Lisez! icon: Search engine
American Predator
Corinne Daniellot (traduit par)
Date de parution : 04/11/2021
Éditeurs :
Sonatine

American Predator

Corinne Daniellot (traduit par)
Date de parution : 04/11/2021
C’est l’un des tueurs en série les plus terrifiants des États-Unis. Il a réellement existé, et pourtant, vous ignorez son nom… Pour l’instant.
Anchorage, sur les rivages glacés de l’Alaska. Dans la nuit du 1er au 2 février 2012, la jeune Samantha Koenig termine son service dans un petit stand de café battu... Anchorage, sur les rivages glacés de l’Alaska. Dans la nuit du 1er au 2 février 2012, la jeune Samantha Koenig termine son service dans un petit stand de café battu par la neige et le vent. Le lendemain matin, elle n’est toujours pas rentrée chez elle. Une caméra de vidéosurveillance... Anchorage, sur les rivages glacés de l’Alaska. Dans la nuit du 1er au 2 février 2012, la jeune Samantha Koenig termine son service dans un petit stand de café battu par la neige et le vent. Le lendemain matin, elle n’est toujours pas rentrée chez elle. Une caméra de vidéosurveillance apporte vite la réponse : on y voit un inconnu emmener l’adolescente sous la menace d’une arme. Commence alors une véritable chasse à l’homme, qui permet au FBI de mettre la main sur un suspect potentiel, Israel Keyes. Un homme qui semble pourtant au-dessus de tout soupçon, honnête travailleur et père d’une petite fille.

À travers une enquête digne des meilleurs thrillers, Maureen Callahan retrace le parcours meurtrier d’un prédateur au modus operandi glaçant qui a sévi durant des années sur l’ensemble du territoire américain, sans jamais être inquiété. Véritable voyage au coeur du mal, American Predator pénètre les rouages angoissants d’un esprit malade et ceux, grippés, d’une machine policière empêtrée dans ses luttes internes. Un périple sauvage, aux confins de la folie.

GRAND PRIX DE LA LITTÉRATURE POLICIÈRE 2022

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355848377
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 220 mm
EAN : 9782355848377
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 368
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Terrifiant… Trépidant et impossible à lâcher. »
USA Today

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • loetyy 14/01/2023
    Cela se lit comme on écoute un épisode de Hondelatte raconte. Avec une curiosité un peu morbide bien à l'abri dans son chez soi. Mais comme il n'est pas question de fiction ici , on se couche un peu moins rassurée. D'autant que le ton est clinique , froid et qu'il nous fait prendre conscience que les monstres sont des personnes ordinaires. Le travail d'enquête et d'écriture est de fonds et important. Cela se lit comme un roman mais cela n'en est pas un.
  • ElaRaleuse 12/01/2023
    Un récit captivant et saisissant, impossible à lâcher avant la fin. Un travail de recherches ahurissant. Des faits réels dont l'auteure nous narre avec simplicité et fluidité, les témoignages des personnes qui ont travaillées sur ce dossier. Le portrait robot d'un des pires tueur en série. Ce true-crime se lit comme un roman basique, tout en sachant que tout est vrai. Que ce n'est pas pas de la fiction. Que ce gars a vécu, existé et tué. Çà fait froid dans le dos. A lire
  • 1001histoires 12/01/2023
    C’est bien une rencontre avec le diable que nous propose Maureen Callahan. L’auteure est journaliste d’investigations. Sa préface fait froid dans le dos, American Predator est le nom donné à « un monstre soupçonné d’être responsable de la plus grande série de disparitions et de meurtres non élucidés de l’histoire américaine contemporaine ». Son livre a été rédigé suite à d’innombrables entretiens avec les enquêteurs ayant travaillé sur cette affaire. Il se lit comme un roman policier. Tout a commencé le 1er février 2012 à Anchorage ( Alaska ) avec la disparition de Samantha Koenig. Elle est étudiante et a un petit boulot dans un kiosque à café. Enlèvement ou fugue ? L’Anchorage Police Departement ( APD ) est chargé de l’affaire, au début ce n’est qu’une « disparition suspecte ». Le lecteur est plongé de manière très crédible dans un polar passionnant notamment avec son lot de fausses pistes et d’impasses. L’APD n’a pas beaucoup d’expérience en matière d’enquête criminelle et commet sans doute des négligences. Le temps passe et les chances de retrouver Samantha vivantes s’amenuisent si elle a été victime d’un acte criminel. James le père de Samantha prend les choses en main et alerte la presse, sa... C’est bien une rencontre avec le diable que nous propose Maureen Callahan. L’auteure est journaliste d’investigations. Sa préface fait froid dans le dos, American Predator est le nom donné à « un monstre soupçonné d’être responsable de la plus grande série de disparitions et de meurtres non élucidés de l’histoire américaine contemporaine ». Son livre a été rédigé suite à d’innombrables entretiens avec les enquêteurs ayant travaillé sur cette affaire. Il se lit comme un roman policier. Tout a commencé le 1er février 2012 à Anchorage ( Alaska ) avec la disparition de Samantha Koenig. Elle est étudiante et a un petit boulot dans un kiosque à café. Enlèvement ou fugue ? L’Anchorage Police Departement ( APD ) est chargé de l’affaire, au début ce n’est qu’une « disparition suspecte ». Le lecteur est plongé de manière très crédible dans un polar passionnant notamment avec son lot de fausses pistes et d’impasses. L’APD n’a pas beaucoup d’expérience en matière d’enquête criminelle et commet sans doute des négligences. Le temps passe et les chances de retrouver Samantha vivantes s’amenuisent si elle a été victime d’un acte criminel. James le père de Samantha prend les choses en main et alerte la presse, sa conviction est faite, il s’agit d’un enlèvement qui connait alors un fort retentissement y compris dans les Lower 48 ( Etats américains situés entre le Canada et le Mexique ). Une demande de rançon est exigée le 24 février, l’affaire devient donc officiellement un crime fédéral et dépend désormais du FBI. L’expérimenté agent Payne est chargé du dossier et va pouvoir mettre en œuvre toutes les ressources du FBI. La demande de rançon crée un lien avec le ravisseur et il s’en suit un jeu de piste jusqu’au Texas avec comme seul trace des retraits d’argent avec la carte bancaire du petit ami de Samantha. Le suspense est digne d’un excellent polar, les flics sont à bout de force avec la crainte de recueillir une « preuve illégale » pouvant conduire à la nullité d’un éventuel procès. L’auteure introduit la loi de Murphy, adage selon lequel « S’il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu’au moins l’une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu’un quelque part pour emprunter cette voie ». Le lecteur sent que le suspense psychologique prend peu-à-peu le pas sur les procédures policières habilement décrites. Israel Keyes un habitant d’Anchorage est suspecté, il est arrêté le 13 mars. La deuxième partie du roman rassemble les interrogatoires de Keyes. Nous sommes loin d’un rapport de police, Maureen Callahan a construit un récit vivant, avec des dialogues, les réflexions des agents ayant enquêté depuis le début sur la disparition de Samantha et des retours fréquents sur le terrain avec les équipes de spécialistes du FBI ( des scientifiques, des plongeurs … ) chargées de vérifier les aveux de Keyes. Chaque phrase de Keyes est analysée. Une lutte silencieuse s’engage avec Keyes qui se révèle un redoutable manipulateur. Les enquêteurs doivent à chaque face-à-face maintenir le dialogue à tout prix pour le faire avouer et surtout retrouver le cadavre de Samantha. Tant que le cadavre n’est pas retrouvé, le suspect peut se rétracter et provoquer la nullité de la procédure d’accusation. L’interrogatoire est un véritable art, une affaire de spécialistes. Ceux-ci vont être confrontés à une difficulté liée à la procédure, le procureur Feldis va diriger les interrogatoires, c’est permis mais extrêmement rare. Feldis n’a aucune expérience dans le domaine des interrogatoires et des homicides et il risque à tout moment de faire capoter les efforts des enquêteurs pour pousser Keyes à faire des aveux complets. Le suspense et les surprises sont au rendez-vous de cette deuxième partie. Le cadavre de Samantha a été retrouvé, Keyes est l’assassin. Mais il a déclaré « J’ai beaucoup d’autres histoires à raconter ». Son interrogatoire se poursuit ( c’est la troisième partie ) pour découvrir son éventuelle implication dans des disparitions non élucidées. Keyes s’était déplacé fréquemment dans de nombreux Etats du Lower 48. Une tâche immense commence alors au Texas et dans le Vermont avec comme fil directeur des affirmations de Keyes fragmentaires et soumises à son esprit retors et qui conditionne ses aveux à la fixation rapide d’une date pour … son exécution capitale. Les échanges avec Keyes permettent progressivement de reconstituer la trame de sa vie pour essayer de découvrir les évènements ayant pu faire naître un instinct de tueur. Son mode opératoire se révèle et met en évidence toute l’horreur d’un tueur en série sans précédent. Le FBI souhaiterait avec ces éléments identifier et localiser ses victimes sans l’aide de Keyes. Le 1er décembre 2012 Israel, Keyes s’est suicidé dans sa cellule. Cet acte a été rendu possible par de graves manquements dans l’établissement pénitentiaire d’Anchorage. Les certitudes du FBI ne concernent qu’un nombre limité de victimes. Beaucoup d’agents estiment que Keyes a tué beaucoup plus de gens. Il aurait pu commettre ses crimes dans quatorze Etats du Lower 48 et même au Canada. Ses déplacements s’effectuaient dans une discrétion absolue, ils étaient ponctués d’incendies volontaires et d’attaques de banques. Il avait des projets d’attentats. Longtemps avant ses meurtres il enterrait son kit d’assassin contenant tout ce dont il aurait besoin pour opérer. On retrouve dans ce roman la rigueur du journaliste d’investigation. Mais l’auteure réussit à apporter à son récit tout ce qui fait un excellent polar avec suspense et rebondissements en mettant en avant le travail de multiples agents du FBI totalement mobilisés avec leurs hésitations, leur découragement face à un échec ou leur exaltation face à un succès même infime. « American Predator » a été couronné par le Grand Prix de littérature policière 2022 ( roman étranger ). Maureen CALLAHAN – American Predator , titre original « American Predator », Etats-Unis ( 2020 ). Traduit de l’anglais ( Etats-unis ) par Corinne Daniellot pour les Éditions Sonatine ( parution en France novembre 2021 ). ISBN 9782355848377 . Réédition en poche en novembre 2022, Éditions 10/18, ISBN 9782264080080 .
    Lire la suite
    En lire moins
  • VirginieCM 10/01/2023
    Samantha Koenig, une jeune serveuse d’Anchorage, ne répond ni aux appels de son père, ni à ceux de son petit ami. Elle disparait… La vidéosurveillance révèle rapidement qu’elle a été enlevée. La police de la ville, puis le FBI se lance dans une traque sans précédent, celle du principal suspect, Israel Keyes, un ouvrier du bâtiment établi en Alaska depuis peu, un type apparemment sans histoire… Mais l’enquête va vite révéler que les apparences sont souvent trompeuses, mettant à jour un des pires psychopathes que les Etats-Unis aient jamais connus... Loin de tout sensationnalisme, l’auteure retranscrit l’histoire, la personnalité d’Israël Keyes, l’enquête de la police puis du FBI à travers les Etats-Unis avec une précision toute journalistique. C’est écrit au scalpel, sans fioriture de style. Et c’est extrêmement bien fait : du dernier de ses meurtres, celui qui mènera à son arrestation, à son enfance, Maureen Callahan dissèque les caractéristiques de ce tueur glaçant, organisé, incontrôlable et plein d’arrogance, pourtant méconnu en France. Un portrait réaliste, froid, analytique, résultat d’une enquête impressionnante ! C’est la première fois que je lis un « true crime ». Il est donc nécessaire d'oublier ce que l'on attend lorsqu'on lit des thrillers (rythme, rebondissements en tout genre,... Samantha Koenig, une jeune serveuse d’Anchorage, ne répond ni aux appels de son père, ni à ceux de son petit ami. Elle disparait… La vidéosurveillance révèle rapidement qu’elle a été enlevée. La police de la ville, puis le FBI se lance dans une traque sans précédent, celle du principal suspect, Israel Keyes, un ouvrier du bâtiment établi en Alaska depuis peu, un type apparemment sans histoire… Mais l’enquête va vite révéler que les apparences sont souvent trompeuses, mettant à jour un des pires psychopathes que les Etats-Unis aient jamais connus... Loin de tout sensationnalisme, l’auteure retranscrit l’histoire, la personnalité d’Israël Keyes, l’enquête de la police puis du FBI à travers les Etats-Unis avec une précision toute journalistique. C’est écrit au scalpel, sans fioriture de style. Et c’est extrêmement bien fait : du dernier de ses meurtres, celui qui mènera à son arrestation, à son enfance, Maureen Callahan dissèque les caractéristiques de ce tueur glaçant, organisé, incontrôlable et plein d’arrogance, pourtant méconnu en France. Un portrait réaliste, froid, analytique, résultat d’une enquête impressionnante ! C’est la première fois que je lis un « true crime ». Il est donc nécessaire d'oublier ce que l'on attend lorsqu'on lit des thrillers (rythme, rebondissements en tout genre, etc...), parce qu'ici rien de tout cela. Et je sors de cette lecture avec un sentiment étrange, mélange de fascination, de malaise, d’interrogation… C’est juste stupéfiant, dérangeant, angoissant. Le plus difficile, après cela, c’est finalement de réussir à trouver le sommeil, parce que lire des thrillers, c’est sympa, mais ça reste de la fiction. Pas dans ce roman là...
    Lire la suite
    En lire moins
  • melfromont 10/01/2023
    Une lecture que j’attendais depuis un moment … mais je suis passée à côté . Pas le coup de cœur espéré. Le récit commence par l’enlèvement d’une jeune fille Samantha à Anchorage, Alaska. Suit une enquête assez laborieuse et peu palpitante d’une bonne centaine de pages. Cela aboutit à l’arrestation d’un suspect Israël Keyes ( je ne spoile rien, c’est écrit dans le résumé!) et là regain d’intérêt pour la suite qui alterne les interrogatoires et les retours dans le passé du suspect. Un assez bon true crime mais qui manque de relief pour moi. Une sensation d’inachevé au final.
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions