Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355846977
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 140 x 220 mm
Nouveauté

Intuitions

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Date de parution : 05/11/2020
Rien ne sert de fermer les yeux.
Inspecteur aux homicides de Christchurch, Mitchell Logan est sur la piste de l’assassin d’une jeune femme, qu’il soupçonne d’être un tueur en série. Au moment de l’appréhender, Logan se fait tuer. Conformément à ses dernières volontés, un don d’organes permet à son fils adoptif, Joshua, 16 ans, de retrouver la vue.... Inspecteur aux homicides de Christchurch, Mitchell Logan est sur la piste de l’assassin d’une jeune femme, qu’il soupçonne d’être un tueur en série. Au moment de l’appréhender, Logan se fait tuer. Conformément à ses dernières volontés, un don d’organes permet à son fils adoptif, Joshua, 16 ans, de retrouver la vue. L’opération se déroule parfaitement mais Joshua devient vite la proie de mystérieuses visions. Les yeux qu’on lui a greffés auraient-ils une mémoire ? S’il est maintenant capable de voir le monde qui l’entoure, c’est dans des ténèbres beaucoup plus dangereuses qu’il va pénétrer en essayant de percer les secrets de l’inspecteur Logan et de mener à bien une enquête aux rebondissements incessants.

Prenant pour toile de fond la mémoire cellulaire, Paul Cleave nous propose un nouveau puzzle diabolique, aux pièces plus intrigantes et effrayantes les unes que les autres.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355846977
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 544
Format : 140 x 220 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Ophelien Posté le 14 Novembre 2020
    Joshua est un adolescent de 16 ans qui vient de perdre son père, Mitchell, inspecteur de police. Ce dernier s'est fait tuer alors qu'il enquêtait sur la disparition d'une jeune femme. Mais dans son malheur, Joshua qui est aveugle, va subir une opération car son père lui a laissé un dernier cadeau : ses yeux. Il va alors découvrir un nouveau monde rempli de couleurs et de nouvelles sensations, mais quelque chose cloche... Joshua fait des rêves étranges, et voit son propre père mourir, il voit des choses affreuses, se souvient d'événements qu'il n'a pourtant jamais vécus. C'est un bon thriller que nous avons là. Pas mal de sujets intéressants sont abordés : le don d'organes, l'éthique, la justice, la cécité. Des thèmes que je n'ai pas l'habitude de voir beaucoup d'habitude. Je me doutais de la tournure des événements mais j'ai quand même été surprise vers la fin du livre, donc c'est plutôt positif. Pas mal de rebondissements et surtout au milieu du bouquin je me suis dit : mais c'est la fin non ? On a toutes les réponses. Et en fait non, donc un bon twist de la part de l'auteur ! Je trouve la couverture très... Joshua est un adolescent de 16 ans qui vient de perdre son père, Mitchell, inspecteur de police. Ce dernier s'est fait tuer alors qu'il enquêtait sur la disparition d'une jeune femme. Mais dans son malheur, Joshua qui est aveugle, va subir une opération car son père lui a laissé un dernier cadeau : ses yeux. Il va alors découvrir un nouveau monde rempli de couleurs et de nouvelles sensations, mais quelque chose cloche... Joshua fait des rêves étranges, et voit son propre père mourir, il voit des choses affreuses, se souvient d'événements qu'il n'a pourtant jamais vécus. C'est un bon thriller que nous avons là. Pas mal de sujets intéressants sont abordés : le don d'organes, l'éthique, la justice, la cécité. Des thèmes que je n'ai pas l'habitude de voir beaucoup d'habitude. Je me doutais de la tournure des événements mais j'ai quand même été surprise vers la fin du livre, donc c'est plutôt positif. Pas mal de rebondissements et surtout au milieu du bouquin je me suis dit : mais c'est la fin non ? On a toutes les réponses. Et en fait non, donc un bon twist de la part de l'auteur ! Je trouve la couverture très belle et très épurée, j'aime beaucoup !
