RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            L'Engrenage

            Robert Laffont
            EAN : 9782221127827
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            L'Engrenage

            Patrick BERTHON (Traducteur)
            Collection : Best-sellers
            Date de parution : 14/12/2017

            Trois juges... Trois anciens notables déchus... Trois hommes vieillissants enfermés dans la même prison. Ils passent leur temps dans la bibliothèque à écrire du courrier.
            Et ils écrivent beaucoup... D'étranges lettres, adressées à des correspondants ayant répondu à une petite annonce passée dans un journal homosexuel. Parmi eux, se trouve un...

            Trois juges... Trois anciens notables déchus... Trois hommes vieillissants enfermés dans la même prison. Ils passent leur temps dans la bibliothèque à écrire du courrier.
            Et ils écrivent beaucoup... D'étranges lettres, adressées à des correspondants ayant répondu à une petite annonce passée dans un journal homosexuel. Parmi eux, se trouve un certain M. Konyers. Les trois juges le devinent torturé par ses penchants refoulés, cultivé... et fortuné. Mais ce qu'ils ne savent pas encore, c'est que M. Konyers est l'homme que la CIA a choisi pour être le prochain président des États-Unis.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782221127827
            Façonnage normé : EPUB2
            DRM : Watermark (Tatouage numérique)
            Robert Laffont

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • VassagoTL Posté le 24 Juillet 2019
              Grisham a déjà fait plus tendu comme Thriller. Le rythme de celui-ci est quelque peu plan plan. Pas forcément désagréable et puis au moins il évite l'écueil de tomber dans le suspens à outrance bien souvent invraisemblable pour surprendre à tout prix. L'auteur est toujours méthodique dans sa narration et il aborde toujours un univers judiciaire réaliste et précis.
            • VassagoTL Posté le 24 Juillet 2019
              Grisham a déjà fait plus tendu comme Thriller. Le rythme de celui-ci est quelque peu plan plan. Pas forcément désagréable et puis au moins il évite l'écueil de tomber dans le suspens à outrance bien souvent invraisemblable pour surprendre à tout prix. L'auteur est toujours méthodique dans sa narration et il aborde toujours un univers judiciaire réaliste et précis.
            • Arthur409 Posté le 29 Juin 2019
              Avec John Grisham, il y a presque toujours un côté « judiciaire » mettant en scène des juges et des avocats. Dans « L’engrenage », l’angle de vue est un peu inhabituel : les « représentants de la justice » sont trois taulards : à la suite de malversations diverses, trois juges, dont un Président de la Cour Suprême, tous d’un âge déjà avancé, se retrouvent à purger leur peine dans un pénitencier tranquille et sans histoire. Là, pour passer le temps, et pour se constituer un pécule en vue de leur retour à la liberté, ils ont mis au point une combine juteuse : par l’intermédiaire de Trevor, leur avocat, lui aussi « border line » et folklorique, ils insèrent des petites annonces dans des revues gays en se faisant passer pour « un jeune homme recherchant de l’aide et de l’amitié »… Malheur au correspondant qui leur répond : dès que les échanges établis deviennent suffisamment abondants et explicites, c’est le chantage : 100 000 dollars, ou les lettres compromettantes seront envoyées à l’épouse, à la famille, ou à l’employeur du « pigeon ». Tout cela fonctionne plutôt pas mal, jusqu’au jour où notre trio entre en contact avec... Avec John Grisham, il y a presque toujours un côté « judiciaire » mettant en scène des juges et des avocats. Dans « L’engrenage », l’angle de vue est un peu inhabituel : les « représentants de la justice » sont trois taulards : à la suite de malversations diverses, trois juges, dont un Président de la Cour Suprême, tous d’un âge déjà avancé, se retrouvent à purger leur peine dans un pénitencier tranquille et sans histoire. Là, pour passer le temps, et pour se constituer un pécule en vue de leur retour à la liberté, ils ont mis au point une combine juteuse : par l’intermédiaire de Trevor, leur avocat, lui aussi « border line » et folklorique, ils insèrent des petites annonces dans des revues gays en se faisant passer pour « un jeune homme recherchant de l’aide et de l’amitié »… Malheur au correspondant qui leur répond : dès que les échanges établis deviennent suffisamment abondants et explicites, c’est le chantage : 100 000 dollars, ou les lettres compromettantes seront envoyées à l’épouse, à la famille, ou à l’employeur du « pigeon ». Tout cela fonctionne plutôt pas mal, jusqu’au jour où notre trio entre en contact avec un certain M. Konyers. Sous ce pseudonyme, se cache en réalité rien moins que Aaron Lake, candidat à la présidence des Etats-Unis. Aaron est sénateur républicain de l’Arizona, et aurait une carrière plutôt banale si Teddy Maynard, le directeur de la CIA, ne l’avait pas choisi pour s’opposer à un dessein qui semble prendre corps en Russie : les agents secrets ont identifié un homme qui s’apprêterait à prendre le pouvoir avec de dangereuses idées nationalistes, voire suprématistes, tout cela pouvant conduire à un conflit majeur. Aaron reçoit une aide financière sans limite par le biais des fonds secrets de la CIA, il grimpe dans les sondages et paraît être un vainqueur tout-à-fait possible… Cependant il est sous la surveillance de la CIA, qui ne tarde pas à détecter ce qui cloche : Lake entretient une correspondance secrète, rapidement décryptée par les agents du renseignement américain. Commence alors un « jeu » de cache-cache : la CIA découvre les auteurs du chantage, mais les laisse agir pour un temps, tandis que nos trois compères arrivent à percer à jour l’identité du mystérieux M. Konyers et réalisent tout le profit supplémentaire qu’ils peuvent en tirer … La surveillance est le thème principal du livre, comme c’était déjà le cas dans « La Firme ». Quelles raisons de mettre quelqu’un sous surveillance ? Quels moyens utiliser ? Que faire quand on s’aperçoit qu’on est surveillé ? On en arrive au petit jeu : « Tu me surveilles, je le sais, mais tu ne sais pas que je le sais… » La CIA met d’énormes moyens pour désamorcer le chantage des « trois minables », mais ceux-ci sont parfois plus malins qu’ils n’en ont l’air ! Le récit est très bien conçu, la tension est continuelle, avec quelques touches d’humour et des situations qui m’ont rappelé « Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire ». C’est un honnête « thriller », sans effusion de sang (ou presque…), sans doute pas le meilleur de John Grisham, mais qui m’a procuré un bon moment de lecture.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Arthur409 Posté le 29 Juin 2019
              Avec John Grisham, il y a presque toujours un côté « judiciaire » mettant en scène des juges et des avocats. Dans « L’engrenage », l’angle de vue est un peu inhabituel : les « représentants de la justice » sont trois taulards : à la suite de malversations diverses, trois juges, dont un Président de la Cour Suprême, tous d’un âge déjà avancé, se retrouvent à purger leur peine dans un pénitencier tranquille et sans histoire. Là, pour passer le temps, et pour se constituer un pécule en vue de leur retour à la liberté, ils ont mis au point une combine juteuse : par l’intermédiaire de Trevor, leur avocat, lui aussi « border line » et folklorique, ils insèrent des petites annonces dans des revues gays en se faisant passer pour « un jeune homme recherchant de l’aide et de l’amitié »… Malheur au correspondant qui leur répond : dès que les échanges établis deviennent suffisamment abondants et explicites, c’est le chantage : 100 000 dollars, ou les lettres compromettantes seront envoyées à l’épouse, à la famille, ou à l’employeur du « pigeon ». Tout cela fonctionne plutôt pas mal, jusqu’au jour où notre trio entre en contact avec... Avec John Grisham, il y a presque toujours un côté « judiciaire » mettant en scène des juges et des avocats. Dans « L’engrenage », l’angle de vue est un peu inhabituel : les « représentants de la justice » sont trois taulards : à la suite de malversations diverses, trois juges, dont un Président de la Cour Suprême, tous d’un âge déjà avancé, se retrouvent à purger leur peine dans un pénitencier tranquille et sans histoire. Là, pour passer le temps, et pour se constituer un pécule en vue de leur retour à la liberté, ils ont mis au point une combine juteuse : par l’intermédiaire de Trevor, leur avocat, lui aussi « border line » et folklorique, ils insèrent des petites annonces dans des revues gays en se faisant passer pour « un jeune homme recherchant de l’aide et de l’amitié »… Malheur au correspondant qui leur répond : dès que les échanges établis deviennent suffisamment abondants et explicites, c’est le chantage : 100 000 dollars, ou les lettres compromettantes seront envoyées à l’épouse, à la famille, ou à l’employeur du « pigeon ». Tout cela fonctionne plutôt pas mal, jusqu’au jour où notre trio entre en contact avec un certain M. Konyers. Sous ce pseudonyme, se cache en réalité rien moins que Aaron Lake, candidat à la présidence des Etats-Unis. Aaron est sénateur républicain de l’Arizona, et aurait une carrière plutôt banale si Teddy Maynard, le directeur de la CIA, ne l’avait pas choisi pour s’opposer à un dessein qui semble prendre corps en Russie : les agents secrets ont identifié un homme qui s’apprêterait à prendre le pouvoir avec de dangereuses idées nationalistes, voire suprématistes, tout cela pouvant conduire à un conflit majeur. Aaron reçoit une aide financière sans limite par le biais des fonds secrets de la CIA, il grimpe dans les sondages et paraît être un vainqueur tout-à-fait possible… Cependant il est sous la surveillance de la CIA, qui ne tarde pas à détecter ce qui cloche : Lake entretient une correspondance secrète, rapidement décryptée par les agents du renseignement américain. Commence alors un « jeu » de cache-cache : la CIA découvre les auteurs du chantage, mais les laisse agir pour un temps, tandis que nos trois compères arrivent à percer à jour l’identité du mystérieux M. Konyers et réalisent tout le profit supplémentaire qu’ils peuvent en tirer … La surveillance est le thème principal du livre, comme c’était déjà le cas dans « La Firme ». Quelles raisons de mettre quelqu’un sous surveillance ? Quels moyens utiliser ? Que faire quand on s’aperçoit qu’on est surveillé ? On en arrive au petit jeu : « Tu me surveilles, je le sais, mais tu ne sais pas que je le sais… » La CIA met d’énormes moyens pour désamorcer le chantage des « trois minables », mais ceux-ci sont parfois plus malins qu’ils n’en ont l’air ! Le récit est très bien conçu, la tension est continuelle, avec quelques touches d’humour et des situations qui m’ont rappelé « Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire ». C’est un honnête « thriller », sans effusion de sang (ou presque…), sans doute pas le meilleur de John Grisham, mais qui m’a procuré un bon moment de lecture.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Tangerine59 Posté le 28 Février 2018
              Très bonne intrigue, livre prenant jusqu'au bout. Des passages un peu "bruts" mais très bon thriller
            ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
            Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
            Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.