Lisez! icon: Search engine
Robert Laffont
EAN : 9782221241608
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Le Bug humain

Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l'en empêcher

Date de parution : 07/02/2019

Il y a 200 000 ans, depuis l’Afrique, l’humanité partait à la conquête du monde. Elle détenait une arme secrète : son cerveau. Une machine à penser, à tirer parti de son environnement, à se reproduire et à dominer.
Longtemps notre meilleur allié, notre cerveau risque aujourd’hui de causer notre perte....

Il y a 200 000 ans, depuis l’Afrique, l’humanité partait à la conquête du monde. Elle détenait une arme secrète : son cerveau. Une machine à penser, à tirer parti de son environnement, à se reproduire et à dominer.
Longtemps notre meilleur allié, notre cerveau risque aujourd’hui de causer notre perte. Car il existe un défaut de conception, un véritable bug, au coeur de cet organe extraordinaire : les neurones en charge d’assurer notre survie ne sont jamais rassasiés et réclament toujours plus de nourriture, de sexe et de pouvoir.
Ainsi, nous sommes 8 milliards d’êtres humains sur Terre à rechercher encore et toujours la croissance dans tous les domaines. Pour ce faire, notre espèce hyper-consommatrice surexploite la planète, modifie son écosystème… et se met gravement en péril.
Comment se fait-il que, ayant conscience de ce danger, nous ne parvenions pas à réagir ? Peut-on résoudre ce bug et redevenir maîtres de notre destin ? Oui, à condition d’analyser en chacun de nous et non plus seulement à l’échelon économique et politique ce mécanisme infernal qui pousse notre cerveau à en demander toujours plus.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221241608
Façonnage normé : EPUB3
DRM : Watermark (Tatouage numérique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Celkana Posté le 10 Mars 2020
    Quel livre intéressant! Ou comment notre cerveau nous dicte d'aller ans le mur alors qu'on sait que l'on va se crasher quand même! C'est une réflexion documentée et très apprenante (du moins pour moi!) sur cette faculté ancestrale qu'à notre cerveau "basique" de nous envoyer des informations sur nos besoins primaires en "oubliant" que ces besoins ne sont peut-être si nécessaires et vitaux qu'on pourrait bien le vouloir et qui ne nous permettent pas d'avoir une vision à long terme dans bien des cas, et surtout, en l'occurrence, de pouvoir vraiment agir pour notre réel bien-être futur... Le striatum donc, cette partie préhistorique de notre cerveau, nous dicte nos envies de nourriture, de domination, de paresse, de sexe et de statut social qui engendrent des actions qui contredisent bien souvent ce qui réellement vital pour nous... Des réflexes en contradiction avec la réflexion du cortex qui lui travaille sur le long terme. L'Homme a entre les mains un outil ultra performant qui le menace finalement, ainsi que la Terre en entier, mais tout espoir n'est pas perdu dans le sens où, si la première partie de ce livre est, il faut le dire, largement pessimiste et pas encourageante du tout,... Quel livre intéressant! Ou comment notre cerveau nous dicte d'aller ans le mur alors qu'on sait que l'on va se crasher quand même! C'est une réflexion documentée et très apprenante (du moins pour moi!) sur cette faculté ancestrale qu'à notre cerveau "basique" de nous envoyer des informations sur nos besoins primaires en "oubliant" que ces besoins ne sont peut-être si nécessaires et vitaux qu'on pourrait bien le vouloir et qui ne nous permettent pas d'avoir une vision à long terme dans bien des cas, et surtout, en l'occurrence, de pouvoir vraiment agir pour notre réel bien-être futur... Le striatum donc, cette partie préhistorique de notre cerveau, nous dicte nos envies de nourriture, de domination, de paresse, de sexe et de statut social qui engendrent des actions qui contredisent bien souvent ce qui réellement vital pour nous... Des réflexes en contradiction avec la réflexion du cortex qui lui travaille sur le long terme. L'Homme a entre les mains un outil ultra performant qui le menace finalement, ainsi que la Terre en entier, mais tout espoir n'est pas perdu dans le sens où, si la première partie de ce livre est, il faut le dire, largement pessimiste et pas encourageante du tout, la deuxième partie nous laisse entrevoir l'espoir que la tendance à s’autodétruire n'est pas irréversible de part la faculté de l'être humain a combattre cette volonté basique et a suivre une réflexion et un chemin plus construit, plus évoluée pour nous permettre de mettre en place des solutions viables pour tous... A lire absolument car un livre réellement à portée de tous et fort utile pour nous aider personnellement à comprendre nos réactions et nos actions...
    Lire la suite
    En lire moins
  • patricecoppee Posté le 6 Mars 2020
    Je trouve le livre intéressant mais il aurait gagné à éviter les redondances, insupportables dans la troisième partie du livre. Un autre gros problème, c'est la solution que l'auteur propose pour sauver l'humanité (je résume évidemment) : que les 8 milliards d'individus augmentent leur niveau de conscience ! Bref, on sent que l'auteur n'y croit pas lui-même et cela nous envoie forcément un message pdésespéré...
  • JO60200 Posté le 23 Février 2020
    Un livre intéressant pour comprendre les ressorts du cerveau humain, et essayer autant que possible de résister à nos instincts primaires qui détruisent la planète, et alimentent un capitalisme effréné.
  • JeanPierreV Posté le 11 Février 2020
    Brillant, passionnant et inquiétant.... Très, très inquiétant en fait! Un essai qui se lit comme un roman, un roman noir bien pire que le plus noir des polars, dont nous pourrions bien, nous les humains en être les victimes...Rassurons nous...nous ne serions pas les seuls ! Avec nous nous entraîneront une grande partie de la faune sauvage. D'ailleurs nous avons bien commencé ! La faute à qui? Tout ça est dû à notre cerveau, à nos neurones qui font de nous des éternels insatisfaits, toujours à la recherche du plus, du toujours plus depuis la nuit des temps...Nous avons une bagnole...la prochaine sera plus puissante, plus belle, aura plus de gadgets et viendra égayer notre foyer alors que la précédente n’était pas au bout du rouleau. Nous avons une situation, il nous faut plus, plus de pouvoir, plus d'argent. "Nous sommes satisfaits lorsque nous recevons plus que les autres"..... Tous nos gouvernants, depuis des lustres axent leur politique sur LA croissance.....Le Dieu Croissance ! Sans croissance, pas de salut ! La croissance est seule guide de nos dirigeants, le point de croissance est l'étalon-or de toutes analyses économiques...Oui, mais la croissance jusqu'où? Une fois par an les médias nous alertent car nous puisons des ressources toujours... Brillant, passionnant et inquiétant.... Très, très inquiétant en fait! Un essai qui se lit comme un roman, un roman noir bien pire que le plus noir des polars, dont nous pourrions bien, nous les humains en être les victimes...Rassurons nous...nous ne serions pas les seuls ! Avec nous nous entraîneront une grande partie de la faune sauvage. D'ailleurs nous avons bien commencé ! La faute à qui? Tout ça est dû à notre cerveau, à nos neurones qui font de nous des éternels insatisfaits, toujours à la recherche du plus, du toujours plus depuis la nuit des temps...Nous avons une bagnole...la prochaine sera plus puissante, plus belle, aura plus de gadgets et viendra égayer notre foyer alors que la précédente n’était pas au bout du rouleau. Nous avons une situation, il nous faut plus, plus de pouvoir, plus d'argent. "Nous sommes satisfaits lorsque nous recevons plus que les autres"..... Tous nos gouvernants, depuis des lustres axent leur politique sur LA croissance.....Le Dieu Croissance ! Sans croissance, pas de salut ! La croissance est seule guide de nos dirigeants, le point de croissance est l'étalon-or de toutes analyses économiques...Oui, mais la croissance jusqu'où? Une fois par an les médias nous alertent car nous puisons des ressources toujours plus rapidement qu'elles ne se renouvellent... Une interview à la télé, quelques minutes d'inquiétude, vite oubliées grâce à la pub qui suit, cherchant à nous vendre un crédit, des voyages.... Dans le même journal d'informations radio ou télé, nous pouvons prendre connaissance des décisions fortes prises à l'occasion d'une conférence pour le climat, et dans le message suivant nous féliciter d'un contrat mirobolant dont les effets seront d’accroître ce réchauffement climatique..Ces conférences se succèdent, mais pour quel effet ? On se donne bonne conscience et on oublie. 3G, 4G, 5G c'est le progrès...des réseaux toujours plus rapides qui nécessitent des ordinateurs tpujours plus puissants, de plus en plus consommateurs d'énergie, pour fonctionner et être refroidis...et des téléphones toujours plus perfectionnés, toujours plus consommateurs de terres rares, tout ça pour quoi? Pour visionner notamment de plus en plus de vidéos pornographiques .... 136 milliards par an ! Consommation de viande, d'énergie...toujours plus...nous le savons, nous en connaissons les conséquences, mais nous persévérons. Nous mangeons sans faim, et l'humanité crève plus d'obésité que de famines ! Le livre est documenté, riche de remarques et d'analyses qui font froid dans le dos, et qui prouvent si besoin était que nous ne sommes pas, collectivement, prêts à changer de modèle, prêts à adopter un autre train de vie. Toujours plus de bagnoles qui roulent, toujours plus d'énergies fossiles consommées... Et individuellement que faisons nous ? Nos dirigeants ne sont pas prêts à promouvoir ce changement radical, nous ne sommes pas prêts à en assurer les éventuelles conséquences. Tous se donnent bonne conscience en prenant des décisions qui devront être opérationnelles plus tard, dans 20 ans...ce n'est que dans 20 ans que les bouteilles plastiques devront être supprimées. Mais l'urgence c'est aujourd'hui ! Le diagnostic est clair : "Continuer à promouvoir un système économique qui encourage nos grands renforceurs primaires est sans doute la pire des choses à faire, et c’est malheureusement ce que nous faisons depuis maintenant près d’un siècle, ce qui est en train de nous coûter notre planète." Cette lecture m'a profondément intéressé et bouleversé, et m'a mis mal à l'aise! Ma vie est sur la fin...encore quelques années dans le meilleur des cas, et je tirerai ma révérence, tous ceux qui liront ce texte également, plus ou moins tard. Mais nos petits enfant seront là. Quel monde allons nous leur laisser? L'humanité sait qu'elle court à sa perte, mais ne change rien. Jusque là ça va!...jusque là ça va!..jusque là ça va !! Nous sommes dans une voiture sans frein... Notre cerveau n'est pas programmé pour disposer d'une fonction "STOP". C'est pourtant celle-ci que nous devrions activer en prenant conscience de notre situation. Oui, mais.... dans mon beau pays, nous élus construisent pour l'avenir un port qui permettra certes de monter des éoliennes mais aussi conçu pour accroître nos importations de pétrole... Sébastien Bohler n'est pas un doux rêveur...il a fondé cette analyse inquiétante sur ce qui fait la force de l'espèce humaine par rapport aux autres espèces animales : notre cerveau, qu'il connaît bien ! Une force qui nous pousse depuis la nuit des temps au toujours plus...un toujours plus qui peut causer notre perte. Lueur d'espoir "....dès l’instant où le statut social sera associé aux comportements respectueux de la planète, la partie sera gagnée."
    Lire la suite
    En lire moins
  • LSH Posté le 13 Janvier 2020
    Lorsque j'ai entendu pour la première fois Sébastien Bohler présenté son essai, il expliquait qu'une des raisons l'ayant poussé à écrire son ouvrage est une expérience quelque peu déconcertante qu'il a vécue en suivant les actualités. Presque au même moment, il a entendu les médias se faire l'écho de l'alarme envoyée par plusieurs milliers de scientifiques sur l'état critique de la planète, puis ensuite se réjouirent du contrat remporté par Airbus avec à la clé la vente de plusieurs centaines d'avions. Cela m'a interpellé, car je me souviens avoir eu la même réaction, ayant également entendu ces deux actualités s'enchaîner durant un journal. Et le mot "bug" qu'il a choisi pour le nom de son essai me semble parfaitement correspondre à mon ressenti de l'époque : comment peut-on simultanément s'alerter de la dégradation massive de notre environnement et se réjouir d'une nouvelle signifiant plus d'émissions de gaz carbonique. Si vous avez un doute concernant la pollution liée à l'aviation civile, je vous conseille de consulter le site du Réseau Action Climat. (...)
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.