RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Et ils meurent tous les deux à la fin

            Robert Laffont
            EAN : 9782221218235
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 414
            Format : 135 x 215 mm
            Et ils meurent tous les deux à la fin

            Constance de MASCUREAU (Traducteur)
            Collection : Collection R
            Date de parution : 24/05/2018
            « Nous sommes au regret de vous informer que vous allez être frappé par une mort prématurée dans les prochaines vingt-quatre heures. Toute l’équipe de Death-Cast est sincèrement désolée de vous perdre. Vivez pleinement cette journée, ok ? »

            Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus...

            Le 5 septembre, un peu après minuit, Mateo et Rufus reçoivent chacun le funeste appel. Ils ne se connaissent pas, mais cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour fi nal. Heureusement, il existe aussi une appli pour ça, Le Dernier Ami. Grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée.

            « Sublime et envoûtant ! » Lauren OLIVER, auteure de Before I Fall

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221218235
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 414
            Format : 135 x 215 mm
            Robert Laffont
            17.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Sophielit Posté le 5 Décembre 2018
              «#8201;Je pense sincèrement qu’on devrait commencer à vivre notre vie le plus tôt possible.#8201;» C’est ce qu’écrit Adam Silvera en préface à ce roman et c’est l’impression qui reste une fois qu’on termine le récit. Parce que personne ne nous appellera pour nous avertir de la fin imminente comme c’est le cas ici avec cette société dont on ne sait finalement pas grand-chose, si ce n’est qu’elle ne se trompe jamais (et que ceux qui y travaillent ont vraiment un sale boulot). C’est le type de roman qui vous bouleverse ou vous laisse froid. C’est un récit étrange, assez lent, qui divertit, mais fait aussi émerger de nombreuses pensées. Devant le récit de Mateo et Rufus, difficile de ne pas penser à sa propre vie. Aux conséquences de nos actions. À notre façon bien à nous d’affronter notre vie. Les deux personnages sont en effet aux antipodes : l’un est peureux, a peur que sortir de son appartement le fasse mourir – tout comme d’y rester d’ailleurs –, l’autre est impulsif, intense, violent par moment. Mais leurs différences leur permettent justement de trouver un équilibre. Jusqu’à la fin… qu’on ne peut pas éviter. Le dernier quart est particulièrement émouvant. Il n’y... «#8201;Je pense sincèrement qu’on devrait commencer à vivre notre vie le plus tôt possible.#8201;» C’est ce qu’écrit Adam Silvera en préface à ce roman et c’est l’impression qui reste une fois qu’on termine le récit. Parce que personne ne nous appellera pour nous avertir de la fin imminente comme c’est le cas ici avec cette société dont on ne sait finalement pas grand-chose, si ce n’est qu’elle ne se trompe jamais (et que ceux qui y travaillent ont vraiment un sale boulot). C’est le type de roman qui vous bouleverse ou vous laisse froid. C’est un récit étrange, assez lent, qui divertit, mais fait aussi émerger de nombreuses pensées. Devant le récit de Mateo et Rufus, difficile de ne pas penser à sa propre vie. Aux conséquences de nos actions. À notre façon bien à nous d’affronter notre vie. Les deux personnages sont en effet aux antipodes : l’un est peureux, a peur que sortir de son appartement le fasse mourir – tout comme d’y rester d’ailleurs –, l’autre est impulsif, intense, violent par moment. Mais leurs différences leur permettent justement de trouver un équilibre. Jusqu’à la fin… qu’on ne peut pas éviter. Le dernier quart est particulièrement émouvant. Il n’y a pas de magie, tout est annoncé dès le départ, mais… préparez des mouchoirs.
              Lire la suite
              En lire moins
            • loudu76 Posté le 18 Novembre 2018
