En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Et ils meurent tous les deux à la fin

        Robert Laffont
        EAN : 9782221218235
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 414
        Format : 135 x 215 mm
        Nouveauté
        Et ils meurent tous les deux à la fin

        Constance de MASCUREAU (Traducteur)
        Collection : Collection R
        Date de parution : 24/05/2018
        « Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l’équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ? »

        Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus...

        Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

        « Sublime et envoûtant ! » Lauren OLIVER, auteure de Before I Fall

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782221218235
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 414
        Format : 135 x 215 mm
        Robert Laffont
        17.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • livre-esse Posté le 9 Juin 2018
          Mateo et Rufus, deux adolescents, reçoivent un peu après minuit un appel de Death-Cast qui leur annonce qu'ils vont mourir au cours de la journée. Dès le début, on sait donc que nos deux héros vont inévitablement mourir à la fin du livre. Pourtant - et on s’en rend vite compte - ce qui va être important n’est pas la fin mais la journée - la vie - qu’ils vont vivre à partir du moment où le compte à rebours est enclenché. 24 heures pour vivre une vie, pour vivre leur vie pleinement. On s’attache inéluctablement aux personnages même si on sait comment tout cela va se terminer pour eux. Plus les pages défilent, plus le compte à rebours s’égrène, et moins on veut continuer à lire (et pourtant on y prend tant plaisir!) - car on sait que chaque page rapproche les deux héros de la mort. « On approche un peu plus de la mort à chaque minute qui s’écoule, dans un monde qui veut notre peau. » L’application « Dernier Ami » réunit deux personnages à l’opposé l’un de l’autre et qui vont pourtant se trouver, se compléter, se faire vivre. D’un côté, il y a le rebelle... Mateo et Rufus, deux adolescents, reçoivent un peu après minuit un appel de Death-Cast qui leur annonce qu'ils vont mourir au cours de la journée. Dès le début, on sait donc que nos deux héros vont inévitablement mourir à la fin du livre. Pourtant - et on s’en rend vite compte - ce qui va être important n’est pas la fin mais la journée - la vie - qu’ils vont vivre à partir du moment où le compte à rebours est enclenché. 24 heures pour vivre une vie, pour vivre leur vie pleinement. On s’attache inéluctablement aux personnages même si on sait comment tout cela va se terminer pour eux. Plus les pages défilent, plus le compte à rebours s’égrène, et moins on veut continuer à lire (et pourtant on y prend tant plaisir!) - car on sait que chaque page rapproche les deux héros de la mort. « On approche un peu plus de la mort à chaque minute qui s’écoule, dans un monde qui veut notre peau. » L’application « Dernier Ami » réunit deux personnages à l’opposé l’un de l’autre et qui vont pourtant se trouver, se compléter, se faire vivre. D’un côté, il y a le rebelle et passionné Rufus, de l’autre, le peureux et naïf Matéo. Le charme est là, indéniablement, on est forcément charmé par l’étrange et détonant couple que forment Mateo et Rufus. L’amitié qui se crée et qui va les lier est d’une rare beauté. Ces deux héros, chacun écorché différemment par la vie, vont se confier leurs peurs - pour mieux les dépasser - leurs espoirs - pour mieux les vivre -. Il y a une simplicité - dans le style d'écriture, dans le comportement des personnages - qui aurait pu, dans un livre différent, me faire lever les yeux au ciel. Les phrases mièvres et bateau, entendu et réentendu à n’en plus finir (rabacher) abondent : « tu m’as fait vivre », « je ne me suis jamais senti aussi vivant » « vit comme si c’était ton dernier jour » blablabla - phrases qui habituellement m’énervent au possible, m’exaspèrent. Et pourtant, impossible d’être exaspérer en lisant ce roman, on ne peut qu’être touché par l’histoire - qu’on aime le mièvre ou non. L’histoire des deux personnages nous émeut, nous remue. C’est beau et c’est terrible, c’est rempli de joie et pourtant triste à pleurer. Point négatif - mais vraiment superficiel : le vocabulaire « soi-disant » familier qu’utilise Rufus m’a dérangé/énervé - à la fin de ses phrases, il ajoute « wesh » - comme s’il suffisait de dire wesh en fin de phrase pour faire de son héros un caïd (ou un ado) « Et ils meurent tous deux à la fin » est un roman qui se révèle - malgré son triste thème - très lumineux. La naiveté de Mateo apporte une vraie fraicheur au roman, une vraie luminosité. Mais c’est l’amitié étonnante et détonante entre les deux personnages qui fait véritablement toute la beauté et la clarté du roman. Et ils meurent tous deux à la fin délivre un très beau message : c’est un roman qui donne envie de profiter de la vie - à lire et à relire, à tous âges! Que feriez-vous s’il ne vous restait qu’un jour à vivre ? https://attrape-mots.blogspot.com/2018/06/mon-avis-sur.html
          Lire la suite
          En lire moins
        • LeaTouchBook Posté le 7 Juin 2018
          L'arrivée d'Adam Silvera dans le catalogue de la Collection R est un véritable événement ! J'avais très envie de découvrir ce romancier car il a remporté un vif succès aux Etats-Unis, il traite de thématiques fortes et importantes, il est renommé pour dépeindre des histoires très émouvantes et modernes. Et ils meurent tous les deux à la fin. Un titre original qui vous annonce déjà le dénouement du livre et pourtant cela n'enlève rien à toutes les émotions qui traversent le lecteur à la découverte de ce roman fabuleux et touchant. Que feriez-vous si on vous annonçait que vous alliez mourir dans la journée ? Que vous aviez moins de 24 heures avant de décéder ? La question est posée... Mateo et Rufus vont ainsi devenir amis dans leurs derniers instants, ils vont se rencontrer, se découvrir, s'aimer pour le jour le plus important et triste de leur vie. Ces deux jeunes hommes sont très différents mais ils sont vraiment attachants, j'ai trouvé qu'ils étaient parfaitement complémentaires et j'ai aimé suivre leurs péripéties, leurs questionnements et leurs réflexions pour ce jour fatidique. En mélangeant romance et anticipation, Adam Silvera livre un roman d'une grande force, un récit magnifique qui ne peut que nous émouvoir. En définitive,... L'arrivée d'Adam Silvera dans le catalogue de la Collection R est un véritable événement ! J'avais très envie de découvrir ce romancier car il a remporté un vif succès aux Etats-Unis, il traite de thématiques fortes et importantes, il est renommé pour dépeindre des histoires très émouvantes et modernes. Et ils meurent tous les deux à la fin. Un titre original qui vous annonce déjà le dénouement du livre et pourtant cela n'enlève rien à toutes les émotions qui traversent le lecteur à la découverte de ce roman fabuleux et touchant. Que feriez-vous si on vous annonçait que vous alliez mourir dans la journée ? Que vous aviez moins de 24 heures avant de décéder ? La question est posée... Mateo et Rufus vont ainsi devenir amis dans leurs derniers instants, ils vont se rencontrer, se découvrir, s'aimer pour le jour le plus important et triste de leur vie. Ces deux jeunes hommes sont très différents mais ils sont vraiment attachants, j'ai trouvé qu'ils étaient parfaitement complémentaires et j'ai aimé suivre leurs péripéties, leurs questionnements et leurs réflexions pour ce jour fatidique. En mélangeant romance et anticipation, Adam Silvera livre un roman d'une grande force, un récit magnifique qui ne peut que nous émouvoir. En définitive, j'ai beaucoup aimé ce roman et j'ai hâte de lire les autres livres de cet auteur !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Prilla Posté le 7 Juin 2018
