Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355848827
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 220 mm
Une patiente
Julie Sibony (traduit par)
Date de parution : 10/02/2022
Éditeurs :
Sonatine

Une patiente

Julie Sibony (traduit par)
Date de parution : 10/02/2022
« Dites-moi, mademoiselle Smyth. Qu’est-ce qui vous amène ici ? »
1965, Londres. Élevée dans une famille bourgeoise, Veronica est une jeune femme brillante, à l’avenir prometteur. Aussi son suicide surprend-il son entourage. À commencer par sa jeune sœur, pour qui... 1965, Londres. Élevée dans une famille bourgeoise, Veronica est une jeune femme brillante, à l’avenir prometteur. Aussi son suicide surprend-il son entourage. À commencer par sa jeune sœur, pour qui l’incompréhension est totale. Jusqu’au jour où elle découvre le cas de « Dorothy » dans le livre d’un célèbre psychothérapeute,... 1965, Londres. Élevée dans une famille bourgeoise, Veronica est une jeune femme brillante, à l’avenir prometteur. Aussi son suicide surprend-il son entourage. À commencer par sa jeune sœur, pour qui l’incompréhension est totale. Jusqu’au jour où elle découvre le cas de « Dorothy » dans le livre d’un célèbre psychothérapeute, Collins Braithwaite. Et y reconnaît, sans doute possible, la vie de Veronica. Pour en savoir plus, elle décide d’entamer une thérapie auprès de Braithwaite, sous une fausse identité : Rebecca Smyth. S’engage alors entre elle et le thérapeute un jeu aussi pervers que passionnant, à l’issue incertaine.

Après une virée en Écosse (L’Accusé du Ross-shire, finaliste du Booker Prize 2016) et ses incursions simenoniennes en terre d’Alsace (La Disparition d’Adèle Bedeau, L’Accident de l’A35), c’est dans le Swinging London que nous entraîne Graeme Macrae Burnet avec ce roman hitchcockien en diable. Jouant avec une rare maestria sur la frontière entre fiction et réalité, il piège ses personnages et ses lecteurs dans un labyrinthe de faux-semblants aux dimensions vertigineuses. Pour notre plus grand plaisir.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355848827
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 304
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Un thriller psychologique brillant ! »
BIBA
« Un délicieux mindfuck. »
La Marseillaise L'hebdomadaire D'Occitanie

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • berbonet Posté le 6 Avril 2022
    Déception et pourtant le sujet paraissait intéressant. Une femme consulte, sous une fausse identité, le psy de sa propre soeur qui s'est donnée la mort. Le psy est un personnage corrosif, manipulateur. Danger réel... Le thème principal du roman est le dédoublement de la personnalité et le duel permanent entre Dorothy et Rebecca (une seule et même personne). Certaines descriptions restent assez ennuyeuses; ce roman m'a semblé bien ordinaire ...
  • EmCar Posté le 30 Mars 2022
    Le livre est très bien écrit, les phrases sont parfaitement tournées, les explications culturelles sont un plus et le côté psychologie attendu est bien présent. Cependant, j'ai été déçue de la tournure que prenait le roman qui a mon sens ne reflète pas vraiment le résumé au dos du livre. Je m'attendais à davantage comprendre le lien entre le psy et la sœur décédée plutôt que l'analyse de la personnalité de sa sœur.
  • GoodBooksGoodFriends Posté le 16 Mars 2022
    Après le suicide de sa sœur aînée, une jeune londonienne décide de piéger le psychothérapeute de cette dernière, Collins Braithwaite. Celui-ci est célèbre et également très controversé. Dans cette optique, elle s'invente un "nom de scène", Rebecca Smyth (en référence au roman de Daphne du Maurier). Le récit est partagé entre les écrits de la jeune sœur (cinq cahiers ayant échu à l'auteur du roman) et la biographie de Collins Braithwaite, dont on sent la personnalité borderline. Le mélange des deux est absolument fascinant et réjouissant : la propriétaire des carnets s'y livre-t-elle vraiment ? Ou bien ment-elle comme elle ment à son thérapeute ? Est-elle réellement saine d'esprit ? La frontière entre les deux personnalités, d'une part la jeune sœur et de l'autre l'indépendante et décidée Rebecca Smyth, se fait de plus en plus fine, et nos interrogations plus intenses. Quel régal de se laisser prendre à nouveau dans les filets de Graeme Macrae Burnet ! Après L'Accident de l'A35 qui m'avait beaucoup plu, j'ai retrouvé l'auteur écossais en grande forme. Le Londres des Swinging Sixties est bien restitué et ajoute un parfum de liberté et de transgression à l'ensemble. Une réussite !
  • luparahlam Posté le 16 Mars 2022
    Thriller psychologique totalement atypique ! On ne sait jamais de la première à la dernière page s'il s'agit de fiction ou de réalité. La construction en est tout à fait originale et l'auteur se plaît à semer le doute tout du long. Londres. Dans les années 60. Veronica, jeune bourgeoise londonienne brillante se suicide. Rien dans son comportement et l'avenir brillant qui se dessinait devant elle ne prévoyait qu'elle mette fin à ses jours. Pour comprendre ce geste, sa sœur, décide de se faire passer pour Rebecca Smyth, personnage à l'opposé de son caractère, afin de rencontrer le sulfureux psychothérapeute Collins Braithwaite qui avait reçu en consultation Veronica. Elle raconte dans 5 cahiers sa démarche, sa vie étriquée mais libérée grâce à Veronica, ses souvenirs. Entre ses cahiers, on découvre également la vie de Braithwaite, ce psy totalement égocentrique, alcoolique, pervers. Mais qui des deux est le plus "dingue" le plus dissolu ? Qui va sortir indemne de cette histoire ? Étonnant ce roman ! Vraiment original ! Il sort vraiment des sentiers battus !
  • lecoindesmots Posté le 11 Mars 2022
    Dans le Londres des années 60, Veronica, jeune femme à l’avenir radieux, se suicide en se jetant d’un pont. Pour ses proches, cette perte est aussi choquante, qu’incompréhensible ; aussi, lorsque sa sœur cadette fait le lien entre un cas d’étude dans le livre d’un psychothérapeute en vogue et Veronica, celle-ci se persuade que ce mystérieux Collins Braithwaite n’est pas innocent dans le décès de sa sœur. Prête à tout pour comprendre ce qui a poussé sa sœur à en finir, elle décide de prendre rendez-vous auprès du thérapeute sous une fausse identité : Rebecca Smyth est née. On pourrait croire que l’histoire s’arrête là. Seulement voilà, les apparences sont trompeuses chez l’auteur écossais et un récit en cache souvent un autre. Ainsi, dès les premières pages, Graeme Macrae Burnet se joue de son lecteur et l’engage à démêler le vrai du faux… à moi que le faux ne soit que du vrai. Ou inversement. Parce que, finalement, une vérité n’existe-t-elle pas que si, et seulement si, une conscience la perçoit comme telle ? Au fil des pages, ce sont différentes vies qui vont se croiser. Celle de Rebecca Smyth, d’abord, dont le lecteur ne connaitra jamais que cette fausse identité. Comme si... Dans le Londres des années 60, Veronica, jeune femme à l’avenir radieux, se suicide en se jetant d’un pont. Pour ses proches, cette perte est aussi choquante, qu’incompréhensible ; aussi, lorsque sa sœur cadette fait le lien entre un cas d’étude dans le livre d’un psychothérapeute en vogue et Veronica, celle-ci se persuade que ce mystérieux Collins Braithwaite n’est pas innocent dans le décès de sa sœur. Prête à tout pour comprendre ce qui a poussé sa sœur à en finir, elle décide de prendre rendez-vous auprès du thérapeute sous une fausse identité : Rebecca Smyth est née. On pourrait croire que l’histoire s’arrête là. Seulement voilà, les apparences sont trompeuses chez l’auteur écossais et un récit en cache souvent un autre. Ainsi, dès les premières pages, Graeme Macrae Burnet se joue de son lecteur et l’engage à démêler le vrai du faux… à moi que le faux ne soit que du vrai. Ou inversement. Parce que, finalement, une vérité n’existe-t-elle pas que si, et seulement si, une conscience la perçoit comme telle ? Au fil des pages, ce sont différentes vies qui vont se croiser. Celle de Rebecca Smyth, d’abord, dont le lecteur ne connaitra jamais que cette fausse identité. Comme si elle était invisible, irréelle… pourtant, sans identité réelle, existe-t-on vraiment ? Celle de Veronica, pour qui la réalité était trop difficile à supporter et qui a préféré en finir. Celle d’Arthur Collins Braithwaite, ensuite. Ce thérapeute au sommet de sa gloire dans les années 60 et tombé dans l’oubli le plus total depuis… Pourtant, s’il ne reste aucune trace de notre passage sur terre, aucune conscience ne nous perçoit. Et si tel est le cas, pouvons-nous réellement dire qu’il a existé ? Et puis, l’histoire par laquelle tout est arrivé, celle de Graeme Macrae Burnett, qui s’est vu confier d’étranges carnets rédigés par la lointaine cousine d’un certain M. Grey. Une cousine qui, voulant comprendre le geste de sa sœur, s’est inventé une identité pour rencontrer le thérapeute de cette dernière. Quatre vies pour un récit ou quatre histoires pour une fiction ? En ouvrant ce livre, ce sera à vous de choisir. Car, comme le dit si bien Jacques Lacan, contemporain de notre cher Braithwaite : « Je dis toujours la vérité : pas toute, parce que toute la dire, on n’y arrive pas… les mots y manquent… c’est même par cet impossible que la vérité tient au réel. » Alors, fiction ou réalité ? Va savoir…
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions

Lisez maintenant, tout de suite !