Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266207072
Code sériel : 14555
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

La Patience du Diable

Date de parution : 10/11/2015
Des gens ordinaires découverts morts... de terreur.
Un go-fast qui transporte bien pire que de la drogue...
Et dans ce qui semble être l’antichambre de l’enfer : un homme retrouvé sauvagement égorgé.
Lieutenant à la section de recherches de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Le mal qui ronge...
Des gens ordinaires découverts morts... de terreur.
Un go-fast qui transporte bien pire que de la drogue...
Et dans ce qui semble être l’antichambre de l’enfer : un homme retrouvé sauvagement égorgé.
Lieutenant à la section de recherches de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Le mal qui ronge le monde, elle le connaît. Elle le côtoie depuis trop longtemps. Alors elle plonge, prête à nager dans l’horreur pour en retrouver la source.
Là-bas, le diable l’attend, patiemment.

 « Efficace et glaçant. » Hubert Lizé – Le Parisien

« Un thriller qui va (encore) faire un malheur. » Le Point
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266207072
Code sériel : 14555
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 576
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Efficace et glaçant. Un récit dont la brutalité n’a d’égale que l’efficacité. »
« Maxime Chattam est l’un des plus solides pages turner du polar français. »
Hubert Lizé, Le Parisien

« Du Lovecraft revisité, pour un thriller qui va (encore) faire un malheur. »
Le Point
« Un cocktail de suspense et de sang efficace et prenant. »
Télé 2 semaines


