Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782355848629
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 408
Format : 140 x 220 mm
Une pluie de septembre
Héloïse Esquié (traduit par)
Date de parution : 07/10/2021
Éditeurs :
Sonatine

Une pluie de septembre

Héloïse Esquié (traduit par)
Date de parution : 07/10/2021
« Nous avons laissé entrer le péché dans cette maison. »
Après une soirée arrosée dans la forêt de Tall Bones, Abigail Blake, dix-sept ans, est portée disparue. Dans la communauté pieuse qui l’a vue grandir, les rumeurs vont bon train.... Après une soirée arrosée dans la forêt de Tall Bones, Abigail Blake, dix-sept ans, est portée disparue. Dans la communauté pieuse qui l’a vue grandir, les rumeurs vont bon train. A-t-elle fui une famille notoirement déséquilibrée, où le père règne en maître sur une femme et des enfants terrorisés ?... Après une soirée arrosée dans la forêt de Tall Bones, Abigail Blake, dix-sept ans, est portée disparue. Dans la communauté pieuse qui l’a vue grandir, les rumeurs vont bon train. A-t-elle fui une famille notoirement déséquilibrée, où le père règne en maître sur une femme et des enfants terrorisés ? A-t-elle fait la mauvaise rencontre, au mauvais endroit ? Un assassin se cache-t-il dans cette petite ville du Colorado ? Ce qui est certain, c’est que les bois de Tall Bones renferment de nombreux secrets. Et de nombreux mystères, à commencer par les pages déchirées du journal intime d’Abigail.

Une intrigue captivante, une écriture somptueuse, des personnages inoubliables : avec Une pluie de septembre, immédiatement en tête des ventes et des sélections presse à sa sortie, Anna Bailey frappe très fort. Une émotion sans pareille se dégage en effet de ce premier roman, où la religion, la violence et l’intolérance viennent frapper de plein fouet et marquer à jamais des existences trop sensibles. On pense à un Twin Peaks revisité par Gillian Flynn. Que demander de mieux ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355848629
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 408
Format : 140 x 220 mm

Ils en parlent

« Ce livre va vous happer, sa lecture en deviendra addictive »
L'Écho Républicain

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • patriciabiron Posté le 26 Avril 2022
    Abigail Blake, 17 ans, disparaît après une soirée arrosée dans un camping de Tall Bones (Colorado). La dernière personne à l’avoir vue est sa meilleure amie Emma Alvarez, qui depuis est rongée par la culpabilité de l’avoir laissée s’enfoncer dans la forêt avec une personne qu’elle n’a pu identifier à cause de l’obscurité. Dans la petite bourgade de Whistling Ridge, tout le monde se connaît et les rumeurs qui circulent laissent à penser qu’Abigail aurait pu tout simplement fuir sa famille. Composée de Dolly sa mère, de Noah et Jude ses frères, cette famille dysfonctionnelle est dominée par l’autorité d’un père, vétéran du Vietnam, un homme tyrannique, violent, et dévot à l’excès. L’enquête locale n’exclut aucune piste. Cette disparition ne fait pourtant pas de ce roman un thriller classique. Ce roman noir et « atmosphérique » dresse le portrait d’une communauté fermée qui se consume de l’intérieur et où se télescopent deux générations. D’un côté celle d’une jeunesse qui a envie de vivre sa vie, de faire ses choix, et de l’autre celle d’une vieille garde, engluée dans ses croyances, son intolérance et ses préjugés…. et qui veille à protéger ses secrets les plus sombres. L’ingéniosité de cette jeune autrice est... Abigail Blake, 17 ans, disparaît après une soirée arrosée dans un camping de Tall Bones (Colorado). La dernière personne à l’avoir vue est sa meilleure amie Emma Alvarez, qui depuis est rongée par la culpabilité de l’avoir laissée s’enfoncer dans la forêt avec une personne qu’elle n’a pu identifier à cause de l’obscurité. Dans la petite bourgade de Whistling Ridge, tout le monde se connaît et les rumeurs qui circulent laissent à penser qu’Abigail aurait pu tout simplement fuir sa famille. Composée de Dolly sa mère, de Noah et Jude ses frères, cette famille dysfonctionnelle est dominée par l’autorité d’un père, vétéran du Vietnam, un homme tyrannique, violent, et dévot à l’excès. L’enquête locale n’exclut aucune piste. Cette disparition ne fait pourtant pas de ce roman un thriller classique. Ce roman noir et « atmosphérique » dresse le portrait d’une communauté fermée qui se consume de l’intérieur et où se télescopent deux générations. D’un côté celle d’une jeunesse qui a envie de vivre sa vie, de faire ses choix, et de l’autre celle d’une vieille garde, engluée dans ses croyances, son intolérance et ses préjugés…. et qui veille à protéger ses secrets les plus sombres. L’ingéniosité de cette jeune autrice est de semer dans son récit, des petites graines d’info par ci par la, de les laisser germer lentement, très lentement même, et de nous faire attendre leur maturation. Une manière subtile pour semer le doute et brouiller les pistes qui se dessinent les unes après les autres. L’atmosphère n’en est que plus lourde, voire malsaine, plombante, étouffante…. Pourtant, comme hypnotisée, J’ai suivi, comme le petit poucet, tous les cailloux semés par l’autrice. Et je me suis laissée embarquer patiemment dans le mystère de cette petite communauté où religion, violence et intolérance vont laisser une marque brûlante dans les existences les plus fragiles. Un premier roman irrésistiblement fascinant d’une jeune autrice à la plume subtile et envoûtante. Franchement bravo !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Sylviegeo Posté le 9 Avril 2022
    Une autrice britannique qui connaît et raconte aussi bien l'âme perdue de certaines communautés américaines ? Hum ça doit cacher quelque chose. Anna Bailey a grandi en Angleterre et après ses études déménage dans le Colorado et fera partie d'une espèce de communauté religieuse. L'autrice quittera cette communauté et retournera en Angleterre. Ha voilà le secret. Le secret qui fait qu'elle a su aussi bien cerner l'hypocrite puritanisme de cette toute petite ville du Colorado. Abigaïl Blake disparait un soir de party en bordure de forêt des Tall Bones. Abigaïl, "la fille" de la famille Blake composée de son frère ainé Noah et de son plus jeune frère Jude. La mère, Dolly, a perdu tous ses repères, son identité et ses enfants. le père, un vétéran du Vietnam qui ne peut échapper à ses démons, à sa violence et à son dieu. Une famille entière soumise aux violences et à la bigoterie maladive du père. Il y aura une enquête, on recherchera Abigaïl mais cette disparition sera le prétexte pour nous faire le portrait d'une société où pour certains "le malheur est une maladie mortelle". Duplicité, racisme, homophobie, dévotion excessive, rien n'est joli dans cette bourgade rurale de Whistling... Une autrice britannique qui connaît et raconte aussi bien l'âme perdue de certaines communautés américaines ? Hum ça doit cacher quelque chose. Anna Bailey a grandi en Angleterre et après ses études déménage dans le Colorado et fera partie d'une espèce de communauté religieuse. L'autrice quittera cette communauté et retournera en Angleterre. Ha voilà le secret. Le secret qui fait qu'elle a su aussi bien cerner l'hypocrite puritanisme de cette toute petite ville du Colorado. Abigaïl Blake disparait un soir de party en bordure de forêt des Tall Bones. Abigaïl, "la fille" de la famille Blake composée de son frère ainé Noah et de son plus jeune frère Jude. La mère, Dolly, a perdu tous ses repères, son identité et ses enfants. le père, un vétéran du Vietnam qui ne peut échapper à ses démons, à sa violence et à son dieu. Une famille entière soumise aux violences et à la bigoterie maladive du père. Il y aura une enquête, on recherchera Abigaïl mais cette disparition sera le prétexte pour nous faire le portrait d'une société où pour certains "le malheur est une maladie mortelle". Duplicité, racisme, homophobie, dévotion excessive, rien n'est joli dans cette bourgade rurale de Whistling Ridge. Les personnages trainent avec eux une détresse génétique qui fait que lorsque nous les croisons, on a envie de prendre la fuite en regardant par-dessus notre épaule. On se laisse prendre par cette pluie de septembre qui ne peut rien laver tant les saletés sont incrustées, par l'écriture mature de cette jeune autrice, par les chapitres "Alors" et "À présent", par les voix de ceux qui voudraient raconter mais que personne n'écoute. On referme "Une pluie de septembre" dans une bruine de tristesse. Sans comparer mais pour avoir su aussi bien dire le désarroi, le malheur, l'ennui, la déroute, j'oserais classer Anna Bailey avec les David Joy, Daniel Woodrell et autres Michael Farris Smith de ce monde...
    Lire la suite
    En lire moins
  • chezchafran Posté le 2 Février 2022
    Très bon premier roman auquel je donne 8/10. RÉSUMÉ; Dans une petite communauté du Colorado , un soir de fête , une jeune fille ,Abigaël 17 ans disparait . Mais vite le roman se centre davantage sur les secrets de ces gens ou la violence et l'intolérance se cachent derrière la religion qu'on pratique tous les dimanches.
  • titoune613 Posté le 16 Janvier 2022
    Dans un coin perdu du Colorado, Abigail Blake disparait. Il y a ceux pour qui "on peut comprendre qu'elle ait choisi de fuir une telle famille" entre une mère qui ne bouge pas le petit doigt pour protéger ses enfants, sans parler de se protéger elle, et un père d'une extrême violence mais "c'est pour leur bien, les remettre dans le droit chemin de l'amour de Jésus" et ceux qui pensent que quelqu'un aurait bien pu précipiter sa rencontre avec ce Jésus si plein d'amour. Puis y'a ce gars là, hyper louche: il est pas du coin, il est pas Américain, il est Roumain, il est gitan, il vit en camping car, il a les cheveux longs, il est homosexuel, il ne fréquente pas l'église, il n'est pas vacc....oups je m'égare, enfin bref, il cherche un peu la merde le garçon là! Un roman bien écrit, dont j'ai pu regretter la mise en place assez longue, sur l'intolérance, la bienpensance, les préjugés, le racisme, la religion complice des pires horreurs ; je sortais de "Mamie Luger" et je l'aurais bien emmenée avec moi dans ce coin arriéré la Berthe, qu'elle nous fasse un peu de ménage! Comme bien souvent, le monstre n'est pas là... Dans un coin perdu du Colorado, Abigail Blake disparait. Il y a ceux pour qui "on peut comprendre qu'elle ait choisi de fuir une telle famille" entre une mère qui ne bouge pas le petit doigt pour protéger ses enfants, sans parler de se protéger elle, et un père d'une extrême violence mais "c'est pour leur bien, les remettre dans le droit chemin de l'amour de Jésus" et ceux qui pensent que quelqu'un aurait bien pu précipiter sa rencontre avec ce Jésus si plein d'amour. Puis y'a ce gars là, hyper louche: il est pas du coin, il est pas Américain, il est Roumain, il est gitan, il vit en camping car, il a les cheveux longs, il est homosexuel, il ne fréquente pas l'église, il n'est pas vacc....oups je m'égare, enfin bref, il cherche un peu la merde le garçon là! Un roman bien écrit, dont j'ai pu regretter la mise en place assez longue, sur l'intolérance, la bienpensance, les préjugés, le racisme, la religion complice des pires horreurs ; je sortais de "Mamie Luger" et je l'aurais bien emmenée avec moi dans ce coin arriéré la Berthe, qu'elle nous fasse un peu de ménage! Comme bien souvent, le monstre n'est pas là où on le croit, il dort gentiment chez les braves gens, brandissez une Bible ou un Coran (liste non exhaustive, à laquelle je serais tentée d'ajouter "brandissez un virus" mais c'est pas le sujet) et la bête se réveillera. Un premier roman très prometteur d'une très jeune auteur à suivre.
    Lire la suite
    En lire moins
  • aliasdam Posté le 9 Janvier 2022
    Dans une petite communauté américaine, de nos jours, une jeune file disparait. fugue ou meurtre? Tout le monde s’interroge, se suspecte, se juge. Entre Dieu, l’alcool et la pauvreté, le mélange détonne et le frisson s’accompagne d’une vision coupé au couteau d’une Amérique désabusée. Portraits de laisser-pour-comptes, Une pluie de septembre est un roman âpre, percutant, brillamment écrit qui laisse une odeur de renfermé nauséabond. Tout y sonne vrai, diablement et malheureusement vrai, dans ce récit où violence peur de l’autre sont des mot-clefs. Peu importe le dénouement, le livre réussit à présenter des personnages aussi forts qu’irritables, aussi insupportables qu’attachants. On referme ce livre avec majesté.
Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions