En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Le Cri

        Pocket
        EAN : 9782266279864
        Code sériel : 17077
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 560
        Format : 108 x 177 mm
        Le Cri

        Date de parution : 11/01/2018
        À quelques kilomètres d’Oslo, l’hôpital psychiatrique de Gaustad dresse sa masse sombre parmi les pins enneigés. Appelée sur place pour un suicide, l’inspectrice Sarah Geringën pressent d’emblée que rien ne concorde. Le patient 488, ainsi surnommé suivant les chiffres cicatrisés qu’il porte sur le front, s’est figé dans la mort,... À quelques kilomètres d’Oslo, l’hôpital psychiatrique de Gaustad dresse sa masse sombre parmi les pins enneigés. Appelée sur place pour un suicide, l’inspectrice Sarah Geringën pressent d’emblée que rien ne concorde. Le patient 488, ainsi surnommé suivant les chiffres cicatrisés qu’il porte sur le front, s’est figé dans la mort, un cri muet aux lèvres – un cri de peur primale. Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va découvrir une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…

        « Nicolas Beuglet a branché sa plume sur du 20 000 volts : les chapitres se déroulent comme autant de scènes électrisantes au rythme infernal. » Marie Rogatien – Le Figaro Magazine

        « Un polar qu'on ne peut pas lâcher avant de l'avoir fini tellement c'est passionnant. » Marina Carrère d'Encausse – France 5
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266279864
        Code sériel : 17077
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 560
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.30 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • josan Posté le 11 Avril 2018
          Je referme à l’instant et finalement je ne suis pas certaine d’avoir un avis tranché sur ce livre. Je m’explique. Je trouve l’écriture fluide , agréable , des descriptions détaillées mais pas trop longues , des personnages attachants . Par contre l’intrigue ... que dire ? J’ai adoré le début qui semblait des plus prometteurs . C’est l’histoire de Sarah qui enquête sur une mort qui semble criminelle dans un hôpital psychiatrique à Oslo et qui se retrouve à Paris pour résoudre le mystère. On part à la rencontre de Christopher et de Simon qui ont vécus un drame familial. Les deux histoires sont elles liées ? Que se cache t il derrière ce patient numéroté 488 ? Je suis très partagée , c’est bien ficelé mais je suis déçue que la fin ne soit pas à la hauteur du début.
        • jeunejane Posté le 10 Avril 2018
          L'action débute à Oslo. Sarah Geringën, inspectrice de police anciennement membre d'une brigade d'intervention, vient d'apprendre que son mari la quittait. Il faut vite qu'elle recouvre tous ses moyens car elle est appelée dans un hôpital psychiatrique, Gaustad où un étrange patient marqué d'une cicatrice" 488" s'est suicidé ou on l'a tué. Une soirée très mouvementée où chaque fois qu'on aborde le patient et ses traitements, c'est la terreur qui s'installe parmi le personnel soignant et la direction. Sarah est un personnage très sympathique qui se retrouve à Paris sur les traces d'un employé d'une usine pharmaceutique. A partir de ce moment, le suspense prend un tour de roman d'espionnage qui remonte à la période froide qui divisait le bloc de l'est et le bloc de l'Ouest. Si l'action et les rebondissements servaient au suspense dans la première partie, ensuite, trop, c'est trop, on nage dans la cruauté sans bornes sauf Sarah qui reste humaine ainsi que le frère de l'employé qu'elle recherchait avec qui elle a de sérieux atomes crochus. L'écriture de Nicolas Beuglet est agréable à lire avec de temps à autre, des réflexions philosophiques, des développements sur les anciens traitements dans les asiles comme la lobotomie. L'auteur nous fournit un scénario très bien... L'action débute à Oslo. Sarah Geringën, inspectrice de police anciennement membre d'une brigade d'intervention, vient d'apprendre que son mari la quittait. Il faut vite qu'elle recouvre tous ses moyens car elle est appelée dans un hôpital psychiatrique, Gaustad où un étrange patient marqué d'une cicatrice" 488" s'est suicidé ou on l'a tué. Une soirée très mouvementée où chaque fois qu'on aborde le patient et ses traitements, c'est la terreur qui s'installe parmi le personnel soignant et la direction. Sarah est un personnage très sympathique qui se retrouve à Paris sur les traces d'un employé d'une usine pharmaceutique. A partir de ce moment, le suspense prend un tour de roman d'espionnage qui remonte à la période froide qui divisait le bloc de l'est et le bloc de l'Ouest. Si l'action et les rebondissements servaient au suspense dans la première partie, ensuite, trop, c'est trop, on nage dans la cruauté sans bornes sauf Sarah qui reste humaine ainsi que le frère de l'employé qu'elle recherchait avec qui elle a de sérieux atomes crochus. L'écriture de Nicolas Beuglet est agréable à lire avec de temps à autre, des réflexions philosophiques, des développements sur les anciens traitements dans les asiles comme la lobotomie. L'auteur nous fournit un scénario très bien structuré et nous montre son goût pour les romans d'espionnage. Pas trop mon goût mais je me suis laissée guider par l'histoire qui m'a un peu écœurée dans la deuxième moitié mais sans me toucher car on sent à tous moments qu'on baigne dans la fiction pure.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Elodieuniverse Posté le 28 Mars 2018
          D'Oslo à Paris en passant par le milieu de l'Atlantique et Minneapolis, on est propulsé dans une enquête passionnante, une histoire palpitante avec un compte à rebours infernal. J'ai pris beaucoup de plaisir à chercher les réponses à l'intrigue qui tourne autour de la mort de 488. Le personnage de Sarah est super, une femme flic, ex militaire, brisée dans sa vie personnelle mais qui se bat dans sa vie professionnelle. L'enquête part en une folle aventure où les deux protagonistes vont risquer leurs vies afin de découvrir la vérité et mettre à jour des secrets enfouis de la CIA. Jusqu'où peut-on aller pour ses propres convictions? Peut-on être capable du pire afin de dévoiler à l'humanité l'un des plus grands secrets? Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
        • leslecturesdemoe Posté le 28 Mars 2018
          Olso. Un hôpital psychiatrique. Le patient 488. Un cri. Une expression de terreur figée sur son visage. Des expériences et des secrets. Tous les ingrédients qui annoncent un bon polar...et quel polar !! J'annonce un nouveau coup de coeur ❤️ !! Impossible de lâcher le livre, j'avais ce besoin d'en savoir plus tellement l'histoire est prenante, et ce, dès le début ! L'inspectrice Geringën est désignée pour diriger l'enquête sur ce suicide suspect et nous la suivons à l'international pour découvrir ce qui se cache derrière le patient 488 de l'hôpital psychiatrique de Gaustad. Nous découvrons plusieurs personnes et entités impliquées de près ou de loin dans ce secret. Gouvernement, CIA, complot, religions. Ce livre nous fait plonger directement dans une dynamique, une course infernale contre la montre. Ce pavé de 556 pages se lit très vite pour plusieurs raisons : son écriture est fluide, les chapitres ne sont pas trop longs et sont tous intéressants, il n'y a pas d'incompréhensions (comme des idées ou personnages exploités à un moment, qui laissent une incompréhension et qui sont ensuite oubliés - Non, ici j'ai eu les réponses à toutes mes questions) et pour finir, quel dynamisme !! L'action nous tient en haleine... Olso. Un hôpital psychiatrique. Le patient 488. Un cri. Une expression de terreur figée sur son visage. Des expériences et des secrets. Tous les ingrédients qui annoncent un bon polar...et quel polar !! J'annonce un nouveau coup de coeur ❤️ !! Impossible de lâcher le livre, j'avais ce besoin d'en savoir plus tellement l'histoire est prenante, et ce, dès le début ! L'inspectrice Geringën est désignée pour diriger l'enquête sur ce suicide suspect et nous la suivons à l'international pour découvrir ce qui se cache derrière le patient 488 de l'hôpital psychiatrique de Gaustad. Nous découvrons plusieurs personnes et entités impliquées de près ou de loin dans ce secret. Gouvernement, CIA, complot, religions. Ce livre nous fait plonger directement dans une dynamique, une course infernale contre la montre. Ce pavé de 556 pages se lit très vite pour plusieurs raisons : son écriture est fluide, les chapitres ne sont pas trop longs et sont tous intéressants, il n'y a pas d'incompréhensions (comme des idées ou personnages exploités à un moment, qui laissent une incompréhension et qui sont ensuite oubliés - Non, ici j'ai eu les réponses à toutes mes questions) et pour finir, quel dynamisme !! L'action nous tient en haleine jusqu'à la fin. J'ai lu ce petit bijou en trois jours, ma prochaine lecture a dû soucis à se faire tellement le niveau est élevé :).
          Lire la suite
          En lire moins
        • Mirabilia Posté le 27 Mars 2018
          Un homme est mort dans un hôpital psychiatrique. Mais il semblerait que ce soit un assassinat. Qui est cet inconnu qui poussait d’horribles cris ? Pourquoi et comment est-il mort ? Dans ce roman, le suspense est présent du début à la fin. On a un bon polar qui sème au fil des pages de menus indices, qui est truffé de scènes bien anxiogènes et des rebondissements qui donnent nécessairement envie de lire sans s’arrêter. Le dénouement est un poil convenu mais le résultat comble tout de même les attentes. Un bon policier donc, qui ne marquera pas forcément les esprits sur le long terme mais qui divertira le temps de sa lecture. C’est ce que l’on attend de lui.

        Ils en parlent

        « Ce thriller exceptionnel, inspiré par des événements réels, est aussi une réflexion sur la vie après la mort. »
        Philippe Vallet, Le livre du jour – France Info

        « Un polar qu’on ne peut pas lâcher avant de l’avoir fini tellement c’est passionnant. »
        Marina Carrère d’Encausse, Le Magazine de la santé – France 5

        « C’est une pure merveille. […] Magnifiquement fait. »
        Gérard Collard, Le Magazine de la santé – France 5

        « Ce thriller est l’un des meilleurs de la rentrée. Addictif. »
        Michel Primault, Femme actuelle

        « Nicolas Beuglet a branché sa plume sur du 20 000 volts : les chapitres se déroulent comme autant de scènes électrisantes au rythme infernal. »
        Marie Rogatien, Le Figaro Magazine

        « Un des meilleurs livres écrits cette année. »
        Sébastien Dubos, La Dépêche du Midi

        « Redoutable page-turner, rythmé, tendu, écrit comme on filme caméra sur l’épaule. »
        Franck Boitelle, Paris-Normandie

        « Rythme, climat, nourritures intellectuelles : l’entreprise magistrale ne laisse pas indemne. » Renée Mourgues, La République des Pyrénées

        « Un de ces livres qu’il est difficile de lâcher avant la dernière page. »
        Lyliane Mosca, L’Est-Éclair

        « Glaçant »
        David Moginier, 24 heures

        « Un thriller coup de poing ! »
        Stéphanie Lohr, Ici Paris
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.