          Wow wow wow. Avec un titre pareil, je ne pouvais qu'être intriguée par ce roman. Et le résumé a empiré cette sensation. La lecture, quant à elle, m'a comblée ! Le concept est intéressant, mais je ne savais pas comment cela allait aller, j'avais un peu peur que ce soit un peu cul-cul la praline, du genre "vite, il faut que je réalise tous mes rêves avant de mourir !". Mais non, je n'ai pas eu ce sentiment pendant ma lecture. J'ai juste dévoré ce roman. Mateo et Rufus sont deux adolescents. Un matin, de très, très bonne heure, Death Cast les appelle : ils vont mourir dans la journée. On les suit alors lors de leurs dernières heures, ainsi que ponctuellement d'autres personnages, qui ont aussi reçu un appel ou non. Cela donne plusieurs points de vus sur différentes situations, j'ai bien aimé. Nos deux personnages principaux se rencontrent, alors qu'ils sont vraiment différents, parce qu'ils s'inscrivent sur cette application "Last Friend". Ils vivent leur dernières heures ensemble, s'aidant mutuellement. J'ai bien aimé la diversité des personnages. On ne tourne pas en rond dans les caractères et les réactions. Je me suis reconnue en Mateo, parce que, comme lui, je suis... Wow wow wow. Avec un titre pareil, je ne pouvais qu'être intriguée par ce roman. Et le résumé a empiré cette sensation. La lecture, quant à elle, m'a comblée ! Le concept est intéressant, mais je ne savais pas comment cela allait aller, j'avais un peu peur que ce soit un peu cul-cul la praline, du genre "vite, il faut que je réalise tous mes rêves avant de mourir !". Mais non, je n'ai pas eu ce sentiment pendant ma lecture. J'ai juste dévoré ce roman. Mateo et Rufus sont deux adolescents. Un matin, de très, très bonne heure, Death Cast les appelle : ils vont mourir dans la journée. On les suit alors lors de leurs dernières heures, ainsi que ponctuellement d'autres personnages, qui ont aussi reçu un appel ou non. Cela donne plusieurs points de vus sur différentes situations, j'ai bien aimé. Nos deux personnages principaux se rencontrent, alors qu'ils sont vraiment différents, parce qu'ils s'inscrivent sur cette application "Last Friend". Ils vivent leur dernières heures ensemble, s'aidant mutuellement. J'ai bien aimé la diversité des personnages. On ne tourne pas en rond dans les caractères et les réactions. Je me suis reconnue en Mateo, parce que, comme lui, je suis très souvent effrayée de faire de nouvelles choses car j'imagine les pires scénarios et je me préoccupe trop de ce que les autres pensent. Rufus est plus dur à cuire, mais quand on casse cet aspect, on découvre une personne beaucoup plus sensible. Les traits de caractère de l'un vont permettre à l'autre de se dépasser, de pousser ses limites, de mieux se découvrir. Chacun tire l'autre vers l'avant, c'est du donnant-donnant. C'est beau, de genre de relations. Pour ce qui est de la romance, elle ne me gêne que parce que je trouve qu'elle est un peu sortie d'un chapeau, un peu trop rapide pour moi ! Je m'en serais passé, elle ne m'aurait pas manquée. En réalité, je ne l'ai pas vue venir au début ! Mais, elle montre quand même une évolution dans les personnages, donc elle a quand même un bon rôle à jouer. La journée de Mateo et Rufus est passionnante, beaucoup de choses se passent. Et pas forcément que des choses extraordinaires, que l'on ne fait pas tous les jours de par leur nature. Certaines choses sont plus personnelles, des actions assez normales, en fait. Et c'est ce qui fait à mes yeux la réalité du roman. Même si l'on sait que l'on va mourir, il est difficile de faire une tonne de choses hors du commun en quelques heures ! La lecture se fait naturellement, on suit le déroulement d'une journée. On voit les heures, les minutes, même, défiler. On sait très bien comment cela va finir. Et pourtant, Adam Silvera a réussi à me faire espérer, beaucoup, à me faire m'attacher aux personnages, alors que je savais pertinemment que ce n'était pas une bonne idée ! J'ai trouvé l'écriture pleine de douceur et de réalisme, décrivant très bien les sentiments des personnages, et les situations dans lesquelles ils se trouvaient. J'étais plongée à leurs côtés, je vivais ces dernières heures avec eux. Et au delà de l'intrigue que l'on suit, une question m'a suivie pendant toute ma lecture, et même après : si je savais que j'allais mourir dans la journée, que ferais-je ? La question reste encore sans réponse. Ce livre me pousse à revoir ma façon de voir certaines choses, à me dire qu'il faut faire ce que je veux faire, même si j'en ai très peur, maintenant, car il est possible que dans quelques jours, je n'en ai plus l'occasion. Vivre sans regrets, mais toujours en étant sérieux et réfléchi, bien sûr.
          Lire la suite
          En lire moins
        • BOOKSANDRAP Posté le 24 Mai 2018
          > https://booksandrap.wordpress.com/2018/05/24/et-ils-meurent-tous-les-deux-a-la-fin-adam-silvera/ « Et ils meurent tous les deux à la fin » est le genre de titre qui me donnait tout de suite envie de découvrir de quoi il en retournait. Sans réellement savoir dans quoi j’allais atterrir, je l’ai entamé. Et je l’ai dévoré. Bien que le titre m’aiguillait sur le thème de l’histoire, rien ne me préparait à ce que j’y ai finalement trouvé. Il y a dans ce livre, un petit côté dystopique qui m’a beaucoup plus et m’a pas mal surprise. On va suivre deux jeunes hommes, tout deux très différents durant une journée. Leur dernière journée. Pour être tout à fait honnête, j’ai vraiment passé un bon moment même si ce n’est clairement pas aussi excellent que je ne le pensais. Après l’avoir vu passé un peu partout, après m’être aperçue qu’il avait déclenché de très gros coups de coeurs, je me sentais un petit peu comme une ovni. Car bien qu’il m’ai plu, il ne m’a pas transcendé. Je pense que c’est le genre de livre qui vous prends aux tripes tout de suite ou qui au contraire vous laisse insensible jusqu’au dernier quart. Je lui ai trouvé des défauts comme des qualités. Mais c’est tout... > https://booksandrap.wordpress.com/2018/05/24/et-ils-meurent-tous-les-deux-a-la-fin-adam-silvera/ « Et ils meurent tous les deux à la fin » est le genre de titre qui me donnait tout de suite envie de découvrir de quoi il en retournait. Sans réellement savoir dans quoi j’allais atterrir, je l’ai entamé. Et je l’ai dévoré. Bien que le titre m’aiguillait sur le thème de l’histoire, rien ne me préparait à ce que j’y ai finalement trouvé. Il y a dans ce livre, un petit côté dystopique qui m’a beaucoup plus et m’a pas mal surprise. On va suivre deux jeunes hommes, tout deux très différents durant une journée. Leur dernière journée. Pour être tout à fait honnête, j’ai vraiment passé un bon moment même si ce n’est clairement pas aussi excellent que je ne le pensais. Après l’avoir vu passé un peu partout, après m’être aperçue qu’il avait déclenché de très gros coups de coeurs, je me sentais un petit peu comme une ovni. Car bien qu’il m’ai plu, il ne m’a pas transcendé. Je pense que c’est le genre de livre qui vous prends aux tripes tout de suite ou qui au contraire vous laisse insensible jusqu’au dernier quart. Je lui ai trouvé des défauts comme des qualités. Mais c’est tout de même avec grand plaisir que je pourrais facilement vous le recommandé car l’écriture d’Adam Silvera est très agréable et très simple. Mateo et Rufus ne pouvaient pas être plus différents. L’un est peureux, l’autre est une vraie tête brûlé. L’un vit, l’autre se préserve sans cesse. C’était très intéressant de suivre ces deux personnages que tout oppose, se retrouver dans la même situation et braver cette dernière journée afin de la passer telle qu’ils l’ont décidé. On s’attache facilement à nos personnages, à ce qu’ils sont, à leur personnalité bien trempé, leur fragilité et leur douceur. Et pourtant, même si la lecture était agréable il m’a manqué ce petit quelque chose pour ça m’emporte complètement. Ça manquait à mon sens de rythme. Il ne se passait pas énormément de choses ou en tout cas il n’y avait pas de réel rebondissement. Malgré le côté dystopique qui est mit en place autour de la mort ça reste assez classique et surtout assez lent. La plume a beau être sympathique et par moments même difficile, cela n’en manquait pas moins d’un peu de piment qui aurait quelque peu accéléré le récit. Néanmoins, le message reste très impactant. C’est un tragique compte à rebours. Le mot d’ordre est : VIS ! L’auteure nous crie qu’il faut vivre sa vie car on ne sait pas quand elle se terminera, il faut profiter, vivre des expériences, ne pas avoir peur. Il faut oser, se révéler, être soi même. Ne rien regretter. Il faut vivre le moment présent et ne pas penser au lendemain. C’était un beau message à la fois bourré d’espoir et à la fois très triste car en tant que lecteur, nous savons dès le début, au même titre que nos héros, que leur histoire à eux ne va pas se terminé de la manière qu’ils le souhaiteraient. Tout est déjà tracé. « Et ils meurent tous les deux à la fin » est un livre qui traite de la mort et de l’espoir mais c’est aussi une magnifique histoire d’amour et un puissant récit sur l’amitié. Je les ai trouvés très touchant. Ils sont très complices et s’aident à être la personne qu’ils auraient aime être. Bien que la majeure partie du bouquin ne m’ai pas forcément très touché, je ne peux pas en dire autant de la fin de cette histoire. J’aurais aimé dire que le dernier quart du livre ne m’a pas brisé le coeur mais ce serait mentir. Même si on sait comment tout cela va se terminer, le voir écrit noir sur blanc m’a complètement bouleversée. Je n’étais pas prête pour ça, comme je n’étais pas prête pour la dernière ligne qui m’a complètement laissée bouche bée. J’ai beaucoup aimé cette manière de conclure le roman. C’est brutal, c’est dévastateur, mais c’est à mon sens une fin parfaite pour une histoire au titre aussi percutant. C’était très touchant et très dur à la fois de les quitter aussi abruptement. Si vous croisez cette histoire en librairie, n’hésitez honnêtement pas. Même si cela n’a pas été un coup de coeur pour moi, et qu’il m’a manqué du rythme et de l’action pour que je sois totalement conquise, je peux tout de même dire que j’ai été séduite par l’idée du livre, par le message fort qu’il véhicule, par la douce romance, la tolérance qui est décrite et par la fluidité de la plume de l’auteure que j’ai pris plaisir à découvrir. Je vous le recommande bien évidemment !
          Lire la suite
          En lire moins
        • ReveursEtMangeursDePapier Posté le 6 Mai 2018
          Que feriez-vous de votre journée si on vous annonçait que c'était la dernière? Peu après minuit, Matéo et Rufus reçoivent un terrible appel du DeathCast, leur annonçant qu'ils mourront le jour même. Les deux garçons ne savent ni quand, ni comment, mais si il y a bien une chose dont ils sont certains, c'est qu'ils n'y échapperont pas. Désemparés, ils s'accrochent à leurs derniers instants sur Terre. Tous deux inscrits sur l'appli Derniers Amis, Matéo et Rufus se mettent d'accord pour se rencontrer et vivre leurs toutes dernières heures ensemble. Je ne savais absolument pas à quoi m'attendre avec ce roman, si ce n'est un contexte particulièrement dramatique. Je ne m'attendais donc pas à cette belle histoire d'amitié, ni à tous ces petits moments précieux qu'ils vont vivre. Nous rencontrons deux jeunes garçons aux destins complètement foutus. Ils vont mourir dans les prochaines vingt-quatre heures et ils ne peuvent rien faire pour empêcher ça. Ce titre et ce destin tragique ne laisse pas le lecteur indifférent. On se met à leur place et on tente d'imaginer tout ce que ça remettrait en cause de savoir que la fin est imminente et inévitable. Matéo a toujours été super prudent, limite parano et on... Que feriez-vous de votre journée si on vous annonçait que c'était la dernière? Peu après minuit, Matéo et Rufus reçoivent un terrible appel du DeathCast, leur annonçant qu'ils mourront le jour même. Les deux garçons ne savent ni quand, ni comment, mais si il y a bien une chose dont ils sont certains, c'est qu'ils n'y échapperont pas. Désemparés, ils s'accrochent à leurs derniers instants sur Terre. Tous deux inscrits sur l'appli Derniers Amis, Matéo et Rufus se mettent d'accord pour se rencontrer et vivre leurs toutes dernières heures ensemble. Je ne savais absolument pas à quoi m'attendre avec ce roman, si ce n'est un contexte particulièrement dramatique. Je ne m'attendais donc pas à cette belle histoire d'amitié, ni à tous ces petits moments précieux qu'ils vont vivre. Nous rencontrons deux jeunes garçons aux destins complètement foutus. Ils vont mourir dans les prochaines vingt-quatre heures et ils ne peuvent rien faire pour empêcher ça. Ce titre et ce destin tragique ne laisse pas le lecteur indifférent. On se met à leur place et on tente d'imaginer tout ce que ça remettrait en cause de savoir que la fin est imminente et inévitable. Matéo a toujours été super prudent, limite parano et on réalise qu'il a finalement raté les occasions de vivre réellement. C'est un personnage qui manque d'assurance, d'audace, qui vit un peu dans sa bulle. Mais il est surtout ce garçon profondément gentil et généreux qu'on prend plaisir à découvrir au fil des pages. Rufus, quant à lui, est un garçon un peu rebelle. Il a déjà fait des conneries, il a déjà pris des risques. Nous voilà donc avec deux héros un peu écorchés par la vie, très différents, très complémentaires aussi. Ils se confient leurs peurs, leurs déceptions, leurs frustrations, leurs erreurs. Et inévitablement, on se met à aimer ces deux garçons pour l'influence positive qu'ils ont l'un sur l'autre ce jour-là. Le rythme de lecture est plutôt lent mais j'ai aimé suivre le déroulement de cette journée à travers des chapitres courts et différents points de vue (et pas seulement ceux des deux garçons mais aussi ceux de personnages totalement extérieurs). Les dernières vingt-quatre heures de nos héros s'écoulent doucement et on espère qu'elles ne seront ni trop sombres, ni trop noires, ni trop déchirantes. Je ne voulais pas d'un récit larmoyant et il n'en est pas un. Ils meurent tous les deux à la fin est un de ces romans qui nous fait réfléchir sur la direction que prend notre propre vie. Le message est simple, mais nécessaire. Verdict : On ne peut choisir sujet plus sombre que la mort. Pourtant, le récit est aussi beau que triste. Aussi lumineux que tragique. Nos deux héros s'accrochent à la vie et tentent de réaliser tout ce qui leur tient à cœur. Mateo et Rufus veulent se sentir vivants une dernière fois et ça nous touche en plein cœur. L'auteur nous rappelle simplement qu'on partira tous un jour. Alors autant vivre cette vie pour de vrai, pour ne pas avoir de regrets.
          Lire la suite
          En lire moins
        INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
        Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com

        Lisez maintenant, tout de suite !

        • Par Robert Laffont

          Les coups de cœur de l'été de l'équipe Robert Laffont

          Comme 80% des Français, vous emporterez sans doute dans vos valises un, voire plusieurs livres pour vous accompagner durant vos congés estivaux. Que vous partiez à la mer, à la montagne, en France, en Angleterre ou que vous restiez chez vous, les conseils de lecture de l'équipe Robert Laffont vous assureront de passer un super été !

          Lire l'article