Lisez! icon: Search engine
La Découverte
EAN : 9782348046230
Code sériel : 740
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 120 x 190 mm

Les limites planétaires

,

Collection : Repères
Date de parution : 28/05/2020
La question des limites environnementales a traversé les XIXe et XXe siècles sans vraiment parvenir à s’imposer. La donne serait-elle en train de changer en ce début de XXIe siècle ? Face à la multiplication des atteintes portées au « système Terre », la communauté scientifique s’est lancée depuis quelques... La question des limites environnementales a traversé les XIXe et XXe siècles sans vraiment parvenir à s’imposer. La donne serait-elle en train de changer en ce début de XXIe siècle ? Face à la multiplication des atteintes portées au « système Terre », la communauté scientifique s’est lancée depuis quelques années dans un projet aussi urgent qu’ambitieux : proposer aux décideurs et au grand public un aperçu des principales variables qui déterminent l’équilibre des écosystèmes à l’échelle planétaire. Au-delà du climat et de la biodiversité, ces travaux abordent également des questions moins connues du grand public, comme le déséquilibre des cycles biogéochimiques, le changement d’affectation des sols, l’introduction de polluants d’origine anthropique dans les écosystèmes ou encore l’acidification des océans. Autant d’enjeux pour lesquels la communauté scientifique essaie aujourd’hui de déterminer des frontières à ne pas dépasser si l’humanité veut éviter les risques d’effondrement.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782348046230
Code sériel : 740
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 128
Format : 120 x 190 mm

Ils en parlent

À la suite de L’Empreinte écologique, sorti en 2009, une mesure permettant de comprendre à quel point nos modes de vie sont insoutenables, Aurélien Boutaud et Natacha Condran poursuivent leur travail en nous donnant la mesure « finale » : il y a des limites ! [...] Vous trouverez dans ce livre un état des lieux synthétique, de ce qui est connu et de ce que l’on peut commencer à craindre notamment du fait de l’accumulation de pollution chimique. Ces travaux indispensables sont à rapprocher d’un autre angle, celui de l’anthropologie et du climat comparé sur le temps long de notre espèce(par exemple Brian Fagan, Jared Diamond, Le Roy Ladurie) qui montre que nous cherchons avant tout à nous nourrir et que nous nous déplaçons d’un lopin à l ’autre, quand « il n’y en a plus ». Mais, voilà, c’est ballot, nous sommes maintenant partout et beaucoup, il n’est plus possible de se déplacer, faut faire avec les limites globales...
La Décroissance

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Impression-de-lecteur Posté le 7 Novembre 2020
    Un livre qui démontre le temps long de l'écologie et qui tâche de l’amarrer au temps court des décisions politiques. Aujourd'hui, en cette période qualifiée d'anthropocène, les scientifiques par leurs travaux sur les limites planétaires veulent aider les politiques dans leurs décisions. Le concept de " limites planétaires" n'aborde plus le stock de ressources en matières premières comme seul élément limitatif au développent humain mais cherche à mesurer les capacités de la nature à réguler les activités humaines. D'abord, il s'agit d'identifier les processus qui ont permit de conserver la stabilité du système terre (rétroactions positives ou négatives) durant l’holocène (10 000 ans). Ensuite, il s'agit, à partir de 1750, d identifier les phénomènes anthropiques et leurs conséquences sur la nature ainsi que sa capacité à les réguler. Enfin, les chercheurs modélisent (variable de contrôle ; variable de réponse) les 9 processus environnementaux devant faire l'objet d'une surveillance particulière. Certains sont définis comme éléments de rupture c'est à dire dont les impacts sont planétaires comme l'acidification des océans : phénomène irréversible pour des dizaines de milliers d'années, qui a des effets négatifs sur la chaîne alimentaire, qui participe au réchauffement climatique et qui compromet la protection des littoraux... Un livre qui démontre le temps long de l'écologie et qui tâche de l’amarrer au temps court des décisions politiques. Aujourd'hui, en cette période qualifiée d'anthropocène, les scientifiques par leurs travaux sur les limites planétaires veulent aider les politiques dans leurs décisions. Le concept de " limites planétaires" n'aborde plus le stock de ressources en matières premières comme seul élément limitatif au développent humain mais cherche à mesurer les capacités de la nature à réguler les activités humaines. D'abord, il s'agit d'identifier les processus qui ont permit de conserver la stabilité du système terre (rétroactions positives ou négatives) durant l’holocène (10 000 ans). Ensuite, il s'agit, à partir de 1750, d identifier les phénomènes anthropiques et leurs conséquences sur la nature ainsi que sa capacité à les réguler. Enfin, les chercheurs modélisent (variable de contrôle ; variable de réponse) les 9 processus environnementaux devant faire l'objet d'une surveillance particulière. Certains sont définis comme éléments de rupture c'est à dire dont les impacts sont planétaires comme l'acidification des océans : phénomène irréversible pour des dizaines de milliers d'années, qui a des effets négatifs sur la chaîne alimentaire, qui participe au réchauffement climatique et qui compromet la protection des littoraux ; d'autres agissent sur la résilience du système terre et ont des impacts locaux comme le changement d'affectation des sols, la déforestation. Aujourd'hui, en cette période de pandémie, la déforestation a des conséquences planétaires. La vérité de la science réside en ce qu'elle peut toujours être remise en question pour autant gardons-nous de minorer ses conclusions ni d'y croire aveuglement.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA LETTRE D'INFORMATION MENSUELLE DE LA COLLECTION REPÈRES
Pour connaître toutes les nouveautés et les nouvelles éditions de la collection !