 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Katliz Posté le 10 Novembre 2020
    Bon thriller il n y a rien a dire à ce sujet même si j ai mis du temps à rentrer dedans à la fin je n ai pas réussi à le lâcher. J'avoue avoir eu du mal avec Ludivine et pour mon premier chattam j avoue aussi que j ai eu du mal à me faire à son style d'écriture surtout qu'il y a des attentats ttes les 2 minutes dans cette histoire et que le contexte actuelle ne me donnait pas trop envie de m'y plonger. Bref je suis pt être passé en peu à côté. Je réessaierai une prochaine fois...
  • Elodiedaire Posté le 7 Novembre 2020
    Déjà deux ans que j’ai lu « La conjuration primitive » alors autant vous dire qu’en me lançant dans ce second tome, j’avais tout oublié mis à par le prénom de notre enquêtrice de choc : Ludivine Vancker. À chaque sage policière, Chattam sait parfaitement comment rendre son personnage principal attachant. Et ça ne déroge pas à la règle avec Ludivine Vancker. Une femme indépendante et attachante. Une femme forte, qui n’a pas honte de dévoiler ses failles. Ici, Ludivine Vancker va être immergée dans une enquête aux multiples atrocités, je ne vais pas vous spoiler mais il y a une chose à savoir avec cet auteur, c’est que celui-ci ne se formalise pas du « glauque ». Alors âmes sensibles, s’abstenir. Sans surprise, j’ai adoré ma lecture. Ces derniers temps, lire du thriller sont assez difficiles pour moi. La situation actuelle a tendance à me pousser vers des lectures légères et sans nécessité de réfléchir, alors un thriller, c’est compliqué. Mais Maxime Chattam est l’une de mes valeurs sûres en matière de bons thrillers. Le côté psychologique est parfaitement travaillé, de façon à faire réfléchir le lecteur. J’ai été prise par ma lecture, dévorant les cinq cents pages en très très peu... Déjà deux ans que j’ai lu « La conjuration primitive » alors autant vous dire qu’en me lançant dans ce second tome, j’avais tout oublié mis à par le prénom de notre enquêtrice de choc : Ludivine Vancker. À chaque sage policière, Chattam sait parfaitement comment rendre son personnage principal attachant. Et ça ne déroge pas à la règle avec Ludivine Vancker. Une femme indépendante et attachante. Une femme forte, qui n’a pas honte de dévoiler ses failles. Ici, Ludivine Vancker va être immergée dans une enquête aux multiples atrocités, je ne vais pas vous spoiler mais il y a une chose à savoir avec cet auteur, c’est que celui-ci ne se formalise pas du « glauque ». Alors âmes sensibles, s’abstenir. Sans surprise, j’ai adoré ma lecture. Ces derniers temps, lire du thriller sont assez difficiles pour moi. La situation actuelle a tendance à me pousser vers des lectures légères et sans nécessité de réfléchir, alors un thriller, c’est compliqué. Mais Maxime Chattam est l’une de mes valeurs sûres en matière de bons thrillers. Le côté psychologique est parfaitement travaillé, de façon à faire réfléchir le lecteur. J’ai été prise par ma lecture, dévorant les cinq cents pages en très très peu de temps. À tel point que le troisième et dernier tome de la saga est déjà posé sur ma table de chevet. Je ne cesserai jamais de recommander les thrillers de Chattam
    Lire la suite
    En lire moins
  • Okenwillow Posté le 1 Octobre 2020
    Le lieutenant Ludivine Vancker, héroïne de La Conjuration primitive nous revient dans un épisode mouvementé aux multiples pistes. Comme à son habitude, Chattam traite avant tout du Mal, rien de moins, et encore une fois, il atteint des sommets de perversité. Cette fois-ci le Mal prend une forme encore plus effrayante, le machiavélisme des meurtres franchit une nouvelle étape dans l'horreur. Des ados qui massacrent les passagers d'un train, des gens apparemment morts de peur, il semble que le Mal se répande et qu'il ne frappe pas au hasard, le Diable se serait-il incarné parmi nous ? Sinon comment expliquer un tel déchaînement de violence, se répandant comme une épidémie ? Loin de considérations religieuses et superstitieuses, l'auteur se borne humblement à démontrer que le Mal est intrinsèque à l'Homme, que le pire des monstres est avant tout un être humain, et que le mal peut ainsi se propager telle une maladie.Rythme endiablé (ahah !), suspens permanent, personnages toujours humains et psychologiquement très travaillés, Chattam nous propose à nouveau une excellente intrigue pleine de rebondissements, et même si pour ma part j'ai reconnu le tueur d'emblée (je dois trop lire Chattam !), l'ensemble reste efficace et addictif.Chattam toujours maître de... Le lieutenant Ludivine Vancker, héroïne de La Conjuration primitive nous revient dans un épisode mouvementé aux multiples pistes. Comme à son habitude, Chattam traite avant tout du Mal, rien de moins, et encore une fois, il atteint des sommets de perversité. Cette fois-ci le Mal prend une forme encore plus effrayante, le machiavélisme des meurtres franchit une nouvelle étape dans l'horreur. Des ados qui massacrent les passagers d'un train, des gens apparemment morts de peur, il semble que le Mal se répande et qu'il ne frappe pas au hasard, le Diable se serait-il incarné parmi nous ? Sinon comment expliquer un tel déchaînement de violence, se répandant comme une épidémie ? Loin de considérations religieuses et superstitieuses, l'auteur se borne humblement à démontrer que le Mal est intrinsèque à l'Homme, que le pire des monstres est avant tout un être humain, et que le mal peut ainsi se propager telle une maladie.Rythme endiablé (ahah !), suspens permanent, personnages toujours humains et psychologiquement très travaillés, Chattam nous propose à nouveau une excellente intrigue pleine de rebondissements, et même si pour ma part j'ai reconnu le tueur d'emblée (je dois trop lire Chattam !), l'ensemble reste efficace et addictif.Chattam toujours maître de son art, mais qui n'a pas renouvelé le « Grand Méchant Twist » de La conjuration primitive, et donc du coup, c'est quand même moins bien.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Angie1976 Posté le 28 Septembre 2020
    J'avais beaucoup aimé "la conjuration primitive" mais cette surenchère du gore m'avait un peu dérangé. Donc, je partais avec une petite appréhension... Je préfère vous avertir que ce n'est pas une suite, il y a seulement des allusions mais je pense qu'il vaut mieux les lire dans l'ordre.#8291; #8291; Quel plaisir de retrouver certains personnages du 1er opus(enfin ceux qui ont survécu).#8291; J'aime toujours autant le personnage de Ludivine très complexe : solitaire et dure comme un roc mais avec une certaine fragilité.#8291; Et j'avoue avoir eu un petit coup de coeur avec Segnon, le bon copain que l'on aimerait tous avoir auprès de nous.#8291; #8291; J'ai eu du mal à attendre ma binôme, tellement l'histoire m'a accroché, l'immersion dans le mal avec ce qu'il y a de plus sombre, de plus brutal.#8291; Un récit qui ne cesse de rebondir, très visuel.#8291; Certaines scènes font froid dans le dos. Âmes sensibles s'abstenir.#8291; Pour les autres foncez !!!#8291; #8291; La fin nous promet dans le prochain tome quelque-chose de terrifiant à venir !!!#8291; Des livres que j'ai lu de cet auteur, celui-ci reste mon préféré.#8291; #8291;
  • Divina666 Posté le 17 Septembre 2020
    Mais où est-il allé chercher tout ça ! Maxime Chattam nous sert ici son livre le plus trash, il faut avoir le coeur bien accroché mais l'histoire nous tient en haleine jusqu'au bout. Une nouvelle réussite signée du maître :)
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.