              Ce livre. A brisé. Mon coeur. Si vous aimez ressentir beaucoup d'émotions, ce roman est fait pour vous ! Dans une société où on connaît à l'avance quand les gens meurent, Death-Cast appelle chaque nuit les personnes qui décéderont dans les 24 heures pour qu'ils puissent vivre leur dernière journée à fond. On ne sait pas comment ni à quelle heure cela se passera, seulement que ça va arriver. On suit donc Mateo et Rufus à partir du moment où ils reçoivent l'appel de Death-Cast. Le premier est comme toujours cloîtré chez lui, le second est en train de frapper un autre garçon dans la rue. Sans personne à leurs côtés pour vivre cette dernière journée, ils décident tous deux de s'inscrire sur l'application The Last Friend, et passent le temps qu'il leur reste ensemble. Péripéties, angoisse, tristesse, chamboulement... Vont-ils réussir à faire leurs derniers adieux et vivre au maximum ? Malgré un récit qui se déroule lentement, j'ai été complètement captivée dés le début de roman. J'ai ressenti beaucoup d'émotions et j'ai eu énormément de mal à m'en remettre... C'est le genre de livre qui te marque et auquel tu penses des semaines après l'avoir lu. Adam Silvera nous apprend à connaître Rufus et Mateo... Ce livre. A brisé. Mon coeur. Si vous aimez ressentir beaucoup d'émotions, ce roman est fait pour vous ! Dans une société où on connaît à l'avance quand les gens meurent, Death-Cast appelle chaque nuit les personnes qui décéderont dans les 24 heures pour qu'ils puissent vivre leur dernière journée à fond. On ne sait pas comment ni à quelle heure cela se passera, seulement que ça va arriver. On suit donc Mateo et Rufus à partir du moment où ils reçoivent l'appel de Death-Cast. Le premier est comme toujours cloîtré chez lui, le second est en train de frapper un autre garçon dans la rue. Sans personne à leurs côtés pour vivre cette dernière journée, ils décident tous deux de s'inscrire sur l'application The Last Friend, et passent le temps qu'il leur reste ensemble. Péripéties, angoisse, tristesse, chamboulement... Vont-ils réussir à faire leurs derniers adieux et vivre au maximum ? Malgré un récit qui se déroule lentement, j'ai été complètement captivée dés le début de roman. J'ai ressenti beaucoup d'émotions et j'ai eu énormément de mal à m'en remettre... C'est le genre de livre qui te marque et auquel tu penses des semaines après l'avoir lu. Adam Silvera nous apprend à connaître Rufus et Mateo en une journée, à explorer leur personnalité et leur histoire. Le rythme est très prenant et on a tout au long de l'histoire de nouvelles informations qui captivent d'autant plus le lecteur. Les personnages sont bien représentés. J'ai adoré suivre leur évolution : malgré la courte période durant laquelle on apprend à les connaître, je suis sortie de cette oeuvre plus proche que jamais d'eux, comme si je les connaissais intimement, et j'ai adoré ce sentiment. On suit leurs questionnements, leurs dernières activités, leurs derniers regrets, et j'avais l'impression d'être à leur place. Leur rapprochement m'a énormément touchée, j'ai trouvé que tout arrivait au bon moment et de la bonne manière. Je me suis particulièrement bien identifiée à Mateo, avec qui je partage énormément de points communs. J'en suis même venue à me poser des questions sur moi, et pour ça je remercie infiniment l'auteur. Il nous donne l'opportunité de réaliser certaines choses sur la vie, et de vouloir en changer des aspects. La fin. Rien que d'écrire ces mots, je sens une envie irrépressible de fondre en larmes. Brutale. Inattendue. Je n'en dirais pas plus, à part qu'en refermant le livre, j'étais prise de sanglots. Impossible de m'arrêter, de diminuer la douleur que j'ai ressentie. Plus qu'une fiction, ce livre m'a beaucoup parlé mais aussi chamboulée. Je ne m'attendais pas à ce tumulte d'émotions, et je peux vous affirmer que They Both Die at the End fait partie de mes 5 meilleures lectures de 2018. Qu'attendez-vous pour le lire ?! Bonne lecture ! Lou
              Lire la suite
              En lire moins
            • Minimouthlit Posté le 3 Novembre 2018
              J’ai vraiment du mal à commencer cette critique tellement les pensées s’entrechoquent dans ma tête. J’ai tout bonnement adoré ce roman et je ne sais par où commencer pour vous expliquer pourquoi. J’ai juste envie d’écrire en lettres majuscules et épaisses que ce livre est une véritable bombe et que vous devez absolument vous le procurer, avec une boîte de kleenex sur le côté, bien évidemment ! Parce que oui, vous allez pleurer. C’est inévitable, tout comme le sort des deux protagonistes. Ce roman est véritable roller-coaster émotionnel du début à la fin. On s’attache rapidement à Rufus et Matéo et à leur relation qui évolue et se renforce rapidement. On a le cœur serré en constatant à quel point ces deux garçons sont complémentaires et auraient eu besoin l’un de l’autre tout au long de leur vie, alors qu’il ne leur reste plus que quelques heures avant de mourir. Clairement, c’est la rencontre de leur vie pour tous les deux, mais elle arrive bien trop tard. D’un côté, Rufus arrive à pousser Matéo en-dehors de sa zone de confort, lui qui est si anxieux et si prudent. D’un autre, Matéo réussit à aider Rufus à confronter les colères et les... J’ai vraiment du mal à commencer cette critique tellement les pensées s’entrechoquent dans ma tête. J’ai tout bonnement adoré ce roman et je ne sais par où commencer pour vous expliquer pourquoi. J’ai juste envie d’écrire en lettres majuscules et épaisses que ce livre est une véritable bombe et que vous devez absolument vous le procurer, avec une boîte de kleenex sur le côté, bien évidemment ! Parce que oui, vous allez pleurer. C’est inévitable, tout comme le sort des deux protagonistes. Ce roman est véritable roller-coaster émotionnel du début à la fin. On s’attache rapidement à Rufus et Matéo et à leur relation qui évolue et se renforce rapidement. On a le cœur serré en constatant à quel point ces deux garçons sont complémentaires et auraient eu besoin l’un de l’autre tout au long de leur vie, alors qu’il ne leur reste plus que quelques heures avant de mourir. Clairement, c’est la rencontre de leur vie pour tous les deux, mais elle arrive bien trop tard. D’un côté, Rufus arrive à pousser Matéo en-dehors de sa zone de confort, lui qui est si anxieux et si prudent. D’un autre, Matéo réussit à aider Rufus à confronter les colères et les regrets qui le hantent. C’est une relation belle, profonde, tragique. Et puis, alors que les larmes viennent, on sent aussi la tension monter. Plus on se rapproche des dernières pages, plus on est angoissé, car on sait pertinemment que ça va arriver, qu’ils n’en réchapperont pas. Ainsi, au fur et à mesure que les heures passe, on s’imagine mille-et-un scénarios qui pourraient les conduire à leur mort. Mourront-ils ensemble ? Leur rencontre est-elle la cause de leur mort prochaine ? Vont-ils être assassinés, mourir dans un accident ? Auront-ils seulement toute une journée ? Plus vous approcherez de la fin, plus vous aurez du mal à faire une pause dans votre lecture tellement vous aurez besoin de connaître le dénouement final. À côté de ça, le roman est à la fois profondément glauque, mais réaliste. En insérant plusieurs autres personnages, qui n’ont pas forcément un lien avec la trame principale du récit, Adam Silvera nous permet d’avoir un aperçu plus large de Death-Cast, de son fonctionnement et de ses conséquences. On constate ainsi tout le côté extrêmement commercial du Jour Final. Ainsi, les restaurants et les musées font des promotions spéciales pour les Deckers et les applications pour smartphone allant du Tinder pour coucher avec un condamné jusqu’aux sites de revente d’objets prolifèrent. Il existe même des centres pour expérimenter des activités comme des sauts en parachutes ou des voyages en réalité virtuelle… À nouveau, à prix réduit pour les Deckers. Ce ne sont que des exemples, très softs, parmi tant d’autres, mais une chose est sûre : il y a de l’argent à faire avec les Deckers et tout le monde en profite, surtout que ces derniers n’ont plus rien à perdre et n’hésitent pas à dépenser facilement. Et puis, c’est sans parler de l’instant où c’est une célébrité qui reçoit l’alerte ! Alors là, les journalistes se battent pour obtenir l’ultime interview qui grossira les ventes de leur magazine ! D’ailleurs, avec tout cet aspect commercial qui se développe autour de Death-Cast, on vient à se demander si ce n’était pas le but premier de cette entreprise… Et ils meurent tous les deux à la fin est donc une véritable fable sur le fait de vivre sa vie pleinement et de ne pas hésiter à aller à la rencontre de l’autre. C’est toutefois également une lecture qui fait réfléchir sur notre société et ses travers. Je disais plus haut que le roman était glauque, mais réaliste. En effet, le côté commercial autour du Jour Final m’a choquée, mais il ne m’a pas surprise. Je suis persuadé que ça se passerait exactement comme ça. En tout cas, c’est une de ces lectures qui marquent. Je pense d’ailleurs ne plus avoir été aussi touchée par un roman depuis Nos étoiles contraires de John Green et pourtant, qu’est-ce qu’il m’avait fait pleurer celui-là aussi ! Bref, vous l’aurez compris : c’est un vrai bijou de littérature ado. Personnellement, j’attends avec impatience le nouveau Adam Silvera qui paraîtra également chez R-Jeunesse cette année.
              Lire la suite
              En lire moins
            • les_lectures_de_rana Posté le 26 Octobre 2018
              Imaginez-vous un futur proche dans lequel, chaque nuit, de minuit à trois heures du matin, les services de Death Cast s’occupent d’appeler les personnes sur le point de subir une mort imminente dans les prochaines 24 heures. C’est dans cet univers totalement original que l’auteur nous emmène, puisqu’on suit Rufus et Mateo, deux adolescents de 17 ans qui reçoivent un appel durant la nuit du 5 septembre, leur annonçant qu’ils s’apprêtent à vivre leur Jour Final. Ces derniers n’auraient jamais pu se connaître car tout les oppose, pourtant, ils décident de se rencontrer grâce à l’application du Dernier Ami, et ensemble, ils vont tenter de vivre toute une vie en une journée. Je vous avoue qu’en commençant ce roman, j’avais un petit peu peur ne pas l’aimer, contrairement à tous les avis positifs que j’ai entendus. Mais dès le début, j’ai été conquise par la plume de l’auteur, et la sensibilité des personnages. De plus, l’univers créé est très original, même si j’aurais bien aimé avoir quelques précisions : comment l’association de Death Cast s’organise-t-elle afin de savoir qu’un individu va mourir ? Qui est à la tête de cette association ? Des petits éléments qui ne m’ont pourtant pas gênée... Imaginez-vous un futur proche dans lequel, chaque nuit, de minuit à trois heures du matin, les services de Death Cast s’occupent d’appeler les personnes sur le point de subir une mort imminente dans les prochaines 24 heures. C’est dans cet univers totalement original que l’auteur nous emmène, puisqu’on suit Rufus et Mateo, deux adolescents de 17 ans qui reçoivent un appel durant la nuit du 5 septembre, leur annonçant qu’ils s’apprêtent à vivre leur Jour Final. Ces derniers n’auraient jamais pu se connaître car tout les oppose, pourtant, ils décident de se rencontrer grâce à l’application du Dernier Ami, et ensemble, ils vont tenter de vivre toute une vie en une journée. Je vous avoue qu’en commençant ce roman, j’avais un petit peu peur ne pas l’aimer, contrairement à tous les avis positifs que j’ai entendus. Mais dès le début, j’ai été conquise par la plume de l’auteur, et la sensibilité des personnages. De plus, l’univers créé est très original, même si j’aurais bien aimé avoir quelques précisions : comment l’association de Death Cast s’organise-t-elle afin de savoir qu’un individu va mourir ? Qui est à la tête de cette association ? Des petits éléments qui ne m’ont pourtant pas gênée dans ma lecture, puisqu’elle était magnifique, poignante, captivante. L’auteur est même parvenu à me faire verser quelques larmes…
              Lire la suite
              En lire moins
            • Mirabilia Posté le 11 Octobre 2018
              Ils reçoivent tous les deux l’alerte qui leur annonce qu’il s’agit aujourd’hui de leur dernier jour à vivre. Et ils vont se rencontrer pour cette dernière journée. Les lecteurs qui ont la détestable habitude de lire la fin d’un livre dès le début ne devraient vraiment pas agir de la sorte avec ce roman. Car, bien sûr, on ne peut que s’interroger sur cette fin, que l’on désire plus que tout lire durant ces 400 pages. Et puis l’envie change. Finalement, pourquoi être si pressé de lire le dénouement ? Pourquoi ne pas savourer sa lecture à chaque page ? L’auteur réussit alors ce tour de force : faire passer son message au sein même de sa narration. Bien sûr, il faut ensuite savourer chaque jour comme le dernier, comme si chaque journée créait un roman unique, extraordinaire et remarquable. Et aussi, l’amour est au cœur des pages, ajoutant encore plus d’intensité au récit. Une lecture forte, drôle et passionnante : très réussie.
            INSCRIVEZ-VOUS À LA #NEWSR !
            Lire est votre passion ? Vous êtes fan de Young Adult ? Vous voulez découvrir les coulisses de la Collection R ? Alors N'hésitez plus ! Inscrivez-vous à notre #NewsR ! On vous réserve plein de surprises :-)

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              10 livres à glisser dans la valise de votre ado cet été

              Des petits et des gros mensonges, des coeurs brisés, des drames qui se nouent, des petites vengeances, mais aussi de l'humour, des personnages irrésistibles et une touche de futurisme... Petit florilège des livres à offrir à votre ado avant son départ en vacances.

              Lire l'article
            • Par Robert Laffont

              Les coups de cœur de l'été de l'équipe Robert Laffont

              Comme 80% des Français, vous emporterez sans doute dans vos valises un, voire plusieurs livres pour vous accompagner durant vos congés estivaux. Que vous partiez à la mer, à la montagne, en France, en Angleterre ou que vous restiez chez vous, les conseils de lecture de l'équipe Robert Laffont vous assureront de passer un super été !

              Lire l'article