Lisez! icon: Search engine

L'Accident de l'A35

Sonatine
EAN : 9782355847561
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 220 mm
Nouveauté
L'Accident de l'A35

Julie SIBONY (Traducteur)
Date de parution : 19/09/2019
Bonne nouvelle, on a découvert le Simenon du XXIe siècle.
 
Avocat respectable dans une petite ville alsacienne, Bertrand Barthelme, trouve la mort une nuit dans un accident de voiture. Lorsque l’inspecteur Georges Gorski vient annoncer la triste nouvelle à sa femme, celle-ci lui apparaît peu affectée. Une seule question semble l’intriguer : que faisait son mari sur cette route au milieu... Avocat respectable dans une petite ville alsacienne, Bertrand Barthelme, trouve la mort une nuit dans un accident de voiture. Lorsque l’inspecteur Georges Gorski vient annoncer la triste nouvelle à sa femme, celle-ci lui apparaît peu affectée. Une seule question semble l’intriguer : que faisait son mari sur cette route au milieu de la nuit ? Question banale en apparence, mais qui va vite mener Gorski à s’interroger sur la vie de cet homme et de ce couple de notables apparemment sans histoires.
 
Après La Disparition d’Adèle Bedeau, on retrouve dans cette nouvelle enquête de l’inspecteur Gorski tout le talent de Graeme Macrae Burnet pour disséquer des vies réputées ordinaires, où la faille n’est jamais loin. Tout le long d’une intrigue passionnante, il nous fait pénétrer dans un théâtre de solitudes peuplé de personnages étouffés par leurs existences, au bord de la rupture. Un nouveau coup de maître.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847561
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 336
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

" Graeme Macrae Burnet est un grand ingénieur du crime. "
 
Le Monde des livres

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MllePeregrine Posté le 9 Novembre 2019
    Je remercie avant tout Babelio et les éditions Sonatine, que j'affectionne particulièrement, pour l'envoi de ce livre. Le point de départ de l'intrigue est un accident mortel qui se produit sur l'A35. La victime est un notable d'un petit village alsacien, marié et père d'un adolescent. A priori, un tragique accident, donc, mais somme toute banal. Tristement banal. Gorski, commissaire de police, se retrouve en charge du dossier. Etre commissaire dans cette petite ville ce n'est pas la joie, c'est même un peu la honte par rapport aux collègues de Strasbourg...Son couple est terminé, il boit beaucoup. Ses collègues ne l'affectionnent pas particulièrement. Mais pourquoi la veuve de l'accidenté ne semble-t-elle pas éplorée? Pourquoi personne ne semble regretter le défunt? Bien malgré lui, le commissaire va se retrouver à fouiner dans la vie de cette famille apparemment sans histoires. J'avais déjà lu quelques critiques sur le livre aussi je ne m'attendais pas à lire un thriller haletant et plein de suspens. C'est au contraire une véritable autopsie de la vie des gens, une plongée dans les secrets de Monsieur et Madame Tout-Le-Monde. Non-dits, mensonges, suspicion m'ont souvent mise mal à l'aise, je dois l'avouer. Je n'ai pas du tout aimé le fils, Raymond, même si je... Je remercie avant tout Babelio et les éditions Sonatine, que j'affectionne particulièrement, pour l'envoi de ce livre. Le point de départ de l'intrigue est un accident mortel qui se produit sur l'A35. La victime est un notable d'un petit village alsacien, marié et père d'un adolescent. A priori, un tragique accident, donc, mais somme toute banal. Tristement banal. Gorski, commissaire de police, se retrouve en charge du dossier. Etre commissaire dans cette petite ville ce n'est pas la joie, c'est même un peu la honte par rapport aux collègues de Strasbourg...Son couple est terminé, il boit beaucoup. Ses collègues ne l'affectionnent pas particulièrement. Mais pourquoi la veuve de l'accidenté ne semble-t-elle pas éplorée? Pourquoi personne ne semble regretter le défunt? Bien malgré lui, le commissaire va se retrouver à fouiner dans la vie de cette famille apparemment sans histoires. J'avais déjà lu quelques critiques sur le livre aussi je ne m'attendais pas à lire un thriller haletant et plein de suspens. C'est au contraire une véritable autopsie de la vie des gens, une plongée dans les secrets de Monsieur et Madame Tout-Le-Monde. Non-dits, mensonges, suspicion m'ont souvent mise mal à l'aise, je dois l'avouer. Je n'ai pas du tout aimé le fils, Raymond, même si je comprenais son mal-être. Quant à la femme de la victime, son inertie m'a agacée. Les autres personnages, du commissaire au barman, sont criants de vérité et c'est là la force du roman. Un roman très bien mené, bien écrit, extrêmement réaliste.
    Lire la suite
    En lire moins
  • GoodBooksGoodFriends Posté le 4 Novembre 2019
    Une bonne surprise pour moi cette lecture ! . Lorsque la voiture de Bertrand Barthelme, notable de province, s'encastre dans un arbre en quittant l'autoroute A35 et que son occupant y laisse la vie, cela semble être "un simple accident". Mais en parlant avec la charmante et jeune veuve, le commissaire Gorski, en proie à des problèmes conjugaux et avec l'alcool, décèle quelques incohérences et décide de s'intéresser de plus près aux circonstances de cet accident. Le fils de la victime, quant à lui, va également tenter d'en savoir plus sur ce père dont il n'a jamais été très proche. . Loin d'une enquête policière en bonne et due forme, nous avons là un roman qui nous plonge dans une ambiance à la Chabrol, plutôt brumeuse et sans rebondissements à tout-va. J'imagine fort bien un hommage à Simenon mais n'ayant lu que Pietr le Letton en 4ème et ayant détesté, je ne suis pas une référence en la matière... J'ai beaucoup pensé à Ruth Rendell également, notamment au sujet de Raymond, le fils, en proie à des malentendus familiaux et des pulsions qu'il ne s'explique pas réellement. . La mystification de la préface et de la postface, nous laissant penser à un texte retrouvé et entouré de... Une bonne surprise pour moi cette lecture ! . Lorsque la voiture de Bertrand Barthelme, notable de province, s'encastre dans un arbre en quittant l'autoroute A35 et que son occupant y laisse la vie, cela semble être "un simple accident". Mais en parlant avec la charmante et jeune veuve, le commissaire Gorski, en proie à des problèmes conjugaux et avec l'alcool, décèle quelques incohérences et décide de s'intéresser de plus près aux circonstances de cet accident. Le fils de la victime, quant à lui, va également tenter d'en savoir plus sur ce père dont il n'a jamais été très proche. . Loin d'une enquête policière en bonne et due forme, nous avons là un roman qui nous plonge dans une ambiance à la Chabrol, plutôt brumeuse et sans rebondissements à tout-va. J'imagine fort bien un hommage à Simenon mais n'ayant lu que Pietr le Letton en 4ème et ayant détesté, je ne suis pas une référence en la matière... J'ai beaucoup pensé à Ruth Rendell également, notamment au sujet de Raymond, le fils, en proie à des malentendus familiaux et des pulsions qu'il ne s'explique pas réellement. . La mystification de la préface et de la postface, nous laissant penser à un texte retrouvé et entouré de mystère, a totalement fonctionné sur moi. Elle a d'autant plus fonctionné que l'auteur, écossais, réussit à restituer parfaitement l'atmosphère que l'on imagine régner dans une ville comme Saint-Louis, petite ville de province nichée entre Strasbourg et Mulhouse, dans les années 1970. . J'applaudis des deux mains et je compte lire bientôt La disparition d'Adèle Bedeau.
    Lire la suite
    En lire moins
  • RomansNoirsEtPlus Posté le 30 Octobre 2019
    Certes on retrouve George Gorski le chef de police de cette bourgade alsacienne , un anti héros au charme suranné et à la vie ordinaire . Certes on retrouve le restaurant de la Cloche avec ses habitués joueurs de cartes. Certes on retrouve Saint Louis cette petite ville où la vie semble couler plus lentement qu'ailleurs . Peut être trop lentement pour moi qui me suis ennuyé à suivre les pérégrinations de Raymond , le fils du sieur Barthelme, notaire de son état , qui a fini sa vie dans un banal accident de la route sur l'A 35 . Raymond et ses crises existentialistes de jeune puceau à la vie trop bien réglée en quête d'aventures. Je me suis ennuyé a suivre Gorski dans une enquête sur un non événement , lui qui a du temps à perdre à remettre en question le moindre détail insignifiant. Bref trop de temps perdu pour un roman ennuyeux - en aucun cas à classer dans le polar . .Je passe . Désolé.
  • MouffetteMasquee Posté le 17 Octobre 2019
    Résumé : Par une froide nuit d'automne, une voiture fait une sortie de route, tuant le conducteur sur le coup. Il s'agit de Bertrand Barthelme, notaire respecté d'une petite ville alsacienne. Georges Gorski, l'enquêteur chargé de faire toute la lumière sur cet accident se charge d'avertir la veuve de la triste nouvelle. Celle-ci ne semble pourtant pas très affectée par la mort de son mari. Non, ce qui l'intrigue c'est de savoir ce qu'il faisait sur cette route cette nuit-là, alors qu'il n'aurait pas dû y être. L'inspecteur Gorski va alors tenter, officieusement, de découvrir le fin mot de cette histoire. Mon avis : Pour le coup, ce n'est pas un avis en demi-teinte, je n'ai pas aimé. Je suis passée totalement à côté de ma lecture (j'en appelle d'ailleurs aux lecteurs qui ont aimé de m'expliquer ce qui leur a plu) : je me suis ennuyée du début à la fin ! Malgrès une écriture très fluide et agréable, je n'ai trouvé aucun intérêt à cette intrigue plate et dénuée de suspense. Les rares rebondissements sont d'une évidence assez flagrante. On mène une investigation qui n'a pas lieu d'être, et qui n'avance pas. Concernant les personnages, ce n'est pas beaucoup mieux... Résumé : Par une froide nuit d'automne, une voiture fait une sortie de route, tuant le conducteur sur le coup. Il s'agit de Bertrand Barthelme, notaire respecté d'une petite ville alsacienne. Georges Gorski, l'enquêteur chargé de faire toute la lumière sur cet accident se charge d'avertir la veuve de la triste nouvelle. Celle-ci ne semble pourtant pas très affectée par la mort de son mari. Non, ce qui l'intrigue c'est de savoir ce qu'il faisait sur cette route cette nuit-là, alors qu'il n'aurait pas dû y être. L'inspecteur Gorski va alors tenter, officieusement, de découvrir le fin mot de cette histoire. Mon avis : Pour le coup, ce n'est pas un avis en demi-teinte, je n'ai pas aimé. Je suis passée totalement à côté de ma lecture (j'en appelle d'ailleurs aux lecteurs qui ont aimé de m'expliquer ce qui leur a plu) : je me suis ennuyée du début à la fin ! Malgrès une écriture très fluide et agréable, je n'ai trouvé aucun intérêt à cette intrigue plate et dénuée de suspense. Les rares rebondissements sont d'une évidence assez flagrante. On mène une investigation qui n'a pas lieu d'être, et qui n'avance pas. Concernant les personnages, ce n'est pas beaucoup mieux : l'enquêteur est d'une tristesse... un véritable cliché avec son alcoolisme et ses problèmes de couple. Quand au fils de la victiime, Raymond, il donne envie de lui foutre des baffes ; imbu de lui-même, qui se donne des airs de rebelle alors que ce n'est qu'un fils de bourgeois, il ne semble aimer personne à part sa petite personne. Allez, hop, au suivant.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Amnezik666 Posté le 4 Octobre 2019
    Comme pour La Disparition D’Adèle Bedeau, Graeme Macrae Burnet s’amuse à inventer de toutes pièces une genèse factice à son roman. Genèse restant dans la continuité de la précédente avec Raymond Brunet comme auteur et Gaspard-Moreau comme éditeur. Il s’offre même le luxe d’une postface rapprochant l’auteur, Raymond Brunet, du personnage de Raymond Barthelme, le fils de la victime. On finirait presque par y croire ! La pseudo enquête de Gorski est surtout prétexte pour l’auteur de brosser des portraits psychologiques des plus convaincants de ses personnages, et de nous décrire le quotidien d’une petite ville de province où tout le monde, ou presque, se connaît et se « surveille ». À défaut d’une intrigue boostée à l’adrénaline, le récit s’attache à l’humain, chacun ayant ses forces et ses faiblesses. Au cours de ses investigations Gorski va être amené à côtoyer Lambert, un inspecteur de Strasbourg qui enquête sur le meurtre d’une jeune femme. Le contraste entre les deux personnages est saisissant, d’un côté Gorski tout en réserve et de l’autre Lambert qui serait plutôt tout en exubérance. Les méthodes et la conscience professionnelle aussi séparent nos deux flics. Mais Gorski n’est pas le seul à mener l’enquête, Raymond Barthelme va lui aussi... Comme pour La Disparition D’Adèle Bedeau, Graeme Macrae Burnet s’amuse à inventer de toutes pièces une genèse factice à son roman. Genèse restant dans la continuité de la précédente avec Raymond Brunet comme auteur et Gaspard-Moreau comme éditeur. Il s’offre même le luxe d’une postface rapprochant l’auteur, Raymond Brunet, du personnage de Raymond Barthelme, le fils de la victime. On finirait presque par y croire ! La pseudo enquête de Gorski est surtout prétexte pour l’auteur de brosser des portraits psychologiques des plus convaincants de ses personnages, et de nous décrire le quotidien d’une petite ville de province où tout le monde, ou presque, se connaît et se « surveille ». À défaut d’une intrigue boostée à l’adrénaline, le récit s’attache à l’humain, chacun ayant ses forces et ses faiblesses. Au cours de ses investigations Gorski va être amené à côtoyer Lambert, un inspecteur de Strasbourg qui enquête sur le meurtre d’une jeune femme. Le contraste entre les deux personnages est saisissant, d’un côté Gorski tout en réserve et de l’autre Lambert qui serait plutôt tout en exubérance. Les méthodes et la conscience professionnelle aussi séparent nos deux flics. Mais Gorski n’est pas le seul à mener l’enquête, Raymond Barthelme va lui aussi essayer de percer les secrets de son père. Pas tant pour lui rendre justice que pour échapper à un quotidien qui l’étouffe et donner un peu de piment à sa vie. Au final il perdra surtout le sens des réalités et se comportera souvent comme un sinistre con ! Une fois de plus l’auteur ne nous livre aucun indice permettant de situer son intrigue, on peut toutefois déduire de certains éléments du récit qu’elle pourrait se dérouler dans les années 80. De fait il s’en dégage une ambiance rétro et kitsch fort sympathique. Même si ‘ai trouvé la fin un peu abrupte je dois reconnaître que je n’avais pas vu venir l’ultime (pour ne pas dire la seule) révélation. Malgré tout l’écriture de Graeme Macrae Burnet et son sens de la mise en scène font de cette lecture un agréable moment ; du coup même en l’absence d’action et de réel suspense on n’est jamais pris de bâillements d’ennui. L’intérêt est ailleurs et l’auteur sait tirer les meilleurs atouts de son jeu. Un troisième opus devrait venir clore cette trilogie écossaise consacrée à Saint-Louis (Alsace) et à l’inspecteur Gorski. Mais pour l’heure Graeme Macrae Burnet planche sur un autre roman, donc les fans de Gorski vont devoir prendre leur mal en patience…
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !