Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355848124
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 220 mm
Nouveauté

Lire les morts

Fabrice POINTEAU (Traducteur)
Date de parution : 01/10/2020
Personne ne peut empêcher les morts de parler.
 
Camaho, une île des Caraïbes. Michael Digson survit tant bien que mal dans une cahute héritée de sa grand-mère. Jusqu’au jour où il croise la route de Chilman, un vieux flic anticonformiste qui lui propose d’intégrer la brigade criminelle. Un peu réticent, Digson accepte finalement de rejoindre son équipe, y voyant l'occasion de reprendre... Camaho, une île des Caraïbes. Michael Digson survit tant bien que mal dans une cahute héritée de sa grand-mère. Jusqu’au jour où il croise la route de Chilman, un vieux flic anticonformiste qui lui propose d’intégrer la brigade criminelle. Un peu réticent, Digson accepte finalement de rejoindre son équipe, y voyant l'occasion de reprendre l’enquête sur le meurtre de sa mère, jamais élucidé. Alors qu'il s’avère particulièrement efficace dans la lecture des scènes de crime, Chilman lui confie une affaire qui le hante depuis longtemps, la disparition suspecte d’un jeune homme.
------
Luttes de pouvoir entre les communautés, sectes religieuses, tensions sociales et raciales, poids de l’histoire et de la mémoire… loin d'un simple cold case, l’enquête de Digson offre un voyage vertigineux à travers un territoire marqué par la violence, les croyances et la superstition. Poète reconnu, Jacob Ross nous offre ici un roman noir aussi atypique que son héros, écrit dans une langue exceptionnelle. 

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355848124
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 360
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Si Lire les morts est bien un thriller, ses fulgurances et la qualité de son écriture en font un roman véritablement littéraire, qui impressionne par sa profondeur et sa finesse. »
 
The Guardian
« Jacob Ross est vraiment un auteur remarquable. »
 
Bernardine Evaristo - Booker Prize 2019

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Carolivra Posté le 7 Novembre 2020
    Lire les morts est un vraiment un roman à part qui dénote avec tout ce que j’ai pu lire avant. A la fois polar, roman noir, roman sociétal, Jacob Ross nous livre là un roman d’abord atypique. A Camaho, une île des Caraïbes, Digger assiste au lynchage d’un jeune écolier. Convoqué par la police, il épate le commissaire en chef Chilman, en reconnaissant, rien qu’à leur voix, les meurtriers. Chilman sent qu’il tient là un jeune homme très doué et il lui propose d’intégrer son unité. Digger accepte et reprend la seule enquête que Chilman n’a jamais élucidée: celle de la disparition de Nathan… Lire les morts s’ouvre comme un roman policier classique avec la rencontre entre Digger et Chilman. Ce dernier fait confiance à ce jeune homme très doué pour résoudre des affaires de police. En effet, Digger observe, fait des hypothèses, des déductions à partir de faits empiriques sans jamais se tromper. Puis peu à peu, le roman glisse vers autre chose. Au-delà de l’enquête, l’auteur convoque tout une société qu’il connaît bien puisqu’il est né lui-même dans ces îles. Il faut d’abord s’habituer à la langue créole. Le traducteur réussit très bien à reproduire cette langue très orale... Lire les morts est un vraiment un roman à part qui dénote avec tout ce que j’ai pu lire avant. A la fois polar, roman noir, roman sociétal, Jacob Ross nous livre là un roman d’abord atypique. A Camaho, une île des Caraïbes, Digger assiste au lynchage d’un jeune écolier. Convoqué par la police, il épate le commissaire en chef Chilman, en reconnaissant, rien qu’à leur voix, les meurtriers. Chilman sent qu’il tient là un jeune homme très doué et il lui propose d’intégrer son unité. Digger accepte et reprend la seule enquête que Chilman n’a jamais élucidée: celle de la disparition de Nathan… Lire les morts s’ouvre comme un roman policier classique avec la rencontre entre Digger et Chilman. Ce dernier fait confiance à ce jeune homme très doué pour résoudre des affaires de police. En effet, Digger observe, fait des hypothèses, des déductions à partir de faits empiriques sans jamais se tromper. Puis peu à peu, le roman glisse vers autre chose. Au-delà de l’enquête, l’auteur convoque tout une société qu’il connaît bien puisqu’il est né lui-même dans ces îles. Il faut d’abord s’habituer à la langue créole. Le traducteur réussit très bien à reproduire cette langue très orale dont les tournures de phrases sont bien spéciales. Il y a ensuite l’ambiance. Lire les morts n’est pas un roman haletant. Au contraire, il prend son temps: il nous montre l’île, ses habitants, ses caractéristiques. On ressent la langueur qui habite certains habitants, la pauvreté des uns, l’envie de s’en sortir pour les autres en se frottant à un idéal américain. Jacob Ross profite de son roman pour faire le portrait coloré d’une société caribéenne pétrie de superstitions parfois. C’est surtout un roman construit autour de la langue, brillante ici, Jacob Ross étant poète. On ressent son amour pour les mots, la syntaxe. La langue est riche, envoûtante, chaude comme ce soleil qui tape sur les têtes. En lisant ce roman, on voyage aux confins de ces îles. « Lire les morts » est vraiment un roman à part, à lire d’abord pour sa langue lumineuse et son style incroyable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Bill Posté le 4 Novembre 2020
    A Camaho, une petite île des Caraïbes, Michael Digson survit tant bien que mal dans la cabane héritée de sa grand-mère, qu'il rafistole à chaque coup de vent. Un jour, en ville, il porte assistance à la victime d'une agression et accepte d'identifier les agresseurs à la demande de la police. Son attitude surprend Chilman, un vieux flic anticonformiste qui envisage de créer une section criminelle avec des profils atypiques.  Au départ réticent, Michael accepte et se révèle un très bon élément, surtout pour lire les morts ! Apprendre des cadavres, y repérer les traces de coups et deviner ce qui les a causés. C'est un si bon élément qu'il est envoyé un an en Angleterre pour parfaire ses connaissances en médecine légale !  Au retour, entre deux affaires de cœur compliquées il se consacrera à ce cold-case qui hate Chilman depuis plusieurs années : un jeune homme disparu... Chut ! je ne dévoilerai rein de la suite ...  J'ai beaucoup apprécié ce roman à la langue riche, innovante et même un peu ensrocelante, qui sait faire ressentir la chaleur du soleil, la touffeur de la jungle, et ces différences si marquées entre les classes sociales, vestiges de la colonisation britannique. Roman gagné dans le cadre de l'opération... A Camaho, une petite île des Caraïbes, Michael Digson survit tant bien que mal dans la cabane héritée de sa grand-mère, qu'il rafistole à chaque coup de vent. Un jour, en ville, il porte assistance à la victime d'une agression et accepte d'identifier les agresseurs à la demande de la police. Son attitude surprend Chilman, un vieux flic anticonformiste qui envisage de créer une section criminelle avec des profils atypiques.  Au départ réticent, Michael accepte et se révèle un très bon élément, surtout pour lire les morts ! Apprendre des cadavres, y repérer les traces de coups et deviner ce qui les a causés. C'est un si bon élément qu'il est envoyé un an en Angleterre pour parfaire ses connaissances en médecine légale !  Au retour, entre deux affaires de cœur compliquées il se consacrera à ce cold-case qui hate Chilman depuis plusieurs années : un jeune homme disparu... Chut ! je ne dévoilerai rein de la suite ...  J'ai beaucoup apprécié ce roman à la langue riche, innovante et même un peu ensrocelante, qui sait faire ressentir la chaleur du soleil, la touffeur de la jungle, et ces différences si marquées entre les classes sociales, vestiges de la colonisation britannique. Roman gagné dans le cadre de l'opération Masse critique Mauvais genre de Babelio, que je remercie, tout comme les éditions Sonatine qui m'ont fait parvenir cet ouvrage !  Une belle découverte, et un item supplémentaire coché dans le challenge globe - trotter, l'auteur étant originaire de la Grenade.   
    Lire la suite
    En lire moins
  • sylvaine Posté le 27 Octobre 2020
    Roman atypique aux multiples facettes, Lire les morts de Jacob Ross est un roman à découvrir! Camaho, une île des Caraïbes, Michael Digson survit vaille que vaille. Le toit de la cabane léguée par sa grand-mère s'envole lors d'une tempête il se rend à l'évidence il lui faut un job... sa route l'amène au commissariat où sous la férule de Chilman il va intégrer la brigade criminelle. Les années passent , Chilman a pris sa retraite ou presque et Missa Digger est toujours là. Un roman à multiples facettes donc. Roman noir, roman d'atmosphère où la violence est là omniprésente, où les rapports homme-femme sont encore et toujours dominant-dominée, où la religion s'impose comme une entité incontournable et "intouchable " ou presque, où les tensions raciales et sociales sont palpables, où le pouvoir fascine et rend fou ...Une plongée en apnée qui ne peut laisser indifférent avec tout au bout ce petit rayon de soleil qui fait chaud au coeur. Jacob Ross, poète reconnu, nous offre ici un texte de toute beauté , ses personnages sont profonds, bien cernés, leur langage pour moitié créole est admirablement traduit par Fabrice Pointeau , et puis il y a tous ces paysages, ces... Roman atypique aux multiples facettes, Lire les morts de Jacob Ross est un roman à découvrir! Camaho, une île des Caraïbes, Michael Digson survit vaille que vaille. Le toit de la cabane léguée par sa grand-mère s'envole lors d'une tempête il se rend à l'évidence il lui faut un job... sa route l'amène au commissariat où sous la férule de Chilman il va intégrer la brigade criminelle. Les années passent , Chilman a pris sa retraite ou presque et Missa Digger est toujours là. Un roman à multiples facettes donc. Roman noir, roman d'atmosphère où la violence est là omniprésente, où les rapports homme-femme sont encore et toujours dominant-dominée, où la religion s'impose comme une entité incontournable et "intouchable " ou presque, où les tensions raciales et sociales sont palpables, où le pouvoir fascine et rend fou ...Une plongée en apnée qui ne peut laisser indifférent avec tout au bout ce petit rayon de soleil qui fait chaud au coeur. Jacob Ross, poète reconnu, nous offre ici un texte de toute beauté , ses personnages sont profonds, bien cernés, leur langage pour moitié créole est admirablement traduit par Fabrice Pointeau , et puis il y a tous ces paysages, ces lumières ... du grand art. Un très grand merci à Babelio pour l'organisation de sa masse critique mauvais genres et aux éditions Sonatine pour ce partage.
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !