa sensibilité : Léonie qui tente avec tendresse de renouer un lien avec ces enfants, Jojo qui essaye de comprendre les adultes tout en protégeant sa petite sœur, et Richie qui tente par tous les moyens de passer vers un monde meilleur. Mais tous ont en commun un désir fort de liberté, un désir d'être reconnu. La confrontation entre Jojo et Léonie est particulièrement émouvante. Comment deux personnes que tout oppose à part les liens du sang, peuvent-ils se retrouver après tant de temps perdu et de maladresses ? A leur manière, chaque personnage grandit au contact des autres dans cette longue route vers la liberté. C'est un road trip initiatique centré sur l'humain. Peu de décors, peu de notifications de lieux, mais peut-importe. C'est essentiellement un chemin intérieur. L'atmosphère est lourde, poisseuse. Elle vous colle à la peau, vous étouffe un peu ce qui renforce le sentiment de flotter entre deux mondes : celui des morts et celui des vivants. Il ne faut pas à s'attendre à une série de rebondissements au début du roman. Le livre démarre lentement mais la plume de l'auteur hypnotise et on ne compte plus les pages. Les dernières pages se lisent en apnée. La vie et la mort se mêlent pour ne former qu'un seul monde. C’est un roman tendre et puissant à la fois ; On ne peut que s'attacher à ces personnages si bien dépeint, On ne peut que fondre devant l'amour que donne Jojo à sa petite sœur, on ne peut que s'émouvoir devant cette mère un peu maladroite. Il y'a beaucoup de thèmes abordés dans ce livre mais toujours avec finesse : le deuil, la prison, la drogue... Chacun à leur manière apporte un climat mélancolique et touchant qui vous bouleverse à chaque chapitre. C'est déchirant et on ne sort pas indemne de cette lecture !
    Lire la suite
    En lire moins
  • sweetie Posté le 18 Décembre 2019
    Sur la famille de Jojo pèse le poids des morts et de celle à venir, sa Mamy Philomène. Jojo, treize ans, prend grand soin de sa petite soeur Kayla, tous deux délaissés par leur mère Leonie. Leur père Michael sort tout juste de prison. Et Papy River règne sur la maisonnée avec au coeur, un fardeau qu'il traîne depuis son emprisonnement il y a bien des années. Le chant des revenants nous entraîne dans un monde parallèle dans lequel les visions et les prémonitions prennent autant de place que la réalité. Nimbé de vaudou, de rites chamaniques et de créatures spectrales, ce roman m'a rappelé Lincoln au bardo par son côté ésotérique, mais son unicité repose sur la bataille que livre cette famille dysfonctionnelle afin d'atteindre l'harmonie et la sérénité. Jeswyn Ward a signé une belle histoire d'amour qui dépasse les limites humaines et je lirai assurément Bois sauvage déjà sur ma PAL.
  • harvard Posté le 5 Décembre 2019
    Étrange livre que LE CHANT DE REVENANTS de Jesmyn Ward, dont l'imaginaire qui l'irrigue, oppose par compulsions brutales un monde de blancs sans loi, à une famille de fermiers noirs. Récit syncopé par le racisme ordinaire, qui n'en finit pas de ronger cette Amérique du Sud profond. Voix de Richie, « comment j'aurais pu concevoir que Parchman (le pénitencier) était le passé autant que le présent et l'avenir? Que l'histoire et les idées qui ont fait surgir cet endroit de la nature me montreraient que le temps est un océan gigantesque où tout se produit à la fois » Cantate à plusieurs voix sur la douleur d'un peuple, celle de l'enfant Jojo qui écoute, observe et accompagne ses parents en partance, une petite sœur, une douce mamie que ronge un cancer, un papy qui ne peut taire ses souvenirs de la maison des morts que résume Parchman, pénitencier d'État. Voix discordantes de noirs qui ont violemment disparu et reviennent, en écho multiplié tout au long du récit, tel un chant des ténèbres, hanter les vivants. Chant polyphonique où le rêve des pays perdus le dispute à l'effroi, où la plainte des délaissés, des sans droits et des sans vie, viennent habiter les... Étrange livre que LE CHANT DE REVENANTS de Jesmyn Ward, dont l'imaginaire qui l'irrigue, oppose par compulsions brutales un monde de blancs sans loi, à une famille de fermiers noirs. Récit syncopé par le racisme ordinaire, qui n'en finit pas de ronger cette Amérique du Sud profond. Voix de Richie, « comment j'aurais pu concevoir que Parchman (le pénitencier) était le passé autant que le présent et l'avenir? Que l'histoire et les idées qui ont fait surgir cet endroit de la nature me montreraient que le temps est un océan gigantesque où tout se produit à la fois » Cantate à plusieurs voix sur la douleur d'un peuple, celle de l'enfant Jojo qui écoute, observe et accompagne ses parents en partance, une petite sœur, une douce mamie que ronge un cancer, un papy qui ne peut taire ses souvenirs de la maison des morts que résume Parchman, pénitencier d'État. Voix discordantes de noirs qui ont violemment disparu et reviennent, en écho multiplié tout au long du récit, tel un chant des ténèbres, hanter les vivants. Chant polyphonique où le rêve des pays perdus le dispute à l'effroi, où la plainte des délaissés, des sans droits et des sans vie, viennent habiter les consciences dans l'attente d'un ailleurs, tels ces spirituals qui chantent la chute des murs de Jericho et la promesse d'une terre paisible de nulle part. LE CHANT DES REVENANTS, soupe noire, que la beauté scandée et profuse d'une écriture luxuriante, élève en dignité. Récit tactile, heurté où images et odeurs entrelacent dans une fugue ces voix multiples qui dans leurs nasses réveillent nos consciences. Grand livre de Jesmyn Ward femme puissante qui nous attache. Un classique.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par 10/18

    Jesmyn Ward : "Le chant des revenants", la voix des réprouvés

    Deux fois récompensée du National Book Award, la jeune quadragénaire Jesmyn Ward publie avec Le chant des revenants (Sing, Unburied, Sing en VO) une chronique à la fois cruelle et tendre sur la salutaire solidarité familiale d'une poignée de personnages nés noirs ou métis dans un Mississippi encore aujourd'hui souvent confronté au démon du racisme.

    Lire l'article