Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221259580
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 306
Format : 135 x 200 mm
Un père à soi
Date de parution : 10/02/2022
Éditeurs :
Robert Laffont

Un père à soi

Date de parution : 10/02/2022
Dans quel engrenage sommes-nous entraînés lorsque les circonstances de la vie nous poussent à modifier des faits trop têtus ? Un père à soi explore avec une virtuosité époustouflante les effets, parfois terribles, de nos arrangements avec la réalité.
Une belle complicité, une entreprise paysagiste prospère, deux grands enfants à l’université : tout sourit à Alban et Lydie Jessel. Jusqu’à ce coup de téléphone d’une jeune inconnue, un soir,... Une belle complicité, une entreprise paysagiste prospère, deux grands enfants à l’université : tout sourit à Alban et Lydie Jessel. Jusqu’à ce coup de téléphone d’une jeune inconnue, un soir, alors qu’Alban ferme son bureau. Sans en parler à son épouse, à qui il dit pourtant tout, Alban accepte de... Une belle complicité, une entreprise paysagiste prospère, deux grands enfants à l’université : tout sourit à Alban et Lydie Jessel. Jusqu’à ce coup de téléphone d’une jeune inconnue, un soir, alors qu’Alban ferme son bureau. Sans en parler à son épouse, à qui il dit pourtant tout, Alban accepte de rencontrer la jeune femme. Elle lui explique avoir accompagné les derniers jours d’une certaine Michelle. Et exécuter sa dernière volonté : Michelle voulait qu’Alban sache, après sa mort, que sa vie durant elle n’avait jamais aimé que lui…
Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Alban n’a aucun souvenir de la moindre Michelle. Quoique… Peu à peu, presque malgré lui, il se remémore ce bref épisode amoureux de sa jeunesse qu’il pensait avoir oublié, et dont les conséquences sur sa vie, la vie de sa famille et celle de son étrange messagère vont remettre en question tout ce qu’il a, croyait-il, construit de plus solide. 

« La dissection au scalpel de l’humain, dans ses complexités et ses paradoxes. » La Croix
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221259580
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 306
Format : 135 x 200 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • nathavh Posté le 4 Avril 2022
    Alban Jessel a le profil de l'homme heureux. Marié à Lydie depuis plus de vingt ans, deux enfants, Sarah et Axel, une entreprise paysagiste prospère. Tout semble lui sourire jusqu'à un coup de fil étrange un vendredi soir, juste avant la fermeture de l'entreprise. Une jeune femme,Virginie, veut le rencontrer, c'est privé lui dit-elle. Cela concerne une certaine Michelle Nihoul ! Intrigué Alban accepte. Le nom de cette femme ne lui dit rien et sans savoir pourquoi, il tait ce fait et ne dit rien à son épouse. Il lui prétend qu'il s'agit d'une future cliente. Mais pourquoi agit-il ainsi alors qu'il partage tout avec Lydie ! L'être humain est parfois étrange... Ce coup de fil va faire basculer son existence, lui faire prendre un autre chemin. Alban est pourtant un homme sans histoire, mais quoi qu'il fasse, impossible de remonter en arrière sans dommage, c'est étrange la vie! La jeune fille lui transmet un message de Michelle décédée d'un cancer, celle-ci voulait qu'il sache qu'elle n'a aimé que lui toute sa vie ... Pourquoi cette révélation ? Mais qui est cette Michelle ? Il se remémore alors un bref amour de jeunesse qu'il pensait avoir oublié... Alban Jessel a le profil de l'homme heureux. Marié à Lydie depuis plus de vingt ans, deux enfants, Sarah et Axel, une entreprise paysagiste prospère. Tout semble lui sourire jusqu'à un coup de fil étrange un vendredi soir, juste avant la fermeture de l'entreprise. Une jeune femme,Virginie, veut le rencontrer, c'est privé lui dit-elle. Cela concerne une certaine Michelle Nihoul ! Intrigué Alban accepte. Le nom de cette femme ne lui dit rien et sans savoir pourquoi, il tait ce fait et ne dit rien à son épouse. Il lui prétend qu'il s'agit d'une future cliente. Mais pourquoi agit-il ainsi alors qu'il partage tout avec Lydie ! L'être humain est parfois étrange... Ce coup de fil va faire basculer son existence, lui faire prendre un autre chemin. Alban est pourtant un homme sans histoire, mais quoi qu'il fasse, impossible de remonter en arrière sans dommage, c'est étrange la vie! La jeune fille lui transmet un message de Michelle décédée d'un cancer, celle-ci voulait qu'il sache qu'elle n'a aimé que lui toute sa vie ... Pourquoi cette révélation ? Mais qui est cette Michelle ? Il se remémore alors un bref amour de jeunesse qu'il pensait avoir oublié et qui va modifier le cours de sa vie. Avec beaucoup de finesse et une écriture riche, Armel Job nous emmène aux tréfonds de l'âme humaine. Il nous parle de nos failles, de nos réactions parfois intuitives qui peuvent changer le cours d'une vie. On réagit souvent sans penser aux conséquences et revenir en arrière, essayer de réparer amène parfois plus de dégâts encore. Alban et Virginie nous racontent leur histoire, ils se confessent à nous, s'expliquent, donnent leur point de vue, leurs raisons, ils aménagent leur vérité. Ce roman nous parle des "mensonges" ou plus exactement "des faux-semblants" , des "non-dits", de l'envie de réparation, de ses conséquences sur la vie. Armel Job a le pouvoir dès les premières lignes de capter notre attention, c'est un fabuleux raconteur d'histoire, impossible de lâcher ce roman. C'est une ambiance un peu à la Simenon dans l'introspection des personnages. Cerise sur le gâteau, cela se passe à Liège, à la Batte, son marché dominical, on retrouve comme toujours son pays la Belgique en trame de fond avec des références à nos bons produits le chocolat "Galler", la "Lupullus". Il agrémente son récit de l'une ou l'autre expression wallonne marquant ainsi sa Belgitude. C'est très réaliste, la vie quoi ! Ma note : gros coup de #9829;
    Lire la suite
    En lire moins
  • josette-costeux Posté le 22 Mars 2022
    Coup de coeur ! Et je commence par un sentiment de fierté "nationale" car, bien qu'il soit édité par une maison française, Armel Job prend la Belgique comme cadre. Et il ne s'en contente par : il décrit la culture des chicons, ses personnages boivent de la Pup' , des jattes de café et dégustent avec gourmandises des spécialités de chez nous . Ces détails font du bien, apportent une note bien personnelle et, pour moi, une sorte de crédibilité. Ce roman est aussi un excellent thriller psychologique, d'autant plus réaliste que les personnages sont "ordinaires" et je le précise sans aucune connotation péjorative. On aurait pu, on pourra en rencontrer. Qui dit thriller, dit suspense ! Présent du début à la fin. par petites doses ,sans trop d'éclat, mais qui provoquent chaque fois un effet de surprise ! Les qualités littéraires du récit sont indéniables : l'analyse psychologique des personnages est précise, tout comme l'évolution de leur parcours intérieur. C'est un récit qui se lit vite , j'ai été happée par les thèmes abordés qui sont interpellants et graves mais grâce à des mots simples, bien choisis, des phrases bien structurées sans aucune lourdeur, l'auteur nous fait partager le quotidien et le... Coup de coeur ! Et je commence par un sentiment de fierté "nationale" car, bien qu'il soit édité par une maison française, Armel Job prend la Belgique comme cadre. Et il ne s'en contente par : il décrit la culture des chicons, ses personnages boivent de la Pup' , des jattes de café et dégustent avec gourmandises des spécialités de chez nous . Ces détails font du bien, apportent une note bien personnelle et, pour moi, une sorte de crédibilité. Ce roman est aussi un excellent thriller psychologique, d'autant plus réaliste que les personnages sont "ordinaires" et je le précise sans aucune connotation péjorative. On aurait pu, on pourra en rencontrer. Qui dit thriller, dit suspense ! Présent du début à la fin. par petites doses ,sans trop d'éclat, mais qui provoquent chaque fois un effet de surprise ! Les qualités littéraires du récit sont indéniables : l'analyse psychologique des personnages est précise, tout comme l'évolution de leur parcours intérieur. C'est un récit qui se lit vite , j'ai été happée par les thèmes abordés qui sont interpellants et graves mais grâce à des mots simples, bien choisis, des phrases bien structurées sans aucune lourdeur, l'auteur nous fait partager le quotidien et le cheminement de ses héros. Il se dégage de ce roman une apparente simplicité qui nous permet d'éprouver empathie, émotions et discernement à l'égard des protagonistes. Cette simplicité est toute relative car, derrière le texte, on ressent le travail de l'auteur, rigoureux, précis qui témoigne avec exactitude du ressenti des personnages et qui interpelle le lecteur .A leur place, qu'aurions-nous fait ? A lire sans hésiter !
    Lire la suite
    En lire moins
  • RChris Posté le 10 Mars 2022
    Michelle, atteinte d’un cancer en phase terminale, voulait qu’Alban sache que sa vie durant, elle n’avait jamais aimé que lui. Virginie, qui a accompagné ses derniers jours, rapporte le souvenir de cette histoire à Alban. Le passé lui revient, bouleversant sa vie actuelle. Dans ce roman, Virginie et Alban nous expliquent leurs comportements et pourtant nous ne cessons de nous interroger sur les zones qu'ils laissent dans l'ombre. Alban est ainsi empêtré dans l’histoire de sa jeunesse avec les errements d’un homme ordinaire. Le livre a une tonalité belge, outre les produits locaux consommés (les bières Tripleboeuf et Lupulus, le corned-beef Target, les pistolets au jambon, la bouteille de Spa, les pralines Galler, les cigarettes Belga) et les mots et expressions particulières (j’aurais pu avaler mon couteau et ma fourchette en même temps que le menu de Lydie, une siroperie, une jatte de café, attendre une miette, tu le savais, capon !, faire une niche, un chien dans une boucherie, en être bleue, je me suis étrillé jusqu’au sang, le haut bout de la table, avoir la tête chaude, j’ai cassé le morceau…), il se dégage de cet écrit une langueur et une atmosphère particulière. En matière de belgitude, mes références littéraires... Michelle, atteinte d’un cancer en phase terminale, voulait qu’Alban sache que sa vie durant, elle n’avait jamais aimé que lui. Virginie, qui a accompagné ses derniers jours, rapporte le souvenir de cette histoire à Alban. Le passé lui revient, bouleversant sa vie actuelle. Dans ce roman, Virginie et Alban nous expliquent leurs comportements et pourtant nous ne cessons de nous interroger sur les zones qu'ils laissent dans l'ombre. Alban est ainsi empêtré dans l’histoire de sa jeunesse avec les errements d’un homme ordinaire. Le livre a une tonalité belge, outre les produits locaux consommés (les bières Tripleboeuf et Lupulus, le corned-beef Target, les pistolets au jambon, la bouteille de Spa, les pralines Galler, les cigarettes Belga) et les mots et expressions particulières (j’aurais pu avaler mon couteau et ma fourchette en même temps que le menu de Lydie, une siroperie, une jatte de café, attendre une miette, tu le savais, capon !, faire une niche, un chien dans une boucherie, en être bleue, je me suis étrillé jusqu’au sang, le haut bout de la table, avoir la tête chaude, j’ai cassé le morceau…), il se dégage de cet écrit une langueur et une atmosphère particulière. En matière de belgitude, mes références littéraires sont limitées et je ne peux que penser à Simenon pour son atmosphère, ses héros attachants d’humanité et ses descriptions d’états plutôt que d’actions. L’auteur ne tire pas l’élastique du suspens, il nous en affranchit même et pourtant il distille des rebondissements qui rythment son récit. Le quotidien de chacun s’affole à cause des mensonges aiguisés par les enjeux affectifs. Si les dialogues sont savoureux, ce sont aussi les non-dits et les mensonges qui “font des nœuds aux cheveux” des personnages et délitent leurs situations. Dans ce roman sentimental, les manques affectifs d’un père à soi nous entraînent dans une histoire prenante et crédible.
    Lire la suite
    En lire moins
  • monocle Posté le 4 Mars 2022
    Alban, ce père de famille bon comme du pain blanc, va se découvrir une fille qu'il aurait conçue avant son mariage avec Lydie. Sa paternité tombée du ciel le bouleverse et cet homme si tranquille va glisser peu à peu vers des interrogations sans fin. Il s'en suivra une suite de péripéties qui mettra le feu à la vie de tous les protagonistes de cette histoire. L'épouse, tant aimée, voit d'un œil énigmatique cette extension de la famille car le couple a déjà deux grands enfants... J'aime beaucoup l'auteur, j'apprécie cette légèreté humaniste, ces situations gaies, typiques et simples. Curieusement ce petit dernier est celui à qui j'ai découvert quelques lourdeurs dans le style, de curieux défauts qui m'étaient inconnus lors des précédentes oeuvres de l'auteur. J'y ai donc trouvé moins de saveur qu'avec les autres « enfants d'Armel ». Ceci dit, il s'agit d'un texte agréable, d'une intrigue pimentée et toujours empreinte de respect. Un bon moment de détente.
  • Binchy Posté le 20 Février 2022
    Ce roman est poignant, bouleversant. Dès les premières pages, je ne pouvais plus le lâcher. Alban accepte de rencontrer Virginie suite à son appel téléphonique juste au moment où il fermait son bureau. Il ne dit rien à son épouse Lydie pourtant pour qui il n'a aucun secret. Virginie est technicienne de surface dans l'unité de soins palliatifs où Michelle termine sa vie. Michelle, a quarante ans et est atteinte d'un cancer en phase terminale. Michelle et Virginie s'attachent l'une à l'autre. Virginie s'arrange toujours pour terminer le ménage par la chambre de Michelle. Elle prend bien soin d'elle. Vérifie la bonne prise de ses médicaments, lui remonte ses oreillers afin qu'elle se sente bien. Michelle parle de sa vie à Virginie. A sa mort, elle veut que Virginie prenne contact avec Alban et lui remette une enveloppe contenant des photos prises il y a vingt ans, en 1996, lors d'un petit boulot d'été effectué dans une serre où ils plantaient des chicons. Dans cette enveloppe, il y a aussi la photo d'une petite fille de sept ans. Au fil de plusieurs rendez-vous, Virginie va dévoiler un peu plus à Alban la vie de Michelle mais pas que... Waouh ! Un... Ce roman est poignant, bouleversant. Dès les premières pages, je ne pouvais plus le lâcher. Alban accepte de rencontrer Virginie suite à son appel téléphonique juste au moment où il fermait son bureau. Il ne dit rien à son épouse Lydie pourtant pour qui il n'a aucun secret. Virginie est technicienne de surface dans l'unité de soins palliatifs où Michelle termine sa vie. Michelle, a quarante ans et est atteinte d'un cancer en phase terminale. Michelle et Virginie s'attachent l'une à l'autre. Virginie s'arrange toujours pour terminer le ménage par la chambre de Michelle. Elle prend bien soin d'elle. Vérifie la bonne prise de ses médicaments, lui remonte ses oreillers afin qu'elle se sente bien. Michelle parle de sa vie à Virginie. A sa mort, elle veut que Virginie prenne contact avec Alban et lui remette une enveloppe contenant des photos prises il y a vingt ans, en 1996, lors d'un petit boulot d'été effectué dans une serre où ils plantaient des chicons. Dans cette enveloppe, il y a aussi la photo d'une petite fille de sept ans. Au fil de plusieurs rendez-vous, Virginie va dévoiler un peu plus à Alban la vie de Michelle mais pas que... Waouh ! Un roman et quel roman ! Un ouvrage percutant qui m'est allé droit au coeur et qui est pour moi, un véritable coup de coeur de cette rentrée littéraire 2022 ! A LIRE ! N'hésitez pas, vous allez être subjugués, une histoire incroyable mais tout-à-fait plausible ! La VIE ! Tout simplement ! Un ouvrage profondément psychologique ! Je l'ai adoré. Toutes mes félicitations à Armel Job ! Quel formidable auteur ! On n'est jamais ce que l'on croit être... "La dissection au scapel de l'humain, dans ses complexités et ses paradoxes". La Croix.
    Lire la suite
    En lire moins
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.