En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        La Promesse

        Sonatine
        EAN : 9782355846595
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 220 mm
        Nouveauté
        La Promesse

        Date de parution : 12/04/2018
        Après L’Affaire Isobel Vine, le retour de Darian Richards.
        Ex-flic des homicides à Melbourne, Darian Richards a laissé derrière lui un cortège de vies anéanties, de familles en deuil, de réponses impossibles à donner. Épuisé par cette litanie de souffrances, il a pris une retraite solitaire dans le Queensland, loin des villes et de leurs turpitudes. Mais les démons... Ex-flic des homicides à Melbourne, Darian Richards a laissé derrière lui un cortège de vies anéanties, de familles en deuil, de réponses impossibles à donner. Épuisé par cette litanie de souffrances, il a pris une retraite solitaire dans le Queensland, loin des villes et de leurs turpitudes. Mais les démons sont partout. Et dans la région, depuis quelques mois, des adolescentes disparaissent sans laisser de traces. La police locale parle de fugues. C’est en général ce qu’on dit quand on ne retrouve pas les corps, Darian le sait, mais il ne veut plus s’en mêler.
        Ce n’est plus son histoire. Et pourtant… malgré la promesse qu’il s’est faite de se tenir éloigné des tragédies, l’idée de laisser toutes ces familles sans réponses le hante. Aussi décide-t-il de prendre les choses en main. Mais à sa façon cette fois, sans s’encombrer du protocole. Il est loin d’imaginer ce qui l’attend.
         
        Avec son sens phénoménal de l’intrigue, du suspense et son empathie pour son personnage principal, on comprend aisément que Tony Cavanaugh ait été comparé par une presse unanime à Michael Connelly. La ressemblance a néanmoins ses limites. Richards est beaucoup plus sombre et sans compromis que son alter ego américain, Harry Bosch.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355846595
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        22.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Holon Posté le 3 Mai 2018
          La Promesse de Tony Cavanaugh c'est comme une enquête de Dirty Harry à Sin City, mais le lieu est plutôt une petite ville dans le Queensland australien. Comme son livre précédent L'Affaire Isobel Vine j'ai dévoré cette histoire. Dans ce polar nous sommes plongés dans les méandres et les fantasmes d'un Ted Bundy australien, j'ai adoré ce polar même si dans certain chapitre j'étais mal à l'aise, et comme les personnages du roman donne au lecteur un accès privilégié à la connaissance du cœur humain#8239;bon comme mauvais un peu comme si étions des voyeurs. Comme les grands romanciers du roman noir américains des années 30 et 40 Tony Cavanaugh ne laisse personne sur sa faim.
        • Blandine80 Posté le 20 Avril 2018
          Ce livre m'a été transmis grâce à #massecritique de #babelio et je commencerai par les remercier de cet envoi. Tony Cavanaugh, australien, nous entraîne à la suite d'un flic en soi-disant retraite. Malgré son retrait officiel le voilà sur la piste d'un tueur en série. Aidé d'une policière du cru il piste le serial killer. Tous les moyens sont bons, la course traditionnelle, la mise en place de moyens virtuels Un mystérieux geek joue les agents de renseignement à distance. Ce fût une découverte de l'auteur que je ne connaissais absolument pas. Le premier tiers du livre m'a semblé confus et un peu long à s'installer. En même temps cela relate bien l'esprit de notre policier à la retraite. Tourmenté et vindicatif il ne se fait pas que des amis. Au fur et à mesure qu'il resserre l'étau autour du tueur la narration se fait plus précise, semble plus aboutie. On en apprécie que mieux l'intrigue. Comparer Tony Cavanaugh à Michael Connelly (voir quatrième de couverture) semble tout de même osé. Le récit, les personnages, la qualité de la narration ne sont pas encore à la hauteur. Un livre facile d'abord, amateurs de polars, profitez d'un mois de mai propice au... Ce livre m'a été transmis grâce à #massecritique de #babelio et je commencerai par les remercier de cet envoi. Tony Cavanaugh, australien, nous entraîne à la suite d'un flic en soi-disant retraite. Malgré son retrait officiel le voilà sur la piste d'un tueur en série. Aidé d'une policière du cru il piste le serial killer. Tous les moyens sont bons, la course traditionnelle, la mise en place de moyens virtuels Un mystérieux geek joue les agents de renseignement à distance. Ce fût une découverte de l'auteur que je ne connaissais absolument pas. Le premier tiers du livre m'a semblé confus et un peu long à s'installer. En même temps cela relate bien l'esprit de notre policier à la retraite. Tourmenté et vindicatif il ne se fait pas que des amis. Au fur et à mesure qu'il resserre l'étau autour du tueur la narration se fait plus précise, semble plus aboutie. On en apprécie que mieux l'intrigue. Comparer Tony Cavanaugh à Michael Connelly (voir quatrième de couverture) semble tout de même osé. Le récit, les personnages, la qualité de la narration ne sont pas encore à la hauteur. Un livre facile d'abord, amateurs de polars, profitez d'un mois de mai propice au farniente, ou de vos vacances d' été pour , comme moi, découvrir cet auteur.
          Lire la suite
          En lire moins
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.