Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847967
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 140 x 220 mm

Dévorer les ténèbres

Enquête sur la disparue de Tokyo

Paul-Simon Bouffartigue (traduit par)
Date de parution : 06/02/2020
L'histoire vraie d'une jeune femme disparue dans les rues de Tokyo et du démon qui l'a engloutie.
Lucie Blackman est grande, blonde et sévèrement endettée. En 2000, l’été de ses 21 ans, cette jeune Anglaise travaille dans un bar à hôtesses de Roppongi – quartier chaud de Tokyo – lorsqu’elle disparaît sans laisser de traces. Ses parents lancent alors une vaste campagne de mobilisation pour la retrouver. Bien vite, l’enquête des... Lucie Blackman est grande, blonde et sévèrement endettée. En 2000, l’été de ses 21 ans, cette jeune Anglaise travaille dans un bar à hôtesses de Roppongi – quartier chaud de Tokyo – lorsqu’elle disparaît sans laisser de traces. Ses parents lancent alors une vaste campagne de mobilisation pour la retrouver. Bien vite, l’enquête des autorités japonaises devient sujette à caution : veut-on vraiment savoir ce qui s’est passé ?

Journaliste, Richard Lloyd Parry se passionne pour l’affaire. Voulant savoir ce qui est arrivé à Lucie, il s’immerge  dans le Tokyo interlope, où il ira de surprise en surprise. De l’industrie du sexe au fonctionnement sidérant de la justice, il lève ainsi le voile sur une ville hantée par le mal, aussi fascinante qu’effrayante. Au cœur de cette toile invraisemblable, un mystérieux millionnaire, véritable figure du vice, sur lequel vont se porter tous les les soupçons. Espionné, menacé, attaqué en justice, Richard Lloyd Parry ne laissera rien l'arrêter dans sa recherche de la vérité.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847967
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 528
Format : 140 x 220 mm
Sonatine
En savoir plus

Ils en parlent

« Dévorer les ténèbres est un livre extraordinaire, éblouissant et obsédant. »
David Peace, auteur du "Quatuor du Yorkshire"

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sylviegeo Posté le 2 Novembre 2021
    Mitigée. Je ne sais trop quel ressenti éprouvé après cette lecture. Le titre est très clair: Enquête sur la disparue de Tokyo. Alors oui c'est exactement une enquête, celle du journaliste Richard Lloyd Parry qui a tout mon respect. Car quel travail il a effectué. Colossal. Il a tout fouillé, tout lu, parlé à tout le monde et c'est presque le verbatim de ces rencontres, ces discussions et ces lectures que nous retrouvons dans ce titre. Ce qui le rend un brin poussif. Par contre, ce que j'ai trouvé captivant ce sont les descriptions et les explications sur Tokyo, ses bars à hôtesses, sur le service de police, sur les procédures judiciaires, sur les tribunaux. On nous fait un peu de l'histoire des relations du Japon avec les pays l'entourant. Immensément instructif. Une jeune britannique, hôtesse dans un bar de Tokyo disparait et l'auteur expose tout ce qu'une famille défaite a dû faire pour avoir des réponses et oh combien furent grand les ravages subis par les proches de la disparue. On ne peut même pas imaginer...Alors oui, ce côté du titre était intéressant mais je crois que l'auteur aurait pu ramasser quelque peu son propos et... Mitigée. Je ne sais trop quel ressenti éprouvé après cette lecture. Le titre est très clair: Enquête sur la disparue de Tokyo. Alors oui c'est exactement une enquête, celle du journaliste Richard Lloyd Parry qui a tout mon respect. Car quel travail il a effectué. Colossal. Il a tout fouillé, tout lu, parlé à tout le monde et c'est presque le verbatim de ces rencontres, ces discussions et ces lectures que nous retrouvons dans ce titre. Ce qui le rend un brin poussif. Par contre, ce que j'ai trouvé captivant ce sont les descriptions et les explications sur Tokyo, ses bars à hôtesses, sur le service de police, sur les procédures judiciaires, sur les tribunaux. On nous fait un peu de l'histoire des relations du Japon avec les pays l'entourant. Immensément instructif. Une jeune britannique, hôtesse dans un bar de Tokyo disparait et l'auteur expose tout ce qu'une famille défaite a dû faire pour avoir des réponses et oh combien furent grand les ravages subis par les proches de la disparue. On ne peut même pas imaginer...Alors oui, ce côté du titre était intéressant mais je crois que l'auteur aurait pu ramasser quelque peu son propos et cela n'aurait rien enlevé à la compréhension.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ophelien Posté le 31 Août 2021
    En 2000, Lucie Blackman disparaît du jour au lendemain de la ville de Tokyo. Cette jeune femme grande et blonde, adorée par sa famille anglaise, s'évapore dans la nature. En voyage au Japon, elle effectuait le métier d'hôtesse en compagnie d'une amie. Qu'est-ce qui a pu se passer dans cette ville qui bouillonne de vie ? Une enquête très intéressante sur un fait divers que je ne connaissais pas ! J'ai pris plaisir à lire ce livre où l'auteur (qui est journaliste) s'est véritablement passionné pour l'affaire et a effectué des recherches incroyables sur le contexte de la disparition de Lucie. En plus d'une affaire sordide et écœurante on découvre le Japon, ses mœurs, ses habitants. C'est toute une culture que j'ai appris à connaître : le fonctionnement de la police, de la justice, les différents métiers exercés par des étrangères là-bas, etc. C'est très fourni, peut-être parfois un peu répétitif mais très instructif. Un livre coup de poing !
  • Ingannmic Posté le 31 Août 2021
    Lucie Blackman a disparu le samedi 1er juillet 2000, à Tokyo, où elle exerçait comme hôtesse de night-club. Sa jeunesse, sa blondeur, et sa nationalité anglaise firent de cette disparition un événement médiatique, qui attira aussitôt dans la capitale japonaise, en même temps que son père Tim et sa sœur Sophie, les correspondants de nombreux journaux étrangers. L’énigme que constitua dans un premier temps l’affaire devint un mystère inexplicable, une histoire protéiforme et sans cohérence, jalonnée d’étranges tournants et d’aléas irrationnels, si déroutante et insaisissable que la raconter peut être considéré une gageure. C’est pourtant ce à quoi Richard Lloyd Parry, qu’elle obsède, contaminant jusqu’à ses rêves, s’attelle dans "Dévorer les ténèbres". Au moment de la disparition de Lucie, il travaille à Tokyo comme correspondant d’un journal britannique, et connait très bien la ville, y ayant vécu la majeure partie de sa vie d’adulte. Bien que souvent confronté, en tant que reporter de guerre et de catastrophes naturelles, au spectacle de la violence, il affirme que cette histoire, se révélant comme une "trappe dans une pièce familière dissimulant le secret d’existences effrayantes et monstrueuses", l’a confronté pour la première fois à certains aspects de la condition humaine. Avec ce récit, il... Lucie Blackman a disparu le samedi 1er juillet 2000, à Tokyo, où elle exerçait comme hôtesse de night-club. Sa jeunesse, sa blondeur, et sa nationalité anglaise firent de cette disparition un événement médiatique, qui attira aussitôt dans la capitale japonaise, en même temps que son père Tim et sa sœur Sophie, les correspondants de nombreux journaux étrangers. L’énigme que constitua dans un premier temps l’affaire devint un mystère inexplicable, une histoire protéiforme et sans cohérence, jalonnée d’étranges tournants et d’aléas irrationnels, si déroutante et insaisissable que la raconter peut être considéré une gageure. C’est pourtant ce à quoi Richard Lloyd Parry, qu’elle obsède, contaminant jusqu’à ses rêves, s’attelle dans "Dévorer les ténèbres". Au moment de la disparition de Lucie, il travaille à Tokyo comme correspondant d’un journal britannique, et connait très bien la ville, y ayant vécu la majeure partie de sa vie d’adulte. Bien que souvent confronté, en tant que reporter de guerre et de catastrophes naturelles, au spectacle de la violence, il affirme que cette histoire, se révélant comme une "trappe dans une pièce familière dissimulant le secret d’existences effrayantes et monstrueuses", l’a confronté pour la première fois à certains aspects de la condition humaine. Avec ce récit, il souhaite défaire Lucie de l’unique image d’une victime érigée en symbole, lui rendre son statut de personne à la fois ordinaire et complexe, faire en sorte que l’on souvienne qu’avant de mourir, elle avait vécu. Sur la base de témoignages de ses proches (amis et famille), et s’appuyant sur des extraits de son journal intime, il retrace son parcours, celui d’une jeune fille en effet ordinaire, à la fois romantique et cœur d’artichaut, parfois futile mais aussi sensible, bourrée de complexes malgré son apparence soignée et son goût pour les belles choses chères, qui l’amène à s’endetter au-delà du raisonnable. Ses expériences professionnelles de quelques mois à la City puis comme hôtesse de l’air chez British Airways ne lui apportent pas de réel sentiment d’accomplissement, et l’ambiance au sein du foyer familial (elle vit chez sa mère, profondément marquée et aigrie par le départ du père, avec sa sœur et son frère) est souvent très tendue. Aussi lorsque son amie Louise lui propose de partir travailler au Japon, elle accepte cette expérience comme une porte de sortie et l’occasion de renflouer ses finances désastreuses. Après les désillusions de l’arrivée, notamment en découvrant leur minable logement, les deux amies trouvent un emploi à Roppongi, quartier chaud, cosmopolite et peu raffiné de Tokyo dont les quelques centaines de mètres carrés sont conçus pour pourvoir aux plaisirs et tirer profit des gaijin (étrangers). Le Japon déploie dans l’organisation du sexe rémunéré imagination et créativité, des salons de massage aux salles de strip-tease, du sordide au select, tout y est autorisé sauf faire payer une relation sexuelle conventionnelle entre homme et femme. Le travail d’hôtesse est davantage du domaine social que sexuel. Il consiste à tenir compagnie aux clients, à leur faire la conversation et les faire boire, les divertir et les flatter. Une mission peu gratifiante en somme, mais dénuée de tout danger. Afin de fidéliser leur clientèle, les clubs d’hôtesses incitent par ailleurs ces dernières à obtenir des rendez-vous à l’extérieur, hors leur temps de travail, pour dîner ou déjeuner avec certains de leurs clients réguliers. C’est au cours de l’un de ces dõhan que Lucie disparaît, après avoir téléphoné à Louise pour l’assurer qu’elle serait rentrée en fin de journée. C’est le départ d’une longue enquête, au départ complétement inefficace, dont Richard Lloyd Parry détaille la succession de ratages, les latences et les rebondissements, les témoignages et les pistes inexploitées, tel ce mystérieux coup de fil d’un homme, reçu par Louise deux jours après la disparition de son amie, indiquant que cette dernière était volontaire. L’affaire piétine, tout semble insurmontable à une police passive et entravée par des procédures absurdement compliquées, qui au départ ne la prend pas au sérieux -il ne s’agit après tout que d’une disparition d’hôtesse de plus- mais qui se voit bientôt contrainte de s’impliquer davantage : Sophie, la sœur de Lucie, et surtout Tim, son père, se démènent pour médiatiser l’affaire, donnant interviews sur interviews, menant sans relâche leurs propres investigations, passant des jours et des nuits à Roppongi. Ils parviennent surtout à attirer l’attention du premier ministre Tony Blair sur l’affaire, dont il s’entretient avec son homologue japonais à l’occasion de sa venue pour le G8. Richard Lloyd Parry a beaucoup échangé avec la famille de Sophie, et évoque avec autant de sincérité que d’empathie à la fois l’ampleur du traumatisme pour les proches, mais aussi leurs manières, très diverses, d’y faire face, de l’éloquence et de l’arrogant sang-froid d’un Tim qui finit par susciter l’aversion à la douleur spontanée et sincère de Jane, la mère, en passant par l’attitude agressive et sur la défensive de Sophie, dont l’auteur détaille par la suite le long et poignant calvaire pour faire le deuil de sa sœur adorée, et à laquelle elle ressemble tant… Il fait cohabiter cette dimension humaine, émotionnelle de l’affaire, avec l’enrichissant apport de son analyse sur ses aspects culturels et judiciaires. En nous faisant appréhender le contexte dans lequel s’implante le drame, il nous immerge dans une atmosphère presque romanesque, nous permet de mieux comprendre son caractère exceptionnel, mais aussi les raisons qui ont rendu l’enquête si laborieuse. On apprend ainsi que le système judiciaire japonais est fondé sur l’obtention à tout prix d’aveux, la police disposant de 23 jours pour interroger les suspects, et usant de méthodes d’intimidation psychologique voire physique (mais c’est plus rare), telles que la privation de sommeil ou de nourriture, l’application de de légers coups de pieds ou de claques, le but étant davantage d’humilier que de faire mal. Les policiers japonais ont par conséquent plus d’expérience pour faire avouer que pour enquêter. D’autant plus que ces méthodes sont ancrées dans une culture où le rejet du mensonge, de l’entêtement et de l’insoumission amène la grande majorité des prévenus -presque 100 %- à se confesser. La faiblesse de sa police, également dû à son incapacité institutionnelle à penser hors des clichés, est d’ailleurs l’un des tabous propres à société japonaise. Mais il faut aussi lui reconnaître un manque de pratique lié aux circonstances. Car Tokyo reste, selon les critères de tous les pays développés comparables, un endroit exceptionnellement sûr. L’auteur confirme ce point, témoin de la rareté des manifestations d’agressivité ou de malveillance, de l’absence de comportements fanfarons ou ostentatoirement virils. Il règne au sein de la société japonaise une réserve et une politesse souvent déstabilisantes pour les étrangers, car elles freinent toute connaissance intime de l’autre et empêchent parfois de le comprendre, compliquent l’appréhender des situations auxquelles on est confronté. Ce décalage est criant lors des descriptions du procès en lien avec la disparition de Lucie : dépassionné, convenu, aride, dénué de toute rhétorique ou d’effets de manche… Cet environnement, sur et pourtant complexe, incite à mettre en sommeil ses instincts de méfiance et de prudence, ainsi que l’a fait la finalement très malchanceuse Lucie en accompagnant sans arrière-pensée son dernier client… "Dévorer les ténèbres" est donc un récit très riche, et à l’image de cette affaire déroutante, protéiforme et complexe. L’auteur l’aborde par ses multiples ramifications, s’attachant à démontrer comment les événements du passé, l’environnement social et les hasards de la vie concourent à façonner le caractère des individus et à établir les circonstances de rencontres qui parfois révèlent l’existence d’un mal impalpable et invisible. Sombre et passionnant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • thburdet Posté le 16 Juillet 2021
    (Lu en VO) Livre écrit par le rédacteur du Times en Asie, sur l'affaire de la disparition en 2000 de Lucie Blackman à Tokyo. Cette jeune Anglaise, partie avec une amie pour une expérience d'hôtesse dans un bar du quartier de Roppongi, disparaît au début du mois de juillet après une journée en bord de mer passée avec un mystérieux client fortuné. Richard Lloyd Parry raconte le parcours de Lucie, ce qui l'a amené à vivre cette expérience tokyoïte, ses quelques semaines avant sa disparition puis l'enquête qui conduira à retrouver son supposé kidnappeur et, malheureusement dans la foulée, sa dépouille. Je ne me rappelle pas avoir entendu parler, à l'époque, de cette affaire dans les médias français, bien qu'elle ait apparemment suscité une très large couverture internationale, qui permettra d'ailleurs d'imputer d'autres crimes à son supposé tortionnaire. Plus que sur le fait divers lui-même, le livre donne un éclairage sur certains aspects de la société japonaise (pas toujours les plus reluisants, certes, aux yeux d'un occidental)... business des bars à hôtesses, traitement des minorités, fonctionnement de la police et de la justice... qui font heureusement l'objet d'une remise en perspective (sur notamment la très faible violence de la société japonaise en comparaison des... (Lu en VO) Livre écrit par le rédacteur du Times en Asie, sur l'affaire de la disparition en 2000 de Lucie Blackman à Tokyo. Cette jeune Anglaise, partie avec une amie pour une expérience d'hôtesse dans un bar du quartier de Roppongi, disparaît au début du mois de juillet après une journée en bord de mer passée avec un mystérieux client fortuné. Richard Lloyd Parry raconte le parcours de Lucie, ce qui l'a amené à vivre cette expérience tokyoïte, ses quelques semaines avant sa disparition puis l'enquête qui conduira à retrouver son supposé kidnappeur et, malheureusement dans la foulée, sa dépouille. Je ne me rappelle pas avoir entendu parler, à l'époque, de cette affaire dans les médias français, bien qu'elle ait apparemment suscité une très large couverture internationale, qui permettra d'ailleurs d'imputer d'autres crimes à son supposé tortionnaire. Plus que sur le fait divers lui-même, le livre donne un éclairage sur certains aspects de la société japonaise (pas toujours les plus reluisants, certes, aux yeux d'un occidental)... business des bars à hôtesses, traitement des minorités, fonctionnement de la police et de la justice... qui font heureusement l'objet d'une remise en perspective (sur notamment la très faible violence de la société japonaise en comparaison des statistiques de l'Occident) par un auteur très bon connaisseur du pays où il est immergé.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ANGUSTA345 Posté le 11 Juillet 2021
    Lucie Blackman avait 21 ans lorsqu'elle a disparu à Tokyo, en 2000. Un drame authentique qui a passionné puis hanté le journaliste anglais Richard Lloyd Parry, qui en a tiré une true fiction. Un véritable événement éditorial de l'année dernière qu'il faut absolument dévorer en poche, comme ses ténèbres : soit un Tokyo interlope et une industrie du sexe qui engloutit bien des jeunes femmes occidentales, peuplés d'êtres hors norme, au bord de la folie. Fascinant et glaçant
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !