Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714478757
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 225 mm

I am, I am, I am

Sarah TARDY (Traducteur)
Date de parution : 07/03/2019
Après le succès d’Assez de bleu dans le ciel, Maggie O’Farrell revient avec un nouveau tour de force littéraire. Poétique, subtile, intense, une œuvre à part qui nous parle tout à la fois de féminisme, de maternité, de violence, de peur et d’amour, portée par une construction vertigineuse. Une romancière à l’apogée de son talent.
Il y a ce cou, qui a manqué être étranglé par un violeur en Écosse.
Il y a ces poumons, qui ont cessé leur œuvre quelques instants dans l’eau glacée.
Il y a ce ventre, meurtri par les traumatismes de l’accouchement…

Dix-sept instants.
Dix-sept petites morts.
Dix-sept résurrections.

Je suis, je suis, je suis.
I am, I...
Il y a ce cou, qui a manqué être étranglé par un violeur en Écosse.
Il y a ces poumons, qui ont cessé leur œuvre quelques instants dans l’eau glacée.
Il y a ce ventre, meurtri par les traumatismes de l’accouchement…

Dix-sept instants.
Dix-sept petites morts.
Dix-sept résurrections.

Je suis, je suis, je suis.
I am, I am, I am.

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714478757
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 256
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

« Là où d’autres écrivains joueraient avec le papier, Maggie O’Farrell prend un arc et une flèche, et vise nos cœurs. »
The Times

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • angellinebibi Posté le 26 Janvier 2020
    Après le succès d' Assez de bleu dans le ciel, Maggie O'Farrell revient avec un nouveau tour de force littéraire. Poétique, subtile, intense, une œuvre à part qui nous parle tout à la fois de féminisme, de maternité, de violence, de peur et d'amour, portée par une construction vertigineuse. Il y a ce cou, qui a manqué être étranglé par un violeur en Écosse. Il y a ces poumons, qui ont cessé leur œuvre quelques instants dans l'eau glacée. Il y a ce ventre, meurtri par les traumatismes de l'accouchement... Dix-sept instants. Dix-sept petites morts. Dix-sept résurrections Chaque chapitre est intitulé avec une partie du corps différente: cou, ventre, poumons, etc. et chaque titre est illustré d'un dessin anatomique simple mais brillant qui correspond au récit. Un livre émouvant, personnel, qui ne laisse pas indifférent. J'ai adoré ce livre, si captivant et Maggie O'Farrell se livre à chaque chapitre sur un événement marquant de sa vie. Quel courage et quelle volonté surtout en frôlant la mort sous toute les formes. Une vie très mouvementée, je trouve cette femme courageuse et elle écrit sa biographie avec une telle force et ne mâche pas ses mots dans ses malheurs.
  • adrianalitunlivre Posté le 23 Janvier 2020
    Ce récit apporte un regard différent sur l’autobiographie . Comme on peut le voir dans le titre de la VO " I Am, I Am, I Am: Seventeen Brushes With Death" (Je suis,Je suis,Je suis :17 rencontres avec la mort) Maggie O'Farrell raconte son histoire de vie (elle n'avais que 45 ans quand elle a écrit ce livre) à travers 17 expériences de mort imminente. Chaque chapitre est intitulé avec une partie du corps différente: cou, ventre, poumons, etc. et chaque titre est illustré d'un dessin anatomique simple mais brillant qui correspond au récit. J'ai adoré l'écriture de l'autrice et elle a capturé chacun de ces événements de sa vie de façon vivante et magnifique ,tout en nous rappelant a quel point les expériences de mort imminente sont courantes et nous frôlent tout au long de notre vie sans que nous nous apercevons. C'est l'un de ces livres magiques que vous dévorez et que vous souhaitez ensuite transmettre à tous ceux que vous connaissez.
  • tantquilyauradeslivres Posté le 14 Janvier 2020
    C’est encore une fois à Eva que je dois cette belle découverte. Je n’avais pas remarqué ce livre et ne l’aurai probablement pas lu sans son coup de cœur. Pour une fois ce n’est pas un roman que nous propose Maggie O’Farrell mais une autobiographie présentée sous un angle original. A travers une quinzaine de courts récits sans ordre chronologique, elle évoque ses multiples rencontres avec la mort, de plus ou moins près : maladies, agressions, accidents, noyades,… J’ai beaucoup aimé découvrir ce récit de Maggie O’Farrell. Elle se livre avec beaucoup de sincérité et de pudeur à la fois, en nous racontant ces événements marquants de sa vie. Dans certains textes, elle décrit avec une certaine distance ses réactions, dans d’autres l’émotion est très présente. C’est notamment le cas de ceux où elle raconte la naissance de son fils, ses fausses couches successives ou la maladie neurologique qui lui a laissé d’importantes séquelles. Ces textes parlent de sa souffrance, mais aussi de sa révolte et sa colère contre le corps médical. Le comportement odieux et suffisant de l’obstétricien qui lui refuse une césarienne malgré ses antécédents médicaux, considérant sa demande comme un caprice, manquera lui coûter la vie. On parle... C’est encore une fois à Eva que je dois cette belle découverte. Je n’avais pas remarqué ce livre et ne l’aurai probablement pas lu sans son coup de cœur. Pour une fois ce n’est pas un roman que nous propose Maggie O’Farrell mais une autobiographie présentée sous un angle original. A travers une quinzaine de courts récits sans ordre chronologique, elle évoque ses multiples rencontres avec la mort, de plus ou moins près : maladies, agressions, accidents, noyades,… J’ai beaucoup aimé découvrir ce récit de Maggie O’Farrell. Elle se livre avec beaucoup de sincérité et de pudeur à la fois, en nous racontant ces événements marquants de sa vie. Dans certains textes, elle décrit avec une certaine distance ses réactions, dans d’autres l’émotion est très présente. C’est notamment le cas de ceux où elle raconte la naissance de son fils, ses fausses couches successives ou la maladie neurologique qui lui a laissé d’importantes séquelles. Ces textes parlent de sa souffrance, mais aussi de sa révolte et sa colère contre le corps médical. Le comportement odieux et suffisant de l’obstétricien qui lui refuse une césarienne malgré ses antécédents médicaux, considérant sa demande comme un caprice, manquera lui coûter la vie. On parle de plus en plus de violences obstétricales, cette histoire en est un exemple frappant et révoltant. J’ai également été touchée par sa souffrance d’enfant lorsqu’elle évoque le syndrome cérébelleux qui l’a atteinte à l’âge de 8 ans, son impuissance et son incompréhension face à ce corps qui ne lui obéit plus, son besoin de savoir face au silence des adultes et sa farouche volonté de vivre, de se réapproprier son corps. Mais le texte le plus vibrant est le dernier recueil, ce n’est pas la possibilité de sa propre mort qu’elle évoque, sa souffrance et les défaillances de son corps. Elle parle de sa fille, qui souffre d’un grave eczéma chronique et de nombreuses allergies. On y sent tout l’amour d’un parent pour son enfant, la détresse devant sa souffrance, la terreur de la perte. Je n’ai lu jusqu’ici qu’un seul roman de l’autrice, En cas de fortes chaleurs, que j’avais apprécié mais qui ne m’avait pas vraiment laissé une impression marquante. Cette fois au contraire, je suis saisie par le texte et l’écriture de Maggie O’Farrell. Si bien que je me suis empressée d’emprunter un autre de ses livres à la bibliothèque !
    Lire la suite
    En lire moins
  • musaraneus Posté le 12 Janvier 2020
    Maggie O Farell a croisé dix sept fois la grande faucheuse. Dix sept expériences, plus ou moins rapides, importantes, iminentes, mais toujours intenses, traumatisantes. Dix sept épisodes de sa vie d’enfant, de femme, de mère, qu’elle raconte ici, sans vraiment de chronologie (mais est-ce nécessaire ?). Un témoignage très original dans sa construction et dépeint dans une belle langue, vive, sensible, qui m’a beaucoup plu. Cependant la fin m’a laissé un peu essoufflée... toutes ces souffrances, tout ce stress, toutes ces expériences traumatisantes, c’est trop. Pour elle, évidemment, et quel courage, quelle force de caractère ! mais ce fut un peu trop pour moi également... Ceci étant, l’écriture m’a vraiment séduite et me donne très envie de poursuivre ma découverte de cette auteure, avec la lecture de ses romans, cette fois.
  • EmmanuelleCarpenter Posté le 27 Décembre 2019
    "I am, I am, I am" Maggie O'Farrell, 2019, Belfond Il s'agit de dix-sept tableaux vivants, indépendants les uns des autres, racontant une histoire à travers une partie du corps qui a failli entrainer la mort. Dix-sept petites descentes aux enfers, mais dix-sept retours à la vie. L'accouchement du premier enfant qui devient une menace de mort pour la mère et l'enfant parce que l'obstétricien prend la mère pour une snob qui ne veut pas accoucher par les voix naturelles; il lui refuse une césarienne. Le couteau sous la gorge pour quelques billets. Le cerveau qui sait qu'on a en face de soit le mal à l'état pur, que par la plus grande des audaces, la plus risquées des stratégies, on lui échappe. La prochaine jeune fille n'aura pas cette chance… La vague qui vous submerge, les poumons qui brûlent, les cailloux qui arrachent la peau. Et une fois rejetée sur le sable, personne n'a rien vu de votre combat pour survivre. … Maggie O'Farrell écrit ces dix-sept moments de vie autobiographiques d'une plume élégante et littéraire. Elle montre par ces courts récits qu'une vie passe vite, qu'une vie est fragile et qu'elle l'est d'autant plus quand on est une femme. Je viens de faire une rencontre avec... "I am, I am, I am" Maggie O'Farrell, 2019, Belfond Il s'agit de dix-sept tableaux vivants, indépendants les uns des autres, racontant une histoire à travers une partie du corps qui a failli entrainer la mort. Dix-sept petites descentes aux enfers, mais dix-sept retours à la vie. L'accouchement du premier enfant qui devient une menace de mort pour la mère et l'enfant parce que l'obstétricien prend la mère pour une snob qui ne veut pas accoucher par les voix naturelles; il lui refuse une césarienne. Le couteau sous la gorge pour quelques billets. Le cerveau qui sait qu'on a en face de soit le mal à l'état pur, que par la plus grande des audaces, la plus risquées des stratégies, on lui échappe. La prochaine jeune fille n'aura pas cette chance… La vague qui vous submerge, les poumons qui brûlent, les cailloux qui arrachent la peau. Et une fois rejetée sur le sable, personne n'a rien vu de votre combat pour survivre. … Maggie O'Farrell écrit ces dix-sept moments de vie autobiographiques d'une plume élégante et littéraire. Elle montre par ces courts récits qu'une vie passe vite, qu'une vie est fragile et qu'elle l'est d'autant plus quand on est une femme. Je viens de faire une rencontre avec une grande auteure et avec un récit pour le moins original. Vraiment, je recommande! Traduction Sarah Tardy
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Belfond
Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

Lisez maintenant, tout de suite !