Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221218235
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 414
Format : 135 x 215 mm
Et ils meurent tous les deux à la fin
Constance de Mascureau (traduit par)
Collection : Collection R
Date de parution : 24/05/2018
Éditeurs :
Robert Laffont

Et ils meurent tous les deux à la fin

Constance de Mascureau (traduit par)
Collection : Collection R
Date de parution : 24/05/2018
« Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l’équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ? »

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami...

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus...

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

« Sublime et envoûtant ! » Lauren OLIVER, auteure de Before I Fall

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221218235
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 414
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Pauline___ Posté le 10 Mai 2022
    « Et ils meurent tous les deux à la fin », voilà qui annonce dès le départ la couleur du roman…Beaucoup de mes amis ont lu ce livre, mais peu l’ont apprécié, ce qui ne fut pas mon cas. J’ai été comme envoûtée par l’intrigue, par le décor et les personnages attachants que l’on ne souhaite pas quitter. La morale est sublime, un roman que tout le monde devrait lire ! C’est sûrement pour toutes ces raisons que je l’ai dévoré en une journée, je recommande !
  • suhan117 Posté le 29 Avril 2022
    J'ai trop aimé ce livre ! ! ! J'ai tout aimé ! ! ! Les personnages, Mateo et Rufus, les citations sublimes, leur histoire touchante, leur courage durant cette journée, le concept du Death-Cast (trop original et intéressant !), les alternations entre les différents personnages, l'humour de l'auteur, ... J'ai tellement apprécié la lecture que j'ai du mal à m'en ressortir ! J'aimerais que leur histoire continue ! Ça a été une lecture complètement bouleversante : j'essaye de vivre chaque jour comme mon dernier jour ! Ce roman m'a apporté beaucoup de leçons de vie. Je ne peux pas utiliser tous les mots élogieux, mais sachez que tout compliment qui existe peut être attribué à ce roman merveilleux !
  • Yuki_himari Posté le 28 Avril 2022
    Après quelques mois passés dans ma PAL, je l’ai enfin lu ! Et vous s’avez quoi ? Ce roman est désormais un coup de cœur !!! En plus la couverture du roman est superbe, j’aime beaucoup. J’ai était absorbais par ce roman ou les pages défilaient toutes seules. Je n’ai pas trouvé que ce titre comportait beaucoup de longueur, peut être un chapitre ou deux de quelques pages mais rien de bien gênant. J’aime beaucoup la plume d’Adam Silvera qui a un côté poétique qui transmet bien les émotions. J’approuve le choix de l’auteur que l’on puisse voir le point de vue de chaque personnage régulièrement. On sait vraiment ce qu’ils pensent. Ce roman parle également de relations amoureuses entre deux hommes. Une relation qui va être abordée en toute simplicité et douceur. De plus cela n’est pas mis au premier plan de l’histoire, pas comme pour les Yaoi. Pour conclure c’est une très belle découverte que je ne peux que vous conseiller de lire. L’histoire est douce et tellement agréable à suivre que j’en voulais encore.
  • sadaf123 Posté le 27 Avril 2022
    Dans tous les cas, en général, j’ai aimé le livre ! Mais, si j’aie une critique à donner elle serait... que le lecteur prend trop de temps pour prendre action et parle trop des sentiments. Exemple : Aux début, quand Matéo a eu l'appel. Preuve : il en parle pour 2-3 pages. Mais, j’aime le livre beaucoup ! J’ai adoré !!
  • lirado Posté le 25 Avril 2022
    Et ils meurent tous les deux à la fin est un roman que j’avais repéré depuis un moment notamment parce que son résumé m’intriguait. Bien sûr il est assez commun de s’être un jour demandé à quoi nous consacrerions notre dernière journée sur Terre si tant est qu’il était possible, comme c’est le cas pour Matéo et Rufus, de connaître le jour de notre mort. C’est donc en partant de cette question que tout le monde s’est un jour posée qu’Adam Silvera décide de raconter le Jour final de ses deux jeunes héros. Au départ, Matéo et Rufus ne se connaissent pas et même s’ils partagent quelques points communs ( leur âge, une situation familiale marquée par le décès ou la maladie, une date de mort) rien ne les destine à passer ensemble ce dernier jour. C’est par l’intermédiaire d’une application ( Dernier Ami ) qu’ils vont se rencontrer et décider de vivre ensemble l’attente de leur mort. Glauque ? a t-on envie de dire et pourtant, Et ils meurent tous les deux à la fin, n’est pas du tout ça. C’est même tout l’inverse : un hymne à la vie. Adam Silvera l’expose dés le début dans une préface, ce... Et ils meurent tous les deux à la fin est un roman que j’avais repéré depuis un moment notamment parce que son résumé m’intriguait. Bien sûr il est assez commun de s’être un jour demandé à quoi nous consacrerions notre dernière journée sur Terre si tant est qu’il était possible, comme c’est le cas pour Matéo et Rufus, de connaître le jour de notre mort. C’est donc en partant de cette question que tout le monde s’est un jour posée qu’Adam Silvera décide de raconter le Jour final de ses deux jeunes héros. Au départ, Matéo et Rufus ne se connaissent pas et même s’ils partagent quelques points communs ( leur âge, une situation familiale marquée par le décès ou la maladie, une date de mort) rien ne les destine à passer ensemble ce dernier jour. C’est par l’intermédiaire d’une application ( Dernier Ami ) qu’ils vont se rencontrer et décider de vivre ensemble l’attente de leur mort. Glauque ? a t-on envie de dire et pourtant, Et ils meurent tous les deux à la fin, n’est pas du tout ça. C’est même tout l’inverse : un hymne à la vie. Adam Silvera l’expose dés le début dans une préface, ce roman, il l’a écrit pour inviter le lecteur à être lui-même, à vivre en dépassant le regard des autres ou ses appréhensions personnelles, sans (s’auto/se) censurer, pour ne pas avoir de regret. Comme si chaque jour était le dernier pourrait-on dire. Le message est bien là mais cette lecture d’Et ils meurent tous les deux à la fin n’a pas pour autant été le coup de cœur que j’imaginais. Je m’attendais à une histoire beaucoup plus rythmée, beaucoup plus intense, beaucoup plus touchante. Matéo et Rufus sont attachants mais ils ne sont pas assez émouvants à mon sens. J’ai ressenti une certaine distance avec eux car leurs sentiments ne sont pas assez développés par rapport à l’épreuve qu’ils traversent. Le tempo de la narration est aussi lent. Le lecteur les suit dans les différentes rencontres qu’ils font ( une sorte de tournée d’adieu à leurs proches, pour l’un comme pour l’autre), quelques activités qu’ils expérimentent et bien sûr cette amitié qui se noue entre eux au fur et à mesure, fulgurante mais qui ne sonne pas forcément de suite comme une évidence car les sentiments sont contenus comme je le disais. Pour donner un peu de rythme, Adam Silvera a choisi d’alterner le point de vue de Matéo et Rufus, il glisse aussi celui d’autres protagonistes mais cela semble parfois un peu décousu ou inutile. Au final, Et ils meurent tous les deux à la fin ne m’a pas touchée et captivée à hauteur de mes attentes. J’ai trouvé l’ensemble assez plat et sans m’être ennuyée au point de décrocher complètement, j’ai trouvé que l’histoire manquait de profondeur, d’intensité par rapport à ce que l’on pouvait en espérer. Dommage aussi que le thème de l’application « Death-Cast » ne soit pas davantage exploité, cela aurait peut-être donnée une autre dimension au récit. En effet, c’est plus un prétexte pour dire que Matéo et Rufus connaissent leur date de mort mais à mon grand regret l’auteur n’a pas ensuite fait le choix de davantage tirer ce fil du récit.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !