RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Le temps où nous chantions

            10/18
            EAN : 9782264041449
            Code sériel : 4053
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 1056
            Format : 108 x 177 mm
            Le temps où nous chantions

            Nicolas RICHARD (Traducteur)
            Date de parution : 03/04/2008

            La saga polyphonique d'une famille de musiciens métis dans l'Amérique des années quarante à nos jours.

            Tout commence en 1939, lorsque Delia Daley et David Strom se rencontrent à un concert de Marian Anderson. Peut-on alors imaginer qu'une jeune femme noire épouse un juif allemand fuyant le nazisme ? Et pourtant... Leur passion pour la musique l'emporte sur les conventions et offre à leur amour un...

            Tout commence en 1939, lorsque Delia Daley et David Strom se rencontrent à un concert de Marian Anderson. Peut-on alors imaginer qu'une jeune femme noire épouse un juif allemand fuyant le nazisme ? Et pourtant... Leur passion pour la musique l'emporte sur les conventions et offre à leur amour un sanctuaire de paix ou, loin des hurlements du monde et de ses vicissitudes, ils élèvent leurs trois enfants. Chacun d'eux cherche sa voix dans la grande cacophonie américaine, inventant son destin en marge des lieux communs. Peuplé de personnages d'une humanité rare, Le temps ou nous chantions couvre un demi-siècle d'histoire américaine, nous offrant, au passage, des pages inoubliables sur la musique.



            « On sort de ce fleuve ému, bouleversé et admiratif : sans jamais écrire un roman politique, ni polémique, Richard Powers a décrit, à voix feutrée, l'échec définitif d'un idéal. »
            Christophe Mercier, Le Figaro littéraire



            Traduit de l’anglais (Etats-Unis)
            par Nicolas Richard

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264041449
            Code sériel : 4053
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 1056
            Format : 108 x 177 mm
            10/18

            Ils en parlent

            « Richard Powers est, tout simplement, l'un des meilleurs écrivains d'aujourd'hui. Sa prose est magnifique ; son propos, saisissant. En sept cent soixante pages d'une élégance et d'une puissance rares, il a écrit le grand roman américain sur les problèmes raciaux. Et sur la musique. »
            François Busnel, Lire

            « À travers l'histoire d'une famille mixte, Richard Powers passe en revue soixante ans d'histoire américaine et de conflits raciaux. Sur fond d'opéra, de rythmes Motown, de r'n'b et de rap, un immense roman qui mêle avec brio parcours intime et politique. »
            Francis Dordor, Les Inrockuptibles

            « Le Temps où nous chantions est un livre d’intense émotion pour le lecteur, qui ouvre la première page et se laisse emporter jusqu’à la huit centième. Il y a quelque chose de physique dans l’écriture de Richard Powers, un rythme, un souffle, une vibration enthousiasmante. »
            Christine Ferniot, Télérama

            « On sort de ce fleuve ému, bouleversé et admiratif : sans jamais écrire un roman politique, ni polémique, Richard powers a décrit, à voix feutrée, l'échec définitif d'un idéal. »
            Christophe Mercier, Le Figaro littéraire

            « Le Temps où nous chantions est la réponse passionnée et passionnante d'un auteur blanc aux errements de l'histoire raciale aux États-Unis. Où l'Harmonie chamboule les lois de la Physique. »
            David Boratav, Chronic'art

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Jenndrix Posté le 11 Septembre 2019
              Le temps où nous chantions est à découvrir et redécouvrir. Une fresque historique suivant une famille sur trois générations, sur fond de ségrégation raciale et conquête de droits civiques, enrobé d’une musique infini. Un très grand roman.
            • JIEMDE Posté le 27 Août 2019
              À Washington, avant-guerre, David rencontre Delia lors d’un concert engagé et en tombe immédiatement amoureux. Il est blanc, elle est noire ; il est juif tandis que sa famille à elle est catholique. Bref, une histoire morte-né dans l’Amérique Rooseveltienne, qui va cependant exister grâce à la musique, ciment de la cellule familiale créée. Présenté comme cela, Le temps où nous chantions de Richard Powers -traduit par Nicolas Richard- et ses 1064 pages avait tout d’un livre repoussoir (y compris dans sa métaphore de l’oiseau et du poisson qui tombent amoureux…) et je l’ai longtemps évité. À tort. Car le livre est bien plus profond que la débauche de bons sentiments initialement craints, nous embarquant sur deux générations dans une traversée de l’histoire américaine en général, et de celle de la lutte égalitaire contre la ségrégation, la discrimination et le racisme ordinaire et quotidien en particulier. À travers le destin de Delia et de David, puis de leurs enfants Jonah, Joey et Ruth, Powers nous fait découvrir plus profondément que tous les livres et films déjà vus sur ce sujet, ce côté sombre de l’histoire américaine, en optant pour le prisme de ceux qui l’ont vécu. Ou plutôt subi. Parallèlement, mais de manière... À Washington, avant-guerre, David rencontre Delia lors d’un concert engagé et en tombe immédiatement amoureux. Il est blanc, elle est noire ; il est juif tandis que sa famille à elle est catholique. Bref, une histoire morte-né dans l’Amérique Rooseveltienne, qui va cependant exister grâce à la musique, ciment de la cellule familiale créée. Présenté comme cela, Le temps où nous chantions de Richard Powers -traduit par Nicolas Richard- et ses 1064 pages avait tout d’un livre repoussoir (y compris dans sa métaphore de l’oiseau et du poisson qui tombent amoureux…) et je l’ai longtemps évité. À tort. Car le livre est bien plus profond que la débauche de bons sentiments initialement craints, nous embarquant sur deux générations dans une traversée de l’histoire américaine en général, et de celle de la lutte égalitaire contre la ségrégation, la discrimination et le racisme ordinaire et quotidien en particulier. À travers le destin de Delia et de David, puis de leurs enfants Jonah, Joey et Ruth, Powers nous fait découvrir plus profondément que tous les livres et films déjà vus sur ce sujet, ce côté sombre de l’histoire américaine, en optant pour le prisme de ceux qui l’ont vécu. Ou plutôt subi. Parallèlement, mais de manière très complémentaire, Le temps où nous chantions explore la double quête d’identité des enfants du couple, cherchant inlassablement leur place au sein de leur famille comme de leur pays. Au cœur du récit, fil conducteur et réunificateur de toutes les histoires, Powers place la musique. La grande comme la petite, l’élitiste comme la populaire, celle qui divise et celle qui réconcilie. Et il y produit ainsi ses plus beaux paragraphes : j’étais loin d’imaginer que l’on puisse mettre par écrit avec de si jolis mots ou métaphores, ces ressentis abstraits, intimes et personnels qu’engendre la musique. Je n’ai pas pour autant « adoré » ce livre comme beaucoup d’autres avant moi, faute probablement de quelques longueurs qui m’ont souvent perturbé. Mais je l’ai énormément apprécié pour la qualité de son écriture, l’amour et l’humanité qui se dégagent de tous ses personnages, et le rigoureux traitement romancé d’un thème dont l’actualité nous rappelle régulièrement qu’en Amérique, comme chez nous, le combat égalitaire et identitaire n’est jamais terminé.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lehibook Posté le 27 Mai 2019
              Lire ce texte c’est s’immerger dans un fleuve ,un flot qui entraîne avec lui l’histoire contemporaine, la physique quantique , les Etats-Unis et la question noire, la gloire et la douleur du métissage ,la gloire et la douleur d’être humain et la MUSIQUE , de John Dowland au rap .Roman fleuve , roman Mississipi , roman Jourdain (celui des gospels) .Et tout cela part de la rencontre d’un juif allemand et d’un jeune femme noire américaine. « L’oiseau et le poisson peuvent tomber amoureux .Mais où vont-ils construire leur nid ? » . Voilà de la littérature ! Et nous donnons ce nom aux productions de Houellebeque ou d’Angot …Ah Misère !
            • DominiqueHuysmans Posté le 11 Avril 2019
              Juste magnifique ! Livre choral (c'est le cas de le dire) exceptionnel d'émotion et de profondeur.
            • maxitodeuzio Posté le 1 Janvier 2019
              Très bon roman qui, par le biais de la musique et du chant, se permet d'aborder les ravages provoqués par le racisme dans la société américaine. Une oeuvre originale et titanesque, qui fut ma porte d'entrée dans l'univers de Richard Powers. Je le recommande fortement.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…