En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Assez de bleu dans le ciel

        Belfond
        EAN : 9782714474322
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 496
        Format : 140 x 225 mm
        Assez de bleu dans le ciel

        Sarah TARDY (Traducteur)
        Date de parution : 06/04/2017
        Avec un art de la construction vertigineux qui mêle les lieux, les époques et les voix, Maggie O’Farrell donne vie à une galerie de personnages complexes et livre la bouleversante radiographie d’un mariage, des forces qui le soudent aux pressions qui le menacent. Encensé par une presse unanime, un roman puissant, à la fois drôle et poignant.
        Une maison au bout d’une piste, à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Daniel Sullivan est linguiste, il s’en va donner un cours à l’université avant de prendre l’avion pour les États-Unis, son pays... Une maison au bout d’une piste, à des kilomètres de tout. Autour, rien que l’herbe verte, les trembles aux feuilles chargées de pluie et le ciel changeant du Donegal. Daniel Sullivan est linguiste, il s’en va donner un cours à l’université avant de prendre l’avion pour les États-Unis, son pays d’origine, pour se rendre à l’anniversaire de son père qu’il n’a pas vu depuis des années.
        À ses côtés, dans la voiture qui le conduit à l’aéroport, sa femme Claudette et leurs deux enfants. C’est là, dans cette voiture, que Daniel apprend à la radio le décès de Nicola, son premier amour. Une cascade de souvenirs se déversent et une question : se pourrait-il qu’il soit responsable de sa mort ?
        Le doute le ronge, implacable. Et une envie, deux en fait : découvrir la vérité sur Nicola ; revoir sa famille, son autre famille, ses deux grands enfants qu’il a abandonnés soudainement aux États-Unis dix ans plus tôt.
        Mais comment dire tout cela à Claudette, cette ex-star de cinéma fantasque, passionnée, qui a choisi d’organiser sa propre disparition pour échapper au monde ? Comment lui révéler l’homme qu’il est véritablement ? Et que peut-il encore promettre, lui qui n’a jamais su que fuir ?

