RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un bon jour pour mourir

            10/18
            EAN : 9782264036711
            Code sériel : 1988
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            Un bon jour pour mourir

            Sara OUDIN (Traducteur)
            Date de parution : 07/05/2003

            Cuites, amour et dynamite, un amateur de pêche mélancolique, un ancien du Viêt-Nam et une jeune femme aux jambes interminables traversent l’Amérique des années soixante, unis par une « mission » folle et héroïque : faire sauter un barrage du Grand Canyon. Mais l’équipée sauvage de cet improbable trio va...

            Cuites, amour et dynamite, un amateur de pêche mélancolique, un ancien du Viêt-Nam et une jeune femme aux jambes interminables traversent l’Amérique des années soixante, unis par une « mission » folle et héroïque : faire sauter un barrage du Grand Canyon. Mais l’équipée sauvage de cet improbable trio va bientôt tourner à la gueule de bois carabinée !

            « Véritable cow-boy de l'écriture, Jim Harrison nous arrive comme un don Quichotte d'outre-Atlantique qui réintroduit le plaisir d'une lecture simple mais fulgurante. »
            Le Monde

            Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Sara Oudin

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264036711
            Code sériel : 1988
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            7.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • agnesmoisan84 Posté le 25 Septembre 2018
              Tim, Sylvia et le narrateur prennent la route, direction le Grand Canyon, pour y faire sauter un barrage. Une façon de passer le temps, entre sexe, drogue et dynamite. Années 60 obligent ! Mais la déprime les guette et un triangle amoureux finit par se former... Jim Harrison brille par son écriture fluide et imagée. Il vous donnera soif de grands espaces et d'évasion.
            • Ogrimoire Posté le 20 Août 2018
              Qu’on se le dise : je n’ai rien contre l’alcool, les drogues et le sexe. Mais il faut faire partie du trip, sinon, on se sent vraiment un peu seul. Et c’est vraiment l’impression que j’ai eue, celle d’être sur le bord du chemin, à regarder passer la caravane, mais sans ressentir quoi que ce soit pour aucun des personnages. Le narrateur, dont on ne sait finalement pratiquement rien, si ce n’est qu’il s’est fait larguer par sa femme et qu’il ne voit plus sa fille, m’a paru juste être un type sans grand intérêt, pour lequel je n’ai aucune empathie. Il a visiblement saboté sa vie de famille, et, sans en tirer aucune leçon, il semble continuer sur son aire, comme un paquebot fou que rien ne dirige plus. Il ne sait pas où il va, mais le vide de son existence ne semble lui poser aucune question. Tim est caractériel, violent, et parait essentiellement auto-centré. Il a de l’argent, alors il cherche à le dépenser, comme s’il lui brûlait les doigts. De lui non plus, on ne sait pratiquement rien. Il passe ses journées sous médicaments, tout en refusant de laisser le volant, quitte à ce que cela se termine... Qu’on se le dise : je n’ai rien contre l’alcool, les drogues et le sexe. Mais il faut faire partie du trip, sinon, on se sent vraiment un peu seul. Et c’est vraiment l’impression que j’ai eue, celle d’être sur le bord du chemin, à regarder passer la caravane, mais sans ressentir quoi que ce soit pour aucun des personnages. Le narrateur, dont on ne sait finalement pratiquement rien, si ce n’est qu’il s’est fait larguer par sa femme et qu’il ne voit plus sa fille, m’a paru juste être un type sans grand intérêt, pour lequel je n’ai aucune empathie. Il a visiblement saboté sa vie de famille, et, sans en tirer aucune leçon, il semble continuer sur son aire, comme un paquebot fou que rien ne dirige plus. Il ne sait pas où il va, mais le vide de son existence ne semble lui poser aucune question. Tim est caractériel, violent, et parait essentiellement auto-centré. Il a de l’argent, alors il cherche à le dépenser, comme s’il lui brûlait les doigts. De lui non plus, on ne sait pratiquement rien. Il passe ses journées sous médicaments, tout en refusant de laisser le volant, quitte à ce que cela se termine en accident. Sylvia, enfin, est amoureuse de Tim. Dont elle sait qu’elle ne peut rien attendre, mais quand même. Elle n’a jamais voyagé, jamais quitté Valdosta. Elle se donne au narrateur, mais sans sembler y prêter réellement attention. En réalité, elle ne semble avoir aucune volonté propre, elle attend. On ne sait trop quoi. Ce que je trouve le plus troublant avec ces trois personnages, c’est qu’ils ne sont pas désagréables, pas réellement méchants, mais pas attachants non plus. Ils ne savent pas faire grand-chose d’autre que de réagir en frappant – pour Tim – ou en fuyant – pour le narrateur -, mais sans apprendre, sans comprendre, sans élaboration. En réalité, ils me laissent indifférent. Ce n’est pas désagréable, comme lecture. Mais ça ne me laissera pas la moindre trace. Bref, pour moi, un coup dans l’eau…
              Lire la suite
              En lire moins
            • Wyoming Posté le 28 Avril 2018
              Un road movie à travers les Etats-Unis pour des jeunes désenchantés, drogués, alcoolisés, dont le projet est de faire sauter un barrage dans le Grand Canyon. La pêche à la truite les calme, leur soif de sexe n'est pas comblée, même dans leur imaginaire pourtant fertile. Les dialogues sont savoureux, ils sont conscients du caractère farfelu de leur projet et l'inéluctable fin se dessine à mesure de la progression.
            • carlottita91 Posté le 15 Avril 2018
              C'est un bon roman de Jim Harrison. Un peu macho à la mode cowboy, mais une écriture rythmée pour un Road trip passionnant. Le récit est court mais au final il n'en est que plus percutant. Pas besoin de s’épancher plus sur les personnages, leur donner un passé ne servirait pas l'instantanée de la narration. C'est un roman un peu fou avec une narration alcoolisée. Laissez vous enivré, vous n'en serez pas déçu !
            • RGHerge Posté le 14 Avril 2018
              Un magnifique ouvrage écrit à l'hiver de sa vie. Une leçon de sagesse.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…