RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Et soudain, la liberté - Grand prix des lycéennes ELLE

            Les Escales
            EAN : 9782365693073
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 448
            Format : 140 x 225 mm
            Et soudain, la liberté - Grand prix des lycéennes ELLE

            ,

            Collection : Domaine français
            Date de parution : 31/08/2017
            Une incroyable traversée du XXe siècle : l’histoire romancée d’Evelyne Pisier et de sa mère, deux femmes puissantes en quête de liberté.
            Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste,... Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.
            À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovaryse. Jusqu’au jour où elle lit Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. C’est la naissance d’une conscience, le début de la liberté.
            De retour en France, divorcée et indépendante, Mona entraîne sa fille dans ses combats féministes : droit à l’avortement et à la libération sexuelle, égalité entre les hommes et les femmes. À cela s’ajoute la lutte pour la libération nationale des peuples. Dès lors, Lucie n’a qu’un rêve : partir à Cuba. Elle ne sait pas encore qu’elle y fera la rencontre d’un certain Fidel Castro...
             
            Et soudain, la liberté, c’est aussi l’histoire d’un roman qui s’écrit dans le silence, tâtonne parfois, affronte le vide. Le portrait d’une rencontre entre Evelyne Pisier et son éditrice, Caroline Laurent – un coup de foudre amical, plus fou que la fiction. Tout aurait pu s’arrêter en février 2017, au décès d’Evelyne. Rien ne s’arrêtera : par-delà la mort, une promesse les unit.
             
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782365693073
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 448
            Format : 140 x 225 mm
            Les Escales
            19.90 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Merci infiniment pour ce livre, ces vies partagées, ces femmes si poignantes dans leurs forces et leurs faiblesses, pour cette traversée d'un passé à la fois si proche et si lointain. Je me suis sentie très vivante à la lecture de ce roman. J'ai été émue aussi. L'idée de mettre en miroir le reflet intime, émotionnel, générationnel et féminin que renvoyait l'histoire d'Evelyne (j'ai envie de l'appeler par son prénom) et de sa mère à Caroline, puisque ni l'une ni l'autre n'étaient plus là pour l'accompagner dans l'écriture, cette idée donc, est d'une justesse et d'une intelligence formidable. »
            Librairie Coiffard - Nantes - 44

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Enell Posté le 3 Mars 2019
              Caroline Laurent est l’éditrice d’Evelyne Pisier. Elles ont un projet en cours : Evelyne va raconter la vie de sa mère. La vie en décidera autrement : Evelyne décède. Caroline décide mener à bien le projet, seule. Deux parties enchevêtrées dans ce livre : la vie romancée de la mère d’une part, le travail d’écriture de Caroline Laurent de l’autre, avec ses doutes littéraires et amicaux. Un livre bien écrit, émouvant, profond et original.
            • Afleurdelivres Posté le 1 Mars 2019
              Grandiose! Point de départ : un manuscrit. Le projet d’un récit autobiographique, celui d’Evelyne Pisier, cette femme d’exception, agrégée de droit public, écrivaine, politologue, féministe engagée, révolutionnaire. Puis vient la rencontre. Pas de ces rencontres superficielles, non, une de celles qui modifient le cours de votre vie. Un coup de foudre amical entre elle et son éditrice Caroline Laurent avec laquelle elle décide de co-écrire le livre afin qu’il devienne fiction. Tout bascule avec la disparition soudaine d’Evelyne alors que le roman est inachevé. Son amie devra en poursuivre seule son écriture. Et c’est une parfaite réussite, avec une plume d’une beauté inouïe elle nous offre des récits enchâssés : d’une part on accompagne la trajectoire intergénérationnelle de femmes combatives (Évelyne et sa mère) issues d’un milieu conservateur, aux idées rétrogrades, sous domination patriarcale, vers une lente émancipation en adéquation avec les luttes de leur époque (avortement, homosexualité…) D’autre part la genèse du roman avec les questionnements incessants de la jeune éditrice, son angoisse de ne pas être à la hauteur, de trahir malgré soi. Et surtout une remontée à la surface par un jeu de miroirs de certains de ses souvenirs personnels lesquels font écho à leur tour au propre... Grandiose! Point de départ : un manuscrit. Le projet d’un récit autobiographique, celui d’Evelyne Pisier, cette femme d’exception, agrégée de droit public, écrivaine, politologue, féministe engagée, révolutionnaire. Puis vient la rencontre. Pas de ces rencontres superficielles, non, une de celles qui modifient le cours de votre vie. Un coup de foudre amical entre elle et son éditrice Caroline Laurent avec laquelle elle décide de co-écrire le livre afin qu’il devienne fiction. Tout bascule avec la disparition soudaine d’Evelyne alors que le roman est inachevé. Son amie devra en poursuivre seule son écriture. Et c’est une parfaite réussite, avec une plume d’une beauté inouïe elle nous offre des récits enchâssés : d’une part on accompagne la trajectoire intergénérationnelle de femmes combatives (Évelyne et sa mère) issues d’un milieu conservateur, aux idées rétrogrades, sous domination patriarcale, vers une lente émancipation en adéquation avec les luttes de leur époque (avortement, homosexualité…) D’autre part la genèse du roman avec les questionnements incessants de la jeune éditrice, son angoisse de ne pas être à la hauteur, de trahir malgré soi. Et surtout une remontée à la surface par un jeu de miroirs de certains de ses souvenirs personnels lesquels font écho à leur tour au propre vécu du lecteur. Le récit couvre une période de plus d’une cinquantaine d’années et on voyage de Saigon (guerre d’Indochine, emprisonnement d’Evelyne et sa mère dans le camp de concentration d’Hanoï) à Cuba (E. Pisier a été la maîtresse de Fidel Castro) en passant par Nouméa et la France de mai 68. Des destins de femmes fortes qui, de petits en grands combats, scient lentement les uns après les autres les barreaux qui font obstacles à la liberté, strient la vision de l’avenir et opacifient le champs des possibles pour aller vers une libération qui brisera les carcans, déliera les corps et les langues. Il est aussi question d’amours passionnels, d’aliénation à l’autre. Une véritable lumière, une pulsion de vie traverse ce roman : Évelyne ? Oui Évelyne, vivante.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Sayanne Posté le 15 Février 2019
              Voilà encore un ouvrage que j'ai découvert et lu grâce à Babelio, car je n'en avais jamais entendu parler. J'ai eu du mal au début à "rentrer" dans le récit, en raison de sa construction à 4 mains. Le livre commence finalement par la mort d'Evelyne Pisier et par ce passage de flambeau symbolique à Caroline Laurent. Cette dernière est dévastée par la mort de son amie et l'explique, mais comment ressentir de l'empathie quand on ne "connaît" pas encore le "personnage" de Lucie/Evelyne, puisque le livre vient de commencer. Du coup j'ai trouvé cela larmoyant. Le récit à proprement parler a ensuite démarré au Vietnam (pardon, en Indochine), et peu à peu, je me suis laissée entraîner. Fille de militaire, j'ai vécu dans des pays étrangers enfant, et même si l'époque et les continents n'étaient pas les mêmes, quelques notes ont résonné. J'ai beaucoup apprécié cette partie, avec la découverte du monde par Lucie "enfant" à travers son père et sa mère. Je me suis attachée à Mona, ses pulsions, ses oeillères, son caractère fantasque et romantique. J'ai aimé parcourir en même temps l'histoire de cette région. Peu à peu, je me suis mise à apprécier aussi les... Voilà encore un ouvrage que j'ai découvert et lu grâce à Babelio, car je n'en avais jamais entendu parler. J'ai eu du mal au début à "rentrer" dans le récit, en raison de sa construction à 4 mains. Le livre commence finalement par la mort d'Evelyne Pisier et par ce passage de flambeau symbolique à Caroline Laurent. Cette dernière est dévastée par la mort de son amie et l'explique, mais comment ressentir de l'empathie quand on ne "connaît" pas encore le "personnage" de Lucie/Evelyne, puisque le livre vient de commencer. Du coup j'ai trouvé cela larmoyant. Le récit à proprement parler a ensuite démarré au Vietnam (pardon, en Indochine), et peu à peu, je me suis laissée entraîner. Fille de militaire, j'ai vécu dans des pays étrangers enfant, et même si l'époque et les continents n'étaient pas les mêmes, quelques notes ont résonné. J'ai beaucoup apprécié cette partie, avec la découverte du monde par Lucie "enfant" à travers son père et sa mère. Je me suis attachée à Mona, ses pulsions, ses oeillères, son caractère fantasque et romantique. J'ai aimé parcourir en même temps l'histoire de cette région. Peu à peu, je me suis mise à apprécier aussi les interventions de Caroline Laurent, car elles apportaient de la profondeur, de la richesse, un éclairage sur la vie d'Evelyne. En renfermant le livre le charme a opéré, je suis très émue et reconnaissante envers ces deux femmes d'avoir pu lire cet ouvrage, qu'elles ont su composer et qui pour moi est une ode à la féminité et à la passion. Au cours de mon récit je suis allée glaner sur le net des renseignements sur Evelyne Pisier, des infos, des photos et je regrette de ne pas l'avoir "connue" avant. Je pense maintenant lire sa plume. En bref, je vous recommande ce livre et ce voyage à travers les époques et les sentiments.
              Lire la suite
              En lire moins
            • cdezingues Posté le 15 Février 2019
              Une jolie histoire, une démarche littéraire très intéressante, mais quelques maladresses dans l'ecriture. Avec un récit aussi fort, il faut que la plume soit au rendez-vous.
            • MuseaUranie Posté le 10 Janvier 2019
              Lors de sa sortie, Et soudain La liberté ne me tentait pas du tout, mais vraiment pas. J’avais un peu peur (ne me demandait pas pourquoi) de tomber sur une romance donc j’ai très vite oublié l’ouvrage. Et puis, il y a un mois, alors que je cherchais du féminisme à me mettre sous la dent, voilà qu’il ressort. Finalement, c’était peut-être le bon moment pour passer outre les idées que j’avais dessus et le soufflet médiatique était bien retombé depuis. Le roman parle de plusieurs femmes, Maud et Lucie bien entendu (des noms d’emprunt que j’ai beaucoup apprécié pour le respect de l’autrice envers ces femmes), mais aussi de Caroline elle-même, qui entrecoupe le récit de sa propre histoire et de sa quête du roman-hommage parfait. On y découvre des portraits d’une justesse inouïe dans une époque qui ne faisait pas de cadeaux aux femmes. On apprend à découvrir un contexte, celui des colonies au début pour l’une, d’un changement de politique et d’un amour surprenant presque dangereux pour l’autre. Caroline Laurent a su rendre justice à ces femmes et surtout cette femme qu’était Evelyne Pisier. Une femme forte, inspirante que la vie avait marquée. Et puis, il y a toute... Lors de sa sortie, Et soudain La liberté ne me tentait pas du tout, mais vraiment pas. J’avais un peu peur (ne me demandait pas pourquoi) de tomber sur une romance donc j’ai très vite oublié l’ouvrage. Et puis, il y a un mois, alors que je cherchais du féminisme à me mettre sous la dent, voilà qu’il ressort. Finalement, c’était peut-être le bon moment pour passer outre les idées que j’avais dessus et le soufflet médiatique était bien retombé depuis. Le roman parle de plusieurs femmes, Maud et Lucie bien entendu (des noms d’emprunt que j’ai beaucoup apprécié pour le respect de l’autrice envers ces femmes), mais aussi de Caroline elle-même, qui entrecoupe le récit de sa propre histoire et de sa quête du roman-hommage parfait. On y découvre des portraits d’une justesse inouïe dans une époque qui ne faisait pas de cadeaux aux femmes. On apprend à découvrir un contexte, celui des colonies au début pour l’une, d’un changement de politique et d’un amour surprenant presque dangereux pour l’autre. Caroline Laurent a su rendre justice à ces femmes et surtout cette femme qu’était Evelyne Pisier. Une femme forte, inspirante que la vie avait marquée. Et puis, il y a toute cette dimension des relations filiales. J’y ai souvent fait le parallèle avec ma propre mère et nos relations à la fois heureuse et difficile. Ce sont des relations complexes où parfois un événement ou un sentiment mineur peut être le début d’un conflit. J’ai aimé Maud autant que je l’ai détesté. Je l’ai aimé parce qu’elle a réussi à prendre sa vie en main et quitter son infâme mari sexiste et raciste. Parce qu’elle a réussi à mener un combat féministe et à aider les femmes à prendre en main leurs corps et leurs vies. Mais je l’ai aussi détesté parce qu’elle revenait toujours à lui, enchaînée à cet amour dévastateur. Est-ce que je peux réellement la juger ? Une chose est sûre, ces vies m’ont remuée et c’est par toutes ces émotions, que Caroline Laurent prouve qu’elle a su rester fidèle à la mémoire de Evelyne Pisier et qu’elle a réussi à transmettre ces vies colorées. Cela aurait été une belle erreur de passer à côté, car finalement, Et soudain la liberté est un hommage à ces femmes que la vie et les hommes ont marqués. Caroline Laurent écrit majestueusement les sentiments et les relations filiales compliquées.
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER LES ESCALES
            Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Lisez

              [Interview] Caroline Laurent, le livre qui a tout changé

              Révélation de la rentrée littéraire 2017, Caroline Laurent vient de remporter le Grand Prix des lycéennes ELLE pour Et soudain, la liberté, livre qui l’a fait passer d’éditrice à auteure. Elle revient sur la genèse d’un roman pas comme les autres, écrit à quatre mains avec Évelyne Pisier, décédée avant d’avoir pu mettre un point final à cette histoire.

              Lire l'article
            • Par Les Escales

              Le Grand Prix des lycéennes ELLE 2018 attribué à "Et soudain, la liberté"

              Nous sommes fiers et heureux de vous annoncer que le jury du Grand Prix des lycéennes ELLE 2018 vient de couronner Et soudain, la liberté, l’histoire romancée d’Evelyne Pisier et de sa mère, co-écrite avec son éditrice Caroline Laurent et publiée aux éditions Les Escales en août dernier.

              Lire l'article