Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258192980
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 448
Format : 140 x 225 mm

Le Coeur des fileuses

Collection : Terres de France
Date de parution : 14/10/2021
Le portrait d’une femme de cœur, engagée au début du XXe siècle pour améliorer le sort d’ouvrières de filature de soie dans les Cévennes.
1910, au coeur des Cévennes. Eulalie devient, après le décès de son père, l’unique héritière d’une prospère filature de soie. Désormais patronne, elle découvre que son usine est un véritable bagne féminin. Révoltée par les conditions de travail de ses ouvrières, elle décide, malgré de nombreux détracteurs, de bouleverser l’ordre... 1910, au coeur des Cévennes. Eulalie devient, après le décès de son père, l’unique héritière d’une prospère filature de soie. Désormais patronne, elle découvre que son usine est un véritable bagne féminin. Révoltée par les conditions de travail de ses ouvrières, elle décide, malgré de nombreux détracteurs, de bouleverser l’ordre social.
Bientôt la guerre éclate et le pays se vide de ses hommes. Eulalie réalise alors son voeu le plus cher : transformer son entreprise en communauté de femmes fondée sur l’entraide et la solidarité. Des amitiés se nouent, des amours se tissent. Mais Eulalie saura-t-elle s’affranchir d’un mariage malheureux et affronter les fantômes du passé ?

Portrait d’une femme rebelle au grand coeur dans le cadre somptueux des Cévennes.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258192980
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 448
Format : 140 x 225 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LesLecturesdeNo Posté le 30 Décembre 2021
    Tout d'abord, je remercie NetGalley France et les Editions Presses de la cité pour l'envoi de ce roman qui 'a permis de découvrir la très jolie plume de Aurélie Haderlé ! Ce roman issu de la collection Terres de France nous fait découvrir le monde des filatures au coeur des Cévennes au début du siècle dernier. Derrière ce sujet, l'auteure nous livre un superbe roman historique où l'émancipation de la femme et son engagement prend une grande place. Derrière l'écriture fluide de l'auteure, on ressent tout le travail de recherches pour nous livrer ce récit documenté et riche. Il n'y a qu'un seul petit bémol à ma lecture : cette fin abrupte qui m'a laissée quelque peu stupéfaite... J'aurai aimé poursuivre encore un moment...
  • Valmyvoyou_lit Posté le 24 Novembre 2021
    Callune, septembre 1899. La petite Eulalie a dix ans. Sa sœur aînée et elle doivent partir de la maison : elles vont étudier à Nîmes, chacune dans une école différente. La petite ne comprend pas ce qui se passe, mais elle ressent que les études sont un prétexte. « Elle ne s’explique pas cette sécheresse soudaine qui fige sa famille. Elle sait qu’on lui ment. » (p. 10) Lors de son arrivée à l’école de filles, elle est désemparée. Heureusement, une petite fille, Santina, lui tend la main. C’est le début d’une belle amitié. En 1910, après le décès de son père, elle devient l’unique propriétaire de la filature de soie. Cependant, elle doit respecter les clauses de l’héritage. Dès le premier jour, elle s’offusque des conditions de travail des ouvrières. Au départ, elle respecte les directives de son père, mais au fil du temps, elle se révolte et impose des changements. Hélas, au début du XXe siècle, l’autorité ne peut être que masculine. Mais lorsque la guerre est déclarée, beaucoup d’hommes partent au front. L’économie du pays repose sur les femmes. Eulalie décide de renverser les règles et de transformer son entreprise. Elle désire créer une communauté fondée sur l’entraide... Callune, septembre 1899. La petite Eulalie a dix ans. Sa sœur aînée et elle doivent partir de la maison : elles vont étudier à Nîmes, chacune dans une école différente. La petite ne comprend pas ce qui se passe, mais elle ressent que les études sont un prétexte. « Elle ne s’explique pas cette sécheresse soudaine qui fige sa famille. Elle sait qu’on lui ment. » (p. 10) Lors de son arrivée à l’école de filles, elle est désemparée. Heureusement, une petite fille, Santina, lui tend la main. C’est le début d’une belle amitié. En 1910, après le décès de son père, elle devient l’unique propriétaire de la filature de soie. Cependant, elle doit respecter les clauses de l’héritage. Dès le premier jour, elle s’offusque des conditions de travail des ouvrières. Au départ, elle respecte les directives de son père, mais au fil du temps, elle se révolte et impose des changements. Hélas, au début du XXe siècle, l’autorité ne peut être que masculine. Mais lorsque la guerre est déclarée, beaucoup d’hommes partent au front. L’économie du pays repose sur les femmes. Eulalie décide de renverser les règles et de transformer son entreprise. Elle désire créer une communauté fondée sur l’entraide et le partage. Cependant, tous les détracteurs ne sont pas partis au combat… Eulalie a été élevée dans un milieu aisé. Alors qu’elle pourrait jouir de ses biens, sans se préoccuper des autres, elle accepte d’écouter ses consœurs. Lorsqu’elle prend conscience de ce que ses privilèges lui cachaient, elle est indignée. Elle comprend, alors, qu’au sein de sa famille aussi, les femmes se sont soumises à l’autorité masculine. Elle a elle-même perpétué cette docilité. Avant sa mort, son père s’est assuré qu’il en serait ainsi. Elle n’accepte plus cette injustice, mais elle est entravée par les lois, les traditions et les volontés paternelles. Pourtant, avec courage et prête à des sacrifices, elle tente d’agir sur la société. Malheureusement, elle a peu de latitudes et plusieurs personnes l’empêchent d’agir. J’ai aimé suivre son évolution. Elle était une petite fille timide, puis une jeune fille rangée et elle est devenue une femme de conviction. J’ai été touchée par sa résistance aux complots de ceux qui refusent l’émancipation féminine, car ils veulent conserver tous les pouvoirs. Elle a un caractère entier, couplé à une humilité, elle se trompe et sait le reconnaître, elle est sensible et forte : son portrait est ciselé, ce qui la rend attachante et authentique. J’ai, également, été captivée par la description de la filature […] La suite sur mon blog…
    Lire la suite
    En lire moins
  • ysadel2 Posté le 13 Novembre 2021
    Merci aux éditions Terres de France et à Netgalleyfrance de m'avoir permis de découvrir ce roman. 1899, Monsieur Bastide, notable cévenol, propriétaire d'un usine de sériciculture et producteur de soie de luxe, décide d'envoyer ses filles, Eulalie et Linon, étudier en ville. Eulalie commence par se révolter et ne travaille pas en classe mais sa rencontre avec Santina, une jeune fille d'un milieu plus défavorisé lui fait prendre conscience que le seul moyen de partir rapidement est de se plier à la discipline et obtenir son diplôme. Quelques années plus tard, le père décède et Eulalie hérite de l'usine et du domaine à condition qu'elle se marie dans les deux ans, afin que son mari puisse reprendre l'exploitation. Mais Eulalie pendant ce laps de temps prend gout à la gestion et entend bien améliorer le sort des ouvrières. Elle succombe cependant au charme d'Ector qu'elle épouse, mais qui se révèle un piètre mari. L'entrée en guerre et la mobilisation des hommes rend à Eulalie son pouvoir? Arrivera-t-elle à construire la communauté dont elle rêve ? Roman historique qui traite de l'émancipation des femmes. Eulalie est une femme battante et attachante. Agréable moment de lecture.
  • Alapagedeslivres Posté le 30 Octobre 2021
    Ce livre a toutes les caractéristiques de son apparence. Eulalie est une femme bien née, douce, dévouée, respectueuse, naïve. Elle est bonne, elle est bienveillante et bien davantage… Elle est au coeur de l’entreprise familiale puisque son père est décédé. Elle deviendra fileuse… pour elle et un peu malgré elle. Dans sa prime jeunesse, elle se laisse influencer par ses pairs : son père, les notables du village, la pression sociale. Puis, au fil des pages, elle change son regard sur la vie, sur les conditions d’exploitation des ouvrières, sur ces hommes qui ont soif de pouvoir et qui la manipulent. Il s’agit bien d’une métamorphose, d’un combat, d’une révolution. Eulalie expérimente différents rôles et statuts pour trouver sa voie et sa voix. Contre son éducation, elle devient patronne, femme mariée et soumise, puis socialiste, révolutionnaire et émancipée. L’auteure, Aurélie HADERLE, et le destin ne sont pas doux avec l’héroïne. Toutes les épreuves l’attendent de l’enfance à cet âge adulte (encore si jeune) où elle ouvre les yeux sur ses proches et les siens. Eulalie, enthousiaste et énergique mène des combats pour acquérir sa place sur la propriété familiale, dans son village, dans ce pays chamboulé par la guerre. Je reste sur ma... Ce livre a toutes les caractéristiques de son apparence. Eulalie est une femme bien née, douce, dévouée, respectueuse, naïve. Elle est bonne, elle est bienveillante et bien davantage… Elle est au coeur de l’entreprise familiale puisque son père est décédé. Elle deviendra fileuse… pour elle et un peu malgré elle. Dans sa prime jeunesse, elle se laisse influencer par ses pairs : son père, les notables du village, la pression sociale. Puis, au fil des pages, elle change son regard sur la vie, sur les conditions d’exploitation des ouvrières, sur ces hommes qui ont soif de pouvoir et qui la manipulent. Il s’agit bien d’une métamorphose, d’un combat, d’une révolution. Eulalie expérimente différents rôles et statuts pour trouver sa voie et sa voix. Contre son éducation, elle devient patronne, femme mariée et soumise, puis socialiste, révolutionnaire et émancipée. L’auteure, Aurélie HADERLE, et le destin ne sont pas doux avec l’héroïne. Toutes les épreuves l’attendent de l’enfance à cet âge adulte (encore si jeune) où elle ouvre les yeux sur ses proches et les siens. Eulalie, enthousiaste et énergique mène des combats pour acquérir sa place sur la propriété familiale, dans son village, dans ce pays chamboulé par la guerre. Je reste sur ma faim avec ce roman. J’étais persuadée qu’un second tome allait s’offrir à moi. Certes, l’auteure nous apporte des réponses. Les premiers chapitres interrogent les intentions des parents : pourquoi le père exclue-t-il ses deux filles de sa vie, pourquoi déshérite-t-il sa fille aînée, pourquoi la mère écrit-elle cette lettre qu’elle glisse au coeur de la valise d’Eulalie ? Quel est son message profond ? Quel changement veut-elle initier pour sa fille ? Aurélie HADERLE remplit son contrat : les réponses sont là… Cependant, je me suis intéressée à la destinée de l’héroïne et j’aurais voulu qu’elle sorte de cette prédestination au malheur. La première guerre mondiale n’est pas terminée, d’autres épreuves attendent cette femme… Eulalie perd ce qu’elle a de plus précieux au monde : va-t-elle survivre dans ce monde où elle n’a plus ses fidèles ami(s) ? Qu’adviendra-t-il d’elle dans les années futures ? La simple dissipation du secret familial peut-il garantir son avenir et peut-il nous satisfaire, nous, lecteurs et lectrices ? On dit que… (je ne vais pas spoiler la fin du roman, non !)… On dit que… J’aurais voulu lire cette suite… jusqu’à sa vraie réussite : personnelle et sociale.
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité de la collection Terres de France
Découvrez des histoires riches des couleurs de nos régions et des saveurs d'antan pour de magnifiques moments de lecture.