En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Possession

        Sonatine
        EAN : 9782355846656
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 140 x 220 mm
        Nouveauté
        Possession

        Date de parution : 22/03/2018
        Après Rosemary’s Baby et L’Exorciste, le nouveau classique de l’horreur.
        Malgré une mère alcoolique et un père au chômage, la famille Barrett tente de mener une vie ordinaire dans la tranquille banlieue de Beverly, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de 14 ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des événements de plus en plus angoissants... Malgré une mère alcoolique et un père au chômage, la famille Barrett tente de mener une vie ordinaire dans la tranquille banlieue de Beverly, Massachusetts, jusqu’au jour où leur fille de 14 ans, Marjorie, commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Alors que des événements de plus en plus angoissants se produisent, les Barrett décident de faire appel à un prêtre, qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision ; en contrepartie, elle suivra la guérison de Marjorie en direct. L’émission connaît un succès sans précédent. Pourtant, elle est interrompue du jour au lendemain sans explications. Que s’est-il passé dans la maison des Barrett ?
         
        Avec ce thriller terrifiant d’une rare intelligence, Paul Tremblay réinvente l’horreur à l’ère des médias, de l’avènement de la télé-réalité et de la culture pop. Possession fait partie de ces quelques livres susceptibles de nous procurer des émotions nouvelles, qui continuent à nous hanter bien après la dernière page.
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782355846656
        Façonnage normé : BROCHE
        Nombre de pages : 336
        Format : 140 x 220 mm
        Sonatine
        21.00 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • SerialBookineuse Posté le 29 Avril 2018
          Je remercie les éditions Sonatine pour l’envoi de ce livre. La première chose qui m’a attiré dans ce roman à été la couverture que je trouvais à la fois intrigante et dérangeante. De plus, après avoir lu le résumé, je n’avais qu’une envie, celle de découvrir le récit , Moi qui suis fan de tout ce qui touche aux thrillers et à l’horreur. Au final, j’ai passé un excellent moment de lecture même si je n’ai pas non plus frissonné de peur ! L’intrigue nous emmène à la rencontre de la famille Barrett. Ainsi, c’est à travers le témoignage de Merry, la cadette, qui va se confier à une journaliste, que l’on apprendra l’histoire tragique qui a touché sa famille quinze ans plus tôt lorsqu’elle n’avait que huit ans. En effet, sa grande sœur Marjorie va commencer à manifester des signes inquiétants de troubles de la personnalité. Folie, possession ou crise d’adolescence violente ? La famille Barrett ne sait plus quoi faire pour venir en aide à Marjorie, sans compter sur une précarité financière qui ne fait que s’aggraver. Petit à petit l’idée d’un exorcisme finit par germer dans leurs esprits et afin de pallier à leur soucis d’argent, les parents... Je remercie les éditions Sonatine pour l’envoi de ce livre. La première chose qui m’a attiré dans ce roman à été la couverture que je trouvais à la fois intrigante et dérangeante. De plus, après avoir lu le résumé, je n’avais qu’une envie, celle de découvrir le récit , Moi qui suis fan de tout ce qui touche aux thrillers et à l’horreur. Au final, j’ai passé un excellent moment de lecture même si je n’ai pas non plus frissonné de peur ! L’intrigue nous emmène à la rencontre de la famille Barrett. Ainsi, c’est à travers le témoignage de Merry, la cadette, qui va se confier à une journaliste, que l’on apprendra l’histoire tragique qui a touché sa famille quinze ans plus tôt lorsqu’elle n’avait que huit ans. En effet, sa grande sœur Marjorie va commencer à manifester des signes inquiétants de troubles de la personnalité. Folie, possession ou crise d’adolescence violente ? La famille Barrett ne sait plus quoi faire pour venir en aide à Marjorie, sans compter sur une précarité financière qui ne fait que s’aggraver. Petit à petit l’idée d’un exorcisme finit par germer dans leurs esprits et afin de pallier à leur soucis d’argent, les parents acceptent que cette expérience soit enregistrée pour une émission de télé-réalité. Dès les premières pages, on est directement plongés dans le vif du sujet. C’est donc à travers de l’enfant qu’a été Perdu que l’on assiste à la déchéance progressive de sa famille. Entre un père qui sombre peu à peu dans le fanatisme religieux, une mère de plus en plus démissionnaire et une sœur qui se transforme petit à petit en étrangère, Merry se retrouve perdue et impuissante. L’auteur exploite de manière intelligente la psychologie de chaque personnage pour nous entraîner dans une ambiance sombre et malsaine. Il jour avec nos nerfs et cultive cette ambiguïté qui plane sur la supposée possession de Marjorie. Dès lors que l’on croit avoir résolu le mystère, un retournement de situation vient ébranler nos certitudes. On est presque aussi démunis que Merry pour discerner le vrai du faux. L’auteur a su doser son suspense jusqu’au bout. Paul Tremblay traite par ailleurs d’un aspect tristement virulent dans notre société, à savoir l’engouement des masses pour les médias et en particulier la télé-réalité. Ainsi, le récit de base est ponctué d’articles provenant d’une mystérieuse blogueuse spécialisée dans l’horreur, qui s’amuse à décortiquer les failles et mettre en lumière les clichés que l’on retrouve dans ce genre d’émission. En bref, Possession est un roman immersif et intense de part l’atmosphère oppressante qui s’en dégage. Une sorte de huis clos qui mettra vos nerfs à vif et promet d’en faire frissonner certains d’entre vous. Je suis d’ailleurs curieuse de voir ce que peut bien nous réserver Paul Tremblay à l’avenir !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Ydamelc Posté le 24 Avril 2018
          Les histoires de poltergeist, de possession, d'activités paranormales, ça m'a toujours fait flipper... "L'exorciste", c'est juste pas possible pour moi... J'en ai des souvenirs atroces de ce film, quand j'étais jeune ado... Alors, allez savoir pourquoi, ce titre, cette couverture, ce synopsis, m'ont attirée, dès que j'ai vu ce roman dans le catalogue de Sonatine. Une envie de me confronter à mes peurs, sans doute. J'ai aimé faire connaissance avec la famille Barrett. Elle vit paisiblement à Boston, jusqu'au moment où la plus âgée des deux filles va commencer à se comporter étrangement. Une première partie très réussie. Il y réside du mystère, des questions, une atmosphère angoissante, en plus des nombreuses références et similitudes avec le film L'exorciste. C'est tripant ! Et puis, il y a ces extraits de blog, "La dernière survivante". C'est dans l'air du temps. On y apprend des tas de choses captivantes et intéressantes, sur le véritable déroulement des événements. Mais l'histoire prend ensuite un tournant qui m'a nettement moins plu... La téléréalité, qui aurait pu être un sujet attrayant dans ce contexte, a pris le dessus sur ma peur, mon angoisse. Ces dernières qui avaient été bien titillées auparavant, n'ont absolument plus été sollicitées... C'est dommage. Mon attention a été mise à mal. Par contre,... Les histoires de poltergeist, de possession, d'activités paranormales, ça m'a toujours fait flipper... "L'exorciste", c'est juste pas possible pour moi... J'en ai des souvenirs atroces de ce film, quand j'étais jeune ado... Alors, allez savoir pourquoi, ce titre, cette couverture, ce synopsis, m'ont attirée, dès que j'ai vu ce roman dans le catalogue de Sonatine. Une envie de me confronter à mes peurs, sans doute. J'ai aimé faire connaissance avec la famille Barrett. Elle vit paisiblement à Boston, jusqu'au moment où la plus âgée des deux filles va commencer à se comporter étrangement. Une première partie très réussie. Il y réside du mystère, des questions, une atmosphère angoissante, en plus des nombreuses références et similitudes avec le film L'exorciste. C'est tripant ! Et puis, il y a ces extraits de blog, "La dernière survivante". C'est dans l'air du temps. On y apprend des tas de choses captivantes et intéressantes, sur le véritable déroulement des événements. Mais l'histoire prend ensuite un tournant qui m'a nettement moins plu... La téléréalité, qui aurait pu être un sujet attrayant dans ce contexte, a pris le dessus sur ma peur, mon angoisse. Ces dernières qui avaient été bien titillées auparavant, n'ont absolument plus été sollicitées... C'est dommage. Mon attention a été mise à mal. Par contre, la fin m'a beaucoup plu. Elle est terrible ! Elle vaut le détour, vraiment ! Je n'ai donc pas été complètement conquise par ce roman. Je m'attendais à y trouver de l'horreur, du frisson et des phénomènes paranormaux, mais les phrases d'accroche présentes sur la couverture m'ont sans doute trompée... Qu'on se le dise... Si vraiment Stephen King a tremblé de peur, c'est qu'il n'a jamais lu certains de ses livres ! (Merci, toi)
          Lire la suite
          En lire moins
        • Elodiedaire Posté le 22 Avril 2018
          Meredith dit Merry va nous raconter l’histoire de sa vie, plus précisément de son enfance mais surtout de sa famille. Merry à 8 ans lorsque sa grande soeur, Marjorie, commence à avoir un comportement étrange, presque satanique. Leur père, John, au chômage depuis bien trop longtemps, s’engouffre dans une fascination maladive pour la religion alors quand Marjorie dit entendre des voix dans sa tête, celui-ci pense instantanément qu’elle est possédée par Satan. Entre tout ça, Sarah, la mère de famille qui se laisse sagement porter par les lubies de son mari. Alors que le comportement de Marjorie devient de plus en plus incohérent, le fanatisme de son père monte en puissance (référence plus que prononcé à Jack Nicholson dans Shining). Un flot d’évènement sur-réaliste va se produire, plongeant la famille dans l’horreur. Jusqu’à ce que tout prenne son sens. En plus de sa couverture flippante, le premier livre de Paul Tremblay va vous donner froid dans le dos. L’auteur a une trame à son histoire, il sait de quoi il parle et cela se ressent. Quand Paul Tremblay décide de faire dans l’horrifique, il n’y va pas avec le dos de la cuillère. De nombreuses scènes incroyables pourraient vous empêcher... Meredith dit Merry va nous raconter l’histoire de sa vie, plus précisément de son enfance mais surtout de sa famille. Merry à 8 ans lorsque sa grande soeur, Marjorie, commence à avoir un comportement étrange, presque satanique. Leur père, John, au chômage depuis bien trop longtemps, s’engouffre dans une fascination maladive pour la religion alors quand Marjorie dit entendre des voix dans sa tête, celui-ci pense instantanément qu’elle est possédée par Satan. Entre tout ça, Sarah, la mère de famille qui se laisse sagement porter par les lubies de son mari. Alors que le comportement de Marjorie devient de plus en plus incohérent, le fanatisme de son père monte en puissance (référence plus que prononcé à Jack Nicholson dans Shining). Un flot d’évènement sur-réaliste va se produire, plongeant la famille dans l’horreur. Jusqu’à ce que tout prenne son sens. En plus de sa couverture flippante, le premier livre de Paul Tremblay va vous donner froid dans le dos. L’auteur a une trame à son histoire, il sait de quoi il parle et cela se ressent. Quand Paul Tremblay décide de faire dans l’horrifique, il n’y va pas avec le dos de la cuillère. De nombreuses scènes incroyables pourraient vous empêcher de fermer l’oeil durant la nuit. Si tout comme moi, vous êtes férus de films d’horreur, alors vous serez servie, parce que de nombreuses références sont faites dans ce livre. Notamment avec l’Exorciste de William Friedkin dont l’auteur fait de multiples fois allusions. Mais aussi des références plus subtiles qui ont probablement inspirés l’auteur. Spécialement dans la scène de la cabane où je me suis imaginé dans un des films de Oren Peli (Paranormal activity) avec une touche de M.Night Shyamalan (Le sixième sens). On ressent aussi l’influence de Gore Verbinski dans les créations/descriptions de personnages à des instants T de l’histoire. Pour tout avouer, j’ai été totalement subjuguer par cela. J’aime qu’un auteur, qui aborde un thème ou un sujet particulier, ait fait les recherches nécessaires pour étayer ses propos. Et puis qu’on se le dise, de nos jours, la littérature horrifique est beaucoup trop méconnue. Outre la thématique du livre, je me suis complètement laissé happé par la façon qu’a Paul Tremblay de nous faire ressentir différents émotions par rapport à ses personnages. J’ai été instantanément prise d’affection pour le personnage de Merry, tant pour la Merry enfant, que pour la Merry adulte. Sa fragilité l’a rendue touchante et tellement attachante. Et en même temps, la fillette et la jeune femme qu’elle devient reste d’une force et d’un courage sans égal. Ce personnage restera assurément gravé dans ma mémoire. J’ai été troublée par le personnage de Marjorie, complètement immergé dans les doutes que celle-ci ne cesse de me faire ressentir tout du long de ma lecture. La mère des deux filles m’a fait ressentir énormément de compassion. J’ai eu énormément d’empathie pour cette femme en plein désarrois. Et enfin, le père, John, que je n’ai pas réussi à cerner totalement, parfois fou, parfois lâche. Je reste avec un avis très mitigé quand a ce personnage, mais en même temps, je n’aurai pas désiré de le voir façonner autrement. J’aimerai également vous parler de la subtilité déconcertante dont Paul Tremblay a réussi à faire preuve dans son ouvrage. Ce livre d’horreur selon toute vraisemblance, se transforme avec agilité en thriller déconcertant qui vous laissera complètement désemparé à la fin de votre lecture. Mais aussi en ajoutant un sujet primordial dans notre société d’aujourd’hui, le voyeurisme. Paul Tremblay aborde ce thème notamment avec l’immersion des caméras dans la vie de la famille Barrett lors de la réalisation du Réality TV Show, forçant le lecteur à se poser de nombreuses questions sur le côté malsain de suivre des gens au quotidien sans aucun instant de répit. J’ai été a de nombreuses reprises gênée par cette immersion dans l’intimité de cette famille. Ce qui est pour moi le clos du spectacle, reste cette fin complètement déstabilisant à laquelle on ne s’attend pas. C’est un coup de massue. Le dénouement est là, les révélations sont dites, et on pense avoir le fin mot de cette histoire incroyable. Ce fin mot qui déjà vous laisse completement perdu, complètement désemparé. Mais ce n’est pas tout, bien au contraire. L’auteur ne nous épargne pas puisque les deux pages finales du livre, offre un rebondissement auquel personne n’aurait pensé. Je peux dire sans aucune honte que je suis subjugué par le style de Paul Tremblay, que possession va rester un petit moment dans mon esprit. Pour finir, j’ai ressenti un besoin presque viscéral de suivre cet auteur avec une assiduité non feinte. Lorsque j’ai refermé ce livre, la première chose que j’ai faite, fut de faire quelques recherches au sujet de cet homme. A mon grand regret, « Possession » n’est que la première oeuvre de Paul Tremblay paru en France, mais il est certain que je vais suivre ses prochaines parutions. Car celle-ci est pour moi un gros coup de coeur.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lolinette1985 Posté le 18 Avril 2018
          Cet auteur me faisait de l’œil depuis un moment alors quand j'ai vu qu'il allait enfin être traduit en français il ne m'a pas fallut longtemps pour céder à la tentation. Dans "Possession" on alterne entre blog et récit. Merry est aujourd'hui une adulte, mais enfant elle et sa famille ont été les héros d'une télé-réalité dont le thème était sa sœur "possédée"... Elle nous raconte l'histoire avec le point de vue de l'époque, ses souvenirs sont teintés d'angoisse ainsi que de l'amour qu'elle éprouve pour sa sœur. ça rend le récit très fort. J'ai aimé le roman mais je n'ai pas eu assez peur à mon gout, on referme ce roman avec beaucoup de questions, j'ai beaucoup cogité après coup et il me tourne toujours un peu dans la tête. Je pense retenter des livres de cet auteur.
        • sonfiljuliesuit Posté le 16 Avril 2018
          Un titre, une couverture, l’auteur joue sur nos peurs les plus profondes… Sans être un gage de réussite, la petite phrase de Stephen King, fait son effet… Pour peu que l’on commence sa lecture, en pleine nuit… Nuit, noire et profonde… Et on commence à flipper… Je recherche désespérément LE livre qui arrivera à me faire peur… Cette peur qui te prend aux tripes, qui te prend dans ses griffes… Il y a bien longtemps que je ne l’ai pas ressenti… Du coup avec ce titre, j’espérais… Marjorie Barrett, une adolescente américaine de 14 ans se met à avoir un comportement bizarre. Ses parents l’emmènent consulter un psy, mais la situation empire et devient incontrôlable…. Ils se tournent vers un prêtre… N’arrivant plus à joindre les deux bouts, entre le chômage du père, les frais médicaux… La famille accepte de faire partie d’une télé réalité allant jusqu’à filmer l’exorcisme de leur fille… Punaise, rien que ça c’est glauque… Une histoire de possession à notre époque… La première partie est une plongée dans l’angoisse, la peur. L’auteur, nous rend spectateur de l’histoire de cette famille qui va vivre l’horreur. Le tout raconté par les yeux d’une gamine de 8 ans… Les faits sont exposés, pour rendre la lecture... Un titre, une couverture, l’auteur joue sur nos peurs les plus profondes… Sans être un gage de réussite, la petite phrase de Stephen King, fait son effet… Pour peu que l’on commence sa lecture, en pleine nuit… Nuit, noire et profonde… Et on commence à flipper… Je recherche désespérément LE livre qui arrivera à me faire peur… Cette peur qui te prend aux tripes, qui te prend dans ses griffes… Il y a bien longtemps que je ne l’ai pas ressenti… Du coup avec ce titre, j’espérais… Marjorie Barrett, une adolescente américaine de 14 ans se met à avoir un comportement bizarre. Ses parents l’emmènent consulter un psy, mais la situation empire et devient incontrôlable…. Ils se tournent vers un prêtre… N’arrivant plus à joindre les deux bouts, entre le chômage du père, les frais médicaux… La famille accepte de faire partie d’une télé réalité allant jusqu’à filmer l’exorcisme de leur fille… Punaise, rien que ça c’est glauque… Une histoire de possession à notre époque… La première partie est une plongée dans l’angoisse, la peur. L’auteur, nous rend spectateur de l’histoire de cette famille qui va vivre l’horreur. Le tout raconté par les yeux d’une gamine de 8 ans… Les faits sont exposés, pour rendre la lecture très visuelle et ça match bien, puisque de lecteur on devient spectateur, comme dans un bon film d’horreur… D’ailleurs le roman est parsemé de références à des films d’horreur cultes et pour les amateurs du genre c’est un vrai plaisir. Dans la deuxième partie, même si l’horreur est présente, elle change de camps et là je dois dire que l’auteur a complètement retourné la situation, pour en faire un exposé décortiqué. La téléréalité en prend pour son grade et le lecteur jubile de découvrir les dessous d’une émission à sensation… Car c’est de ça qu’il est question… Faire de l’audimat sur le dos du malheur des gens… Comment les images, les différents témoignages, peuvent être orientés pour que l’émission fasse sensation.. On se fiche pas mal de cette gamine possédée, d’ailleurs l’auteur brouille les pistes et c’est carrément flippant. Car le plus flippant, n’est pas le démon qui se tapi dans l’ombre… Et là, chapeau à l’auteur, qui en partant d’une histoire d’horreur arrive à changer son fusil d’épaule et nous propose un excellent thriller. Mais pas du thriller dont on l’habitude ! Avec une plume très visuelle, l’auteur arrive à nous faire peur en construisant une narration bien flippante par la voix de la petite sœur… A travers son regard, le lecteur découvre l’horreur dans ce qu’elle a de plus tangible et de plus glacial… L’auteur aurait pu se contenter, d’une pâle imitation de l’exorciste… Pourtant, il construit pour ensuite déconstruire en épluchant chaque scène et permettre au lecteur de s’approprier complètement cette histoire qui devient bien glauque. Un thriller-horrifique jubilatoire, tellement bon et digne d’intérêt, même si le lecteur s’attend à tout autre chose, c’est tellement surprenant qu’il est scotché. La construction est machiavélique, à l’ère de la télé-réalité et des médias, l’horreur change de camp. Le lecteur aura le choix entre plusieurs interprétations, ce qui lui permet de s’approprier encore plus l’intrigue, permettant une réflexion, même plusieurs jours après avoir refermé le livre. Je ne dévoile rien de l’intrigue, de la trame construite par l’auteur, il faut le lire pour s’en imprégner, et vivre les rebondissements qui en valent vraiment la peine. Je remercie les éditions Sonatine pour leur confiance et NetGalley, grâce à qui j’ai pu découvrir cette plume vers laquelle je retournerai avec plaisir.
          Lire la suite
          En lire moins

        les contenus multimédias

        Ils en parlent

        Pour les fans de L'Exorciste et tous ceux qui aiment frissonner et se laisser surprendre....
        Un roman angoissant, bien plus profond qu’il n’y paraît.
        Llibrairie Madison
        Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
        Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.

        Lisez maintenant, tout de suite !