        Si comme le veut le proverbe, assez de bleu dans le ciel promet une belle journée, alors chacun peut voyager sans crainte. Il y aura toujours l’amour pour les ramener à bon port…
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782714474322
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 496
        Format : 140 x 225 mm
        Belfond
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Fleitour Posté le 10 Novembre 2017
          Je viens de finir Assez de Bleu dans le Ciel le dernier roman de Maggie O'Farrell, et une question me taraude ; pour quelle raison des écrivains, ou des artistes viennent chercher en Irlande un refuge, une paix intérieure ou peut être une tentative d'une vie nouvelle ? Pour Michel Houellebecq il y a sans doute l'envie de se régénérer, pour Pierre Perret visiblement, passionné de pêche en rivière, c'est une certaine paix intérieure qu'il vient retrouver, et pour nos personnages ? Le ciel bleu de l'Irlande est souvent dilué, estompé, mais y en a-t-il assez de bleu ? Le bleu irlandais, est comme cette encre de Chine, elle porte tant de nuances que tous les fantômes du passé peuvent s'y faufiler en y laissant quelques tâches. Ce livre est singulier, car deux femmes portent la quintessence du projet romanesque de l'auteur, fuir ou disparaître, deux facettes d'une même réalité, quitter le monde d'avant et se projeter dans l'inconnu, Daniel Sullivan fuit mais qui ? Sinon lui même peut être. Dans ce triangle que je tente d'esquisser, entre Claudette Wells, l'ancienne star de cinéma, Nicola Janks universitaire indépendante et conférencière qui suscitera une passion amoureuse, et Daniel Sullivan qui traversera les premières années de... Je viens de finir Assez de Bleu dans le Ciel le dernier roman de Maggie O'Farrell, et une question me taraude ; pour quelle raison des écrivains, ou des artistes viennent chercher en Irlande un refuge, une paix intérieure ou peut être une tentative d'une vie nouvelle ? Pour Michel Houellebecq il y a sans doute l'envie de se régénérer, pour Pierre Perret visiblement, passionné de pêche en rivière, c'est une certaine paix intérieure qu'il vient retrouver, et pour nos personnages ? Le ciel bleu de l'Irlande est souvent dilué, estompé, mais y en a-t-il assez de bleu ? Le bleu irlandais, est comme cette encre de Chine, elle porte tant de nuances que tous les fantômes du passé peuvent s'y faufiler en y laissant quelques tâches. Ce livre est singulier, car deux femmes portent la quintessence du projet romanesque de l'auteur, fuir ou disparaître, deux facettes d'une même réalité, quitter le monde d'avant et se projeter dans l'inconnu, Daniel Sullivan fuit mais qui ? Sinon lui même peut être. Dans ce triangle que je tente d'esquisser, entre Claudette Wells, l'ancienne star de cinéma, Nicola Janks universitaire indépendante et conférencière qui suscitera une passion amoureuse, et Daniel Sullivan qui traversera les premières années de sa vie de façon chaotique suite à son divorce, ce sont leurs enfants que Maggie O'Farrell, interpose, raconte, dissèque avec une tendresse et cette justesse que seuls une mère ou un père, peuvent exprimer. Dans l'éloge de la fuite Henri Laborit pose la question de notre libre arbitre, et de présenter la révolte comme une mauvaise réponse, à une vraie question, se révolter c'est courir à sa perte, je pense aussi à un autre livre qui projette le personnage central vers l'espérance, l'espérance d'un baiser, donc l'espérance d'un bonheur possible. Dans ce roman à multiples facettes, c'est pourtant Daniel Sullivan qui charpente la construction vertigineuse de Maggie O'Farrell, et l'on serait tenté d'expliquer sa fuite perpétuelle, comme une dérobade à ses responsabilités, et peut-être dirons-nous, il n'a jamais su que fuir. Mais chez lui de multiples blessures se réveillent, elles cadencent sa trajectoire, depuis la perte de la garde de ses enfants, le décès de sa fille, jusqu'au poids du remord d'une passion avortée. Non nous ne sommes pas dans une problématique de robinets qui fuient, nos personnages sont trop complexes pour se limiter à cette intrigue. Ce qui est passionnant dans ce labyrinthe d'événements familiaux, c'est le soin avec lequel la romancière a radiographié ses personnages, on sent leur fragilité, on devine leurs désirs les plus profonds, on partage leurs angoisses. La culpabilité imprime à la douleur des sentiments la pesanteur de l'âme, au point de la ressentir à travers Nicola, son corps exsangue privé de vie est plombé, et son estomac vide pèse sur tout son être, l'empêche d'avancer, fuir ou disparaître ; peut-on faire le bon choix, quand la culpabilité vous noie ? Cette culpabilité, suscitera la révolte chez Claudette et la fuite libératrice, cette culpabilité cette insidieuse invention de ténébreux évangélistes va engloutir, Sullivan, sauvé par son propre fils, perdu depuis son divorce et retrouvé après plus de vingt ans . Ce roman est aussi la rencontre magique de l'enfant et d'un père, de Ari et de Daniel, qui lui demande: "je vois que tu as un bégaiement" et l'enfant de répondre à sa mère "j'ai trouvé un copain", après quelques échanges. La guérison de Ari comme le signe d'un possible. Il faut s'enfuir en Irlande pour voir la pluie avant qu'elle ne tombe, déchiffrer le ciel, perdre son temps, effacer toute trace de culpabilité pour lire les romans Irlandais....
          Lire la suite
          En lire moins
        • laurencemertens Posté le 9 Novembre 2017
          J'avais tellement aimé L'étrange disparition d'Esme Lennox que j'ai eu envie de lire un autre roman de cette auteur. Après un début difficile je suis finalement entrée dans ce l'histoire. Mais pourquoi mélanger autant les périodes ? Un bon moment de lecture mais qui procure moins d'émotions que la dispariton d'Esme.
        • sld09 Posté le 30 Juin 2017
          Je suis déçue, et même très déçue. Pas à cause du roman, mais plutôt parce que je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. Trop de changements de personnages, de narrateurs, de contextes, etc. Je ne suis pas parvenue à m'immerger dans le texte, à me laisser porter par ce que raconte l'auteur... Il faudra sans doute que je retente ma chance dans quelque temps...
        • majolo Posté le 23 Juin 2017
          Ce livre nous raconte l'histoire de Daniel Sullivan et de son épouse Claudette Wells: deux êtres complexes, exigeants, torturés et profondément amoureux, qui vont traverser des tempêtes et lutter pour sauver leur amour et leur famille. Entremêlant les époques et les vies des personnages, ce livre construit comme un labyrinthe m'a régalée toute cette semaine. Ne vous fiez pas au titre (carrément nunuche), c'est un beau roman, profond, drôle et émouvant comme sait les faire Maggie O'Farrel.
        • Annette55 Posté le 5 Juin 2017
          Voici un roman déroulant une histoire singulière , grâce à une construction complexe, sophistiquée où nous voyageons de l'Amérique à l'Irlande, de la France à l'Angleterre entre 1986 et 2016 avec une incursion en1944 ! Las! Tout tourne autour d'un couple, Daniel linguiste, qui enseigne à l'université de Belfast et rejoint les week-ends sa maison du Donegal, à des kilomètres de tout, avec sa femme , Claudette, star de cinéma, actrice célèbre , passionnée et fantasque, attachante qui a choisi d'organiser sa propre disparition pour échapper au monde ! Daniel , charmant et charmeur mais tourmenté, a connu un drame dans sa jeunesse , lors de son premier amour, hanté par la culpabilité et ses choix passés, il ne pense plus qu'à ça ...... Dans la voiture qui le conduit à l'aéroport pour se rendre aux Etats-Unis , son pays d'origine, fêter l'anniversaire de son père, il entend la voix d'une femme dont il est sans nouvelles depuis 20 ans . L'intrigue est d'une grande richesse , la trame déroutante ou plutôt le puzzle tourne autour de Daniel et Claudette . Nous sommes obligés de nous concentrer lors de la lecture ( j'avais noté les titres des chapitres pour m'y retrouver ). Le propos est morcelé... Voici un roman déroulant une histoire singulière , grâce à une construction complexe, sophistiquée où nous voyageons de l'Amérique à l'Irlande, de la France à l'Angleterre entre 1986 et 2016 avec une incursion en1944 ! Las! Tout tourne autour d'un couple, Daniel linguiste, qui enseigne à l'université de Belfast et rejoint les week-ends sa maison du Donegal, à des kilomètres de tout, avec sa femme , Claudette, star de cinéma, actrice célèbre , passionnée et fantasque, attachante qui a choisi d'organiser sa propre disparition pour échapper au monde ! Daniel , charmant et charmeur mais tourmenté, a connu un drame dans sa jeunesse , lors de son premier amour, hanté par la culpabilité et ses choix passés, il ne pense plus qu'à ça ...... Dans la voiture qui le conduit à l'aéroport pour se rendre aux Etats-Unis , son pays d'origine, fêter l'anniversaire de son père, il entend la voix d'une femme dont il est sans nouvelles depuis 20 ans . L'intrigue est d'une grande richesse , la trame déroutante ou plutôt le puzzle tourne autour de Daniel et Claudette . Nous sommes obligés de nous concentrer lors de la lecture ( j'avais noté les titres des chapitres pour m'y retrouver ). Le propos est morcelé , découpé, torturé afin de reconstituer le tout, un chaos seulement apparent , mais les portraits des personnes qui entourent le couple sont fins, creusés , bien analysés, complexes psychologiquement et l'écriture est remarquable. Le récit est mené de main de maître avec des chapitres ressemblant à des nouvelles creusant des galeries dans le temps et l'espace sans jamais se perdre, s'égarer même si les points de vue sont multiples, les réflexions amères , les comportements différents . Une toile passionnante finement tissée, des rebondissements , des non- dits , une galerie pétrie de personnages très intéressants sur plusieurs pays et trois générations, des douleurs , des drames , de l'amour, des souvenirs lancinants, des questions, des doutes et des souffrances ( notamment l'eczéma dont souffre Niall )........ La dissection au scalpel d'un couple hors norme afin de retracer sa trajectoire avec sensibilité, brio et un immense talent ! Un ouvrage puissant , formidable, poignant , à la fois émouvant et drôle ! Bravo l'artiste . J'aime beaucoup les romans irlandais .
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Maggie O’Farrell est un auteur incroyablement doué, plein d’empathie et d’ambition. Après avoir lu Assez de bleu dans le ciel, je vais de ce pas me ruer sur ses titres précédents – et je présume que je ne serai pas le seul. »
        Richard Russo
         
        « Un vrai tour de force, une histoire complexe, nuancée, qui se joue avec une déconcertante facilité des différentes époques… Assez de bleu dans le ciel est une pure création littéraire, alliant une technique éblouissante à une émotion profonde, proche d’une Kate Atkinson dans son jeu avec la structure et la chronologie, mais tellement Maggie O’Farrell dans le déploiement émotionnel qui l’a rendue célèbre. Assurément son meilleur roman à ce jour, une œuvre qui l’installe encore un peu plus comme un des écrivains les plus doués, les plus solides et les plus inventifs du Royaume-Uni. »
        The Observer

        « Voyageant sur trois générations de part et d’autre de l’Atlantique, alternant les points de vues, Assez de bleu dans le ciel est assurément le roman le plus ambitieux de Maggie O’Farrell. »
        The Sunday Times

        « Jouant des registres, tantôt tragique, tantôt grinçant, Maggie O’Farrell fait preuve de son éclatant talent dans ce roman profondément empathique et humain, qui met en scène les conséquences désastreuses de toutes ces petites trahisons mesquines qui nous abiment, jour après jour. »
        The Sunday Express

        « Tout au long de sa carrière, Maggie O’Farrell a fait preuve d’une audace dont bien peu d’auteurs à succès peuvent se targuer, tant dans son approche formelle que dans sa volonté de s’attaquer à des sujets difficiles. Un roman qui réussit à être à la fois épique et intime. »
        The Herald Tribune
         
         
        Toute l'actualité des éditions Belfond
        Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.