Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355848254
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 140 x 220 mm

Détruire tous les monstres

Héloïse ESQUIÉ (Traducteur)
Date de parution : 05/11/2020
Et si on vous entendait enfin crier ?
 
À l’adolescence, la musique a sauvé Kris d’une vie misérable. Elle a monté un groupe de metal avec son ami Terry, puis a pris la route pour une décennie de concerts, d’ivresse, de narcotiques et de délires divers. La belle vie, en somme. Jusqu’au jour où la musique s’est arrêtée.... À l’adolescence, la musique a sauvé Kris d’une vie misérable. Elle a monté un groupe de metal avec son ami Terry, puis a pris la route pour une décennie de concerts, d’ivresse, de narcotiques et de délires divers. La belle vie, en somme. Jusqu’au jour où la musique s’est arrêtée. Et où Kris est revenue dans son bled pourri pour travailler dans un hôtel tout aussi pourri. Avec des tonnes de tranquillisants pour endormir sa colère.
La bête en elle se réveille enfin le jour où elle apprend que Terry, qui a trahi le groupe pour une carrière solo triomphale, va refaire une série de concerts.
Et c’est une bête très, très en colère.
Le temps est en effet venu d’aller trouver Terry pour s’expliquer.
Pour lui montrer qu’il reste des choses, dans ce monde, qui ne sont pas à vendre.
 
Un livre pour tous ceux qui trouvent que le volume n’est jamais assez fort.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355848254
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 352
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

"La quintessence du roman d'horreur-métal de notre temps."
LA Review of Books

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • miguelbzh Posté le 12 Juillet 2021
    L’amour de la musique et la force de la création artistique ponctue les pages du livre de Grady Hendrix. « Détruire tous les monstres » débute comme un roman noir typique. On y trouve les ingrédients caractéristiques du genre avec notamment une ville qu’il semble impossible de quitter. On y suit Kris qui disons le, a une vie de merde. On n’est pas dans le monde des White Trash mais davantage dans celui des oubliés du American Dream. Kris est ravagée par la vie et son passé. On apprend plus tard que la rockeuse aguerrie qu’elle a été n’est plus qu’une sous merde maudite. Elle se soumet et se résout à une vie de misère et peine. Plus le fil de l’histoire se déroule, plus on se prend d’affection pour elle. Un évènement va la replonger dans la haine qui l’a ronge depuis des années. Cette rage contenue malgré elle depuis des années va exploser. Elle va poursuivre un but, un objectif qui la libèrera l’espère-t-elle de cette colère. Dans cette quête de vérité qui la fera se replonger dans son passé de musicienne rôdée et la mènera aux quatre coins des Etats Unis, elle va se confronter à «... L’amour de la musique et la force de la création artistique ponctue les pages du livre de Grady Hendrix. « Détruire tous les monstres » débute comme un roman noir typique. On y trouve les ingrédients caractéristiques du genre avec notamment une ville qu’il semble impossible de quitter. On y suit Kris qui disons le, a une vie de merde. On n’est pas dans le monde des White Trash mais davantage dans celui des oubliés du American Dream. Kris est ravagée par la vie et son passé. On apprend plus tard que la rockeuse aguerrie qu’elle a été n’est plus qu’une sous merde maudite. Elle se soumet et se résout à une vie de misère et peine. Plus le fil de l’histoire se déroule, plus on se prend d’affection pour elle. Un évènement va la replonger dans la haine qui l’a ronge depuis des années. Cette rage contenue malgré elle depuis des années va exploser. Elle va poursuivre un but, un objectif qui la libèrera l’espère-t-elle de cette colère. Dans cette quête de vérité qui la fera se replonger dans son passé de musicienne rôdée et la mènera aux quatre coins des Etats Unis, elle va se confronter à « Black iron mountain ». C’est à partir de là que l’on bascule du roman noir au thriller fantastique. L’entité « Black iron mountain » est mystérieuse et ultra puissante. Ce livre est divisé en chapitres qui répondent chacun à un album de metal. Il est très référencé et l’on sent que l’auteur est un mellowman doublé d’un amateur du genre. Pêle mêle Slayer, Manowar, System of a Down, Metallica, Bathory, Twisted Sister…Les non initiés ne doivent pas fuir face à cette liste pléthorique car pas besoin d’en être un pour suivre le récit. J’avoue que c’est un parti pris mais étant moi-même mellowman et initié du genre, cela peut s’avérer ponctuellement indigeste pour une partie du lectorat. Les descriptions du jeu de guitare et les subtilités de composition peuvent parfois être longues. Néanmoins, cela fait partie du jeu et c’est assumé. J’ai dévoré le livre en deux jours et même si l’on n’est pas dans l’indispensable, c’est très agréable. Ce livre repose sur une revisite du mythe de Faust et de la légende de Robert Johnson. C’est une critique farouche et fine de l’uniformisation de la création musicale. Le monstre marketing et ses maîtres de la bouillie indigeste et aseptisée de la production musicale sont critiqués à raison. « Détruire tous les monstres » est un peu comme si « Le diable l’emporte » (3ème tome des aventures du Bourbon Kid) rencontrait Thelma sans Louise en faisant un détour par Graham Masterton. It’s only rock’n roll disait les Stones !
    Lire la suite
    En lire moins
  • MouffetteMasquee Posté le 26 Avril 2021
    Re#769;sume#769; : Kris n'aime pas sa vie. Elle est réceptionniste, de nuit, dans un motel de son petit bled natal. Et elle est blasée. Sa vie aurait pu être différente, pourtant. C'est à l'adolescence qu'elle a découvert la musique, et plus particulièrement le métal. Avec son ami Terry, elle a monté un groupe, qui a fini par se faire une place dans le monde de la musique. Pendant 10 ans, ils ont enchaîné les concerts et les tournées. Jusqu'à ce que tout s'arrête. Terry les a trahis, et a entamé une carrière solo qui a tout déchiré. Depuis, Kris rumine sa rancœur, et est bien décidée à se venger. Mon avis : Cette lecture aura été particulièrement laborieuse, enfin pas tout à fait. Je m'explique. J'ai beaucoup aimé la première partie, que j'ai lu très rapidement, je l'ai trouvée très intéressante, avec un suspense haletant. Même si les nombreuses informations sur le monde du métal m'ont un peu déstabilisée, c'était intéressant. Bon, déjà à ce moment-là, Kris m'agaçait légèrement, par son côté revanchard et jaloux. Mais je peux comprendre, elle a été trahie, et a depuis une vie bien naze... Mais il y a eu un moment décisif qui a fait prendre... Re#769;sume#769; : Kris n'aime pas sa vie. Elle est réceptionniste, de nuit, dans un motel de son petit bled natal. Et elle est blasée. Sa vie aurait pu être différente, pourtant. C'est à l'adolescence qu'elle a découvert la musique, et plus particulièrement le métal. Avec son ami Terry, elle a monté un groupe, qui a fini par se faire une place dans le monde de la musique. Pendant 10 ans, ils ont enchaîné les concerts et les tournées. Jusqu'à ce que tout s'arrête. Terry les a trahis, et a entamé une carrière solo qui a tout déchiré. Depuis, Kris rumine sa rancœur, et est bien décidée à se venger. Mon avis : Cette lecture aura été particulièrement laborieuse, enfin pas tout à fait. Je m'explique. J'ai beaucoup aimé la première partie, que j'ai lu très rapidement, je l'ai trouvée très intéressante, avec un suspense haletant. Même si les nombreuses informations sur le monde du métal m'ont un peu déstabilisée, c'était intéressant. Bon, déjà à ce moment-là, Kris m'agaçait légèrement, par son côté revanchard et jaloux. Mais je peux comprendre, elle a été trahie, et a depuis une vie bien naze... Mais il y a eu un moment décisif qui a fait prendre une tout autre tournure à l'intrigue. Et qui m'a perdue définitivement. En effet, le style du livre change radicalement. J'aurais aimé le savoir, car dans ce cas, je n'aurais jamais entamé ce livre... Je ne peux en dire beaucoup plus pour ne pas spoiler les futurs lecteurs, mais ce n'est pas qu'un pur thriller, polar, ou même roman noir. Mais à partir de ce moment-là, j'ai mis plusieurs semaines - entrecoupées d'autres lectures - afin d'en venir à bout. Ce livre n'était définitivement pas pour moi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • RomansNoirsEtPlus Posté le 30 Janvier 2021
    Fan de métal depuis de nombreuses années , en voyant cette couverture , je ne pouvais qu’être attiré ce roman . Pour autant j’ai eu un peu de mal à suivre les rocambolesques aventures de l’ex-guitariste Kris , à la recherche du judas . Celui qui a vendu leurs âmes au diable : Terry Hunt . Ce roman n’est pas un véritable thriller tout à fait comme les autres , mélangeant une part de fantastique à cette fiction et nous faisant côtoyer cette industrie musicale dont l’auteur nous décortique quelques ressorts plus mercantiles que musicaux . Sans doute un choix auxquels sont confrontés certains groupes dans leur carrière : ne pas se compromettre au risque de rester dans l’ombre et confinés à un succès confidentiel ou faire des concessions en espérer toucher le plus grand nombre quitte à être soumis au diktat d’une maison de disques . Pour les cinq membres de Dürt Würk , cette bascule s’est faite lors d’une soirée dans les années 90 , où le chanteur du groupe , Terry , accompagné de leur manager Rob , proposé proposait aux quatre autres membres réunis dans le sous-sol de leur Witch House , de... Fan de métal depuis de nombreuses années , en voyant cette couverture , je ne pouvais qu’être attiré ce roman . Pour autant j’ai eu un peu de mal à suivre les rocambolesques aventures de l’ex-guitariste Kris , à la recherche du judas . Celui qui a vendu leurs âmes au diable : Terry Hunt . Ce roman n’est pas un véritable thriller tout à fait comme les autres , mélangeant une part de fantastique à cette fiction et nous faisant côtoyer cette industrie musicale dont l’auteur nous décortique quelques ressorts plus mercantiles que musicaux . Sans doute un choix auxquels sont confrontés certains groupes dans leur carrière : ne pas se compromettre au risque de rester dans l’ombre et confinés à un succès confidentiel ou faire des concessions en espérer toucher le plus grand nombre quitte à être soumis au diktat d’une maison de disques . Pour les cinq membres de Dürt Würk , cette bascule s’est faite lors d’une soirée dans les années 90 , où le chanteur du groupe , Terry , accompagné de leur manager Rob , proposé proposait aux quatre autres membres réunis dans le sous-sol de leur Witch House , de changer de nom , de style - plus mainstream et moins metal - , et de lui accorder tous les droits du nouveau groupe , Koffin , au profit pour chaque musicien de royalties flamboyants . La seule a avoir refusé de contrat est Kris . Elle a ensuite embarqué Scottie , Bill et Tuck dans une fuite effrénée qui s’est terminée dans un accident , dans lequel le batteur y a laissé ses jambes . Le temps est passé, Kris a 47 ans et elle bosse dans un hôtel de seconde zone . Koffin est entre temps devenu un groupe phare de la scène heavy rock . Kris apprenant que « Blind King » Terry organise une tournée d’adieu , n’a alors qu’un seul objectif : se venger de la trahison de Terry , montrer son vrai visage au monde et surtout faire renaitre Dürt Würk de ses cendres . Malgré tous les médicaments qu’elle prend ( ou qu’on lui force à prendre ) , elle se rend compte que sa colère est intacte . Une colère qui la pousse à laisser tomber son frère , la maison de sa mère et l’hôtel dans lequel elle travaille pour un road trip infernal à la poursuite de Terry Hunt et de ses maléfices . Peut être que « Troglodyte » le dernier album de Dürt Würk que Terry a refusé de publier pourra la guider vers lui . Mais attention aux dangers qui la guette sur le chemin car Terry voie tout et entend tout grâce aux forces maléfiques à qui il a prêté allégeance , Black Iron Mountain . Ceux qui n’ont jamais écouté de metal de leur vie risque d’être décontenancé par ce récit hybride que n’aurait pas renié Stephen King si il avait été fan de cette musique . Cette allégorie diabolique avec en fonds sonore du hard rock , du heavy metal ou autre thrash metal nous réserve en effet quelques moments de pur fantastique où des créatures immondes côtoient des tueurs habillés en employés d’UPS dégommant à tout va quand ils ne maquillent pas en suicide les gêneurs . Le roman est découpé en sous partie qui porte chacune le nom d’un album classique du style .Comme le rythme de la musique qui accompagne ce roman , aucune surprise que celui du roman n’accepte aucun temps mort . La première compilation des Black Sabbath s’appelait « We sold our soul for Rock’n’roll » mais ici c’est Terry Hunt qui s’est renié en vendant l’âme de ses potes et continue à accepter toutes les exigences les plus monstrueuses du Black Iron Mountain pour continuer à briller et à maintenir à flot son égo surdimensionné . L’héroïne de ce livre est sans conteste Kris , qui , malgré les risques , trace sa route vers l’ouest à la rencontre de son destin . Elle sait qu’une guitare à la main elle est capable de jouer les plus beaux riffs du monde et sauver de futurs innocents d’un terrible dessein . Un OVNI littéraire qui vous ravira ou fera fuir dès les premières pages . Vous êtes prévenu !
    Lire la suite
    En lire moins
  • LudivineBon Posté le 27 Décembre 2020
    Kris est une ancienne mettaleuse ayant laissé passer sa chance de devenir célèbre. Elle est revenue dans sa ville natale mais sans un rond et cassée par les concerts, la route et les frasques de cette vie autour de la musique. À 47 ans elle est réceptionniste dans un hôtel miteux accueillant des clients tout aussi délabrés. Elle n'a vraiment pas le sentiment d'avoir réussi. Elle n'a plus son groupe, Dürt Würk, et se retrouve presque à la rue suite à la vente récente de la maison de sa mère. Elle repense à son passé et se souvient de Terry, son ex meilleur ami de musique avec qui elle a monté son groupe et avec qui elle a tant partagé mais qui s'est tiré avec ses chansons et ses idées suite à la signature d'un contrat dont elle n'a plus aucun souvenir. Et elle a tout perdu, vraiment tout, même le droit de faire de la musique. Et quitte à tout perdre, la seule chose qui lui reste à faire c'est de faire payer Terry pour lui avoir ruiné sa vie de musicienne, alors que lui est devenu riche et célèbre. Pas par jalousie mais par désir d'explications, elle prend... Kris est une ancienne mettaleuse ayant laissé passer sa chance de devenir célèbre. Elle est revenue dans sa ville natale mais sans un rond et cassée par les concerts, la route et les frasques de cette vie autour de la musique. À 47 ans elle est réceptionniste dans un hôtel miteux accueillant des clients tout aussi délabrés. Elle n'a vraiment pas le sentiment d'avoir réussi. Elle n'a plus son groupe, Dürt Würk, et se retrouve presque à la rue suite à la vente récente de la maison de sa mère. Elle repense à son passé et se souvient de Terry, son ex meilleur ami de musique avec qui elle a monté son groupe et avec qui elle a tant partagé mais qui s'est tiré avec ses chansons et ses idées suite à la signature d'un contrat dont elle n'a plus aucun souvenir. Et elle a tout perdu, vraiment tout, même le droit de faire de la musique. Et quitte à tout perdre, la seule chose qui lui reste à faire c'est de faire payer Terry pour lui avoir ruiné sa vie de musicienne, alors que lui est devenu riche et célèbre. Pas par jalousie mais par désir d'explications, elle prend la route pour retrouver les anciens membres de son groupe, Scottie, Bill et Tuck. Sa recherche de la vérité ne plaît pas à tout le monde et des événements tragiques vont la confronter à bien plus que de simples retrouvailles. Kris va vite se rendre compte qu'elle est bien seule face à aux mensonges et à la mauvaise foi. Parviendra-t-elle a reconstituer son passé ? A quel prix ? Une intrigue originale sur fond de metal. Chaque chapitre porte le nom d'un album célèbre et guide le lecteur dans l'histoire. Sur des bases solides de musique et de chansons ce roman surprenant et même inclassable séduit par son rythme sans temps mort. C'est un peu un Ovni littéraire, parfois dur, parfois lent, mais toujours en lien avec le metal et la musique, rythmé. Kris est une héroïne perturbée mais qui a aussi des arguments bien concrets à faire valoir. On nage entre réalité, hallucinations et fiction ; on se demande finalement jusqu'où tout cela va nous mener. Jusqu'à une fin surprenante et bien tournée. On ne s'y attend pas et cela révèle les interrogations soulevées pendant le reste de l'histoire. Une bonne fiction à découvrir sur un fond musical adapté. Cela permet de ressortir les vieux albums d'une discothèque.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Tomabooks Posté le 23 Décembre 2020
    Oeuvre singulière s’il en est, Détruire tous les monstres est le genre de roman qui entre directement par la grande porte pour atterrir dans les plus gros coups de cœur de cette année 2020. Je ne vous cache pas que l’œuvre de Grady Hendrix pourra en laisser plus d’un de côté, faute à une thématique qui ne parlera pas à tout le monde. Mais attention, ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, car l’auteur a plus d’un tour dans son sac pour vous faire changer d’avis… Détruire tous les monstres est une quête vengeresse, flirtant du côté du thriller, mais pas que. Le romancier offre ici une aventure épique, sombre, torturée, parfois délétère, sanglante et qui se vit comme un véritable album de Metal. Tel Tommy de Ken Russell, Grady Hendrix nous plonge dans un véritable opéra fait pour les amateurs du genre. On avance dans cette histoire comme si nous étions un personnage à part entière et nous naviguons dans un récit où les genres s’entremêlent pour ne faire qu’un. Le romancier, en transe, amoureux de cette musique fait une offrande aux dieux du Metal, voire au diable, avec son œuvre hybride et complète, mais surtout... Oeuvre singulière s’il en est, Détruire tous les monstres est le genre de roman qui entre directement par la grande porte pour atterrir dans les plus gros coups de cœur de cette année 2020. Je ne vous cache pas que l’œuvre de Grady Hendrix pourra en laisser plus d’un de côté, faute à une thématique qui ne parlera pas à tout le monde. Mais attention, ne vendez pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué, car l’auteur a plus d’un tour dans son sac pour vous faire changer d’avis… Détruire tous les monstres est une quête vengeresse, flirtant du côté du thriller, mais pas que. Le romancier offre ici une aventure épique, sombre, torturée, parfois délétère, sanglante et qui se vit comme un véritable album de Metal. Tel Tommy de Ken Russell, Grady Hendrix nous plonge dans un véritable opéra fait pour les amateurs du genre. On avance dans cette histoire comme si nous étions un personnage à part entière et nous naviguons dans un récit où les genres s’entremêlent pour ne faire qu’un. Le romancier, en transe, amoureux de cette musique fait une offrande aux dieux du Metal, voire au diable, avec son œuvre hybride et complète, mais surtout avec cette relecture du mythe de Faust. Véritable bible pour les amateurs de ce genre musical, Détruire tous les monstres s’adresse également aux autres. En rendant hommage à cette musique, l’auteur explore tous ses clichés pour en faire quelque chose de riche, de palpable. Les références sont là, avec un album mythique pour chaque chapitre, avec des termes techniques ou autres sous-genres du Metal, mais tout cela ne vous perdra absolument pas si vous n’êtes pas familier de cet univers. Il est indéniable que l’auteur m’ait fait voyager dans mes souvenirs de concerts, de festivals et m’a renvoyé vers mes premières écoutes d’album de musiques extrêmes. Détruire tous les monstres est avant tout un thriller inclassable, inoubliable et de grande qualité de par la plume de l’auteur et sa capacité à nous emporter dans quelque chose de plus grand. Grady Hendrix plonge le lecteur dans une drôle de position. Cette histoire, est-elle vraie ou nous immerge-t-elle tout simplement dans le cerveau malade de Kriss ? En explorant des thématiques comme le contrôle mental de la société, les idées conspirationnistes et autres joyeusetés, Grady Hendrix offre plusieurs degrés de lectures rendant son roman complet, sans pour autant être complexe. Détruire tous les monstres se lit avec plaisir, avec fougue et nous avons envie de suivre Kris dans sa quête vengeresse jusqu’au bout du monde. Le roman vibre sous les assauts répétés de la musique Metal, le rythme se fait ressentir dans cette plume incisive, parfois fantasmagorique, si bien que l’auteur réussit à nous faire vivre une aventure inédite, incontrôlable et surtout Rock’n’Roll. Véritable cri du cœur pour la musique extrême, Détruire tous les monstres est le genre de roman à ne laisser personne indifférent, tant celui-ci est singulier, hors normes et inédit. Laissez-vous tenter par ce roman noir qui a plus d’un tour dans son sac et qui vous ravira avec ses nombreux niveaux de lecture. Grady Hendrix vous plonge dans son univers avec force, fougue et surtout avec réussite !
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !