Lisez! icon: Search engine
Le Murmure du vent
Isabelle Chapman (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 06/04/2017
Éditeurs :
Les Escales
En savoir plus

Le Murmure du vent

Isabelle Chapman (traduit par)
Collection : Domaine étranger
Date de parution : 06/04/2017
L’auteur des best-sellers La Mémoire des embruns et La Maison des hautes falaises revient avec un troisième roman bouleversant. 
Quand Abby rencontre Cameron, tout en lui l’agace. Biologiste, elle arpente seule la vallée des monts Brindabella pour observer le comportement des kangourous. Il est un jeune journaliste en
quête d’un...
Quand Abby rencontre Cameron, tout en lui l’agace. Biologiste, elle arpente seule la vallée des monts Brindabella pour observer le comportement des kangourous. Il est un jeune journaliste en
quête d’un article pouvant susciter la polémique.

Quand il cherche à la revoir, elle fait tout pour l’éloigner. Pourquoi prendrait-elle le risque d’être...
Quand Abby rencontre Cameron, tout en lui l’agace. Biologiste, elle arpente seule la vallée des monts Brindabella pour observer le comportement des kangourous. Il est un jeune journaliste en
quête d’un article pouvant susciter la polémique.

Quand il cherche à la revoir, elle fait tout pour l’éloigner. Pourquoi prendrait-elle le risque d’être à nouveau blessée par la vie ?

Un jour, elle rencontre une vieille dame, Daphne, qui a passé sa jeunesse dans ces montagnes et vient régulièrement se ressourcer dans cette nature si chère à son coeur. Malgré leur différence d’âge, les deux femmes se rapprochent. Avec délicatesse, Daphne essaye de sortir Abby de son marasme. Leur amitié leur permettra peut-être enfi n de se libérer du passé et de sourire à l’avenir ?
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782365692861
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 546
Format : 145 x 240 mm
Les Escales
En savoir plus
EAN : 9782365692861
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 546
Format : 145 x 240 mm

Ils en parlent

« Karen Viggers est l'une des grandes écrivaines de ce début de siècle. »
Gérard Collard / Le Magazine de la santé

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • YsaM 05/09/2022
    Troisième livre que je lis de cette autrice et j’aime toujours autant, peut-être que j’apprécie de me retrouver avec elle dans le bush Australien, au milieu de cette nature qu’elle décrit si bien, peut-être que j’aime partager des moments avec les animaux et m’immiscer dans les histoires d’amour des héroïnes, l’Australie c’est si immense et si loin, c’est dépaysant, ça fait rêver, puis je me souviens que j’ai une phobie des araignées et que là bas il y en a d’énormes, pourtant je n’y pense pas, les animaux des romans de Karen Viggers sont mignons et dans ce roman il s’agit de kangourous, tout le monde aime ces étranges bipèdes qui se baladent avec leurs progéniture dans une poche !! Dans ce livre, l’autrice nous embarque dans la vie d’Abby, jeune biologiste qui étudie le comportement des kangourous. Elle connait la vallée de long en large, elle l’arpente une bonne partie de la journée et même parfois la nuit, elle adore ce métier qui lui permet de vivre au grand air parce qu’elle est une fille de la campagne. Dans ses souvenirs elle se promène dans le bush, à cheval avec Grace, sa mère qui est décédée il y a plus... Troisième livre que je lis de cette autrice et j’aime toujours autant, peut-être que j’apprécie de me retrouver avec elle dans le bush Australien, au milieu de cette nature qu’elle décrit si bien, peut-être que j’aime partager des moments avec les animaux et m’immiscer dans les histoires d’amour des héroïnes, l’Australie c’est si immense et si loin, c’est dépaysant, ça fait rêver, puis je me souviens que j’ai une phobie des araignées et que là bas il y en a d’énormes, pourtant je n’y pense pas, les animaux des romans de Karen Viggers sont mignons et dans ce roman il s’agit de kangourous, tout le monde aime ces étranges bipèdes qui se baladent avec leurs progéniture dans une poche !! Dans ce livre, l’autrice nous embarque dans la vie d’Abby, jeune biologiste qui étudie le comportement des kangourous. Elle connait la vallée de long en large, elle l’arpente une bonne partie de la journée et même parfois la nuit, elle adore ce métier qui lui permet de vivre au grand air parce qu’elle est une fille de la campagne. Dans ses souvenirs elle se promène dans le bush, à cheval avec Grace, sa mère qui est décédée il y a plus de dix ans maintenant. Une blessure qui n’est pas refermée et qui ne se refermera probablement jamais. Abby et son frère ont été élevés par leur père, dans la ferme familiale de la petite ville de Mansfield, un père qui est bien vite parti à la dérive quand leur mère est morte. Il a refait sa vie avec Brenda, une femme antipathique qui lui a, néanmoins, redonné le goût de vivre. Abby doit accueillir Cameron Barlow, un journaliste qui prépare un article sur les kangourous pour la rubrique écologie. La jeune femme n’est pas vraiment à l’aise avec tout ça mais se plie quand même à l’exercice, elle a donné rendez-vous à Cameron dans la vallée, là où elle se sent le mieux. L’entretien se passe tellement bien que les jeunes gens partagent un pique-nique alors que la nuit tombe sur la colline. Cameron s’avère être un jeune homme charmant et posé. Issu d’une famille bourgeoise, il a grandi dans un quartier huppé de Melbourne, il a fait ses études dans de grandes écoles, tout le contraire d’Abby qui a fréquenté les écoles publiques et qui a vécu à la ferme. Abby plait énormément à Cameron qui souhaite la revoir, la jeune femme est sur la réserve, pourtant le journaliste lui plaît, c’est un très bel homme qui ne joue pas de la fortune de ses parents ni de son poste de journaliste. Les deux jeunes gens commencent à se fréquenter et sont très amoureux mais Abby prend peur, elle ne veut pas perdre sa liberté. En parallèle, Abby fait la connaissance de Daphnée, une femme âgée qui a vécu dans la vallée et qui en a été expulsée avec sa famille, quand les terrains ont été déclarés espace protégé. Ils font désormais partie du parc national dans lequel Abby évolue. Il y a tout de suite un vrai coup de foudre amical entre les deux femmes, malgré la différence d’âge, Daphnée pourrait être sa grand-mère, c’est d’ailleurs un peu comme ça qu’elle la considère. Les deux amies ont chacune des moments de vie douloureux, des plaies qui sont encore à vif, des souvenirs qui les hantent, c’est aussi pour ça qu’elles se comprennent parfaitement. Dans ce roman, Karen Viggers aborde différents sujets de société, l’amour, les liens intergénérationnels, les souvenirs d’enfance refoulés, l’écologie et l’abattage des kangourous qui sont des animaux nuisibles, -ce qui me se semble totalement dingue dans mon esprit d’Européenne-. Elle déroule habilement son histoire en jonglant avec les thèmes, sans que jamais on ne se perde. J’aime beaucoup les personnages du récit, Daphnée et ses souvenirs, sa résilience et son amour pour les siens. Abby et son courage d’aller de l’avant, son amour pour la nature dans laquelle elle se fond parfaitement. Ses souvenirs douloureux avec une maman bipolaire. J’ai un peu plus de mal à la suivre dans son aventure amoureuse parce que je ne la comprends pas, elle a un jeune homme qui est très épris d’elle, qui a énormément à lui offrir et elle freine des quatre fers. Je suis charmé par la faune et la flore. L’autrice décrit tellement bien les paysages, la vallée, le bush, c’est une totale évasion, c’est presque apaisant. Puis il y a un grand passage sur la question de l’abattage des kangourous qui retient toute mon attention. Là encore, l’autrice nous donne des points de vue différents, celui des écologistes, celui des biologistes. C’est parfaitement documenté et expliqué. Je ne perds pas de vue que l’autrice est aussi vétérinaire. On apprend énormément de choses sur les kangourous et j’ai retenu, en particulier, que le bébé qui est lové dans la poche se nomme un Joey, et oui, je l’ignorais ! Il y a bien évidemment ce moment difficile où Abby doit participer à cet abattage, en qualité d’observatrice. J’avoue que ce n’est pas le meilleur moment du livre, c’est même très déplaisant, mais c’est ce qui va raviver des souvenirs chez notre héroïne et, peut-être, l’aider à avancer et y voir plus clair dans sa vie d’adulte. C’est un livre avec lequel j’ai passé un bon moment. J’ai voyagé, j’ai été totalement dépaysée, il a été très instructif, ce n’est pas un coup de coeur mais il mérite bien un quatre étoiles.
    Lire la suite
    En lire moins
  • coquinnette1974 22/08/2022
    Pour faire baisser mon immense PAL, je me suis plongée dans Le murmure du vent de Karen Viggers. Quand Abby rencontre Cameron, tout en lui l'agace. Biologiste, elle arpente seule la vallée des monts Brindabella pour observer le comportement des kangourous. Il est un jeune journaliste en quête d'un article pouvant susciter la polémique. Quand il cherche à la revoir, elle fait tout pour l'éloigner. Pourquoi prendrait-elle le risque d'être à nouveau blessée par la vie ? Un jour, elle rencontre une vieille dame, Daphné, qui a passé sa jeunesse dans ces montagnes et vient régulièrement se ressourcer dans cette nature si chère à son cœur. Malgré leur différence d'âge, les deux femmes se rapprochent. Avec délicatesse, Daphné essaye de sortir Abby de son marasme. Leur amitié leur permettra peut-être enfin de se libérer du passé et de sourire à l'avenir ? Le murmure du vent est un roman dont j'ai beaucoup aimé l'ambiance. L'histoire se déroule en Australie. C'est un pays où j'aimerais aller mais c'est un peu trop loin et surtout je ne suis pas sure d'apprécier les insectes qui y vivent, à commencer par les araignées ! Alors, à défaut d'y aller un jour, je voyage grâce à des romans s'y... Pour faire baisser mon immense PAL, je me suis plongée dans Le murmure du vent de Karen Viggers. Quand Abby rencontre Cameron, tout en lui l'agace. Biologiste, elle arpente seule la vallée des monts Brindabella pour observer le comportement des kangourous. Il est un jeune journaliste en quête d'un article pouvant susciter la polémique. Quand il cherche à la revoir, elle fait tout pour l'éloigner. Pourquoi prendrait-elle le risque d'être à nouveau blessée par la vie ? Un jour, elle rencontre une vieille dame, Daphné, qui a passé sa jeunesse dans ces montagnes et vient régulièrement se ressourcer dans cette nature si chère à son cœur. Malgré leur différence d'âge, les deux femmes se rapprochent. Avec délicatesse, Daphné essaye de sortir Abby de son marasme. Leur amitié leur permettra peut-être enfin de se libérer du passé et de sourire à l'avenir ? Le murmure du vent est un roman dont j'ai beaucoup aimé l'ambiance. L'histoire se déroule en Australie. C'est un pays où j'aimerais aller mais c'est un peu trop loin et surtout je ne suis pas sure d'apprécier les insectes qui y vivent, à commencer par les araignées ! Alors, à défaut d'y aller un jour, je voyage grâce à des romans s'y déroulant :) J'ai trouvé le début prometteur mais très rapidement, je me suis retrouvée déçue par ma lecture. Il y a trop de longueurs et le rythme est trop lent. Je me suis parfois ennuyée, quel dommage ! J'ai été touchée par l'amitié entre Abby et Daphné. Elles n'ont pas le même age mais ont toutes deux des fêlures et sont très attachantes. Cameron est également un personnage intéressant, patient et touchant. Des thèmes intéressants sont abordés, mais je n'ai pas toujours accroché car je me suis parfois perdue ici et là. Cela évoque les aborigènes, le vol de leur terre, mais aussi l'invasion des terres par les kangourous. La matière est là, mais la façon de traiter tout ça ne m'a malheureusement pas convaincue. Il est évident que je ne garderais pas un grand souvenir de Le murmure du vent, dommage ! Ma note : 3,5 étoiles
    Lire la suite
    En lire moins
  • patriciabiron 16/05/2022
    Abby est une jeune biologiste qui étudie les kangourous des montagnes dont elle fait le sujet de sa thèse. Elle fait la rencontre de Cameron, un journaliste venu l'interviewer sur le terrain, alors qu'elle fait ses relevés et observations en solitaire dans la vallée des monts Brindabella au sud est de Canberra. Dans le parc national, Abby fait aussi la connaissance de Daphné, une vieille dame que sa fille amène de tps en tps pour lui permettre de retrouver la terre de son enfance et d'une partie de sa vie de femme, une terre qui lui a pris beaucoup, une terre de souvenirs…. Les 2 femmes nouent rapidement un lien très fort malgré leur différence d'âge. C'est une histoire d'amour que nous conte Karen Viggers. L'amour viscéral pour un pays, ses montagnes et son bush. Une terre qui a longtemps été celle des aborigènes avant qu'on ne la leur vole, une terre que fermiers et éleveurs ont aimé avant que l'état ne les exproprie, une terre occupée par une faune riche, aussi diverse que variée, une terre de contraste avec ses belles forêts et son désert aride et sec. Les descriptions sont magnifiques et très visuelles au point qu'il nous semble... Abby est une jeune biologiste qui étudie les kangourous des montagnes dont elle fait le sujet de sa thèse. Elle fait la rencontre de Cameron, un journaliste venu l'interviewer sur le terrain, alors qu'elle fait ses relevés et observations en solitaire dans la vallée des monts Brindabella au sud est de Canberra. Dans le parc national, Abby fait aussi la connaissance de Daphné, une vieille dame que sa fille amène de tps en tps pour lui permettre de retrouver la terre de son enfance et d'une partie de sa vie de femme, une terre qui lui a pris beaucoup, une terre de souvenirs…. Les 2 femmes nouent rapidement un lien très fort malgré leur différence d'âge. C'est une histoire d'amour que nous conte Karen Viggers. L'amour viscéral pour un pays, ses montagnes et son bush. Une terre qui a longtemps été celle des aborigènes avant qu'on ne la leur vole, une terre que fermiers et éleveurs ont aimé avant que l'état ne les exproprie, une terre occupée par une faune riche, aussi diverse que variée, une terre de contraste avec ses belles forêts et son désert aride et sec. Les descriptions sont magnifiques et très visuelles au point qu'il nous semble les parcourir avec une netteté époustouflante. Karen Viggers excelle dans l'art de la description. C'est aussi une histoire d'amitié et de transmission entre ces 2 femmes qui vont nous faire voyager dans le temps et dans l'espace. Daphné nous confiera le secret qui pèse sur son histoire familiale. Abby la solitaire qui n'a jamais su se délester de celui qui pèse sur sa vie, arrivera à le confier à Daphné. Un roman dépaysant et passionnant où passé et présent se télescopent avec l'histoire des aborigènes et de leur terre ancestrale et celle des kangourous dont la reproduction massive nécessite de trouver une solution pour préserver l'équilibre écologique. Un pays qui me fascine depuis l'adolescence et que j'espère visiter bientôt …
    Lire la suite
    En lire moins
  • charlene_bzh 25/07/2021
    Karen Vigger comme à son habitude nous emporte avec sa plume envoûtante. J'avais adoré La mémoire des embruns et beaucoup moins La maison des hautes falaises. Ce roman m'a envoûté, emporté. Ce que j'aime chez cette auteur, c'est de découvrir des paysages magnifiques, des atmosphères en osmose avec la faune et la flore. Il y Daphné, vieille dame, qui nous partage son passé, sa vie dans le bush australien, son amour de la nature, de son mari, ses blessures et ses regrets. Et il y a Abby, jeune étudiante, scientifique, amoureuse de la nature, des grands espaces et des kangourous qu'elle étudie. Elle aussi n'a pas été épargnée par la vie. Elle traîne avec elle ses blessures et ses cicatrices. La rencontre de ses deux âmes écorchées va les aider à panser leurs blessures. Thèmes redondants chez Karen Vigger : les blessures de la vie et la nature. Une bonne lecture.
  • lulu8723 30/04/2021
    Karen VIGGERS. Le murmure du vent. Karen VIGGERS nous entraîne dans un vaste continent, en Australie. Dépaysement complet. Il y a peu, j’étais dans le Morvan. Malgré la pandémie, je saute dans les avions et je vais explorer ce pays. Abby Hunter, est une jeune étudiante biologiste doctorante. Le sujet de sa thèse : les kangourous. Elle est seule pour faire tous ses relevés et suivre les hardes. Elle parcourt la vallée des monts de Brindabella, située au sud-est de Canberra. Un journaliste, Cameron Barlow, désire faire un reportage sur ce thème et il va l’interviewer. Lorsqu’il la quitte il renverse une maman kangourou, portant un joey dans sa poche ventrale. Abby doit abattre l’animal lourdement blessé et elle confie le bébé à une nursery. Elle est profondément blessée. Des souvenirs émergent par vagues de sa mémoire. Un jour, dans la réserve dont elle assure la surveillance, elle fait la connaissance d’une dame âgée, Daphne, qui vient se ressourcer régulièrement sur cette terre, qu’elle a exploitée avec sa famille avant d’en être expropriée pour créer ce parc naturel. Ces deux femmes vont se lier d’amitié et nous allons pénétrer dans leur intimité. Chacune a des secrets de famille, des non-dits, douloureux.... Karen VIGGERS. Le murmure du vent. Karen VIGGERS nous entraîne dans un vaste continent, en Australie. Dépaysement complet. Il y a peu, j’étais dans le Morvan. Malgré la pandémie, je saute dans les avions et je vais explorer ce pays. Abby Hunter, est une jeune étudiante biologiste doctorante. Le sujet de sa thèse : les kangourous. Elle est seule pour faire tous ses relevés et suivre les hardes. Elle parcourt la vallée des monts de Brindabella, située au sud-est de Canberra. Un journaliste, Cameron Barlow, désire faire un reportage sur ce thème et il va l’interviewer. Lorsqu’il la quitte il renverse une maman kangourou, portant un joey dans sa poche ventrale. Abby doit abattre l’animal lourdement blessé et elle confie le bébé à une nursery. Elle est profondément blessée. Des souvenirs émergent par vagues de sa mémoire. Un jour, dans la réserve dont elle assure la surveillance, elle fait la connaissance d’une dame âgée, Daphne, qui vient se ressourcer régulièrement sur cette terre, qu’elle a exploitée avec sa famille avant d’en être expropriée pour créer ce parc naturel. Ces deux femmes vont se lier d’amitié et nous allons pénétrer dans leur intimité. Chacune a des secrets de famille, des non-dits, douloureux. Toutes les deux, elles ont traversé des épreuves, connu des deuils. Cameron va s’éprendre de Abby, mais cette dernière ne veut pas s’attacher à lui. Abby, pourra-t-elle vivre un réel amour avec cet homme ? Les kangourous prolifèrent. Les fermes ont quasi toutes disparues. La sécheresse règne, le sol aride ne produit plus assez pour nourrir la faune et les troupeaux de moutons, les bovins ne trouvent plus assez d’herbe. Il faut prendre de graves décisions, soit capturer et déplacer des kangourous, soit en exterminer, pour restreindre leur expansion ; il est difficile d’utiliser des méthodes contraceptives, pour limiter les naissances….Abby doit comptabiliser les animaux tués lors d’une battue monstre et tenter de sauver les joey, susceptibles d’être nourris artificiellement Ces évènements tragiques vont raviver un triste souvenir chez Abby. Pourra-t-elle surmonter ce drame et retrouver la paix ? Au contact de Daphné, Abby va prendre de l’assurance et retrouver une certaine confiance en elle. Sera-t-elle cependant assez forte pour gérer toute cette pression psychologique qui affleure, Dans ce roman, se mêle l’aventure, l’amour et nous bénéficions d’une page de géographie et de l’histoire de l’Australie. Nous rencontrons les aborigènes, les stockmen, vivons au rythme des saisons. Nous parcourons ces collines, ces vallons, suivons les cours d’eau sinueux, et apercevons les falaises. Nous faisons de belles rencontres. Un moment de lecture original et dépaysant ; si vous aimez les pays lointains, je vous invite, dans « Le murmure du vent ». (29/04/2021).
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter Les Escales
Découvrez la prochaine Escale de votre voyage littéraire !