    Lire la suite
    En lire moins
  • audelagandre Posté le 13 Novembre 2020
    La sortie d’un nouveau roman de Paul Cleave est toujours un évènement. L’imagination très fertile de l’écrivain n’est plus à démontrer. Ici encore, il surprend par l’originalité de son récit et sa propension à emprunter un chemin différent de celui attendu. Si ce roman était destiné à un jeune public, l’écriture a emporté l’auteur vers d’autres desseins, l’œuvre ayant largement dépassé les velléités de son créateur. Joshua 16 ans est aveugle de naissance. Lors du décès brutal de son père adoptif, celui-ci lui lègue… ses yeux. Après des années de nuit profonde, Joshua découvre le monde en couleurs. Pourtant, très vite, des rêves très étranges, violents, anxiogènes viennent hanter ses nuits. Il commence à voir des choses qu’il n’a pas vécues, des évènements passés qui défilent dans les yeux… de son père. J’avais une idée très précise du déroulement du roman après la lecture d’un bon quart. J’appréhendais énormément que Paul Cleave prenne la direction facile d’un scénario que je redoutais et qui m’aurait clairement laissée sur une impression de déjà-vu sans que je puisse me souvenir avec précision où. C’était sans compter sur le grain de folie de l’écrivain qui déjoue avec perspicacité tous les pièges de la facilité... La sortie d’un nouveau roman de Paul Cleave est toujours un évènement. L’imagination très fertile de l’écrivain n’est plus à démontrer. Ici encore, il surprend par l’originalité de son récit et sa propension à emprunter un chemin différent de celui attendu. Si ce roman était destiné à un jeune public, l’écriture a emporté l’auteur vers d’autres desseins, l’œuvre ayant largement dépassé les velléités de son créateur. Joshua 16 ans est aveugle de naissance. Lors du décès brutal de son père adoptif, celui-ci lui lègue… ses yeux. Après des années de nuit profonde, Joshua découvre le monde en couleurs. Pourtant, très vite, des rêves très étranges, violents, anxiogènes viennent hanter ses nuits. Il commence à voir des choses qu’il n’a pas vécues, des évènements passés qui défilent dans les yeux… de son père. J’avais une idée très précise du déroulement du roman après la lecture d’un bon quart. J’appréhendais énormément que Paul Cleave prenne la direction facile d’un scénario que je redoutais et qui m’aurait clairement laissée sur une impression de déjà-vu sans que je puisse me souvenir avec précision où. C’était sans compter sur le grain de folie de l’écrivain qui déjoue avec perspicacité tous les pièges de la facilité en s’engageant sur un terrain beaucoup plus marécageux qu’escompté : la mémoire cellulaire à travers la greffe d’organe. Ici, la transplantation des yeux génère un questionnement légitime : «#8201;Ce sont les fenêtres de l’âme, les lentilles qui perçoivent le monde. S’il doit y avoir un organe qui engendre la mémoire cellulaire, il est logique que ce soient eux.#8201;» Métaphoriquement, Paul Cleave réussit parfaitement le transfert de la nuit du non-voyant, à une nuit avec vue intégrale, mais ceinte de visions d’horreur. Cet acte de générosité du père vers le fils constitue également le début d’une nouvelle forme de relation, voir à travers les yeux de l’autre, et d’une certaine façon, ressentir ce qu’il a ressenti, être qui il a été. J’ai trouvé cette idée de base réellement fascinante et l’écrivain jongle habilement avec les conséquences de ce «#8201;cadeau#8201;». Enfin, outre l’intrigue, excellente, sur laquelle je ne m’étendrais pas, Paul Cleave questionne l’aspect manichéen du don d’organe. «#8201;Il y a plus de gens qui ont besoin d’organes que de personnes prêtes à en donner, et en plus il faut être compatible.#8201;»Comment réguler cette loi de l’offre et de la demande sans passer par la voie légale#8201;? Peut-on organiser des actions moralement répréhensibles dans le seul but d’offrir à des malades en attente de greffe, les organes tant attendus#8201;? Et ces organes, peuvent-ils influencer de quelque manière que ce soit les réactions futures des receveurs#8201;? Si l’on part du postulat que la mémoire cellulaire existe bel et bien, peut-on imaginer que dès la réception de l’organe «#8201;c’était comme si quelqu’un avait actionné un interrupteur.#8201;», ouvert une porte d’entrée vers un autre moi, qui ne serait pas moi, mais une partie d’un étranger#8201;? Palpitant#8201;! Vous l’aurez compris, l’auteur de «#8201;Intuitions#8201;» suit un chemin escarpé et audacieux, sans jamais tomber dans la facilité de lieux communs, tout en offrant à son lectorat de vraies réflexions à mener. Dans la mort, toute personne peut aider son prochain, que sa vie ait été louable ou condamnable. Reste à savoir si la justice des hommes prévaut sur la nécessité du don, et où l’on place le curseur du «#8201;moralement répréhensible#8201;». Heureusement, il ne s’agit ici que d’une fiction, un simple roman noir destiné à divertir un public avide de sensations fortes. Nous sommes très loin de la «#8201;vraie vie#8201;». Ou pas#8201;? Allez savoir…
    Lire la suite
    En lire moins
  • Waterlyly Posté le 12 Novembre 2020
    Mitchell et Ben, deux inspecteurs de police, sont sur le point d’arrêter Simon, un dangereux criminel. Mais lorsque Mitchell se retrouvera seul avec Simon, il se fera assassiner par ce dernier. Mitchell a été clair. S’il lui arrive quelque chose, il aimerait que son fils adoptif Joshua, qui est aveugle, puisse se faire greffer ses yeux. C’est ainsi que l’opération a lieu. Celle-ci est un succès. Pourtant, tout se dégrade lorsque Joshua commence à expérimenter des rêves étranges. Je ressors totalement conquise par cette lecture. Si au début j’ai eu un peu peur à cause du nombre de pages conséquent, je dois avouer de ne pas m’être ennuyée un seul instant. Les pages ont défilé et la thématique principale est très intéressante. En effet, ici l’auteur va aborder la mémoire cellulaire. J’ai été captivée et j’ai trouvé que l’intrigue était mêlée habilement à cette notion tout au fil des pages. J’ai été baladée tout au fil des pages, et les rebondissements sont nombreux. Le récit va à toute vitesse et il m’a été très difficile de lâcher ce roman. D’emblée, je me suis attachée à Joshua, qui est un jeune adolescent courageux et attendrissant. Il va porter l’histoire et il... Mitchell et Ben, deux inspecteurs de police, sont sur le point d’arrêter Simon, un dangereux criminel. Mais lorsque Mitchell se retrouvera seul avec Simon, il se fera assassiner par ce dernier. Mitchell a été clair. S’il lui arrive quelque chose, il aimerait que son fils adoptif Joshua, qui est aveugle, puisse se faire greffer ses yeux. C’est ainsi que l’opération a lieu. Celle-ci est un succès. Pourtant, tout se dégrade lorsque Joshua commence à expérimenter des rêves étranges. Je ressors totalement conquise par cette lecture. Si au début j’ai eu un peu peur à cause du nombre de pages conséquent, je dois avouer de ne pas m’être ennuyée un seul instant. Les pages ont défilé et la thématique principale est très intéressante. En effet, ici l’auteur va aborder la mémoire cellulaire. J’ai été captivée et j’ai trouvé que l’intrigue était mêlée habilement à cette notion tout au fil des pages. J’ai été baladée tout au fil des pages, et les rebondissements sont nombreux. Le récit va à toute vitesse et il m’a été très difficile de lâcher ce roman. D’emblée, je me suis attachée à Joshua, qui est un jeune adolescent courageux et attendrissant. Il va porter l’histoire et il m’a été impossible de ne pas craindre pour lui à maintes reprises. Si ce personnage est en quelque sorte le noyau de l’intrigue, il faut dire que cette dernière a une multitude de directions différentes. J’ai été totalement surprise, et le suspense a été maintenu jusqu’au bout. Je n’ai pas du tout vu venir le dénouement. Cela a été une lecture captivante. La plume de l’auteur est fluide et entraînante. Avec beaucoup de courts chapitres afin de rythmer l’histoire, Paul déroule une histoire sans faille et étonnante. Le style est presque cinématographique. Pourtant, l’auteur saura s’arrêter afin de décrire au mieux le nouveau quotidien de Joshua suite à son opération. Un thriller captivant avec une thématique principale très intéressante et au rythme effréné. Le suspense est maintenu jusqu’au bout. Je ressors totalement conquise par ce roman que je vous recommande sans hésiter.
    Lire la suite
    En lire moins
  • gruz Posté le 5 Novembre 2020
    En huit romans publiés en France chez Sonatine, Paul Cleave est devenu une référence incontestable en matière de thriller. Clairement MA référence, avec comme marque de fabrique autant son style que ses histoires. Intuitions est sensiblement différent des précédents, un one shot. On y retrouve bien ses histoires tournant autour de serial killers ; une habitude chez lui ; et une intrigue qui se révèle aussi folle que celle de ses autres livres. Mais on n’y identifie pas son ton, avec cet humour pince-sans-rire si personnel. Sans rien dévoiler de secret, la vision (sans mauvais jeu de mots) avec laquelle cette histoire a été pensée, autour d’un aveugle qui recouvre la vue grâce à une greffe, explique sans doute cette différence. Intuitions (A killer harvest, comme titre original) a été réfléchi initialement comme un roman pour jeunes adultes, de l’inédit pour Cleave, avec un adolescent comme personnage principal. Sauf qu’au fil de l’écriture son projet à un peu (beaucoup) dérapé. Connaissant l’auteur, rien d’étonnant d’ailleurs. Ce qui fait qu’au final c’est bien un thriller pour adultes qui est sorti de son esprit torturé, avec quelques scènes à ne pas mettre devant n’importe quels mirettes. Oui son écriture habituelle m’aura manqué, ce n’est donc pas... En huit romans publiés en France chez Sonatine, Paul Cleave est devenu une référence incontestable en matière de thriller. Clairement MA référence, avec comme marque de fabrique autant son style que ses histoires. Intuitions est sensiblement différent des précédents, un one shot. On y retrouve bien ses histoires tournant autour de serial killers ; une habitude chez lui ; et une intrigue qui se révèle aussi folle que celle de ses autres livres. Mais on n’y identifie pas son ton, avec cet humour pince-sans-rire si personnel. Sans rien dévoiler de secret, la vision (sans mauvais jeu de mots) avec laquelle cette histoire a été pensée, autour d’un aveugle qui recouvre la vue grâce à une greffe, explique sans doute cette différence. Intuitions (A killer harvest, comme titre original) a été réfléchi initialement comme un roman pour jeunes adultes, de l’inédit pour Cleave, avec un adolescent comme personnage principal. Sauf qu’au fil de l’écriture son projet à un peu (beaucoup) dérapé. Connaissant l’auteur, rien d’étonnant d’ailleurs. Ce qui fait qu’au final c’est bien un thriller pour adultes qui est sorti de son esprit torturé, avec quelques scènes à ne pas mettre devant n’importe quels mirettes. Oui son écriture habituelle m’aura manqué, ce n’est donc pas son roman le plus marquant pour moi. Mais après avoir dit ça, Cleave explose toujours la concurrence. Et cette intrigue est aussi addictive que dingue, deux constantes chez lui. La mémoire cellulaire, voilà un sujet assez fou et stimulant pour un écrivain tel que lui. De quoi construire un récit surprenant. Et c’est le cas, parce que très vite ça dérape, parfois complètement. Voilà bien une des marques de fabrique de l’auteur néo-zélandais ! Une intrigue qui part en vrille, où tous les personnages sont tellement malmenés qu’il est impossible d’imaginer l’orientation que prendra le texte. Vraiment impossible. L’auteur ose tout, comme peu s’y risquent, sans jamais perdre la main, en gardant toujours la trame à l’œil (sauf que vous ne la voyez pas). Et quand vous pensez avoir deviné la prochaine étape, il vous assène un gros coup sur le crâne qui vous laisse pantois. La thématique est vraiment poussée dans ses retranchements, de manière assez jubilatoire. Quant à la plume, plus directe, elle est particulièrement efficace. Et sans doute plus émotionnelle qu’à l’habitude lorsque l’écrivain décrit les sensations du personnage qui recouvre la vue. Touchant adolescent, complètement chamboulé et malmené comme s’il se retrouvait dans une lessiveuse. Et le lecteur avec. Avec les thrillers de Paul Cleave, il est facile d’avoir des Intuitions. Peu de chances de perdre le pari en misant sur une intrigue déroutante et addictive. Ce roman-là est un peu à part dans sa bibliographie, tout en étant du Cleave pur jus. Timbré, que vous ne risquez pas d’anticiper, pourtant maîtrisé et impossible à lâcher.
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !