Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266266055
Code sériel : 7208
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

Monnayé

Patrick COUTON (Traducteur), Stéphane DESA (Direction de collection)
Date de parution : 11/02/2016
Se voir confier les clés de la banque d'Ankh-Morpork, pour un escroc notoire, c'est une offre qui ne se refuse pas. Si elle émane du seigneur Vétérini, il faut s'attendre à des complications... sauf que décidément, non, on peut encore moins la décliner.
Et voilà comment Moite von Lipwig se retrouve...
Se voir confier les clés de la banque d'Ankh-Morpork, pour un escroc notoire, c'est une offre qui ne se refuse pas. Si elle émane du seigneur Vétérini, il faut s'attendre à des complications... sauf que décidément, non, on peut encore moins la décliner.
Et voilà comment Moite von Lipwig se retrouve à la tête des finances de la ville, d'un hôtel de la Monnaie déficitaire, et en charge d'un président canidé, actionnaire majoritaire, dont la survie est le corollaire de la sienne... et vice versa. Une situation où l'on se fait des ennemis. Alors qu'il faudrait faire de l'argent !
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266266055
Code sériel : 7208
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 512
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« L'humour à la fois décalé et très pertinent est là, bien sûr. Et puis cette impression délicieusement troublante que ce petit monde tellement loufoque, produit d'une imagination délirante, est étonnamment proche du nôtre. Petit bonus, pour nos gouvernants et autres mous du bulbe, au détour d'une blague, Terry Pratchett, que décidément j'aime d eplus en plus, énonce une vérité première un peu oubliée : c'est le travail qui produit la richesse. » Actu-du-noir.over-blog.com
 « Un grand Pratchett qui a retrouvé avec ce personnage [Moite] [sa] verve. » Fantastinet.com
 « Bien mené, prenant, Monnayé est indéniablement une grande réussite se hissant sans problème parmi les meilleurs tomes de la série. » Efelle.canalblog.com
 
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • karkarot Posté le 14 Avril 2020
    Une nouvelle aventure de Moite von Lipwig ! Après un petit intermède "Guet", Pratchett revient au héros de "Timbré" pour notre plus grand plaisir ! Pour lier ce tome au précédent, souvenez vous que Mr Poney avait découvert dans la mine des nains un Appareil, un cube tournant avec un couple formidable. Vétérini veut profiter de cet engin pour moderniser sa bonne ville d'Ankh-Morpok. Pour cela, il a besoin.... de liquidité ! Mais le secteur bancaire est moribond et surtout la crise de confiance est consommée entre habitants et banquiers ! Et qui est pressenti pour prendre en main la Banque Royale, devinez.... Moite ! Évidemment, les familles traditionnelles du secteurs grognent (surtout les Prodigue), la ville n'a jamais vu ça, cette idée d'émettre du papier monnaie, et un vieil "ami" de Moite ressurgit du passé. Sans compte qu'Adora Belle, sa presque future épouse, revient d'un territoire nain avec une bonne nouvelle pour le comptoir des golems. Sans compter, en parlant de monstre d'argile, que Gladys devient de plus en plus femme au contact des employées de la Poste... Encore une fois le talent de Pratchett fait mouche, même si j'ai trouvé un peu plus lent à démarrer ce tome que Timbré (un peu... Une nouvelle aventure de Moite von Lipwig ! Après un petit intermède "Guet", Pratchett revient au héros de "Timbré" pour notre plus grand plaisir ! Pour lier ce tome au précédent, souvenez vous que Mr Poney avait découvert dans la mine des nains un Appareil, un cube tournant avec un couple formidable. Vétérini veut profiter de cet engin pour moderniser sa bonne ville d'Ankh-Morpok. Pour cela, il a besoin.... de liquidité ! Mais le secteur bancaire est moribond et surtout la crise de confiance est consommée entre habitants et banquiers ! Et qui est pressenti pour prendre en main la Banque Royale, devinez.... Moite ! Évidemment, les familles traditionnelles du secteurs grognent (surtout les Prodigue), la ville n'a jamais vu ça, cette idée d'émettre du papier monnaie, et un vieil "ami" de Moite ressurgit du passé. Sans compte qu'Adora Belle, sa presque future épouse, revient d'un territoire nain avec une bonne nouvelle pour le comptoir des golems. Sans compter, en parlant de monstre d'argile, que Gladys devient de plus en plus femme au contact des employées de la Poste... Encore une fois le talent de Pratchett fait mouche, même si j'ai trouvé un peu plus lent à démarrer ce tome que Timbré (un peu de lenteur ne fait pas de mal !), la satire financière est féroce, les portraits des protagonistes sanglants et hilarants, les rebondissements fulgurants sur la fin, et le personnage de Moite prend encore un peu de profondeur, on commence à bien s'y attacher à ce petit escroc... Idem pour Vétérini, tyran presque sympathique qui règne sans violence ou presque sur ce monstre qu'est Ankh-Morpok. Un excellent tome, un peu en dessous des deux derniers (Timbré et Jeu de Nain) selon moi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lenocherdeslivres Posté le 29 Mars 2020
    Maintenant que Terry Pratchett est mort, les rares ouvrages des Annales du Disque-Monde que je n’ai pas encore lus sont pour moi des pépites que je garde et ne lis que de temps en temps. La période actuelle m’a décidé à en sortir un. Et je n’ai pas été déçu. Dans Monnayé, on retrouve Moite, héros malgré lui de Timbré, obligé de changer de poste par le seigneur Vétérini (avec toute la subtilité que l’on connaît à ce tyran, pourtant bien sympathique). Et c’est tant mieux, car il s’ennuyait, sans se l’avouer, dans sa nouvelle routine. Le voilà donc confronté à une institution délabrée, mais rigide au possible : la banque. Sa mission : la remettre sur pied, en redorer le blason, afin de renflouer les caisses de la ville. Le seigneur Vétérini a de grands projets pour elle, qui nécessitent de l’argent. Dans ce grand Pratchett, on retrouve tous les ingrédients qui font son charme : des personnages bien campés, caricaturaux mais si drôles ; des aventures qui se multiplient, se croisent (on a souvent de petits aperçus de ce qui se passe ailleurs, sans comprendre tout de suite le rapport avec l’histoire principale, mais qui se relie, bien après, au tronc commun), interpellent ; un... Maintenant que Terry Pratchett est mort, les rares ouvrages des Annales du Disque-Monde que je n’ai pas encore lus sont pour moi des pépites que je garde et ne lis que de temps en temps. La période actuelle m’a décidé à en sortir un. Et je n’ai pas été déçu. Dans Monnayé, on retrouve Moite, héros malgré lui de Timbré, obligé de changer de poste par le seigneur Vétérini (avec toute la subtilité que l’on connaît à ce tyran, pourtant bien sympathique). Et c’est tant mieux, car il s’ennuyait, sans se l’avouer, dans sa nouvelle routine. Le voilà donc confronté à une institution délabrée, mais rigide au possible : la banque. Sa mission : la remettre sur pied, en redorer le blason, afin de renflouer les caisses de la ville. Le seigneur Vétérini a de grands projets pour elle, qui nécessitent de l’argent. Dans ce grand Pratchett, on retrouve tous les ingrédients qui font son charme : des personnages bien campés, caricaturaux mais si drôles ; des aventures qui se multiplient, se croisent (on a souvent de petits aperçus de ce qui se passe ailleurs, sans comprendre tout de suite le rapport avec l’histoire principale, mais qui se relie, bien après, au tronc commun), interpellent ; un univers foutraque, mais ô combien réjouissant (d’autant qu’on en suit la construction depuis de nombreux tomes et que les clins d’œil ne manquent : même si elles ne font parfois que de la figuration, nous voyons passer nombre de vedettes de cette immense saga : les membres du guet, ceux du journal le Disque-Monde, les habitants de la ville, dont un certain vendeur de saucisses qui n’en sont pas vraiment, mais enfin, bref). Dès les premières pages, je me suis laissé à nouveau piéger par ce grand conteur capable de prendre son lecteur par le col, de le passer dans une machine essoreuse, dans une centrifugeuse et se débrouiller pour qu’il en redemande. Les bons mots s’enchainent, l’humour est partout présent, tout en finesse (quoique, par toujours, mais c’est drôle quand même). L’absurde est sous-jacent en permanence, mais Terry Pratchett nous maintient sur le fil et c’est tellement bon. Encore une réussite, donc.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lehibook Posté le 31 Juillet 2019
    Roman dans lequel se poursuit la modernisation du Disque monde.Revoilà Moite Von Lipwig le super escroc rangé des voitures. Mais on le sollicite pour une nouvelle mission : gérér la banque Royale d’Ankh-Morpock !Un escroc pour gérer la banque …. On se croirait dans notre monde et plus sur le disque Monde !
  • capichou Posté le 17 Juillet 2019
    Un tome décevant... Monnayé donne l'impression d'être un calque de Timbré. Moite se retrouve forcé par le Patricien a accepter un poste important dans une institution de la ville, dans ce cas-ci la banque. Mais là où Timbré avait quelque chose à offrir (un nouveau personnage principal, une poignée de personnages secondaires hauts en couleurs, des situations cocasses et même un semblant d'histoire), Monnayé n'apporte pas grand chose. Gladys et Cosmo ne sont pas totalement inintéressants, et on retrouve toujours l'humour de PTerry, mais l'histoire est sans intérêt, le monde des banques n'est pas aussi développé qu'il pourrait l'être, et ça sent clairement le rechauffé. Passable, sans plus.
  • Pappa Posté le 11 Mars 2019
    Moite Von Lipwig n'est pas mon personnage favori des Annales du Disque-Monde, mais Terry Pratchett a le don de la dérision et sait nous faire apprécier un thème qui ne nous est pas familier à coup de bons mots et de situations absurdes. Absurde, mais tellement comparable à ce que l'on sait de la Finance Mondiale qu'on ne peut s'empêcher de voir en l'auteur un grand visionnaire ! Mais tout ça se passe dans un autre monde, non ? C'est sûr ? Ah ?
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !