Lisez! icon: Search engine
Presses de la cité
EAN : 9782258163522
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 140 x 225 mm

Les Miracles de l'Ourcq

Date de parution : 03/10/2019
Un village bohème aux portes de Paris, le long du canal de l’Ourcq. Une communauté bigarrée, insolente de vie malgré les coups durs, qui cherche un sens à la vie. Et l’amour…
Un premier roman irrésistible, écrit d’une plume virtuose, qui parle au cœur et où il est question d’humanité, d’espoir, du droit à la différence. De nous, de l’autre…
 
Sur les bords du canal de l’Ourcq à Paris, toute une population en marge a construit des villages avec des maisons de fortune en carton recouvertes de bâches en plastique. On y rencontre le Vieux, qui, après un naufrage personnel, s’adonne dans sa petite caravane à sa passion du tricot... Sur les bords du canal de l’Ourcq à Paris, toute une population en marge a construit des villages avec des maisons de fortune en carton recouvertes de bâches en plastique. On y rencontre le Vieux, qui, après un naufrage personnel, s’adonne dans sa petite caravane à sa passion du tricot ; Sandra, atteinte du syndrome de Gilles de La Tourette ; Bella, qui est voyante, ou encore Noury le musicien. Il y a aussi Juno, le Brésilien poète illettré, fou amoureux d’une écrivaine infirme au succès grandissant. Cette population de cabossés aurait bien besoin d’un
coup de pouce du destin. Jusqu’au jour où surgissent les miracles de l’Ourcq...
Les Miracles de l’Ourcq est un premier roman irrésistible qui va droit au coeur, où il est question, au fil des pages, d’humanité, d’espoir, du droit à la différence.
De nous, de l’autre…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782258163522
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 320
Format : 140 x 225 mm

Ils en parlent

"Un univers riche et coloré pour ce roman qui a été récompensé par le Prix Jean Anglade."
Centre Presse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Walkyrie29 Posté le 6 Décembre 2019
    Au bord du canal de l’Ourcq, une ribambelle de personnages vivent dans des habitations de fortune faites de bric et de broc pour certains, dans des caravanes pour d’autres. Des marginaux ayant chacun une histoire, un passé qui les ont projetés ici, ensemble, aussi opposés de caractère et de personnalité que réunis dans la précarité. Ils vivent ensemble, se soutiennent et s’acceptent les uns les autres. Puis un jour, le vieux décède, emporté par l’alcool, et c’est le début des miracles. Cet ouvrage marque particulièrement par sa galerie de personnages qui sont tous plus attachants les uns que les autres, des personnages individualisés, bien dépeints, peut-être légèrement caricaturés pour renforcer le message que l’auteure a souhaité transmettre à travers chacun d’entre eux. Ainsi, nous avons Juno originaire du Brésil, poétique et tombé amoureux de la France et d’une écrivaine, le Vieux, sombrant peu à peu dans l’alcoolisme devenu SDF après la perte de sa femme, Sandra, la jeune femme bien apprêtée aux allures de jeune cadre dynamique, atteinte du syndrome de Gilles de la Tourette et se baladant partout avec son trousseau de clés rassurant, Bella la voyante qui a fui son succès passé, Isabelle, écrivaine et handicapée suite à un... Au bord du canal de l’Ourcq, une ribambelle de personnages vivent dans des habitations de fortune faites de bric et de broc pour certains, dans des caravanes pour d’autres. Des marginaux ayant chacun une histoire, un passé qui les ont projetés ici, ensemble, aussi opposés de caractère et de personnalité que réunis dans la précarité. Ils vivent ensemble, se soutiennent et s’acceptent les uns les autres. Puis un jour, le vieux décède, emporté par l’alcool, et c’est le début des miracles. Cet ouvrage marque particulièrement par sa galerie de personnages qui sont tous plus attachants les uns que les autres, des personnages individualisés, bien dépeints, peut-être légèrement caricaturés pour renforcer le message que l’auteure a souhaité transmettre à travers chacun d’entre eux. Ainsi, nous avons Juno originaire du Brésil, poétique et tombé amoureux de la France et d’une écrivaine, le Vieux, sombrant peu à peu dans l’alcoolisme devenu SDF après la perte de sa femme, Sandra, la jeune femme bien apprêtée aux allures de jeune cadre dynamique, atteinte du syndrome de Gilles de la Tourette et se baladant partout avec son trousseau de clés rassurant, Bella la voyante qui a fui son succès passé, Isabelle, écrivaine et handicapée suite à un accident, et tant d’autres. Au fil du roman, les miracles s’accumulent, la vie des uns et des autres semblent s’améliorer, cela sombre rapidement dans la comédie farfelue et autres joyeusetés du genre, le genre conte moderne bien ancré dans la réalité mais avec ses touches fantasques et fantastiques qui viennent rendre cette lecture un peu plus magique, sans pour autant en oublier le fond nettement moins joyeux de la vie de ces femmes et de ces hommes dans leur camp en marge de la société. L’auteure rend les choses plus légères, une façon intelligente et sensible d’aborder une multitude de thématiques souvent tabous ou finalement assez peu acceptés, pour mettre en lumière des valeurs humaines et humanistes avec des notions de bonté, d’entraide, de tolérance. Le tout est écrit avec simplicité, pas de fioritures littéraires dans cet ouvrage, seulement beaucoup de sensibilité. Le seul bémol reste le fait que j’ai eu du mal à m’y plonger pleinement malgré le fond qui correspond à ce que j’apprécie en temps normal, une affaire de moment de lecture tout simplement je pense. En bref, un roman aux thématiques sensibles et fortes et aux valeurs profondément humanistes mené tambour battant par une panoplie de personnages attachants et émouvants. Un joli premier titre ! Je remercie Babelio et son partenaire les éditions Presse de la cité pour ce partenariat.
    Lire la suite
    En lire moins
  • ataxye Posté le 28 Novembre 2019
    Véronique Pierron donne la parole a tous les oubliés, les écorchés de la vie. Au bord d’un canal, ils se sont créé une existence de tôle, carton et toiles… Certains par choix, d’autres par nécessité. Chacun avec son existence singulière, porte les stigmates d’un dérapage mais aussi d’une vie passée avec ces valeurs et ses moments heureux. « Pour être libre, faut avoir rien à perdre » s’illustre ici par des valeurs élémentaires et pourtant loin des préoccupations de la société consumériste : solidarité, l'amour, l'espoir, respect et amitié sont au centre de cette communauté d’Oubliés, le long des berges du Canal de l'Ourq. Au fil du récit, on apprend à connaître un peu mieux Juno, le Vieux, Sandra, Isabelle, et tous ces anonymisés par la rue. Prendre le temps de s’assoir au bord du trottoir, dépasser la crainte du « Bordel de clés », apprendre à partager ensemble un moment d’humanité… C’est ce que propose ce premier roman aussi surprenant que positif. Car si les situations amènent inévitablement à une réflexion difficile sur notre société, elles montrent aussi qu’un retour à l’essentiel est possible et que ce sont eux qui y parviennent le mieux. J’ai ressenti beaucoup de force, de... Véronique Pierron donne la parole a tous les oubliés, les écorchés de la vie. Au bord d’un canal, ils se sont créé une existence de tôle, carton et toiles… Certains par choix, d’autres par nécessité. Chacun avec son existence singulière, porte les stigmates d’un dérapage mais aussi d’une vie passée avec ces valeurs et ses moments heureux. « Pour être libre, faut avoir rien à perdre » s’illustre ici par des valeurs élémentaires et pourtant loin des préoccupations de la société consumériste : solidarité, l'amour, l'espoir, respect et amitié sont au centre de cette communauté d’Oubliés, le long des berges du Canal de l'Ourq. Au fil du récit, on apprend à connaître un peu mieux Juno, le Vieux, Sandra, Isabelle, et tous ces anonymisés par la rue. Prendre le temps de s’assoir au bord du trottoir, dépasser la crainte du « Bordel de clés », apprendre à partager ensemble un moment d’humanité… C’est ce que propose ce premier roman aussi surprenant que positif. Car si les situations amènent inévitablement à une réflexion difficile sur notre société, elles montrent aussi qu’un retour à l’essentiel est possible et que ce sont eux qui y parviennent le mieux. J’ai ressenti beaucoup de force, de courage et de possible au travers de ces destins. J’ai également beaucoup aimé les clins d’œil humoristiques et la manière de ficeler le roman. J’ai été un peu plus gênée par la dimension fantastique. Je ne m’attendais pas à ce genre en choisissant ce roman. Merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité pour cette découverte !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Waterlyly Posté le 28 Novembre 2019
    Bienvenue sur les rives de l’Ourcq. Ici, il y a un petit camp de personnes oubliées et en marge, qui rêvent d’une vie meilleure et de laisser derrière eux la pauvreté. Il y a Juno, Sandra, Noury, Cosmin, et bien d’autres personnes qui n’aspirent qu’a remettre du soleil dans leur quotidien, depuis qu’ils se sont malheureusement retrouvés sans domicile fixe, et ce pour diverses circonstances. C’est alors que va débuter une série de miracles au camp et les habitants vont ainsi pouvoir s’enrichir et s’en sortir. Que d’originalité dans ce roman ! J’ai rarement lu un livre qui sorte autant du lot, de par son postulat de départ des plus originaux, mais surtout de par cette écriture et cette histoire colorée et remplie d’humanisme. L’auteure a touché ma corde sensible et j’avoue que j’ai quitté avec regret cet univers. Véronique Pierron a créé une sorte de huis-clos littéraire, en faisant de ce camp une espèce de bulle protectrice et bienveillante. Les personnages sont tout simplement attachants, et leurs histoires respectives touchantes. C’est avec beaucoup d’émotions que je me replongeais à chaque fois dans ce microcosme qu’a su créer l’auteure. Je me suis sentie une spectatrice privilégiée de cet univers et... Bienvenue sur les rives de l’Ourcq. Ici, il y a un petit camp de personnes oubliées et en marge, qui rêvent d’une vie meilleure et de laisser derrière eux la pauvreté. Il y a Juno, Sandra, Noury, Cosmin, et bien d’autres personnes qui n’aspirent qu’a remettre du soleil dans leur quotidien, depuis qu’ils se sont malheureusement retrouvés sans domicile fixe, et ce pour diverses circonstances. C’est alors que va débuter une série de miracles au camp et les habitants vont ainsi pouvoir s’enrichir et s’en sortir. Que d’originalité dans ce roman ! J’ai rarement lu un livre qui sorte autant du lot, de par son postulat de départ des plus originaux, mais surtout de par cette écriture et cette histoire colorée et remplie d’humanisme. L’auteure a touché ma corde sensible et j’avoue que j’ai quitté avec regret cet univers. Véronique Pierron a créé une sorte de huis-clos littéraire, en faisant de ce camp une espèce de bulle protectrice et bienveillante. Les personnages sont tout simplement attachants, et leurs histoires respectives touchantes. C’est avec beaucoup d’émotions que je me replongeais à chaque fois dans ce microcosme qu’a su créer l’auteure. Je me suis sentie une spectatrice privilégiée de cet univers et de ces personnages évoluant bon gré mal gré au rythme de leurs réussites et de leurs déconvenues. Ce roman fait la part belle à de magnifiques valeurs. En effet, ici, l’entraide sera de mise entre ces habitants, mais également la générosité, le partage, la loyauté. J’ai été en immersion totale avec ce camp. J’ai appris à connaître les personnages, je me suis émue avec leurs histoires, et j’ai été captivée par leurs aventures. La plume est très particulière. Alors attention, il se peut que vous ayez un peu du mal au début, comme ce fut le cas pour moi, mais ne vous arrêtez pas à ce détail. Une fois que vous serez rentrés dans cette histoire, vous vous apercevrez que l’écriture est en totale adéquation. C’est en effet une plume poétique, colorée, avec des phrases ayant une résonance particulière que nous offre ici l’auteure. Il faut juste se laisser bercer. Un très beau récit, où les valeurs se côtoient, telles que l’amitié, la loyauté, la générosité et l’entraide. Au travers d’un microcosme littéraire, l’auteure a su m’immerger totalement dans ce camp particulier et je me suis sentie privilégiée de pouvoir, l’espace de quelques pages, être spectatrice de ces personnages touchants. À découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • magalibertrand Posté le 27 Novembre 2019
    Besoin d’un peu de couleurs dans la grisaille ? Envie d’exotisme sans empreinte carbone ? Osez ce petit détour vers la littérature chamarrée, celle qui n’est ni blanche ni noire, celle qui parcourt les sentiers battus de notre hexagone sans avoir forcément les deux pieds dans le même sabot, celle qui, avec le Prix Jean Anglade du premier roman, ouvre ses pages à de nouvelles plumes intrépides prêtes à conquérir de nouveaux espaces, la littérature du Terroir au sens noble du terme. Car avec Véronique Pierron, première lauréate de ce tout jeune Prix, qui ouvre le ban avec Les miracles de l’Ourcq, c’est le dépaysement assuré aux portes de Paris grâce à une plume d’une rare inventivité ! Dans un roman plein de surprises et d’audace, Véronique Pierron donne vie à des personnages truculents, hauts en couleurs et très attachants qui, comme elles, osent tout : de la course poursuite en fauteuil roulant à la pêche miraculeuse, de la traversée des frontières à rencontre de mondes inaccessibles. Entre Roms, « Voyageurs » et petite troupe hétéroclite de quidams à la marge, c’est une drôle de société d’un genre nouveau qui s’épanouit et cohabite sur les berges du canal de l’Ourcq,... Besoin d’un peu de couleurs dans la grisaille ? Envie d’exotisme sans empreinte carbone ? Osez ce petit détour vers la littérature chamarrée, celle qui n’est ni blanche ni noire, celle qui parcourt les sentiers battus de notre hexagone sans avoir forcément les deux pieds dans le même sabot, celle qui, avec le Prix Jean Anglade du premier roman, ouvre ses pages à de nouvelles plumes intrépides prêtes à conquérir de nouveaux espaces, la littérature du Terroir au sens noble du terme. Car avec Véronique Pierron, première lauréate de ce tout jeune Prix, qui ouvre le ban avec Les miracles de l’Ourcq, c’est le dépaysement assuré aux portes de Paris grâce à une plume d’une rare inventivité ! Dans un roman plein de surprises et d’audace, Véronique Pierron donne vie à des personnages truculents, hauts en couleurs et très attachants qui, comme elles, osent tout : de la course poursuite en fauteuil roulant à la pêche miraculeuse, de la traversée des frontières à rencontre de mondes inaccessibles. Entre Roms, « Voyageurs » et petite troupe hétéroclite de quidams à la marge, c’est une drôle de société d’un genre nouveau qui s’épanouit et cohabite sur les berges du canal de l’Ourcq, à l’image de ses maisons, bizarre, de guingois, mais accueillante et pleine de lumière, vivant son humanité selon ses propres règles, ses propres croyances, ses rencontres surprenantes, voire inespérées. Il y a de la gaieté, de la chaleur et une imagination pleine de saveur dans ce premier roman dont on ne doute pas qu’il soit le premier d’une nouvelle vigoureuse lignée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cecille Posté le 14 Novembre 2019
    Voici un roman dédié aux oubliés de la société, les exilés, les malades ... Tous vivent sur les bords du canal de l'Ourq, enfin il y a ceux qui vivent rive gauche et ceux vivant rive droite : les Roms et les voyageurs. Ils sont installés dans des caravanes ou des cabanes en bois bricolées. On s'attache à toutes ces personnalités particulières : Juno arrivé du Brésil, " persuadé que ce pays était fait pour lui et lui pour ce pays ", Le Vieux, qui ayant perdu sa femme, a sombré dans l'alcoolisme délaissant deux enfants, Sandra victime d'une descente en enfer après une vie tout à fait ordinaire et qui souffre du syndrome Gilles de la Tourette....Bella la voyante, Cosmin, la jeune Anna.... Et Isabelle ! Qui est cette fameuse Isabelle ? C'est une jeune femme handicapée suite à un accident de la route, écrivaine. Voilà je ne vais pas vous en dire davantage pour que comme moi vous soyez pleinement surpris par chacun de ces personnages de ce roman qui vivent ensemble ou vont se rencontrer ! Ces personnages qui parviennent à garder l'espoir, c'est incroyable comme ils sont beaux dans leur âme ces femmes et ces hommes, ces jeunes et... Voici un roman dédié aux oubliés de la société, les exilés, les malades ... Tous vivent sur les bords du canal de l'Ourq, enfin il y a ceux qui vivent rive gauche et ceux vivant rive droite : les Roms et les voyageurs. Ils sont installés dans des caravanes ou des cabanes en bois bricolées. On s'attache à toutes ces personnalités particulières : Juno arrivé du Brésil, " persuadé que ce pays était fait pour lui et lui pour ce pays ", Le Vieux, qui ayant perdu sa femme, a sombré dans l'alcoolisme délaissant deux enfants, Sandra victime d'une descente en enfer après une vie tout à fait ordinaire et qui souffre du syndrome Gilles de la Tourette....Bella la voyante, Cosmin, la jeune Anna.... Et Isabelle ! Qui est cette fameuse Isabelle ? C'est une jeune femme handicapée suite à un accident de la route, écrivaine. Voilà je ne vais pas vous en dire davantage pour que comme moi vous soyez pleinement surpris par chacun de ces personnages de ce roman qui vivent ensemble ou vont se rencontrer ! Ces personnages qui parviennent à garder l'espoir, c'est incroyable comme ils sont beaux dans leur âme ces femmes et ces hommes, ces jeunes et ces vieux vivants ensemble et même ces morts. Oui car ils sont là eux aussi, entre le Vieux qui lui installé sur son nuage essaye d'aider ses amis...... en créant ces petits miracles, peut être d'ailleurs un peu trop farfelus, comme l'idée du Requin blanc, lui même a trouvé cette idée peut être exagérée car il a eu des conséquences tout de même dramatique et irréversibles, ce fantôme qui a tant aimé Bella et qui lui revient.... C'est étrange, moi qui aime les histoires, celles qui débordent d'imagination entre autre .... je ne sais pas pourquoi je n'ai pas été captivée totalement comme je l'avais imaginé être en lisant la quatrième de couverture. Dans cette lecture j'ai trouvé des échos à ma dernière lecture de Mathias Malzieu avec Une sirène à Paris .... que j'avais adoré par ailleurs ... on retrouve aussi avec Sandra, un des personnages du dernier roman de Martine Sabine Roger : Harmonie, elle aussi victime du syndrome de Gilles de la Tourette. En tous les cas, c'est un livre heureux malgré une ambiance pesante, un livre qui révèle la solidarité, l'amour, l'espoir et qui sous sa forme de fable, a une résonance avec tout ce qui se passe aujourd'hui. Oui ces gens aux abords de Paris, par exemple, ces gens appelés Migrants à ce jour sont des personnes à part entière, qui savent aussi vivre de trois fois rien, savent garder l'espoir, l'espoir de retrouver une vie meilleure dans ces conditions inhumaines. Personne ne sait de quoi sera fait demain. Qui peut dire que moi je ne serais pas le prochain à la rue ? Voilà ce que l'auteure Véronique Pierron nous redit avec une plume très fantaisiste. #LesMiraclesDeLOurcq #NetGalleyFrance
    Lire la suite
    En lire moins
Toute l'actualité des éditions Presses de la Cité
Des comédies hilarantes aux polars les plus noirs, découvrez chaque mois nos coups de cœur et de nouvelles idées de lecture.