Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355846922
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 140 x 220 mm

L'Empreinte

Héloïse ESQUIE (Traducteur)
Date de parution : 10/01/2019
L'Empreinte d'Alex Marzano-Lesnevich a reçu le Grand Prix des Lectrices de Elle 2019 et le Prix du Livre étranger 2019 France Inter / JDD.

 
Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être... Etudiante en droit à Harvard, Alexandria Marzano-Lesnevich est une farouche opposante à la peine de mort. Jusqu’au jour où son chemin croise celui d’un tueur emprisonné en Louisiane, Rick Langley, dont la confession l’épouvante et ébranle toutes ses convictions. Pour elle, cela ne fait aucun doute : cet homme doit être exécuté. Bouleversée par cette réaction viscérale, Alexandria ne va pas tarder à prendre conscience de son origine en découvrant un lien entre son passé, un secret de famille et cette terrible affaire qui réveille en elle des sentiments enfouis. Elle n’aura alors cesse d’enquêter inlassablement sur les raisons profondes qui ont conduit Langley à commettre ce crime épouvantable. 
 
Dans la lignée de séries documentaires comme Making a Murderer, ce récit au croisement du thriller, de l’autobiographie et du journalisme d’investigation, montre clairement combien la loi est quelque chose d’éminemment subjectif, la vérité étant toujours plus complexe et dérangeante que ce que l’on imagine. Aussi troublant que déchirant.
 
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355846922
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 480
Format : 140 x 220 mm
Sonatine

Ils en parlent

« Ce balancement entre autobiographie et journalisme, documentation et imagination, témoignage et intuition, tendresse et horreur est intelligent et élégant. Entre les mains d’un être ou d’un auteur inférieur cet assemblage n’aurait pas tenu, mais Alexandria Marzano-Lesnevich nous offre une œuvre d’art formidable et formidablement difficile qui réclame toute l’intensité de notre attention, de notre conscience et de notre cœur. » Maggie Nelson (Les Argonautes, Une partie rouge)
 
Maggie Nelson (Les Argonautes)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • wangounette Posté le 5 Décembre 2019
    Je viens de refermer les pages de L’empreinte. Il fait partie de ces livres qui marquent, qui laissent une trace derrière eux, qui continuent de raisonner, même longtemps après. Ce genre de livre auxquels on ne peut s’empêcher de penser régulièrement, même des mois après les avoir refermés. Il m’a fait comprendre beaucoup de choses. Puissant, vibrant, touchant. Des thèmes si tabous, et si complexes : la peine de mort, l’inceste, la mémoire traumatique. Mais pas seulement ; c’est aussi un livre sur les liens qui sont fait entre le passé et le présent, la façon dont nous comprenons nos vies et comment certaines certitudes peuvent être bouleversées, pour des raisons que l’ont ne peut parfois comprendre qu’avec l’éclairage du temps où d’un fameux « déclic » dont on ne saisit pas toujours le sens et qui est toujours plus complexe qu’il n’y parait. Parfois difficile à lire (compliquée émotionnellement et abordant des thèmes difficiles), la plume de l’auteure est délicieuse car elle est pleine d’authenticité et de pudeur mêlée. Merci Alexandria Marzano-Lesneviche pour ce fantastique témoignage, pour toutes ces recherches, pour les conclusions que cette histoire vous a permis de tirer sur votre propre vie et pour ce que cela vous... Je viens de refermer les pages de L’empreinte. Il fait partie de ces livres qui marquent, qui laissent une trace derrière eux, qui continuent de raisonner, même longtemps après. Ce genre de livre auxquels on ne peut s’empêcher de penser régulièrement, même des mois après les avoir refermés. Il m’a fait comprendre beaucoup de choses. Puissant, vibrant, touchant. Des thèmes si tabous, et si complexes : la peine de mort, l’inceste, la mémoire traumatique. Mais pas seulement ; c’est aussi un livre sur les liens qui sont fait entre le passé et le présent, la façon dont nous comprenons nos vies et comment certaines certitudes peuvent être bouleversées, pour des raisons que l’ont ne peut parfois comprendre qu’avec l’éclairage du temps où d’un fameux « déclic » dont on ne saisit pas toujours le sens et qui est toujours plus complexe qu’il n’y parait. Parfois difficile à lire (compliquée émotionnellement et abordant des thèmes difficiles), la plume de l’auteure est délicieuse car elle est pleine d’authenticité et de pudeur mêlée. Merci Alexandria Marzano-Lesneviche pour ce fantastique témoignage, pour toutes ces recherches, pour les conclusions que cette histoire vous a permis de tirer sur votre propre vie et pour ce que cela vous a apporté. Et à nous aussi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • _BNFA Posté le 4 Décembre 2019
    En 2003, Alexandra Marzano-Lesnevich étudie le droit à Harvard. À l’occasion d’un stage dans un cabinet d’avocats de La Nouvelle Orléans, elle visionne une vidéo dans laquelle le pédophile Ricky Langley reconnaît être l’auteur du meurtre du petit Jérémy retrouvé mort en 1992. Elle déclarera plus tard que la vue de cette vidéo l'a profondément bouleversée et elle voudra en comprendre la raison. Pourquoi se met-elle soudain à douter de ses convictions, notamment celles liées à son engagement contre la peine de mort ? Pourquoi des traumatismes de son enfance ressurgissent-ils ? Pourquoi est-elle interpelée à ce point par Ricky Langley ? Pourquoi ce besoin irrésistible de remuer le passé ? Pourquoi engager une telle démarche ? Autant d’interrogations qui pousse la romancière à mener une introspection très fine en même temps qu’une enquête quasi journalistique, s’appuyant sur des articles de presse, des reportages télévisés et des comptes-rendus d’audience. L’empreinte est un livre fort. Il pose beaucoup de questions sur l’institution judiciaire et sur la recherche de la vérité, sur la culpabilité et les circonstances atténuantes, sur les comportements humains et la notion de pardon, sur l’héritage familial et les secrets de famille. L’écriture est précise, chirurgicale. La construction s’apparente... En 2003, Alexandra Marzano-Lesnevich étudie le droit à Harvard. À l’occasion d’un stage dans un cabinet d’avocats de La Nouvelle Orléans, elle visionne une vidéo dans laquelle le pédophile Ricky Langley reconnaît être l’auteur du meurtre du petit Jérémy retrouvé mort en 1992. Elle déclarera plus tard que la vue de cette vidéo l'a profondément bouleversée et elle voudra en comprendre la raison. Pourquoi se met-elle soudain à douter de ses convictions, notamment celles liées à son engagement contre la peine de mort ? Pourquoi des traumatismes de son enfance ressurgissent-ils ? Pourquoi est-elle interpelée à ce point par Ricky Langley ? Pourquoi ce besoin irrésistible de remuer le passé ? Pourquoi engager une telle démarche ? Autant d’interrogations qui pousse la romancière à mener une introspection très fine en même temps qu’une enquête quasi journalistique, s’appuyant sur des articles de presse, des reportages télévisés et des comptes-rendus d’audience. L’empreinte est un livre fort. Il pose beaucoup de questions sur l’institution judiciaire et sur la recherche de la vérité, sur la culpabilité et les circonstances atténuantes, sur les comportements humains et la notion de pardon, sur l’héritage familial et les secrets de famille. L’écriture est précise, chirurgicale. La construction s’apparente à celle d’un thriller et nous tient en haleine. Un récit qui fait réfléchir et qui risque d’ébranler bien des certitudes. (A.P.)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Hiug Posté le 1 Décembre 2019
    Excellent récit qui croise propos autobiographiques et recherches policières. Réflexion intéressante sur les liens familiaux, l’inceste et la peine de mort.
  • Marylou26 Posté le 26 Novembre 2019
    Lu en deux jours. Quel témoignage intelligent et sensible... À travers le meurtre sordide du petit Jeremy Guillory, six ans, et du déroulement de l’enquête et du procès de son agresseur, c’est son histoire familiale que l’auteure interroge, et dont elle tente de se libérer. Elle y décrit des agressions subies, qui peuvent être difficiles à lire et qui même suscitent le dégoût qu’elle a elle-même ressenti, mais c’est bien fait, sans traumatiser le lecteur, dans un souci de s’approcher de sa vérité, celle qui l’aidera à mieux composer avec les événements. Très bon.
  • Lucrese1 Posté le 26 Novembre 2019
    "Rather than love, than money, than fame, give me truth." Henry David Thoreau. Comment parler d'un livre aussi touchant, aussi intéressant, ou le droit est remis en question, un livre dans lequel l'acharnement, les investigations sur le cas "Ricky Langley", un sujet extrêmement délicat vu qu'il s'agit d'un pédophile condamné à la peine de mort pour le meurtre du petit Jeremy, un petit garçon de 6 ans? Un livre qui, au départ, me faisait un peu peur non justement à cause des sujets aussi graves qu'il aborde! Ce ne sera pas chose simple mais je me jette à l'eau au risque de devenir trop bavarde tellement j'ai aimé ce livre et en essayant de ne pas dévoiler! Il faut tout d'abord savoir qu'il ne s'agit pas d'un livre à suspense, tous les résumés, toutes les critiques disent bien qu'il s'agit d'un crime qui a eu lieu, il s'agit d'une histoire vraie et dès le début on connait le meurtrier et on sait que l'écrivaine a été confrontée à cette histoire en regardant les aveux de Langley. On sait aussi que ce crime va changer ses convictions au sujet de la peine de mort. Alexandria Marzano - Lesnevich nous raconte en parallèle... "Rather than love, than money, than fame, give me truth." Henry David Thoreau. Comment parler d'un livre aussi touchant, aussi intéressant, ou le droit est remis en question, un livre dans lequel l'acharnement, les investigations sur le cas "Ricky Langley", un sujet extrêmement délicat vu qu'il s'agit d'un pédophile condamné à la peine de mort pour le meurtre du petit Jeremy, un petit garçon de 6 ans? Un livre qui, au départ, me faisait un peu peur non justement à cause des sujets aussi graves qu'il aborde! Ce ne sera pas chose simple mais je me jette à l'eau au risque de devenir trop bavarde tellement j'ai aimé ce livre et en essayant de ne pas dévoiler! Il faut tout d'abord savoir qu'il ne s'agit pas d'un livre à suspense, tous les résumés, toutes les critiques disent bien qu'il s'agit d'un crime qui a eu lieu, il s'agit d'une histoire vraie et dès le début on connait le meurtrier et on sait que l'écrivaine a été confrontée à cette histoire en regardant les aveux de Langley. On sait aussi que ce crime va changer ses convictions au sujet de la peine de mort. Alexandria Marzano - Lesnevich nous raconte en parallèle sa propre histoire, elle écrit son autobiographie, ce qui est nécessaire car si elle va s'acharner à vouloir comprendre le drame qu'il s'est passé en Louisiane en février 1992, il faut qu'elle comprenne d'où vient ce changement radical d'opinion en ce qui concerne la peine de mort : en effet, en 2002, ALexandria Marzano-Lesnevich est étudiante en droit et ne croit pas en la peine de mort, elle est contre Jusqu'au moment où elle sera confrontée à voir une vidéo. Sur cette vidéo, des aveux, des aveux qui donnent froid dans le dos ( je l'ai vue moi aussi! ), les aveux d'un jeune homme qui explique froidement la façon dont il a pris la vie d'un petit garçon de 6 ans . A ce moment, elle veut qu'il meurt! Elle va se rendre compte que certains de ses souvenirs d'enfance, jusque là enfuits, cachés, les souvenirs des visites nocturnes d'un proche, un adulte qui fait partie de sa famille et qui est là pour la garder, la protéger lors des sorties de ses parents et qui a abusé d'elle alors qu'elle aussi n'était qu'une petite fille, comme Jeremy! J'imagine sa douleur, j'imagine très bien et je comprends tout à fait son besoin de se confier, de parler, de comprendre! Et puis, comment ne pas admirer son courage, celui d'abandonner le droit, ce droit qu'elle aime tant depuis son enfance, le droit, la justice qui selon elle doit encore être objectif, comment pouvoir défendre une personne qui a commis un délit qui fera qu'elle perdra cette objectivité? Si chaque fois qu'elle est confrontée à un client qui a commis un acte qui lui rappelle ses douloureux souvenirs d'enfance, elle perd toute objectivité, elle n'y arrivera pas et déciderait alors qu'elle n'est plus capable de devenir l'avocate impartiale qu'elle rêvait de devenir comme ses parents et prendra sans doute une très bonne décision qui pourtant va être très difficile, celle d'abandonner ses études de droit et à notre grand plaisir de nous, lecteurs, elle va se diriger vers l'écriture. Elle est aujourd'hui professeure de littérature et a écrit ce livre qui est devenu au fil des pages un de mes livres préférés du 21ème siècle. Elle alterne avec brio les deux récits qui donneront vie à cette oeuvre, le procès de Ricky Langley mais aussi sa vie, son parcours et les chemins empruntés par ce dernier et sa famille qui l'ont mené aux couloirs de la mort puis à la prison à perpétuité lors des différents procès et son histoire de petite fille apeurée prisonnière dans le corps d'une adulte avide d'explications, de vérité. Ne vous attendez surtout pas à la reproduction mot pour mot d'un procès mais à un livre puissant, beau, doté d'un lyrisme à couper le souffle dans lequel elle nous raconte les deux histoires qui vont changer sa vie à tout jamais! La force qui fait aussi la beauté de ce livre à part la plume en or de l'auteure et un lyrisme à couper le souffle est cette honnêteté avec laquelle elle se confie et les descriptions...les descriptions de la maison familiale des Marzano-Lesnevich dans le New Jersey, la maison dans laquelle on retrouvera le petit Jeremy en Louisiane mais aussi les bâtiments universitaires, ainsi que tout ce qui caractérise ces différentes régions; les bibliothèques et tous les autres endroits dans lesquels elle passera du temps à comprendre, à comprendre les autres, toujours en quête de vérité ! Alexandria Marzano-Lesnevich a aussi une sensibilité à fleur de peau qui m'a énormément touchée, on le sent lorsqu'elle nous parle de sa vie d'enfant, de sa famille qu'elle aime, y compris celui qui lui a fait tant de mal durant son enfance mais aussi lorsqu'elle nous parle du petit Jeremy et de sa maman, cette maman qui tente d'épargner la peine de mort à l'assassin de son fils, de l'enfant qu'elle porte au moment du procès, le petit frère que Jeremy ne connaîtra jamais. On ressent aussi cette sensibilité lorsqu'elle nous raconte l'histoire de Ricky, de ses parents, de son frère et sa soeur morts avant sa naissance, le tout sans jamais devenir larmoyante! Tous ces éléments font de "L'empreinte" une belle réussite! Un livre que je ne peux que vous recommander! Un cinq étoiles sans hésitation pour ce livre dans lequel travail d'investigation, autobiographie, histoire policière, roman noir, rédemption, l'histoire d'une maman, d'un petit garçon, l'histoire d'une petite fille, un livre dans lequel tous ces éléments se mélangent merveilleusement bien!
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par Lisez

    Accro à "Mindhunter" ? Ces livres sont faits pour vous

    Série fascinante et obsédante, Mindhunter plante son décor dans l'Amérique des années 70 sur les traces de deux agents du FBI chargés de dresser les profils-types d'assassins, bientôt appelés tueurs en série. C'est la naissance du profilage. Produite et partiellement réalisée par David Fincher, la création Netflix se joue des codes de la série policière, préférant la tension à l'action, les dialogues qui se prolongent aux attaques sanglantes. En manque de Mindhunter ? Voici quelques livres à dévorer en attendant le retour des agents Ford et Tench.

    Lire l'article
  • Par Lisez

    Grand Prix des lectrices ELLE : Jesmyn Ward et Alexandria Marzano-Lesnevich récompensées

    Le jury a voté. Le 50e Grand Prix des lectrices ELLE a récompensé quatre auteurs et autrices, dont Le Chant des revenants de Jesmyn Ward et L’Empreinte d’Alexandria Marzano-Lesnevich, publiées respectivement aux éditions Belfond et Sonatine.

    Lire l'article