Lisez! icon: Search engine
Et ils meurent tous les deux à la fin
Constance de Mascureau (traduit par)
Collection : Collection R
Date de parution : 24/05/2018
Éditeurs :
Robert Laffont

Et ils meurent tous les deux à la fin

Constance de Mascureau (traduit par)
Collection : Collection R
Date de parution : 24/05/2018
« Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l’équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ? »

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami...

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus...

Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

« Sublime et envoûtant ! » Lauren OLIVER, auteure de Before I Fall

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221218235
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 414
Format : 135 x 215 mm
EAN : 9782221218235
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 414
Format : 135 x 215 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Jahyra 24/02/2024
    Le postulat de départ est très original, il faut dire que c'est assez rare qu'un livre proclame sur sa couverture ce qu'il s'y passe en toute fin! Même si ça rejoint mon avis sur le fait que c'est le chemin qui est plus important que la finalité, ça en déconcertera plus d'un. L'alternance des points de vue de l'un à l'autre des personnages principaux (entrecoupés parfois de quelques autres protagonistes survenant dans l'histoire) est très vivant, même si j'ai conscience que c'est quelque chose qui perturbe beaucoup de lecteurs. Si j'aime personnellement le changement de narrateur, je trouve toutefois que l'introspection aurait pu être un peu plus poussée, mais il ne faut pas oublier que les héros sont très jeunes (à la lisière de la majorité). L'écriture est assez classique, juste ce qu'il faut pour se lire vite, mais juste en dessous du scolaire, et le plus dommage dans tout ça, c'est l'ajout d'expression "pour faire jeune" qui arrivent comme un cheveu sur la soupe et cassent l'émotion du moment, dont ce livre regorge tout de même.Le pire de tous étant ce "wesh" qui apparaît soudainement et vous fait immédiatement sortir du récit. Problème d'écriture ou de traduction? Un peu des deux certainement, au vu de la globalité du roman. Le postulat de départ est très original, il faut dire que c'est assez rare qu'un livre proclame sur sa couverture ce qu'il s'y passe en toute fin! Même si ça rejoint mon avis sur le fait que c'est le chemin qui est plus important que la finalité, ça en déconcertera plus d'un. L'alternance des points de vue de l'un à l'autre des personnages principaux (entrecoupés parfois de quelques autres protagonistes survenant dans l'histoire) est très vivant, même si j'ai conscience que c'est quelque chose qui perturbe beaucoup de lecteurs. Si j'aime personnellement le changement de narrateur, je trouve toutefois que l'introspection aurait pu être un peu plus poussée, mais il ne faut pas oublier que les héros sont très jeunes (à la lisière de la majorité). L'écriture est assez classique, juste ce qu'il faut pour se lire vite, mais juste en dessous du scolaire, et le plus dommage dans tout ça, c'est l'ajout d'expression "pour faire jeune" qui arrivent comme un cheveu sur la soupe et cassent l'émotion du moment, dont ce livre regorge tout de même.Le pire de tous étant ce "wesh" qui apparaît soudainement et vous fait immédiatement sortir du récit. Problème d'écriture ou de traduction? Un peu des deux...
    Lire la suite
    En lire moins
  • lauuuryyyn 22/02/2024
    Le titre pousse à la contestation. Lettre après lettres, mots après mots, page après pages on sourit, on rit, on s’enthousiasme à contempler le bonheur dont jouissent les personnages. « Et ils meurent tous les deux à la fin » nous encourage grandement à appliquer à notre propre vie Carpe Diem.
  • JuEtLi 02/02/2024
    OK, j'ai perdu le pari. On parlait des livres qui vendent la fin dès le début, dans les premières pages ou dans le titre, et je disais que souvent ils m'ennuyaient et que je les abandonnais: mon amie a parié qu'elle m'en trouverait un qui me ferait démentir publiquement. Ben voilà: c'est fait. Donc ce livre dont le titre annonce la fin et qui de plus s'adresse à des ados - donc pas ma catégorie - m'a beaucoup plu finalement. C'est une histoire toute simple: une firme annonce à minuit à des milliers de personnes qu'elles vont mourir avant la fin de la journée. Rufus et Matéo, dix-sept ans, reçoivent l'annonce et au lieu de partir en croisade contre le reste du monde (ce qui arriverait fatalement si on était dans American Nightmare, mais je m'égare), ils cherchent du réconfort dans une appli "dernier ami" et se rencontrent, passent la journée ensemble, bons et mauvais moments, s'aiment et meurent à la fin. Excellente histoire pour autant, écrite avec beaucoup de sensibilité sans sensiblerie, et si effectivement, c'est pas la comédie du siècle - sans divulgâcher, j'ai pas trop rigolé... - je me suis beaucoup attachée aux deux gamins, qui ne se résignent pas mais ne se rebellent pas non plus, bref, qui vivent leur dernier jour avec beaucoup de maturité, et s'ouvrent enfin au monde et à l'amour, ce qu'ils n'avaient jamais fait du temps où ils avaient le temps. Une petite leçon de vie au passage.OK, j'ai perdu le pari. On parlait des livres qui vendent la fin dès le