En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        L'Accusé du Ross-shire

        Sonatine
        EAN : 9782355846397
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 220 mm
        L'Accusé du Ross-shire
        Documents relatifs à l'affaire Roderick Macrae

        Julie SIBONY (Traducteur)
        Date de parution : 12/10/2017
        Un piège littéraire dans les Highlands du XIXe siècle

        Finaliste du Booker Prize 2016, un formidable puzzle romanesque aussi divertissant qu’intelligent.
        Alors qu’il fait des recherches généalogiques sur ses ancêtres écossais, Graeme Macrae Burnet découvre des archives relatives à une étrange affaire. En 1869, Roderick Macrae, dix-sept ans, a été arrêté après un triple assassinat dans un village isolé des Highlands. Dans un document écrit, le jeune homme relate sa vie... Alors qu’il fait des recherches généalogiques sur ses ancêtres écossais, Graeme Macrae Burnet découvre des archives relatives à une étrange affaire. En 1869, Roderick Macrae, dix-sept ans, a été arrêté après un triple assassinat dans un village isolé des Highlands. Dans un document écrit, le jeune homme relate sa vie et ses meurtres, sans jamais donner le moindre détail sur ses mobiles. Hormis ce récit, aucune preuve tangible de sa culpabilité n’a été trouvée. Était-il tout simplement fou ?
        Graeme Macrae Burnet nous livre toutes les pièces du procès : témoignages, articles de journaux, rapports des médecins. Peu à peu, le doute s’installe. Le récit de ces crimes est-il bien l’œuvre de ce jeune garçon, a priori illettré ? S’agit-il d’un faux ? Si c’est le cas, que s’est-il réellement passé? La solution semble se trouver dans la vie de cette petite communauté repliée sur elle-même, où chacun doit rester à sa place, sous peine de connaître les pires ennuis.
         
        Finaliste du Booker Prize 2016, ce thriller hors norme nous propose un voyage entre réalité et fiction d’une rare intelligence. Alors que peu à peu les pièces du puzzle se mettent en place dans un suspense omniprésent, l’auteur, servi par une écriture remarquable, fait revivre toute une époque, ses mœurs, sa psychiatrie, son appareil judiciaire, son système de classe, et pose des questions qui restent d’une actualité brûlante. Quelle autre solution que la violence dans un monde qui ne vous laisse aucun avenir ? Qui pour défendre les intérêts de ceux qui ne représentent rien ? Comment échapper à ses origines ? Rares sont les romans qui conjuguent de la sorte sens de l’intrigue, plaisir et réflexion. Un coup de maître.
         
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355846397
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 432
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ArlieRose Posté le 17 Janvier 2018
          Ce bouquin est très original et j'ai du mal à le classer dans une catégorie : roman noir sans doute. L'histoire se passe au milieu du XIXe siècle dans la campagne écossaise où les gens ne parlaient guère que le gaélique. L'atmosphère est bien décrite dans un vocabulaire qui sonne juste. Le déroulement lent n'a provoqué aucun ennui pour ce qui me concerne. J'ai été prise par l'histoire et j'ai eu envie très vite de connaître la fin. Vraiment à découvrir. Une mention spéciale pour le vocabulaire et la formulation, et bien sûr pour la traduction qui n'a pas dû être facile.
        • mimipinson Posté le 20 Décembre 2017
          Les éditions Sonatine, plus habituellement positionnées sur un créneau polars et thrillers plus conventionnels, ne craignent pas de s’aventurer hors des sentiers battus tout en restant dans leur domaine d’origine. L’accusé du Ross-Shire est d’ores et déjà un ouvrage inclassable : ni policier, ni récit, ni biographie, il est un peu tout cela à la fois car il’ s’appuie sur une multitude de supports documentaires, alors que l’auteur est à l’origine à la recherche de ses ancêtres. Il résulte de cela, bien avant l’idée même d’une recherche du coupable, un tableau fort intéressant de la société de l’époque, du rapport du peuple à la noblesse et à la seigneurie, des mœurs, de la justice, de la mainmise de la religion sur les âmes et de l’extrême pauvreté des contrées reculées écossaises. La multiplicité des supports documentaires font de ce livre un ouvrage vivant, captivant, facile à lire sans pour autant manquer d’exigence. L’auteur campe des personnages justes et tout en nuance. C’est rudement bien fait, cela sort du thriller classique tout en restant dans" l’esprit thriller " dont la vénérable maison Sonatine a le secret.
        • Labelettedusud Posté le 13 Décembre 2017
          Quel roman original et intéressant ! Original par le cadre : un village des Highlands écossais en 1869. Original par sa genèse : en faisant des recherches sur ses aïeux, Graeme Macrae Burnet a découvert dans les archives d’Inverness les confessions d’un de ses ancêtres, Roderick Macrae, accusé du meurtre de trois personnes dans son village. L’auteur a décidé de pousser ses recherches plus loin et d’en faire un roman, proche de la vérité historique. Original par sa structure : Graeme Macrae Burnet livre les dépositions des témoins, le récit de Roderick Macrae, les rapports médicaux des psychiatres et le compte-rendu du procès. Tout cela pour former au final un « cold case » addictif et pas dutout indigeste. Intéressant par les thèmes abordés : la vie sociale des paysans du XIXe siècle en Ecosse, leurs mauvaises conditions de vie, l’injustice des pratiques agricoles féodales, ... On en apprend aussi beaucoup sur les tâtonnements de la criminologie et de la psychiatrie. Je vous sens hésitant(e), sceptique ? Et je ne peux m’empêcher de rire sous cape car ne je peux vous en dire plus … Un conseil … Contentez-vous des indices qui vous sont donnés sur la quatrième de couverture,... Quel roman original et intéressant ! Original par le cadre : un village des Highlands écossais en 1869. Original par sa genèse : en faisant des recherches sur ses aïeux, Graeme Macrae Burnet a découvert dans les archives d’Inverness les confessions d’un de ses ancêtres, Roderick Macrae, accusé du meurtre de trois personnes dans son village. L’auteur a décidé de pousser ses recherches plus loin et d’en faire un roman, proche de la vérité historique. Original par sa structure : Graeme Macrae Burnet livre les dépositions des témoins, le récit de Roderick Macrae, les rapports médicaux des psychiatres et le compte-rendu du procès. Tout cela pour former au final un « cold case » addictif et pas dutout indigeste. Intéressant par les thèmes abordés : la vie sociale des paysans du XIXe siècle en Ecosse, leurs mauvaises conditions de vie, l’injustice des pratiques agricoles féodales, ... On en apprend aussi beaucoup sur les tâtonnements de la criminologie et de la psychiatrie. Je vous sens hésitant(e), sceptique ? Et je ne peux m’empêcher de rire sous cape car ne je peux vous en dire plus … Un conseil … Contentez-vous des indices qui vous sont donnés sur la quatrième de couverture, n’allez pas lire des chroniques qui vous dévoileraient sans aucun doute ce qui fait le piment de ce roman hors du commun. Et surtout, faites-moi plaisir … venez me dire à partir de quelle page vous avez entendu l’auteur rire de votre naïveté à gorge déployée ? Moi, j’ai totalement plongé (oui, je cultive ma naïveté littéraire !) et ce n’est qu’une fois le livre refermé que je me suis dit : mais il y a quelque chose qui cloche, non ? Et là, j’ai pris toute la dimension de l’exercice intellectuel de l’écrivain. Franchement, il fallait oser, il fallait y arriver ! Forme diabolique, contenu intéressant et dépaysant, traduction excellente. J’ai adoré !
          Lire la suite
          En lire moins
        • gruz Posté le 30 Novembre 2017
          Il faut toujours regarder au-delà des apparences. En voici un parfait exemple. L’accusé du Ross-shire est une duperie aussi intelligente que divertissante. 1869, dans un village perdu au fin fond des Highlands, en Écosse. Un triple meurtre, et un jeune accusé qui ne nie pas sa culpabilité. Mais, entre gens « simples » et terriens, rien n’est pourtant plus compliqué que la responsabilité des actes. C’est à l’image de ce livre, qui n’est pas ce qu’il paraît être. Une préface qui augure d’une histoire vraie sur un ancêtre de l’auteur, un éditeur qui estampille le roman comme thriller. Que croire ? Il est effectivement question de meurtres. Et de l’histoire d’un jeune homme vu à travers sa propre confession écrite, conjuguée à d’autres documents (témoignages, articles de journaux, rapport de légiste…). Réalité ? Fiction ? Je vous laisse le découvrir. En tout cas, ce roman est bien davantage une chronique du 19ème siècle qu’un thriller. Une chronique de la condition de vie paysanne à cette époque, mais aussi du système judiciaire, d’une vision de la psychiatrie à ses débuts et des « techniques » à l’aune du profilage criminel. Tant de thèmes qui rendent cette lecture aussi enrichissante que prenante. Graeme Macrae Burnet est un auteur... Il faut toujours regarder au-delà des apparences. En voici un parfait exemple. L’accusé du Ross-shire est une duperie aussi intelligente que divertissante. 1869, dans un village perdu au fin fond des Highlands, en Écosse. Un triple meurtre, et un jeune accusé qui ne nie pas sa culpabilité. Mais, entre gens « simples » et terriens, rien n’est pourtant plus compliqué que la responsabilité des actes. C’est à l’image de ce livre, qui n’est pas ce qu’il paraît être. Une préface qui augure d’une histoire vraie sur un ancêtre de l’auteur, un éditeur qui estampille le roman comme thriller. Que croire ? Il est effectivement question de meurtres. Et de l’histoire d’un jeune homme vu à travers sa propre confession écrite, conjuguée à d’autres documents (témoignages, articles de journaux, rapport de légiste…). Réalité ? Fiction ? Je vous laisse le découvrir. En tout cas, ce roman est bien davantage une chronique du 19ème siècle qu’un thriller. Une chronique de la condition de vie paysanne à cette époque, mais aussi du système judiciaire, d’une vision de la psychiatrie à ses débuts et des « techniques » à l’aune du profilage criminel. Tant de thèmes qui rendent cette lecture aussi enrichissante que prenante. Graeme Macrae Burnet est un auteur étonnant. Son travail de documentation est impressionnant pour donner corps à l’existence dans les Highlands de l’époque. L’accusé du Ross-shire se rapproche du roman social et historique, même si l’imagination du lecteur est titillée par l’originalité de la construction narrative. N’attendez pas un rythme soutenu, mais plutôt de plonger dans le quotidien, les croyances, les règles paysannes et sociétales de l’époque. Le tout est vraiment captivant, à l’image de la dernière partie qui retranscrit toute l’atmosphère d’un procès « spectacle » pour une population sevrée de distractions. L’accusé du Ross-shire est un roman aussi original que Graeme Macrae Burnet est talentueux. Une lecture à part, assez inclassable, et qui mérite qu’on se laisse porter par la narration. Poussez la porte du temps, croyez-moi, on s’y croirait. Chapeau bas, au passage, à la traduction de Julie Sibony, qui rend un bel hommage à cette volonté de retranscrire une époque.
          Lire la suite
          En lire moins
        • nameless Posté le 15 Novembre 2017
          Ici ou là, j'ai lu quelques reproches adressés à l'auteur qui a malicieusement emberlificoté ses lecteurs en s'inventant un lien de parenté avec le personnage principal, Roderick Macrae. Sonatine a certainement dû beaucoup s'amuser également en collant une étiquette « thriller » sur L'accusé du Ross-Shire ! Mais qui aurait acheté un livre intitulé "La vie des paysans dans les Highlands au XIXème siècle" ? C'est pourtant l'un des thèmes principaux, assorti de crimes, de ce roman qui rencontre un succès bien mérité. 1869 : Roderick Macrae, armé d'un louchet et d'un hoyau, tue plusieurs personnes. Emprisonné, il raconte son existence dans la misérable ferme familiale, dans un document qui décrit l'injustice des conditions féodales sous lesquelles le highlander perpétue son dur labeur, réduit en esclavage par un cruel système de prêt de lopins de terre dont il tire à peine de quoi vivre. Tout se gâte (encore plus) pour les Macrae lorsque Lachlan le Large, brusquement entiché de réglementation, accède aux fonctions de constable. Il se jette dans ce rôle avec la ferveur d'un renard dans un poulailler, visite, contrôle, relève des irrégularités, inflige des amendes, mélange le droit local avec le droit de cuissage, tient sous sa tyrannie des pauvres gens, prêts à travailler gratuitement... Ici ou là, j'ai lu quelques reproches adressés à l'auteur qui a malicieusement emberlificoté ses lecteurs en s'inventant un lien de parenté avec le personnage principal, Roderick Macrae. Sonatine a certainement dû beaucoup s'amuser également en collant une étiquette « thriller » sur L'accusé du Ross-Shire ! Mais qui aurait acheté un livre intitulé "La vie des paysans dans les Highlands au XIXème siècle" ? C'est pourtant l'un des thèmes principaux, assorti de crimes, de ce roman qui rencontre un succès bien mérité. 1869 : Roderick Macrae, armé d'un louchet et d'un hoyau, tue plusieurs personnes. Emprisonné, il raconte son existence dans la misérable ferme familiale, dans un document qui décrit l'injustice des conditions féodales sous lesquelles le highlander perpétue son dur labeur, réduit en esclavage par un cruel système de prêt de lopins de terre dont il tire à peine de quoi vivre. Tout se gâte (encore plus) pour les Macrae lorsque Lachlan le Large, brusquement entiché de réglementation, accède aux fonctions de constable. Il se jette dans ce rôle avec la ferveur d'un renard dans un poulailler, visite, contrôle, relève des irrégularités, inflige des amendes, mélange le droit local avec le droit de cuissage, tient sous sa tyrannie des pauvres gens, prêts à travailler gratuitement pour lui en contrepartie d'une fausse promesse de clémence. Ceux qui s'opposent à lui voient leur bail modifié quand ils ne sont pas expulsés de leurs terres. Dans ce contexte social inhumain, les policiers, avocats, jurés, experts psychiatres ou médecins légistes doivent déterminer à grand renfort de rapports et interrogatoires, si Roderick est un individu qui s'est révolté contre l'acharnement du pouvoir en place, s'il appartient à la « classe criminelle », ou s'il est fou. L'enjeu du procès n'est donc pas tant d'établir les faits que le contenu de l'esprit du coupable. Bon courage aux lecteurs pour forger leur opinion, car Graeme Macrae Burnet est décidément très malin ! Quoi qu'il en soit, il s'agit d'un roman très brillant, intelligent, original, très documenté, qui permet de découvrir l'Ecosse du XIXème siècle, les spécificités de son système judiciaire, et surtout de lire de savoureuses pages sur les débuts de la criminologie et de la psychiatrie, lorsque les médecins cherchaient dans la forme des lobes des oreilles ou du nez, à reconnaître un assassin héréditaire appartenant à l'engeance criminelle. Il ne me reste plus qu'à saluer le travail de traduction effectué par Julie Sibony, qui a, grâce à un choix de mots appropriés dûs sans aucun doute à des recherches ardues, restitué la langue, les expressions, le vocabulaire paysan en usage dans les années 1860. Une très belle réussite !
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        « Envoûtant. On ne peut pas s’en détacher. »
        The Sunday Times
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.