Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221218235
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 414
Format : 135 x 215 mm

Et ils meurent tous les deux à la fin

Constance de MASCUREAU (Traducteur)
Collection : Collection R
Date de parution : 24/05/2018
« Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l’équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ? »

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus...

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

« Sublime et envoûtant ! » Lauren OLIVER, auteure de Before I Fall

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221218235
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 414
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Maellix Posté le 31 Juillet 2020
    Dans Ils meurent tous les deux à la fin, on rentre dans un monde digne de science-fiction, tout en étant plongé dans la réalité. La nuit, peu après minuit, les services de Death-Cast sont chargés d’appeler les qui personnes qui vont mourir dans les prochaines vingt-quatre heures. Ces derniers sont appelés les Deckers et n’ont souvent qu’un seul but, vivre leur vie en une seule journée. Rufus et Mateo, deux adolescents de 17 et 18 ans, reçoivent à leur tour l’appel de leur Jour Final. Désespérés et dans des situations inconfortables pour leurs dernières 24 heures, les deux garçons ont recours à l’application Le Dernier Ami, qui permet aux Deckers de se faire un dernier ami lors de leur jour final, ce qui leur permettra de se rencontrer... J’ai beaucoup aimé ce livre, dont l’histoire est assez originale par rapport aux autres livres pour adolescents. On découvre une face cachée des personnages, dont on s’attache beaucoup au fil des pages. On devient triste à l’approche de la fin de l’histoire puisqu’on sait dès le début qu’ils meurent tout les deux à la fin ! Je recommande vraiment ce livre pour ceux qui aiment les histoires trépidantes et touchantes, avec un... Dans Ils meurent tous les deux à la fin, on rentre dans un monde digne de science-fiction, tout en étant plongé dans la réalité. La nuit, peu après minuit, les services de Death-Cast sont chargés d’appeler les qui personnes qui vont mourir dans les prochaines vingt-quatre heures. Ces derniers sont appelés les Deckers et n’ont souvent qu’un seul but, vivre leur vie en une seule journée. Rufus et Mateo, deux adolescents de 17 et 18 ans, reçoivent à leur tour l’appel de leur Jour Final. Désespérés et dans des situations inconfortables pour leurs dernières 24 heures, les deux garçons ont recours à l’application Le Dernier Ami, qui permet aux Deckers de se faire un dernier ami lors de leur jour final, ce qui leur permettra de se rencontrer... J’ai beaucoup aimé ce livre, dont l’histoire est assez originale par rapport aux autres livres pour adolescents. On découvre une face cachée des personnages, dont on s’attache beaucoup au fil des pages. On devient triste à l’approche de la fin de l’histoire puisqu’on sait dès le début qu’ils meurent tout les deux à la fin ! Je recommande vraiment ce livre pour ceux qui aiment les histoires trépidantes et touchantes, avec un brin de science fiction !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cranberries Posté le 17 Juillet 2020
    Cela fait déjà un bon moment que je voulais découvrir ce roman qui avait fait tant de bruit sur la blogo à l'époque de sa sortie en VO. J'ai donc voulu le découvrir dans sa langue d'origine lors d'une lecture commune avec Mallou14. Cependant, les circonstances ont fait que je n'étais pas dans de bonnes dispositions pour effectuer ce type de lecture, ce qui fait que j'ai lu à peu près un quart du roman en VO avant de me rabattre sur la VF. Cela me donne donc un aperçu du travail de traduction qui a été effectué sur ce livre et je dois dire que j'ai globalement été séduite par celui-ci. Je trouve juste dommage qu'on ait transposé le langage plus brut de Rufus par d'innombrables "wesh" qui m'ont semblé très inutiles et clichés. My two cents. Avec un titre pareil, il va sans dire que l'on ne s'attend pas à un happy end. Mais cela ne m'a pas empêché d'avoir envie de lire ce roman et de l'apprécier dans son ensemble. Néanmoins il faut dire que l'histoire prend bien son temps pour réellement démarrer. La première partie se laisse porter par le personnage de Mateo, par ses envies mais également par ses peurs... Cela fait déjà un bon moment que je voulais découvrir ce roman qui avait fait tant de bruit sur la blogo à l'époque de sa sortie en VO. J'ai donc voulu le découvrir dans sa langue d'origine lors d'une lecture commune avec Mallou14. Cependant, les circonstances ont fait que je n'étais pas dans de bonnes dispositions pour effectuer ce type de lecture, ce qui fait que j'ai lu à peu près un quart du roman en VO avant de me rabattre sur la VF. Cela me donne donc un aperçu du travail de traduction qui a été effectué sur ce livre et je dois dire que j'ai globalement été séduite par celui-ci. Je trouve juste dommage qu'on ait transposé le langage plus brut de Rufus par d'innombrables "wesh" qui m'ont semblé très inutiles et clichés. My two cents. Avec un titre pareil, il va sans dire que l'on ne s'attend pas à un happy end. Mais cela ne m'a pas empêché d'avoir envie de lire ce roman et de l'apprécier dans son ensemble. Néanmoins il faut dire que l'histoire prend bien son temps pour réellement démarrer. La première partie se laisse porter par le personnage de Mateo, par ses envies mais également par ses peurs qui sont très (trop ?) présentes. Il faut donc s'accrocher, car l'action se met en place petit à petit. Par contre, une fois que Mateo commence à dépasser ses réticences et à laisser Rufus prendre des initiatives, le récit devient plus rythmé et plus intéressant. Le duo commence alors réellement à vivre pleinement sa dernière journée et ce qui en ressort est très agréable à suivre. Evidemment, Mateo et Rufus sont des personnages diamétralement opposés. Là où Mateo est casanier et anxieux, Rufus est plus intrépide (voire parfois inconscient) et confiant. Mais ces différences vont finalement les rapprocher et faire d'eux un duo drôlement attachant. Leurs parcours de vie sont différents, mais leurs deux histoires sont touchantes et nous donnent des frissons. They both die at the end est donc un roman avec un propos plutôt original et audacieux qui nous oblige à nous arrêtez deux minutes dans notre vie, afin que l'on se pose nous-même la question de savoir ce que l'on ferait si on savait qu'il ne nous restait plus qu'une seule journée vivre. On passe par toute une palette d'émotions durant cette lecture et une chose est sûre: elle ne nous laisse pas indifférent.
    Lire la suite
    En lire moins
  • b0owe Posté le 10 Juillet 2020
    Le scénario de départ est très intriguant, même si déjà vu dans d'autres oeuvres, alors je me suis lancée. On suit deux jeune hommes qui vivent leurs derniers instants ensemble et avec leurs proches, et même si au départ je n'arrivais pas à les apprécier j'ai fini par m'y attacher ! Les Plutons surtout, dans la première partie du roman, m'ont beaucoup touchée (bien plus que le passé des deux protagonistes). Dans le genre "tous mes proches meurent, je veux pleurer mais je dois rester forte", Lidia est pas mal non plus. L'amitié qui se noue est très agréable à suivre, et comme le dit Mateo, on vit toute une vie en 24h avec eux (et ne décrire qu'une unique journée en 400 pages est une prouesse !). La deuxième partie du roman (il y en a 4) est plus longue et plus ennuyeuse, cependant. On alterne entres les points de vue de Mateo et Rufus, mais aussi de d'autres "inconnus" (qui vont mourir ou non) qui ont tous un impact ou un lien avec l'intrigue principale (et c'est très appréciable !). Le seul hic serait dans le point de vue de Rufus : il a un vocabulaire plus familier (ce... Le scénario de départ est très intriguant, même si déjà vu dans d'autres oeuvres, alors je me suis lancée. On suit deux jeune hommes qui vivent leurs derniers instants ensemble et avec leurs proches, et même si au départ je n'arrivais pas à les apprécier j'ai fini par m'y attacher ! Les Plutons surtout, dans la première partie du roman, m'ont beaucoup touchée (bien plus que le passé des deux protagonistes). Dans le genre "tous mes proches meurent, je veux pleurer mais je dois rester forte", Lidia est pas mal non plus. L'amitié qui se noue est très agréable à suivre, et comme le dit Mateo, on vit toute une vie en 24h avec eux (et ne décrire qu'une unique journée en 400 pages est une prouesse !). La deuxième partie du roman (il y en a 4) est plus longue et plus ennuyeuse, cependant. On alterne entres les points de vue de Mateo et Rufus, mais aussi de d'autres "inconnus" (qui vont mourir ou non) qui ont tous un impact ou un lien avec l'intrigue principale (et c'est très appréciable !). Le seul hic serait dans le point de vue de Rufus : il a un vocabulaire plus familier (ce qui est intéressant pour s'imaginer le personnage) mais les "wesh" disséminés dans le texte m'ont complètement sortie de ma lecture a chaque fois que j'en lisais un ! Cette onomatopée utilisée par les jeunes serait plus pertinente dans une film, mais écrite, elle donne une impression désagréable. J'ai aussi été un peu déçue de ne pas en apprendre plus sur Death Cast et la manière dont ils apprennent l'identité de ceux qui vont mourir (qui reste un mystère jusqu'au bout...) d'où les 4 étoiles seulement. En soi, l'intrigue est simple mais efficace : même si on se doute (de par le titre et le nombre de pages) que les protagonistes risquent de mourir, on suppose aussi qu'ils ne vont pas clamser à la 200ème page sinon l'histoire n'aurait pas de sens. Le suspens n est pas présent, et le fil conducteur du récit est parfois flou, mais c'est agréable et la fin horriblement frustrante ! Je suis restée bouche béante 10 minutes après la fin, pour digérer le destin de Mateo et Rufus ;)
    Lire la suite
    En lire moins
  • florencereve Posté le 15 Juin 2020
    "Que feriez-vous s'il ne vous restait qu'un jour à vivre ?" Mateo, 18 ans, vit seul, sa mère étant morte en le mettant au monde et son père reposant sur un lit d'hôpital, dans le coma. Rufus, 17 ans, vit dans une famille d'accueil, avec Malcolm et Tagoe, sa famille ayant décédée dans un accident de voiture. Le 5 septembre 2017, on leur annonce, avec 43 minutes d'intervalle, qu'ils vont mourir au cours de la journée. Les deux garçons ne se connaissent pas et sont diamétralement opposés. Pourtant, ils vont décider de passer leur dernière journée ensemble... Et comptent bien en profiter un maximum. On suit l'histoire de plusieurs points de vue différents (bien qu'il n'y ait que Mateo et Rufus qui soient narrateurs internes), ce qui est absolument génial car ça nous permet de voir toutes les connections entre ces gens qui, parfois, ne se connaissent même pas. Je n'ai qu'un mot à dire au sujet de ce livre : "Woah". Ce qui, techniquement, n'est même pas un mot (dirait Mateo). Ce roman soulève des tas et des tas de questions. Dont la plupart tournent autour de la mort. Est-ce qu'il est préférable de savoir qu'on... "Que feriez-vous s'il ne vous restait qu'un jour à vivre ?" Mateo, 18 ans, vit seul, sa mère étant morte en le mettant au monde et son père reposant sur un lit d'hôpital, dans le coma. Rufus, 17 ans, vit dans une famille d'accueil, avec Malcolm et Tagoe, sa famille ayant décédée dans un accident de voiture. Le 5 septembre 2017, on leur annonce, avec 43 minutes d'intervalle, qu'ils vont mourir au cours de la journée. Les deux garçons ne se connaissent pas et sont diamétralement opposés. Pourtant, ils vont décider de passer leur dernière journée ensemble... Et comptent bien en profiter un maximum. On suit l'histoire de plusieurs points de vue différents (bien qu'il n'y ait que Mateo et Rufus qui soient narrateurs internes), ce qui est absolument génial car ça nous permet de voir toutes les connections entre ces gens qui, parfois, ne se connaissent même pas. Je n'ai qu'un mot à dire au sujet de ce livre : "Woah". Ce qui, techniquement, n'est même pas un mot (dirait Mateo). Ce roman soulève des tas et des tas de questions. Dont la plupart tournent autour de la mort. Est-ce qu'il est préférable de savoir qu'on va mourir dans les prochaines 24h ? Comment réagirions-nous si nous le pouvions ? Comment aider ses proches à surmonter ça ? Ces questions sont pertinentes, même si Death-Cast n'existe pas ; certaines maladies condamnent et nous obligent à faire face à ce genre de situation. Ce livre extraordinaire de 406 pages, je n'ai pu faire autrement que de le dévorer en une journée. Je suis sûre qu'il ferait un bon livre à intégrer au programme scolaire s'il n'y avait pas autant de pages (ce qui découragerait pas mal d'ados)... L'auteur (Adam Silvera) nous met un mot très gentil au début du livre, merci à lui pour cette attention :-) Nous pouvons tous mourir en permanence, chaque seconde est une victoire en soi (oui, je suis hyper rassurante comme fille). Certaines menaces sont plus réelles que d'autres, bien sûr (les chances qu'une météorite tombe sur vous pendant votre sommeil sont assez minimes, par exemple). Mais, d'après moi, prévenir quelqu'un qu'il mourra dans les futures 24h ne fait que renforcer les risques (mais c'est mon avis). Nous ne sommes pas immortels (et c'est très bien ainsi), alors je vous répète le conseil de Dalma Young (un personnage du livre, pur ceux qui se le demanderait) ; "Vivre chaque jour comme si c'était le dernier". Et, pour citer Mark Twain ; "Donnez à chaque jour la chance d'être le plus beau jour de votre vie !"
    Lire la suite
    En lire moins
  • Finn_Thilliamon Posté le 25 Mai 2020
    Prenant. Parce que chaque détail prend de l'importance quand ce dernier est capable de tuer les héros. Parce que l'auteur nous guide subtilement vers une fin logique, héroïque même, qu'on attend, sûr de nos déductions. Une chose est sûr : ils meurent tous les deux à la fin. Il n'y a pas d'espoir pour ça, mais il existe un espoir pour leur bonheur final. Puis on découvre un détail chez l'un par les yeux de l'autre et un détail chez l'autre par les yeux de l'un et on espère plus qu'une amitié. On apprend à les écouter, à les aimer. Et on découvre des personnages qui leurs sont lié d'une façon ou d'une autre. L'écriture est simple, un vrai style est associé à chacun des narrateurs. La première personne adolescente permet une lecture active rapide et donne du dynamisme, tout comme l'alternance de sujet. Une histoire en moins de 24h qui va questionner le lecteur sur ses possibles dernières heures. Parce qu'il n'y a pas de cours pour préparer ses proches à sa mort, bien qu'elle soit inévitable.
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Robert Laffont

    L'HoRoscope de l'été

    Ton avenir t'angoisse ? Tu ne sais pas encore ce que tu vas faire de tes vacances ? Est-ce que tu trouveras l'amour au camping des 3 crevettes ? Et la question la plus importante de toutes : quels livres vas-tu emporter en vacances ? 

    Pas de panique, la Team R a consulté les astres pour toi et te dit TOUT sur ton été littéR !

    Lire l'article
  • News
    Lisez

    "Et ils meurent tous les deux à la fin" : le roman d'Adam Silvera adapté par HBO

    Publié au printemps 2018 chez Robert Laffont, Et ils meurent tous les deux à la fin de l’écrivain américain Adam Silvera va devenir une série pour HBO. J.J. Abrams est à la production.

    Lire l'article