Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221139257
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Captive

Michéle ALBARET-MAATSCH (Traducteur)
Collection : Pavillons
Date de parution : 12/10/2017

1859. Grace Marks, condamnée à perpétuité, tourne lentement en rond dans la cour d’un pénitencier canadien. À l’âge de seize ans, elle a été accusée de deux meurtres horribles. Personne n’a jamais su si elle était coupable, innocente ou folle. Lors de son procès, après avoir donné trois versions des...

1859. Grace Marks, condamnée à perpétuité, tourne lentement en rond dans la cour d’un pénitencier canadien. À l’âge de seize ans, elle a été accusée de deux meurtres horribles. Personne n’a jamais su si elle était coupable, innocente ou folle. Lors de son procès, après avoir donné trois versions des faits, elle s’est murée dans le silence : amnésie ou dissimulation ? Le docteur Simon Jordan, jeune et prometteur spécialiste de la maladie mentale, veut découvrir la vérité. Il obtient l’autorisation de rencontrer Grace, de la faire longuement parler…
Avec lui, la prisonnière va dévider le terrible fuseau de ses souvenirs : son enfance irlandaise, l’agonie de sa mère sur le bateau qui les emmène au Canada, ses emplois de domestique, la mort de sa seule amie…
À écouter ce récit, Grace ne semble ni démente ni criminelle, et pourtant, que sont ces troublants rêves qu’elle cache à Jordan : cauchemars, hallucinations ou réminiscences d’actes monstrueux ?
Inspiré d’un fait divers sanglant qui a bouleversé le Canada au XIXe siècle, Captive plonge le lecteur dans un fascinant mystère, oscillant sans cesse entre vérité et mensonge. Après l’adaptation de La Servante écarlate pour le petit écran, unanimement saluée par la critique, ce roman est lui aussi devenu une série TV, sous le titre Alias Grace, avec Sarah Gadon, Zachary Levi et Anna Paquin au casting.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221139257
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)
Robert Laffont

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • tantquilyauradeslivres Posté le 12 Mai 2020
    Comme la plupart des lecteurs probablement, c’est avec La servante écarlate, roman déconcertant et terrifiant, que j’ai découvert Margaret Atwood. Pour découvrir un peu plus l’œuvre de l’autrice canadienne, j’ai choisi ce titre, lui aussi adapté en série TV. A seulement 16 ans, Grace Marks a été condamnée à perpétuité pour le meurtre de son employeur (la gouvernante et maîtresse a elle aussi été assassinée mais il n’y a pas eu de procès pour ce crime, les assassins ayant déjà été condamnés). Une quinzaine d’années plus tard, le docteur Jordan, jeune aliéniste qui s’intéresse particulièrement aux pertes de mémoire, est engagé par le comité de soutien de Grace. S’ensuivent alors plusieurs rencontres au cours desquelles Grace raconte au docteur Jordan, de son enfance en Irlande jusqu’aux meurtres. Ainsi, Margaret Atwood met à nouveau une femme au cœur de son intrigue. Une femme prisonnière des règles d’une société, qui ne peut maîtriser son destin parce que femme, parce que pauvre. Mais le procédé est ici inverse. Dans La servante écarlate nous étions embarqués dans un futur proche aux côtés de personnages imaginaires. Cette fois-ci, Margaret Atwood nous plonge dans le passé et s’empare d’un fait divers réel. Grace Marks a donc réellement... Comme la plupart des lecteurs probablement, c’est avec La servante écarlate, roman déconcertant et terrifiant, que j’ai découvert Margaret Atwood. Pour découvrir un peu plus l’œuvre de l’autrice canadienne, j’ai choisi ce titre, lui aussi adapté en série TV. A seulement 16 ans, Grace Marks a été condamnée à perpétuité pour le meurtre de son employeur (la gouvernante et maîtresse a elle aussi été assassinée mais il n’y a pas eu de procès pour ce crime, les assassins ayant déjà été condamnés). Une quinzaine d’années plus tard, le docteur Jordan, jeune aliéniste qui s’intéresse particulièrement aux pertes de mémoire, est engagé par le comité de soutien de Grace. S’ensuivent alors plusieurs rencontres au cours desquelles Grace raconte au docteur Jordan, de son enfance en Irlande jusqu’aux meurtres. Ainsi, Margaret Atwood met à nouveau une femme au cœur de son intrigue. Une femme prisonnière des règles d’une société, qui ne peut maîtriser son destin parce que femme, parce que pauvre. Mais le procédé est ici inverse. Dans La servante écarlate nous étions embarqués dans un futur proche aux côtés de personnages imaginaires. Cette fois-ci, Margaret Atwood nous plonge dans le passé et s’empare d’un fait divers réel. Grace Marks a donc réellement existé et son histoire est réelle. Partant de là, Margaret Atwood a bâti son intrigue et imaginé la vie de Grace sur la base des informations éparses dont elle disposait. Et le récit qu’elle nous propose est passionnant, on s’attache vite à Grace même si… souvent on doute. Qui est-elle réellement ? Est-elle une innocente victime des circonstances ? Une manipulatrice sans scrupules ? Une folle ? Les avis divergent et Margaret Atwood laisse planer le doute sur son personnage, quoiqu’elle nous propose une explication (un peu facile je dois dire). Les interactions avec le docteur Jordan ne sont que le prétexte pour nous raconter cette biographie romancée, aussi ai-je trouvé peu d’intérêt aux échanges entre les deux personnages. D’autant plus que, si le personnage de Grace est relativement intéressant car ambigu, le docteur Jordan est totalement insignifiant ! Pas la peine de chercher à cerner ce personnage, il n’y a rien à cerner ! Et je ne comprends pas pourquoi Margaret Atwood a choisi d’encombrer son récit avec les anecdotes sur les coucheries du docteur ou les lettres de sa mère ? En nous racontant l’histoire de Grace, Margaret Atwood nous parle d’abord de la condition des femmes et des domestiques au début du 19ème siècle. Cet aspect de l’histoire est intéressant. On y aborde également les débuts tâtonnants de la médecine mentale et les débats de l’époque. Enfin, elle évoque l’influence de la presse sur l’opinion publique, les journalistes s’étant emparés de ce crime sensationnel, produisant des articles biaisés, influencés, voire carrément inventés. Ainsi donc, l’histoire de Grace telle que nous la raconte Margaret Atwood est intéressante, elle amène son lot d’interrogations, mais les longues et inutiles parties consacrées au docteur Jordan viennent alourdir et ralentir le récit.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gwenaweb Posté le 4 Mai 2020
    On ne saura jamais vraiment ce qui est arrivé à la vraie Grace Marks, puisque des traces de faits véridiques ne sont pas arrivés jusqu'à nous. En revanche, l'histoire que l'auteur nous raconte dans Captive est elle, très bien expliquée. En se basant sur ce qu'il nous reste de la vraie, l'auteur nous fournit l'histoire de sa Grace, en choisissant ce qui lui semblait le plus juste et en brodant une belle œuvre de fiction pour le reste. En parlant de broderie, le livre est ponctué d'explication sur la réalisation de courtepointes, leurs motifs dédiés, qui en possédaient et ce qu'elle représentaient. Voilà, maintenant, j'ai terriblement envie de me mettre à la couture. J'étais un peu sceptique sur ce livre. En effet, j'avais déjà vu la série adaptée de ce roman et je l'avais trouvée longue et sans véritable fin. Mais en me promenant dans une librairie, je suis tombée sur ce livre et je suis tombée sous le charme de la magnifique couverture. Chose assez rare pour un livre de poche. Même en sachant l'histoire "bof", je n'ai pas pu résister. J'ai commencé ma lecture en me disant "j'espère que j'aurai une fin cette fois". Et bien oui ! Peu importe... On ne saura jamais vraiment ce qui est arrivé à la vraie Grace Marks, puisque des traces de faits véridiques ne sont pas arrivés jusqu'à nous. En revanche, l'histoire que l'auteur nous raconte dans Captive est elle, très bien expliquée. En se basant sur ce qu'il nous reste de la vraie, l'auteur nous fournit l'histoire de sa Grace, en choisissant ce qui lui semblait le plus juste et en brodant une belle œuvre de fiction pour le reste. En parlant de broderie, le livre est ponctué d'explication sur la réalisation de courtepointes, leurs motifs dédiés, qui en possédaient et ce qu'elle représentaient. Voilà, maintenant, j'ai terriblement envie de me mettre à la couture. J'étais un peu sceptique sur ce livre. En effet, j'avais déjà vu la série adaptée de ce roman et je l'avais trouvée longue et sans véritable fin. Mais en me promenant dans une librairie, je suis tombée sur ce livre et je suis tombée sous le charme de la magnifique couverture. Chose assez rare pour un livre de poche. Même en sachant l'histoire "bof", je n'ai pas pu résister. J'ai commencé ma lecture en me disant "j'espère que j'aurai une fin cette fois". Et bien oui ! Peu importe qu'elle soit véridique ou pas, je m'en fiche, car je l'ai beaucoup appréciée. J'ai passé un très chouette moment et je suis ravie d'avoir cette beauté dans ma bibliothèque.
    Lire la suite
    En lire moins
  • AugustineBarthelemy Posté le 27 Avril 2020
    C'est un livre intéressant, quoique sans risques. L'autrice se contente de reprendre et de romancer les faits tels qu'ils ont été rapportés dans les journaux ou autres rapports. J'aurais aimé que se détache une opinion personnelle sur Grace Marks, sa personnalité, son innocence ou sa culpabilité.
  • Torticolis Posté le 19 Avril 2020
    Très belle découverte d’une grande écrivaine contemporaine !
  • Librincanto Posté le 13 Avril 2020
    Canada, 1843. Un double meurtre est commis. Très vite, les deux domestiques qui œuvraient au sein de la maison des personnes assassinées sont soupçonnés et recherchés. Arrêtés, ils sont jugés. James Mc Dernott est condamné à la pendaison. Grace Marks est condamnée à perpétuité, quelques doutes sur sa culpabilité subsistants. Ce sont les faits, le lecteur les connaît dès le départ. Après plusieurs années d'incarcération, un jeune médecin s'intéresse à sa personnalité. L'occasion pour lui d'explorer une nouvelle méthode d'approche psychologique pour espérer lui faire avouer la vérité au cours de leurs entretiens. L'objectif est de gagner sa confiance et de lui laisser la parole pour, qu'au travers de son récit, elle dévoile la réalité. Les interrogations sur la culpabilité ou non de Grace Marks sont légion dans ce roman. Innocente ou diabolique ? Simple d'esprit ou manipulatrice ? Meurtre prémédité ou accidentel ? Acte volontaire ou influencé par James Mc Dernott ? Amnésique ou dissimulatrice ? Ces questions restent sans réponse mais qu'importe et chacun se fera son opinion sur le sujet. Ce qui fait la force du roman, c'est la description de la démarche entreprise par le médecin et des conditions sociales de l'époque qui découlent du récit de... Canada, 1843. Un double meurtre est commis. Très vite, les deux domestiques qui œuvraient au sein de la maison des personnes assassinées sont soupçonnés et recherchés. Arrêtés, ils sont jugés. James Mc Dernott est condamné à la pendaison. Grace Marks est condamnée à perpétuité, quelques doutes sur sa culpabilité subsistants. Ce sont les faits, le lecteur les connaît dès le départ. Après plusieurs années d'incarcération, un jeune médecin s'intéresse à sa personnalité. L'occasion pour lui d'explorer une nouvelle méthode d'approche psychologique pour espérer lui faire avouer la vérité au cours de leurs entretiens. L'objectif est de gagner sa confiance et de lui laisser la parole pour, qu'au travers de son récit, elle dévoile la réalité. Les interrogations sur la culpabilité ou non de Grace Marks sont légion dans ce roman. Innocente ou diabolique ? Simple d'esprit ou manipulatrice ? Meurtre prémédité ou accidentel ? Acte volontaire ou influencé par James Mc Dernott ? Amnésique ou dissimulatrice ? Ces questions restent sans réponse mais qu'importe et chacun se fera son opinion sur le sujet. Ce qui fait la force du roman, c'est la description de la démarche entreprise par le médecin et des conditions sociales de l'époque qui découlent du récit de Grace Marks. Grace se livre ainsi sur sa vie, depuis son enfance en Irlande jusqu'à leur fuite après le meurtre et à leur arrestation et en passant par son arrivée au Canada et ses premiers emplois comme femme de chambre. L'atmosphère est lourde et oppressante et on se retrouve souvent aux confins de la folie. Grace et James se renvoient mutuellement la culpabilité. Une folie douce amère ou une innocence feinte ? Un livre documenté et passionnant sur plusieurs points. Un vrai plaisir avec parfois quelques longueurs. Je vais m'empresser de visionner l'adaptation qui en a été faite en mini série.
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.