RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le temps où nous chantions

            10/18
            EAN : 9782264041449
            Code sériel : 4053
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 1056
            Format : 108 x 177 mm
            Le temps où nous chantions

            Nicolas RICHARD (Traducteur)
            Date de parution : 03/04/2008

            La saga polyphonique d'une famille de musiciens métis dans l'Amérique des années quarante à nos jours.

            Tout commence en 1939, lorsque Delia Daley et David Strom se rencontrent à un concert de Marian Anderson. Peut-on alors imaginer qu'une jeune femme noire épouse un juif allemand fuyant le nazisme ? Et pourtant... Leur passion pour la musique l'emporte sur les conventions et offre à leur amour un...

            Tout commence en 1939, lorsque Delia Daley et David Strom se rencontrent à un concert de Marian Anderson. Peut-on alors imaginer qu'une jeune femme noire épouse un juif allemand fuyant le nazisme ? Et pourtant... Leur passion pour la musique l'emporte sur les conventions et offre à leur amour un sanctuaire de paix ou, loin des hurlements du monde et de ses vicissitudes, ils élèvent leurs trois enfants. Chacun d'eux cherche sa voix dans la grande cacophonie américaine, inventant son destin en marge des lieux communs. Peuplé de personnages d'une humanité rare, Le temps ou nous chantions couvre un demi-siècle d'histoire américaine, nous offrant, au passage, des pages inoubliables sur la musique.



            « On sort de ce fleuve ému, bouleversé et admiratif : sans jamais écrire un roman politique, ni polémique, Richard Powers a décrit, à voix feutrée, l'échec définitif d'un idéal. »
            Christophe Mercier, Le Figaro littéraire



            Traduit de l’anglais (Etats-Unis)
            par Nicolas Richard

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264041449
            Code sériel : 4053
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 1056
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            11.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Richard Powers est, tout simplement, l'un des meilleurs écrivains d'aujourd'hui. Sa prose est magnifique ; son propos, saisissant. En sept cent soixante pages d'une élégance et d'une puissance rares, il a écrit le grand roman américain sur les problèmes raciaux. Et sur la musique. »
            François Busnel, Lire

            « À travers l'histoire d'une famille mixte, Richard Powers passe en revue soixante ans d'histoire américaine et de conflits raciaux. Sur fond d'opéra, de rythmes Motown, de r'n'b et de rap, un immense roman qui mêle avec brio parcours intime et politique. »
            Francis Dordor, Les Inrockuptibles

            « Le Temps où nous chantions est un livre d’intense émotion pour le lecteur, qui ouvre la première page et se laisse emporter jusqu’à la huit centième. Il y a quelque chose de physique dans l’écriture de Richard Powers, un rythme, un souffle, une vibration enthousiasmante. »
            Christine Ferniot, Télérama

            « On sort de ce fleuve ému, bouleversé et admiratif : sans jamais écrire un roman politique, ni polémique, Richard powers a décrit, à voix feutrée, l'échec définitif d'un idéal. »
            Christophe Mercier, Le Figaro littéraire

            « Le Temps où nous chantions est la réponse passionnée et passionnante d'un auteur blanc aux errements de l'histoire raciale aux États-Unis. Où l'Harmonie chamboule les lois de la Physique. »
            David Boratav, Chronic'art

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lehibook Posté le 27 Mai 2019
              Lire ce texte c’est s’immerger dans un fleuve ,un flot qui entraîne avec lui l’histoire contemporaine, la physique quantique , les Etats-Unis et la question noire, la gloire et la douleur du métissage ,la gloire et la douleur d’être humain et la MUSIQUE , de John Dowland au rap .Roman fleuve , roman Mississipi , roman Jourdain (celui des gospels) .Et tout cela part de la rencontre d’un juif allemand et d’un jeune femme noire américaine. « L’oiseau et le poisson peuvent tomber amoureux .Mais où vont-ils construire leur nid ? » . Voilà de la littérature ! Et nous donnons ce nom aux productions de Houellebeque ou d’Angot …Ah Misère !
            • DominiqueHuysmans Posté le 11 Avril 2019
              Juste magnifique ! Livre choral (c'est le cas de le dire) exceptionnel d'émotion et de profondeur.
            • maxitodeuzio Posté le 1 Janvier 2019
              Très bon roman qui, par le biais de la musique et du chant, se permet d'aborder les ravages provoqués par le racisme dans la société américaine. Une oeuvre originale et titanesque, qui fut ma porte d'entrée dans l'univers de Richard Powers. Je le recommande fortement.
            • Merik Posté le 20 Décembre 2018
              Jonah Strom est prodige de chant depuis son premier cri ou presque. Il est métis aussi, fils de David un juif allemand exilé du nazisme, et d'une américaine noire, Delia. Son ascension vocale a la fulgurance de son talent insolent, depuis l'école familiale subjuguée durant leurs joutes enchantées à des concours d'entrées vers d'autres écoles, d'auditions en récompenses, de concerts en récitals, avec son frère Joseph à ses côtés en narrateur dévoué à la famille dans ce roman sous forme de super-pavé. « Nous avions vécu comme si, dans notre pays d'origine, le meurtre n'était pas une constante. Nous avions trouvé refuge dans les salles de concert, en un sanctuaire qui nous protégeait du bruit véritable du monde. » Il est donc question de chant et de musique sous diverses formes, essentiellement. Mais le titre indique aussi qu'il est question de temps. Un père scientifique polarisé par un univers quantique qui défie la raison de notre perception spatio-temporelle, et nous voilà embarqué dans cette aventure au long cours narratif entre allers et retours sur trois générations, des grands parents aux deux frangins et la petite dernière, Ruth. Avec en toile de fond une société américaine autour des années 60 pour l'essentiel,... Jonah Strom est prodige de chant depuis son premier cri ou presque. Il est métis aussi, fils de David un juif allemand exilé du nazisme, et d'une américaine noire, Delia. Son ascension vocale a la fulgurance de son talent insolent, depuis l'école familiale subjuguée durant leurs joutes enchantées à des concours d'entrées vers d'autres écoles, d'auditions en récompenses, de concerts en récitals, avec son frère Joseph à ses côtés en narrateur dévoué à la famille dans ce roman sous forme de super-pavé. « Nous avions vécu comme si, dans notre pays d'origine, le meurtre n'était pas une constante. Nous avions trouvé refuge dans les salles de concert, en un sanctuaire qui nous protégeait du bruit véritable du monde. » Il est donc question de chant et de musique sous diverses formes, essentiellement. Mais le titre indique aussi qu'il est question de temps. Un père scientifique polarisé par un univers quantique qui défie la raison de notre perception spatio-temporelle, et nous voilà embarqué dans cette aventure au long cours narratif entre allers et retours sur trois générations, des grands parents aux deux frangins et la petite dernière, Ruth. Avec en toile de fond une société américaine autour des années 60 pour l'essentiel, toujours autant engluée dans la vase du racisme, qui fournit un décor désespérant de bêtise entêtée. Sans oublier de parasiter le microcosme familial. Un roman grandiose, qu'il faut avoir le courage d'aborder. Et le temps aussi. Enfin, s'il existe réellement tel que nous le percevons : «Le temps n'est pas une trace qui se déplace à travers une collection d'instants. Le temps est un instant qui recueille toutes les traces en mouvement». Sinon le frisson et la passion me semblent garantis, malgré quelques longueurs à mon goût. « Nous parlons tous la langue de nos origines. Chante où tu es, même si le sol se dérobe sous tes pieds. Chante toutes les choses que cette vie t’a refusées. Personne ne possède la moindre note. Rien ne l’emporte sur le temps. Chante pour te consoler, disait la chanson, parce que personne d’autre ne le fera pour toi. »
              Lire la suite
              En lire moins
            • michemuche Posté le 19 Décembre 2018
              En solfège une blanche vaut deux noires, chez les suprémacistes américains un blanc vaut deux noirs. Pourquoi ce mélange des genres ? Pourquoi mélanger musique et théorie raciste ? Dans le roman de Richard Powers " le temps où nous chantions" l'écrivain nous invite dans un voyage de plus de mille pages, un voyage où musique et histoire se côtoie à travers trois générations. David Strom et Delia Daley se sont rencontrés à Washington lors d'un concert de Marian Anderson, une cantatrice noire. Nous sommes en 1939, David est juif allemand, Delia est noire. " L'amour entre un homme blanc et une femme noire est un crime pire que le vol, pire qu'une agression, puni aussi durement qu'un homicide involontaire." De cet union naitra trois enfants deux garçons, les " jojo" (Jonah et Joseph) et Ruth la petite dernière. Dans la famille Strom on chante tout le temps, la musique rythme les journées. La maman donne des leçons de pianos et Dad est prof de physique à l'université quand il ne donne pas un coup de main à ses collègues chercheurs. Les années passent, Jonah est devenu une célébrité, son cynisme n'a d'égal que son talent. Joseph le narrateur vit dans l'ombre de son frère." le... En solfège une blanche vaut deux noires, chez les suprémacistes américains un blanc vaut deux noirs. Pourquoi ce mélange des genres ? Pourquoi mélanger musique et théorie raciste ? Dans le roman de Richard Powers " le temps où nous chantions" l'écrivain nous invite dans un voyage de plus de mille pages, un voyage où musique et histoire se côtoie à travers trois générations. David Strom et Delia Daley se sont rencontrés à Washington lors d'un concert de Marian Anderson, une cantatrice noire. Nous sommes en 1939, David est juif allemand, Delia est noire. " L'amour entre un homme blanc et une femme noire est un crime pire que le vol, pire qu'une agression, puni aussi durement qu'un homicide involontaire." De cet union naitra trois enfants deux garçons, les " jojo" (Jonah et Joseph) et Ruth la petite dernière. Dans la famille Strom on chante tout le temps, la musique rythme les journées. La maman donne des leçons de pianos et Dad est prof de physique à l'université quand il ne donne pas un coup de main à ses collègues chercheurs. Les années passent, Jonah est devenu une célébrité, son cynisme n'a d'égal que son talent. Joseph le narrateur vit dans l'ombre de son frère." le temps où nous chantions" était dans ma pal depuis un moment, c'est vrai que l'ouvrage est impressionnant, qu'il peut rebuter certain, il n'y a que Richard Powers pour mélanger art lyrique, physique quantique et histoire américaine. Je finis en beauté l'année 2018, mon chemin littéraire va surement recroiser cet écrivain hors-norme avec son dernier roman " L'arbre-monde"
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…