Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782348046230
Code sériel : 740
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 120 x 190 mm
Les limites planétaires
Collection : Repères
Date de parution : 28/05/2020
Éditeurs :
La Découverte

Les limites planétaires

,

Collection : Repères
Date de parution : 28/05/2020
La question des limites environnementales a traversé les XIXe et XXe siècles sans vraiment parvenir à s’imposer. La donne serait-elle en train de changer en ce début de XXIe siècle... La question des limites environnementales a traversé les XIXe et XXe siècles sans vraiment parvenir à s’imposer. La donne serait-elle en train de changer en ce début de XXIe siècle ? Face à la multiplication des atteintes portées au « système Terre », la communauté scientifique s’est lancée depuis quelques... La question des limites environnementales a traversé les XIXe et XXe siècles sans vraiment parvenir à s’imposer. La donne serait-elle en train de changer en ce début de XXIe siècle ? Face à la multiplication des atteintes portées au « système Terre », la communauté scientifique s’est lancée depuis quelques années dans un projet aussi urgent qu’ambitieux : proposer aux décideurs et au grand public un aperçu des principales variables qui déterminent l’équilibre des écosystèmes à l’échelle planétaire. Au-delà du climat et de la biodiversité, ces travaux abordent également des questions moins connues du grand public, comme le déséquilibre des cycles biogéochimiques, le changement d’affectation des sols, l’introduction de polluants d’origine anthropique dans les écosystèmes ou encore l’acidification des océans. Autant d’enjeux pour lesquels la communauté scientifique essaie aujourd’hui de déterminer des frontières à ne pas dépasser si l’humanité veut éviter les risques d’effondrement.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348046230
Code sériel : 740
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 120 x 190 mm

Ils en parlent

À la suite de L’Empreinte écologique, sorti en 2009, une mesure permettant de comprendre à quel point nos modes de vie sont insoutenables, Aurélien Boutaud et Natacha Condran poursuivent leur travail en nous donnant la mesure « finale » : il y a des limites ! [...] Vous trouverez dans ce livre un état des lieux synthétique, de ce qui est connu et de ce que l’on peut commencer à craindre notamment du fait de l’accumulation de pollution chimique. Ces travaux indispensables sont à rapprocher d’un autre angle, celui de l’anthropologie et du climat comparé sur le temps long de notre espèce(par exemple Brian Fagan, Jared Diamond, Le Roy Ladurie) qui montre que nous cherchons avant tout à nous nourrir et que nous nous déplaçons d’un lopin à l ’autre, quand « il n’y en a plus ». Mais, voilà, c’est ballot, nous sommes maintenant partout et beaucoup, il n’est plus possible de se déplacer, faut faire avec les limites globales...
La Décroissance

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Arthemyce Posté le 9 Novembre 2021
    Un peu moins de 110 pages, mais une extrême densité pour ce petit livre de poche. Comme souvent, la collection « Repères » ne déçoit pas avec un contenu de qualité bien que synthétique. Il sera question dans cet ouvrage des « Limites Planétaires », c'est-à-dire, pour faire cours, des capacités de notre planète à réguler l'équilibre dynamique du « système Terre ». En ouverture, les auteurs proposent un historique rapide de la notion de limite planétaire par le prisme de l'Économie. Ils mettent en évidence que la question des ressources (et des impacts de l'activité humaine) a longtemps été négligée des principaux courant de l'Économie et des politiques induites. A l'époque du développement de ce nouveau champs d'étude, contemporain de la révolution industrielle, « la nature apparait aux observateurs comme largement inépuisable et inaltérable ». On évoque Malthus, un des premiers à s'interroger sur la durabilité du développement humain, en comparant les croissances – selon lui respectivement géométrique et algébriques – de la population et des ressources. Les solutions qu'il préconise sont cependant discutables et, encore aujourd'hui, la référence au « Malthusianisme » en porte les stigmates. Pour ses opposants, le problème n'est pas la rareté ou la finitude des... Un peu moins de 110 pages, mais une extrême densité pour ce petit livre de poche. Comme souvent, la collection « Repères » ne déçoit pas avec un contenu de qualité bien que synthétique. Il sera question dans cet ouvrage des « Limites Planétaires », c'est-à-dire, pour faire cours, des capacités de notre planète à réguler l'équilibre dynamique du « système Terre ». En ouverture, les auteurs proposent un historique rapide de la notion de limite planétaire par le prisme de l'Économie. Ils mettent en évidence que la question des ressources (et des impacts de l'activité humaine) a longtemps été négligée des principaux courant de l'Économie et des politiques induites. A l'époque du développement de ce nouveau champs d'étude, contemporain de la révolution industrielle, « la nature apparait aux observateurs comme largement inépuisable et inaltérable ». On évoque Malthus, un des premiers à s'interroger sur la durabilité du développement humain, en comparant les croissances – selon lui respectivement géométrique et algébriques – de la population et des ressources. Les solutions qu'il préconise sont cependant discutables et, encore aujourd'hui, la référence au « Malthusianisme » en porte les stigmates. Pour ses opposants, le problème n'est pas la rareté ou la finitude des ressources, mais les limites techniques et humaines visant leur exploitation. Hormis des pénuries locales et temporaires, l'Histoire donnera plutôt raison à ces derniers, la population s'étant accru en parallèle des ressources disponibles. Cette idéologie, dite « cornucopienne » – le fait de repousser indéfiniment les limites de la nature – restera la norme dans la plupart des travaux économiques jusqu'à l'aube des années 1970, période de la fin des Trente Glorieuses ayant accueilli la publication, en 1972, du célèbre « Limits To Growth » (Les Limites de la Croissance) de Denis MEADOWS et son équipe. C'est l'occasion pour des économistes peu orthodoxes comme Georgescu-Roegen (parmi d'autres) de voir leur intuition confirmée, tandis que les économistes dominants s'enferment dans le paradigme impliquant nécessairement que les limites puissent être dépassées. La première concrétisation de ces réflexions est apparue la décennie suivante, avec la mise en évidence d'un trou dans la couche d'ozone, résultant d'émissions anthropiques massives de gaz chlorés pouvant avoir des effets « catastrophiques, allant jusqu'à menacer directement la vie sur Terre ». le Protocole de Montréal aura rapidement donné des résultats, toutefois les auteurs soulignent qu'en aucun cas le parallèle puisse être fait avec le réchauffement climatique : il existait alors des alternatives aux substances incriminées et de surcroît, les secteurs concernés étaient circonscrits ; ce qui n'est absolument pas le cas concernant le CO2. Cet élan mondial aura eu le bénéfice de permettre d'établir le lien entre limites planétaires et régulation écologique, là où les ressources étaient jusqu'alors l'objet dominant. Finalement, c'est au tournant du XXIème siècle qu'apparait le concept d'anthropocène : « homo sapiens est devenu le principal facteur de modification des équilibres écologiques à l'échelle planétaire […] ». le terme a depuis fait largement débat, concernant notamment la généralisation implicite d'un mode de vie particulier, attribué abusivement à une humanité essentialisée, ainsi que la responsabilité non différenciée qui en découle. Comme pour enfoncer le clou, en 2004 est publié un article (1) qui fera date, dont on retiendra notamment la « Grande Accélération » (2), ensemble de graphes témoignant de la croissance exponentielle de l'exploitation des ressources et des pollutions connexes. [...] Résumé détaillé : https://docdro.id/RnTRwCN En guise de conclusion, les auteurs insistent sur la nécessité d'intensifier la recherche bien qu'ils constatent « un engouement scientifique indéniable » mais regrettent le manque d'actions politiques conséquentes. Si au niveau mondial et national, en France, les discours officiels intègrent de plus en plus la notion de limites planétaires, « la mise en acte tarde à être entreprise ». Les inégalités environnementales et socio-économiques sont pointées du doigt et obligent à revoir la répartition non seulement des richesses, mais aussi des « capacités limitées de la Terre à fournir des ressources et des services ». (1) Version 2015 : doi:10.1177/2053019614564785 (2) https://www.researchgate.net/figure/The-Great-Acceleration-Steffen-et-al-2015b_fig5_326295135
    Lire la suite
    En lire moins
  • murielB34 Posté le 21 Avril 2021
    cet essai nous propose un état des lieux de notre planète en partant du concept de limites planétaires (en gros les limites ce que notre planète est en capacité de supporter avant de basculer dans un déséquilibre complet du climat, de la biodiversité, de l'état des sols, ...). Il le fait de façon simple mais pas simpliste, avec pédagogie, en partant de faits scientifiques qui font consensus ; en indiquant aussi les limites de l'exercice en lui-même sur certains sujets particulièrement complexes (donc difficiles à modéliser), ou pour lesquels les connaissances scientifiques sont actuellement trop faibles. un essai à mettre entre toutes les mains, car la situation est grave, très grave !
  • Impression-de-lecteur Posté le 7 Novembre 2020
    Un livre qui démontre le temps long de l'écologie et qui tâche de l’amarrer au temps court des décisions politiques. Aujourd'hui, en cette période qualifiée d'anthropocène, les scientifiques par leurs travaux sur les limites planétaires veulent aider les politiques dans leurs décisions. Le concept de " limites planétaires" n'aborde plus le stock de ressources en matières premières comme seul élément limitatif au développent humain mais cherche à mesurer les capacités de la nature à réguler les activités humaines. D'abord, il s'agit d'identifier les processus qui ont permit de conserver la stabilité du système terre (rétroactions positives ou négatives) durant l’holocène (10 000 ans). Ensuite, il s'agit, à partir de 1750, d identifier les phénomènes anthropiques et leurs conséquences sur la nature ainsi que sa capacité à les réguler. Enfin, les chercheurs modélisent (variable de contrôle ; variable de réponse) les 9 processus environnementaux devant faire l'objet d'une surveillance particulière. Certains sont définis comme éléments de rupture c'est à dire dont les impacts sont planétaires comme l'acidification des océans : phénomène irréversible pour des dizaines de milliers d'années, qui a des effets négatifs sur la chaîne alimentaire, qui participe au réchauffement climatique et qui compromet la protection des littoraux... Un livre qui démontre le temps long de l'écologie et qui tâche de l’amarrer au temps court des décisions politiques. Aujourd'hui, en cette période qualifiée d'anthropocène, les scientifiques par leurs travaux sur les limites planétaires veulent aider les politiques dans leurs décisions. Le concept de " limites planétaires" n'aborde plus le stock de ressources en matières premières comme seul élément limitatif au développent humain mais cherche à mesurer les capacités de la nature à réguler les activités humaines. D'abord, il s'agit d'identifier les processus qui ont permit de conserver la stabilité du système terre (rétroactions positives ou négatives) durant l’holocène (10 000 ans). Ensuite, il s'agit, à partir de 1750, d identifier les phénomènes anthropiques et leurs conséquences sur la nature ainsi que sa capacité à les réguler. Enfin, les chercheurs modélisent (variable de contrôle ; variable de réponse) les 9 processus environnementaux devant faire l'objet d'une surveillance particulière. Certains sont définis comme éléments de rupture c'est à dire dont les impacts sont planétaires comme l'acidification des océans : phénomène irréversible pour des dizaines de milliers d'années, qui a des effets négatifs sur la chaîne alimentaire, qui participe au réchauffement climatique et qui compromet la protection des littoraux ; d'autres agissent sur la résilience du système terre et ont des impacts locaux comme le changement d'affectation des sols, la déforestation. Aujourd'hui, en cette période de pandémie, la déforestation a des conséquences planétaires. La vérité de la science réside en ce qu'elle peut toujours être remise en question pour autant gardons-nous de minorer ses conclusions ni d'y croire aveuglement.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la lettre d'information mensuelle de la collection Repères
Pour connaître toutes les nouveautés et les nouvelles éditions de la collection !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    12 livres pour mieux comprendre l'urgence écologique

    Espèces menacées d'extinction, déforestation, réchauffement climatique… Aujourd’hui, plus que jamais, il est urgent d’agir pour l’environnement. Pour vous aider à prendre la pleine mesure de l’urgence, nous vous avons sélectionné 12 livres qui mettent en lumière les enjeux écologiques actuels.

    Lire l'article