début, dans les premières pages ou dans le titre, et je disais que souvent ils m'ennuyaient et que je les abandonnais: mon amie a parié qu'elle m'en trouverait un qui me ferait démentir publiquement. Ben voilà: c'est fait. Donc ce livre dont le titre annonce la fin et qui de plus s'adresse à des ados - donc pas ma catégorie - m'a beaucoup plu finalement. C'est une histoire toute simple: une firme annonce à minuit à des milliers de personnes qu'elles vont mourir avant la fin de la journée. Rufus et Matéo, dix-sept ans, reçoivent l'annonce et au lieu de partir en croisade contre le reste du monde (ce qui arriverait fatalement si on était dans American Nightmare, mais je m'égare), ils cherchent du réconfort dans une appli "dernier ami" et se rencontrent, passent la journée ensemble, bons et mauvais moments, s'aiment et meurent à la fin. Excellente histoire pour autant, écrite avec beaucoup de sensibilité sans sensiblerie, et si effectivement, c'est pas la comédie du siècle - sans divulgâcher, j'ai pas trop rigolé... - je me suis beaucoup attachée aux deux gamins, qui ne se résignent pas...
    Lire la suite
    En lire moins
  • marinebgn 02/02/2024
    Moi qui n’aime pas savoir la fin des livres j’ai sûrement pas choisie la meilleur livre pour moi. En effet le titre est plutôt équivoque il me semble Dans ce livre on suit l’histoire de Mathéo et Rufus. Ils vivent dans un monde utopiques où dans la nuit de leurs dernière journée il recevaient un appel de death-cast prévenant leurs décès prochain. Les personnes qui vivent leurs derniers jour s’appelle « daker » Ces deux personnages sont comme vous l’auriez compris des dakers. On suit dans cette histoire leur dernière journée. Ils vont se rencontrer grâce à une application «  le dernier ami ». Ils se donnent donc comme objectif de vivre toute une vie en une seule journée. Que dire. Ce livre m’a bouleversée. C’est vraiment un livre magnifique. Je l’ai adorée. La fin est plutôt bouleversées même si je m’y attendais #x1f605
  • Mateiva 22/01/2024
    Un véritable coup d’amour pour ce roman terriblement beau et effrayant. Je ne saurais vous dire pourquoi, même si au fond de moi je sais, mais j’ai aimé profondément cette histoire. J’ai pleuré, pleuré, pleuré. Tant d’émotions se sont bousculées, tant d’amour, de peur, de frayeur. Tant de douceur. Tant de malheur. Une histoire originale, même si on sait par le titre la finalité, un côté futuriste mais qui se passe en 2017. Une application. Un appel. Un rendez-vous : celui de votre mort. Vous connaissez le jour, jour de l’appel. Mais ni quand exactement, ni comment. Il vous reste une journée à vivre. Que feriez-vous ? C’est ce que raconte l’auteur, la journée de deux jeunes garçons dont les heures sont comptées. Une course contre la mort. Une course pour vivre. Vivre à fond. Profiter. Sans regret. Pages après pages, Mateo et Rufus se dévoilent, se découvrent. Leurs peurs, leurs espoirs, leurs regrets. Nous rencontrons aussi leur entourage, famille. Chaque personne est impactée. Chaque personne est attachante. Ça crève le cœur. Un récit où la vie est omniprésente, ce précieux cadeau qu’il faut chérir, apprivoiser et dont il ne faut perdre aucune seconde. Oser, dire, faire. Aimer. Alors oui, rien de suspens, d’événements incroyables, mais un roman extrêmement touchant, comme ses personnages, bourré de tendresse, d’humilité, avec des chapitres courts, faciles à lire. Une ode à la vie. À soi. C’est tout simplement beau. Vibrant. La plume est enivrante, fluide, simple mais avec des accords de mots percutants, qui frappent en plein cœur, un torrent d’émotions. De larmes. De sourires. En bref, un roman coup d’amour, et même plus, qui m’a fait trembler le cœur à chaque mot. Il m’a profondément bouleversée et marquée. J’ai aimé ces deux garçons. Leur façon d’appréhender l’échéance, leur destin. Tant d’amour. Tant de beauté. Tant de vérité. Profitez de la vie tant qu’il est temps. Juste merci pour ça.Un véritable coup d’amour pour ce roman terriblement beau et effrayant. Je ne saurais vous dire pourquoi, même si au fond de moi je sais, mais j’ai aimé profondément cette histoire. J’ai pleuré, pleuré, pleuré. Tant d’émotions se sont bousculées, tant d’amour, de peur, de frayeur. Tant de douceur. Tant de malheur. Une histoire originale, même si on sait par le titre la finalité, un côté futuriste mais qui se passe en 2017. Une application. Un appel. Un rendez-vous : celui de votre mort. Vous connaissez le jour, jour de l’appel. Mais ni quand exactement, ni comment. Il vous reste une journée à vivre. Que feriez-vous ? C’est ce que raconte l’auteur, la journée de deux jeunes garçons dont les heures sont comptées. Une course contre la mort. Une course pour vivre. Vivre à fond. Profiter. Sans regret. Pages après pages, Mateo et Rufus se dévoilent, se découvrent. Leurs peurs, leurs espoirs, leurs regrets. Nous rencontrons aussi leur entourage, famille. Chaque personne est impactée. Chaque personne est attachante. Ça crève le cœur. Un récit où la vie est omniprésente, ce précieux cadeau qu’il faut chérir, apprivoiser et dont il ne faut perdre aucune seconde. Oser, dire, faire. Aimer. Alors oui, rien de...
    Lire la suite
    En lire moins

les contenus multimédias

INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

Lisez maintenant, tout de suite !