RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Orfeo

            10/18
            EAN : 9782264066428
            Code sériel : 5104
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 108 x 177 mm
            Orfeo

            Date de parution : 15/09/2016
            Un magnifique roman sur la passion pour la musique.
            Un soir, la police sonne à la porte de Peter Els, compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l’entendre à propos d’une infection bactériologique dans un hôpital voisin. Bien qu’il n’ait rien à voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. La rumeur commence à... Un soir, la police sonne à la porte de Peter Els, compositeur solitaire à la vie bien rangée. La Sécurité nationale veut l’entendre à propos d’une infection bactériologique dans un hôpital voisin. Bien qu’il n’ait rien à voir avec cette affaire, Peter, affolé, prend la fuite. La rumeur commence à enfler, relayée par les médias : on le soupçonne d’être un terroriste. Sa vie bascule. Durant son long voyage à travers le pays, Peter va mettre à profit cette mésaventure pour renouer avec toute la puissance de son art. Le plus beau roman sur la musique depuis Le temps où nous chantions.

            « Un roman à la composition magistrale » Lire

            Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-Yves Pellegrin (prix Maurice-Edgar Coindreau)
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264066428
            Code sériel : 5104
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • thierryecrit Posté le 1 Janvier 2017
              Beaucoup de critiques sévères pour ce livre. Qui est pourtant un grand livre, mêlant de façon inattendue deux univers techniques, ardus - la musique contemporaine et la biologie -, et dont les personnages sont attachants, très travaillés. Richard Powers est connu pour écrire des livres très documentés, très fouillés. C'est sûr qu'il faut le savoir avant d'attaquer un de ses romans. On ne peut pas lire Orfeo avec le cerveau déconnecté. Il faut faire corps avec l'oeuvre, s'y noyer. Alors, le voyage est époustouflant. Je n'aurai pas souvent mis 5 étoiles cette annee, mais incontestablement ce livre les mérite.
            • ThierryA Posté le 5 Novembre 2016
              Accrochez-vous ! Ce livre est assez difficile à lire, aussi bien sur le fond que sur la forme. Sur le fond, l’auteur nous embarque dans un récit étrange où le personnage principal, Els, un musicien septuagénaire et biologiste amateur, un peu dérangé et marginal (à mon sens), compare ou assimile la musique à la chimie moléculaire ! Pour lui, tous les bruits, tous les sons, constituent en fait des partitions de musique au même titre que le séquencement des cellules ADN, qui pourrait être vues comme des partitions ou même servir de support pour véhiculer et transmettre la musique au-delà de l’humanité. Le texte est très orienté musique expérimentale et est également très technique, mais je ne vois pas dans ce récit où est le message, si tenté que l’auteur y voulu en placer un. Sur la forme c’est également assez difficile car on ne sait pas toujours, ou en tout cas on ne sait pas tout de suite, repérer les moments qui se passent dans le présent et ceux qui se passent dans le passé, et même à différentes époques dans le passé. Le texte se déroule sans chapitre, avec donc l’alternance du récit dans le temps ; tout... Accrochez-vous ! Ce livre est assez difficile à lire, aussi bien sur le fond que sur la forme. Sur le fond, l’auteur nous embarque dans un récit étrange où le personnage principal, Els, un musicien septuagénaire et biologiste amateur, un peu dérangé et marginal (à mon sens), compare ou assimile la musique à la chimie moléculaire ! Pour lui, tous les bruits, tous les sons, constituent en fait des partitions de musique au même titre que le séquencement des cellules ADN, qui pourrait être vues comme des partitions ou même servir de support pour véhiculer et transmettre la musique au-delà de l’humanité. Le texte est très orienté musique expérimentale et est également très technique, mais je ne vois pas dans ce récit où est le message, si tenté que l’auteur y voulu en placer un. Sur la forme c’est également assez difficile car on ne sait pas toujours, ou en tout cas on ne sait pas tout de suite, repérer les moments qui se passent dans le présent et ceux qui se passent dans le passé, et même à différentes époques dans le passé. Le texte se déroule sans chapitre, avec donc l’alternance du récit dans le temps ; tout ceci est un peu dérangeant et j’étais content d’être arrivé à la fin. Ceci dit, cela reste un grand moment de littérature et d’érudition.
              Lire la suite
              En lire moins
            • ComiteromansPoissy Posté le 22 Décembre 2015
              Roman passionnant et maitrisé qui coule comme une longue mélodie. Richard Powers est l’écrivain mélomane par excellence et ‘’Orfeo’’ est la preuve que le traumatisme américain du 11 septembre 2001 laissera des traces pendant un long moment. La vie de Peter Els est une étonnante aventure, celle d’un artiste qui tentera de dompter la musique et d’en extraire l’art brut. Nous retrouvons dans ‘’Orfeo’’ des accents de ses précédents romans tels que ‘’Gains’’ (A Boston, une petite entreprise de savon deviendra une multinationale), ‘’Trois fermiers s’en vont au bal’’ (L’enquête d’un journaliste à partir d’une photo) et surtout l’éblouissant ‘’Le temps où nous chantions’’ (Inoubliable rencontre entre un physicien juif allemand et une jeune femme noire). La carrière de Richard Powers est tout simplement admirable. Et un grand coup de chapeau aux éditions du Cherche-midi et de sa collection Lot 49. Bravissimo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Olivier (Meulan et Bouafle)
            • Kathleene Posté le 6 Novembre 2015
              Complexe et puissant, sont les deux qualificatifs que j'attribuerais à ce livre. Complexe de par la forme d'écriture de l'auteur où les métaphores se succèdent les unes aux autres, au point de se demander, lors de la lecture d'une phrase "simple", où se trouve l'image... Complexe, car il s'agit d'une lecture exigeante autant par le fond que par la forme. La fin du récit m'a permis de comprendre ce que signifiait ces minis paragraphes intercalés dans l'histoire, incursions qui m'ont pourtant dérangée pendant ma lecture, car je n'arrivais pas à comprendre leur présence, en dehors du fait qu'il correspondait au ressenti de Peter Els. Au vu des domaines auxquels s'intéresse Richard Powers, j'aurais dû me douter de leur signification. Complexe, car il fait appel à une culture musicale et à des connaissances musicologiques que je ne possède malheureusement pas. Complexe au vu des sentiments ressentis par Peter Els qui aspire à des choses simples, comme la profondeur et la puissance de la musique, la magie de la science, et le bonheur de vivre avec sa fille et sa femme. Un génie qui n'a malheureusement pas la possibilité de vivre ses passions comme il l'entendrait. A la science, il a préféré la musique comme fil conducteur... Complexe et puissant, sont les deux qualificatifs que j'attribuerais à ce livre. Complexe de par la forme d'écriture de l'auteur où les métaphores se succèdent les unes aux autres, au point de se demander, lors de la lecture d'une phrase "simple", où se trouve l'image... Complexe, car il s'agit d'une lecture exigeante autant par le fond que par la forme. La fin du récit m'a permis de comprendre ce que signifiait ces minis paragraphes intercalés dans l'histoire, incursions qui m'ont pourtant dérangée pendant ma lecture, car je n'arrivais pas à comprendre leur présence, en dehors du fait qu'il correspondait au ressenti de Peter Els. Au vu des domaines auxquels s'intéresse Richard Powers, j'aurais dû me douter de leur signification. Complexe, car il fait appel à une culture musicale et à des connaissances musicologiques que je ne possède malheureusement pas. Complexe au vu des sentiments ressentis par Peter Els qui aspire à des choses simples, comme la profondeur et la puissance de la musique, la magie de la science, et le bonheur de vivre avec sa fille et sa femme. Un génie qui n'a malheureusement pas la possibilité de vivre ses passions comme il l'entendrait. A la science, il a préféré la musique comme fil conducteur de son existence. Celle là même qui se retrouve gâchée par l'abandon de cette femme qui a su pourtant lui témoigner tant de patience, et l'éloignement de sa fille si chère à son cœur quand il fait de la musique son choix de vie. Musique qui n'aurait dû être qu'un passe-temps au profit d'une carrière scientifique à laquelle il aspirait au fond de lui. Musique qui l'a pourtant dévoré, le prenant aux tripes, l'enveloppant complètement là où même le silence est porteur de sensations uniques. Musique à laquelle il s'est entièrement donné afin qu'elle puisse l'assaillir et lui restituer cette indescriptible beauté qu'il ne trouvera nulle part ailleurs. Musique qui l'amène à des extrémités comportementales qu'il n'aurait jamais imaginé. Car au fond de lui , tous ses actes ne sont que le reflet de sa recherche ininterrompue et infinie de la sublimation musicale, alliée à une soif de connaissance insatiable dans ses domaines de prédilection que sont la science et les nouvelles technologies. Cette puissance destructrice de la musique va l'amener sur des territoires dangereux qu'il n'a pas su contourner, car il n'en n'avait plus la possibilité. Cette passion ravageuse, qui est ancrée au plus profond de lui est à la fois sa félicité et sa perte. Puissance que l'on retrouve dans l'écriture de Richard Powers qui, malgré les difficultés rencontrées quant à la compréhension du texte, a su réveiller en moi la petite corde musicale qui vibre et transforme la musique en sensations physiques, au rythme des notes égrenées. La description de la création du "Quatuor pour la fin du temps" d'Olivier Messiaen et de sa représentation donnée au stalag en 1941, est tout simplement remarquable et émouvante. Au cœur de la détresse des prisonniers, des conditions de vie terribles qu'ils doivent affronter, cet épisode décrit à quel point la musique peut magnifier des émotions et créer un espace temps qui permet d'exclure toute l'horreur du présent vécu. Au delà des mots, il ressort de cette histoire des sensations fortes et intenses, que seule, peut-être, la musique peut offrir et que Richard Powers à su faire partager. Livre lu dans le cadre de Masse Critique.
              Lire la suite
              En lire moins
            • LeaTouchBook Posté le 13 Octobre 2015
              Avis de Grybouille (Chroniqueur chez Léa Touch Book) : 3.5/5 : Grybouillement votre, Les aventures de Peter Els, septuagénaire coincé entre son passé de musicien et son présent de chimiste bricoleur éclairé rattrapé par des affaires relevant de la sureté nationale américaine. A l’occasion de sa fuite, il renouera avec son passé. La découverte des grands compositeurs, son expérience de compositeur, les autres artistes, ses amours, sa fille… La Physique… Certains livres vous font grandir, pas dans l’âge, mais dans votre capacité à comprendre les choses, ce roman fait partie des livres qui vous font œuvrer. Ce livre, je l’ai haï, je l’ai aimé, puis je l’ai haï et encore aimé… Il m’a poussé dans mes derniers retranchements, j’ai cherché pour comprendre, j’ai écouté les musiques citées pour faire miens les savoirs de l’auteur. Le haut niveau, pas facile mais le plaisir est au bout du chemin, il faut s’accrocher. Je ne vous le cache pas c’est un récit passionnel. C’est la première fois que cela m’arrive. J’ai voulu le jeter, l’oublier, mais dès que je le posais un instant, je le cherchais déjà du regard. Nous nous jaugions, aurais-je le courage, la volonté de le dompter. Élever mon niveau de lecture… Superbe écriture que j’avais découverte... Avis de Grybouille (Chroniqueur chez Léa Touch Book) : 3.5/5 : Grybouillement votre, Les aventures de Peter Els, septuagénaire coincé entre son passé de musicien et son présent de chimiste bricoleur éclairé rattrapé par des affaires relevant de la sureté nationale américaine. A l’occasion de sa fuite, il renouera avec son passé. La découverte des grands compositeurs, son expérience de compositeur, les autres artistes, ses amours, sa fille… La Physique… Certains livres vous font grandir, pas dans l’âge, mais dans votre capacité à comprendre les choses, ce roman fait partie des livres qui vous font œuvrer. Ce livre, je l’ai haï, je l’ai aimé, puis je l’ai haï et encore aimé… Il m’a poussé dans mes derniers retranchements, j’ai cherché pour comprendre, j’ai écouté les musiques citées pour faire miens les savoirs de l’auteur. Le haut niveau, pas facile mais le plaisir est au bout du chemin, il faut s’accrocher. Je ne vous le cache pas c’est un récit passionnel. C’est la première fois que cela m’arrive. J’ai voulu le jeter, l’oublier, mais dès que je le posais un instant, je le cherchais déjà du regard. Nous nous jaugions, aurais-je le courage, la volonté de le dompter. Élever mon niveau de lecture… Superbe écriture que j’avais découverte dans « Le temps où nous chantions ». Richard Powers décortique sa musique intérieure et couche sur papier ce que son ouïe lui transmet. Une histoire prometteuse à la première ligne qui jamais ne fléchit ; mais que cela aura été dur. Un roman à réserver aux lecteurs qui ne lâchent rien car « Ils sont partis se promener et n’ont pas envie de rentrer. » Un mot sur la traduction, Jean-Yves Pellegrin, chapeau bas, vu le niveau d’écriture de Richard Powers, le fait de transcrire fidèlement ce type de roman démontre un niveau qui touche l’excellence. Merci à lui. « Parfois quand j’écoute, je suis partout » et bien lisez maintenant…
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…