Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266207065
Code sériel : 14554
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

La Conjuration primitive

Date de parution : 13/11/2014
Et si seul le mal pouvait combattre le mal ?

Les enquêteurs les surnomment La Bête et Le Fantôme... Si les meurtres qu'ils commettent ne se ressemblent pas, leur sauvagerie est comparable. Et que penser de cette mystérieuse signature commune – *e – qui écarte la piste de serial killers isolés...
Et si seul le mal pouvait combattre le mal ?

Les enquêteurs les surnomment La Bête et Le Fantôme... Si les meurtres qu'ils commettent ne se ressemblent pas, leur sauvagerie est comparable. Et que penser de cette mystérieuse signature commune – *e – qui écarte la piste de serial killers isolés ? Les tueurs se connaissent-ils ?
Mais bientôt, La Bête et Le Fantôme ne sont plus seuls. Les crimes atroces se multiplient, d'abord en France, puis à travers l'Europe tout entière.
La prédation à l'état brut. Une compétition dans l'horreur...
Pour tenter d'enrayer cette épidémie, et essayer de comprendre : une brigade pas tout à fait comme les autres, épaulée par un célèbre profiler.

« Le récit agrippe le lecteur dès les premières pages pour ne plus le lâcher. » Aujourd'hui en France
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266207065
Code sériel : 14554
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Le récit agrippe le lecteur dès les premières pages pour ne plus le lâcher. » Aujourd’hui en France
« Le finale arrive quant à lui comme un feu d’artifice, une libération explosive de toute cette violence accumulée au fil des quelque 400 pages du roman. » Gala

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • incortom Posté le 24 Août 2020
    « LA CONJURATION PRIMITIVE » de Maxime CHATTAM « IF YOU WANT BLOOD, YOU'VE GOT IT, BLOOD ON STREETS, BLOOD ON THE WALLS, IF YOU WANT BLOOD, YOU'VE GOT IT... » La Conjuration Primitive est un thriller psychologique de Maxime Chattam, paru en 2014 chez Pocket. Il s'agit du premier livre de la trilogie L'Appel du Néant. Il sera suivi par La Patience du Diable et l'Appel du Néant. Celui ci se compose de références littéraires et historiques et comprend trois parties. Cela raconte une traque entre la Section de Recherches de Paris et de tueurs en série. Dès le départ, nous décelons une ambiance angoissante, froide dans un cadre montagneux et neigeux. Les protagonistes principaux sont Ludivine Vancker, une jeune gendarme plein de volonté, Segnon Dabo, un gendarme Noir décrit comme « un colosse » par l'auteur, Richard Mikelis, un criminologue réputé, Alexis Timée, un jeune gendarme et le colonel Aprikan, vieux militaire et patron de la SR. Richard Mikelis, le criminologue, peut être identifié à l'auteur car il a suivi des cours en criminologie et de plus, l'auteur et le personnage sont tous les deux des experts en la matière. Il aime la solitude et il s'est retiré des affaires criminelles car elles vous « portent dans... « LA CONJURATION PRIMITIVE » de Maxime CHATTAM « IF YOU WANT BLOOD, YOU'VE GOT IT, BLOOD ON STREETS, BLOOD ON THE WALLS, IF YOU WANT BLOOD, YOU'VE GOT IT... » La Conjuration Primitive est un thriller psychologique de Maxime Chattam, paru en 2014 chez Pocket. Il s'agit du premier livre de la trilogie L'Appel du Néant. Il sera suivi par La Patience du Diable et l'Appel du Néant. Celui ci se compose de références littéraires et historiques et comprend trois parties. Cela raconte une traque entre la Section de Recherches de Paris et de tueurs en série. Dès le départ, nous décelons une ambiance angoissante, froide dans un cadre montagneux et neigeux. Les protagonistes principaux sont Ludivine Vancker, une jeune gendarme plein de volonté, Segnon Dabo, un gendarme Noir décrit comme « un colosse » par l'auteur, Richard Mikelis, un criminologue réputé, Alexis Timée, un jeune gendarme et le colonel Aprikan, vieux militaire et patron de la SR. Richard Mikelis, le criminologue, peut être identifié à l'auteur car il a suivi des cours en criminologie et de plus, l'auteur et le personnage sont tous les deux des experts en la matière. Il aime la solitude et il s'est retiré des affaires criminelles car elles vous « portent dans la tête des tueurs en série ». Nous voyons bien que la criminologie est importante car au fur et à mesure du roman, nous voyons en détail comment se passe une autopsie, ce qu'on doit y prélever, comment faire... Dans la première partie, il est décrit comme solitaire, se tient en retrait de l'enquête, mais devient rapidement intéressé par l'affaire qui est intrigante, effrayante, suite à un « suicide d'un délinquant ». Le gendarme Alexis Timée va venir le chercher mais au départ, Mikelis est réticent. Un signe nous interpelle, un *e inscrit en rouge. Alexis Timée est décrit comme volontaire et n'ayant peur de rien. Il a beaucoup de mal à rester sur place, il veut se rendre utile dès les premiers meurtres. Le gendarme Segnon Dabo, « le colosse » du livre, incarne la prudence et la sagesse. Marié, père de famille, il est très proche de Alexis Timée, Ludivine Vancker et Richard Mikelis. La gendarme Ludivine Vancker, jeune, blonde, yeux bleus est décrite comme un peu naïve, mais efficace et maline dans les deux dernières parties. Un air de Ludivine Sagnier, Mélanie Laurent peut être perçu car elle est très maline malgré les apparences. Le colonel Aprikan est un vieux militaire, dirigeant la SR de Paris et est présenté comme un personnage secondaire, dans le livre. Là où ça devient intéressant, c'est lorsque nous découvrons un symbole. Alors, nous nous interrogeons sur sa signification et sur les raisons de l'enquête. En fait, l'équipe est sur la piste de dangereux criminels en série. La première allusion que nous voyons est historique car le Fantôme, le premier tueur en série, peut être assimilé à Jack l'Eventreur. Rappelons que l'identité de ce mystérieux criminel reste inconnu. Pendant longtemps, nous avons émis diverses hypothèses, en passant par des aristocrates de la haute bourgeoisie de l'ère victorienne, aux Juifs car Jack l'Eventreur semait des grains de raisin en guise d'indices. Pourquoi ce personnage énigmatique ? Le Fantôme a un mode opératoire précis tout comme Jack l'Eventreur. Son mode opératoire est simple : il suit ses victimes et ensuite, comme le célèbre tueur, il les éventre mais de manière plus crue. La seule différence est que Jack l'Eventreur mutilait des prostituées. Tout laisse à penser que le Fantôme sait où résident les victimes, vu qu'il les suit. Nous nous demandons alors quel est son métier ? Est-il chauffeur routier ? Un voyeur ? Un violeur multirécidiviste ? Un ex prisonnier ? D'ailleurs, à la fin de la première partie, son nom nous est révélé ainsi que son métier et Alexis Timée meurt dans un piège du premier tueur avant qu'il ne se suicide car il n'y a plus d'échappatoire possible. La seconde partie s'intéresse à un tueur nommé la Bête, où nous retrouvons aussi des références historiques mais aussi cinématographiques ou musicales. La première que nous pouvons citer est historique : nous voyons une allusion à la Bête du Gévaudan, bête ayant sévi au 18ème siècle. En effet, les crimes commis par la Bête sont affreux, angoissants car des morceaux de chair humaine sont retrouvés. Nous pouvons éventuellement penser au film Les Nerfs A Vif (1991), de Martin Scorsese, au personnage de Max Cady, joué par De Niro, psychopathe ayant été condamné à 14 ans de prison et attiré par les mineures. Rappelons que dans le film, Max Cady arrache un morceau de la joue à la maîtresse de Sam Bowden, joué par Nick Nolte. Au cours de la seconde partie, nous apprenons que la Bête a un appétit féroce et qu'il est peut-être sexuellement insatisfait. Nous pouvons penser à la chanson d'ACDC, If You Want Blood (You've Got It) car elle ne se nourrit exclusivement que de sang et de chair humaine. Une référence aussi à Docteur Jekyll/Mr. Hyde (1931) de Victor Fleming, peut être vue car soulignons que le personnage de Mr. Hyde (le double maléfique de Jekyll) ressemble à un homme des cavernes. Prenons aussi comme référence le film Le Loup Garou de Londres (1981) de John Landis car les protagonistes sont attaqués en pleine nuit par un loup garou et le seul survivant va commettre des meurtres similaires à celui du livre. Précisons que Mr. Hyde incarne la partie animale de notre instinct. A la fin de la seconde partie, lorsque le second tueur a été démasqué, nous pouvons penser au Chien des Baskerville (1959) de Terrence Fisher et aux films de la Hammer Production, maison qui ne produisait que des films d'horreur dans les années 1960-1970, car Ludivine Vancker trouve un masque de loup ou de chien ainsi que des mâchoires proéminentes afin de rendre l'assassin encore plus terrifiant. A la fin du film, le Chien des Baskerville, Sherlock Holmes découvre que la bête portait un masque pour rendre l'horreur encore plus angoissante et le montre à Sir Henry de Baskerville. D'ailleurs, dans le livre, est trouvé un tupperware de restes humains. Comment la Bête et le Fantôme se sont-ils rencontrés ? Pourquoi ont-ils commis des crimes atroces et horribles ? Comment ont-ils fait pour être recrutés et pour rassembler d'autres personnes ? Quelle éducation leur a-t-on donné ? Dans la troisième et dernière partie s'intéressant aux « protecteurs » des tueurs en série, nous trouvons aussi des références historiques, musicales et cinématographiques. D'abord, l'auteur nous fait croire à un « géniteur », alors qu'ils sont deux. Nous trouvons des références à l'éducation, mais aussi aux sites de recrutement. Nous trouvons des références au Lebensborne, à la 2nde Guerre Mondiale mais nous pouvons aussi penser à la phrase de Rousseau dans l'Emile (1762) sur l'éducation : « L'humain naît naturellement bon, c'est la société qui le corrompt. » Si nous voyons l'éducation du point de vue rousseauiste, la nature est égale au bon vouloir de l'humanité, tandis que le contraire est semblable à la sauvagerie. Il faut savoir que Rousseau n'a jamais été éduqué et qu'il s'en remettait à « Mère Nature ». Pourquoi l'Emile ? On comprend que « les formateurs » des deux tueurs en séries, le Fantôme et la Bête, n'ont jamais connu ni leurs mères, ni leurs pères et donc qu'ils ont été éduqués avec leurs propres règles. L'auteur nous explique le fonctionnement du Lebensborne avec ses difficultés et ses spécialités qu'on a l'impression de le vivre. A ce moment, une ambiance hitchcockienne genre Psychose s'installe : c'est comme s'ils traquaient Norman Bates. Rappelons que Norman Bates a été pendant longtemps (trop, peut-être) sous l'influence maternelle. Du coup, lorsqu'il se met à tuer, il se transforme en mère avec ses habits et une perruque. Vers la fin, nous voyons une référence à Shining (1980) de Stanley Kubrick car nos protagonistes sont enfermés dans leurs chambres et une violente tempête de neige déferle et bloque l'accès aux personnages. Seuls Ludivine Vancker et Segnon Dabo seront les survivants de ce cauchemar. Dans celle-ci, l'auteur explore la dangerosité du web et ses sites pédophiles. Il nous met en garde contre certains sites pouvant être susceptibles d'intéresser les jeunes car c'est comme cela, en partie, qu'ils recrutaient et rassemblaient les tueurs tels le Fantôme, la Bête et d'autres personnes. En référence musicale, nous pouvons voir Shoot To Thrill (1980) d'ACDC car pour eux, c'est comme un jeu de tuer. On les a endoctrinés, on leur a tellement bourré le crâne que pour eux, tuer c'est normal, c'est un instinct de survie. Une référence aussi à une autre chanson du même groupe, Jailbreak (1976) car c'est leur « hymne à la liberté », ils se « battent » pour être libres. Faisons un petit point sur la première de couverture représentant une sorte de tête de mort bleue sur fond noir. Nous pouvons donc nous imaginer, d'ores et déjà, que l'enquête va être mystérieuse, mais aussi mortelle. Le prénom et le nom de l'auteur sont écrites en lettres capitales bleues et le titre est en lettres capitales blanches indiquant l'innocence des personnages. Pour conclure, cela est vraiment un très bon thriller à lire où l'auteur nous donne de multiples indices effrayants. Ames sensibles s'abstenir. Que les lecteurs aient bien mangé !
    Lire la suite
    En lire moins
  • cassieden Posté le 29 Juillet 2020
    Bon....grande fan de Stephen King depuis 30 ans( un autre genre  bien sûr), passionnée  de roman américain ou vraies histoires de crime, il en faut  beaucoup pour réussir  à  captiver mon attention, étant une lectrice habituée à lire des romans d'un des plus grands écrivains mondialement reconnu de nos jours... Allez , je commence par les apriori... Jeune écrivain né  en 1976( 3 ans après  moi), son histoire se passe  en France principalement mais pas que, avec des protagonistes  français,  alala tout ce que je n'aime  pas  à  la base dans les romans... Mais ne connaissant  pas  Maxime  Chattam  et recherchant un roman  policier, je suis tombée dessus par hasard  et laissée  tenter par les commentaires  très  positifs... J'ai  donc cédé,  je commence  sans  conviction  à  lire... prénom  français  Ludivine,  Alexis, bizarre pour une habituée  des prénoms  américains... Mais que se passe t'il au fil des pages??? Incroyable  je ne m'ennuie pas!!!  Même  pas du tout!! Quelle rythme, au fil des pages je sens la maîtrise du sujet sur la narration très  détaillée des scènes  de crimes ( et là  précisons le) jusqu'à  décortiquer l'état  des victimes ( âme  sensible  s'abstenir) jusqu'à les visualiser nous aussi. Mais pas seulement !! L'auteur  nous fait vivre, respirer,  penser,... Bon....grande fan de Stephen King depuis 30 ans( un autre genre  bien sûr), passionnée  de roman américain ou vraies histoires de crime, il en faut  beaucoup pour réussir  à  captiver mon attention, étant une lectrice habituée à lire des romans d'un des plus grands écrivains mondialement reconnu de nos jours... Allez , je commence par les apriori... Jeune écrivain né  en 1976( 3 ans après  moi), son histoire se passe  en France principalement mais pas que, avec des protagonistes  français,  alala tout ce que je n'aime  pas  à  la base dans les romans... Mais ne connaissant  pas  Maxime  Chattam  et recherchant un roman  policier, je suis tombée dessus par hasard  et laissée  tenter par les commentaires  très  positifs... J'ai  donc cédé,  je commence  sans  conviction  à  lire... prénom  français  Ludivine,  Alexis, bizarre pour une habituée  des prénoms  américains... Mais que se passe t'il au fil des pages??? Incroyable  je ne m'ennuie pas!!!  Même  pas du tout!! Quelle rythme, au fil des pages je sens la maîtrise du sujet sur la narration très  détaillée des scènes  de crimes ( et là  précisons le) jusqu'à  décortiquer l'état  des victimes ( âme  sensible  s'abstenir) jusqu'à les visualiser nous aussi. Mais pas seulement !! L'auteur  nous fait vivre, respirer,  penser, être  dans la tête d un tueur en série  et de l'autre ,  du côté  de la justice,comme un acharné  à vouloir à tout prix les choper.. Ludivine  Vanker, Alexis timée, 2 gendarmes de la section  de recherche ( car  change de la police criminelle  classique ) et ce fameux  Mikelis, grand connaisseur des tueurs les plus pervers  auront en commun une mission très éprouvante,  retrouver les auteurs de crimes les plus  sanglants, les plus sanguinolents, les plus déroutants, les plus surprenants  même  à  résoudre...  Tous ont la même signature *e,  ceux que l'on  surnomme  la bête et le  fantôme !! Un roman où  l'on  ne s'ennuie  pas du tout, à  un rythme  effréné,  captivant,  avec toujours , au fil des pages,  un événement  que l'on  ne s'attend pas!! J'ai  été  bluffé  par la consistance , la constance et l'originalité  de l'histoire qui sort vraiment  de  l'ordinaire , avec des scènes extraordinaires....sanglantes!! Une pure réussite,  une claque magistrale , je n' ai pas aimé,  J'AI  ADORÉ !! Pour m' impressionner il en faut  pourtant!! Bravo Maxime Chattam,  vous avez une fan de plus, on rajoute donc une goutte  dans la mer immense de votre univers dont vous avez la recette pour plonger vos lecteurs et les captiver jusqu'au bout!!Digne d'un Stephen King, version française, pour l' art et la manière de nous en mettre plein la vue!!
    Lire la suite
    En lire moins
  • LeoLabs Posté le 29 Mai 2020
    Je retrouve enfin le Chattam de la trilogie du mal que j'ai tant apprécié, dont le protagoniste nous revient dans ce roman pour une succincte apparition à notre grande surprise et pour notre plus grand plaisir. Malgré des thèmes et des situations effroyables, l'auteur nous délecte souvent d'une magnifique plume lyrique à l'heure des descriptions. Pressé d'ouvrir le 2e tome de cette saga.
  • ND1987 Posté le 13 Mai 2020
    Quel livre passionnant ! On plonge à l'intérieur et on n'en ressort qu'une fois fini. Il m'a occupé l'esprit de nombreux jours après la fin de ma lecture. Il est gore à souhait :) Il faut bien s’accrocher par moment mais la lecture est addictive.
  • Rebecca11 Posté le 5 Mai 2020
    WoW une histoire qui nous tiens en haleine toute le long des meurtre intenses et une enquête bien tissé j’ai adorer mon expérience hâte de renouveler avec la suite !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.