Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266319089
Code sériel : 11757
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 640
Format : 108 x 177 mm
L'Âme du mal
Date de parution : 04/02/2021
Éditeurs :
Pocket

L'Âme du mal

Date de parution : 04/02/2021
Le bourreau de Portland, qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper, est mort. Pourtant le carnage continue.
L'inspecteur Joshua Brolin, qui avait mis ce monstre hors d'état de...
Le bourreau de Portland, qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper, est mort. Pourtant le carnage continue.
L'inspecteur Joshua Brolin, qui avait mis ce monstre hors d'état de nuire, doit aujourd'hui poursuivre son double. Cette fois, l'espoir n'est plus permis : le Mal a une grande famille et...
Le bourreau de Portland, qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper, est mort. Pourtant le carnage continue.
L'inspecteur Joshua Brolin, qui avait mis ce monstre hors d'état de nuire, doit aujourd'hui poursuivre son double. Cette fois, l'espoir n'est plus permis : le Mal a une grande famille et ses frères sont légion...

« Un rythme dynamique, des personnages attachants, des rebondissements incessants. »
Le Monde des Livres

Cet ouvrage a reçu le prix Sang d'Encre
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266319089
Code sériel : 11757
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 640
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un rythme dynamique, des personnages attachants, des rebondissements incessants. » Le Monde des livres

« Un renouvellement spectaculaire du genre. » Marianne

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • adda33 Posté le 9 Juin 2022
    C'est un roman noir de tueur en série (âmes sensibles s'abstenir), un des premiers de l'auteur. Le suspens est au rendez-vous et l'intrigue assez bien menée. On suit l'enquête d'un inspecteur formé au FBI au profilage criminel. L'action se situant dans les années 2000, on assiste un peu à un catalogue des nouvelles techniques.
  • PriscillaMushu Posté le 8 Juin 2022
    Relecture, en audio cette fois, de ce livre culte pour qui aime les thrillers français. Je l'avais lu à sa sortie et à l'époque je l'avais adoré et gardé en tête de liste de mes livres favoris. Et depuis tout ce temps là je me disais que je devrais un jour le relire pour voir s'il avait bien vieilli et méritait toujours que je parle de lui comme d'un coup de coeur ! D'autant plus que depuis quelques années je ne porte plus les écrits de Maxime Chattam dans mon coeur :/ Eh bien je dois dire que je suis agréablement surprise. L'écoute a été très agréable, et j'avais toujours envie de le remettre en route dès qu'un moment se présentait, ce qui est plutôt bon signe ! Je ne l'ai peut-être pas trouvé sensationnel mais quand même assez intéressant pour que je me sois déjà procuré la suite, que j'avais déjà lu aussi, pour continuer cette fameuse trilogie du mal
  • LightandSmell Posté le 13 Mai 2022
    Je remercie Ludivine du blog Vingt et une pages pour cette lecture commune de L’âme du mal, premier tome de La trilogie du mal de Maxime Chattam. Si nous n’avons pas trouvé dans ce thriller ce que nous cherchions, nous avons pris plaisir à échanger dessus et à partager nos ressentis, bien souvent similaires. Je remercie d’autant plus Ludivine que ce roman traîne dans ma PAL depuis des lustres… Je dois avouer que sans cette lecture commune, j’aurais abandonné ce premier tome durant lequel j’ai passé beaucoup de temps à m’ennuyer. Il m’a clairement manqué le rythme et le suspense que j’attends d’un thriller, même si heureusement, la dernière partie se révèle plus dynamique. Il faut dire que je l’ai lu juste après La fille d’avant duquel je n’arrivais pas à décrocher, alors qu’ici, l’inverse s’est produit ayant dû me forcer pour reprendre ma lecture. Pourtant, le début m’avait semblé prometteur et le roman possède un certain nombre d’atouts. Ainsi, Maxime Chattam a fait un énorme travail de recherche que ce soit sur les tueurs en série, les méthodes d’investigations du FBI et de la police, et tout ce qui a attrait à l’expertise médico-légale, nous donnant des détails qui m’ont parfois... Je remercie Ludivine du blog Vingt et une pages pour cette lecture commune de L’âme du mal, premier tome de La trilogie du mal de Maxime Chattam. Si nous n’avons pas trouvé dans ce thriller ce que nous cherchions, nous avons pris plaisir à échanger dessus et à partager nos ressentis, bien souvent similaires. Je remercie d’autant plus Ludivine que ce roman traîne dans ma PAL depuis des lustres… Je dois avouer que sans cette lecture commune, j’aurais abandonné ce premier tome durant lequel j’ai passé beaucoup de temps à m’ennuyer. Il m’a clairement manqué le rythme et le suspense que j’attends d’un thriller, même si heureusement, la dernière partie se révèle plus dynamique. Il faut dire que je l’ai lu juste après La fille d’avant duquel je n’arrivais pas à décrocher, alors qu’ici, l’inverse s’est produit ayant dû me forcer pour reprendre ma lecture. Pourtant, le début m’avait semblé prometteur et le roman possède un certain nombre d’atouts. Ainsi, Maxime Chattam a fait un énorme travail de recherche que ce soit sur les tueurs en série, les méthodes d’investigations du FBI et de la police, et tout ce qui a attrait à l’expertise médico-légale, nous donnant des détails qui m’ont parfois remuée et rebutée. Je pense notamment à une scène avec une tête et une légiste aussi froide qu’un frigo, ce qui, vu sa profession, est probablement nécessaire pour ne pas s’effondrer. De manière générale, il y a beaucoup de détails, trop pour moi, ce qui m’a donné le sentiment d’être non pas dans un thriller, mais dans un roman policier nous proposant de suivre au plus près les dessous de l’enquête de l’inspecteur Brolin. Un inspecteur qui tente de mettre la main sur un tueur en série dont les méthodes ne sont pas sans rappeler celles du bourreau de Portland, qu’il a pourtant lui-même abattu un an auparavant. Si l’enquête ne m’a pas passionnée outre mesure, car trop diluée pour maintenir mon intérêt sur le long terme, j’ai adoré toute la tension autour de la recherche de ce tueur en série aux allures de fantôme. Le bourreau de Portland est-il revenu à la vie, le mal ne s’éteignant jamais entièrement, ou un esprit malade s’amuse à le copier, tuant et mutilant des femmes dont il est bien difficile de trouver le lien les unissant ? L’angoisse s’installe rapidement pour ne jamais nous quitter d’autant que Juliette, la seule victime du bourreau de Portland ayant survécu, nous donne parfois des sueurs froides. La frontière entre témérité et inconscience se révèle, en effet, bien mince ! J’ai beaucoup apprécié Juliette, une étudiante en psychologie encore très affectée par son expérience avec la mort et la monstruosité, mais qui semble bien décidée à reprendre le contrôle de sa vie. Elle pourra compter sur le soutien de sa meilleure amie qui habite à proximité, et de l’inspecteur Brolin qui l’a sauvée des griffes du bourreau de Portland et est donc le plus amène de la comprendre. L’auteur nous propose ici le portrait d’une femme forte, une survivante qui refuse de se terrer, et qui se révélera même proactive dans la traque du tueur en série, qu’il soit fantôme du passé ou monstre du présent. De la même manière, j’ai aimé suivre l’inspecteur Brolin, un homme intelligent pour lequel on se prend d’affection, d’autant que l’auteur en fait un personnage humain qui ne se résume pas à son travail. Un travail qu’il fait fort bien, le policier étant un petit prodigue qui a échangé le prestige du FBI pour la police afin de pouvoir exercer plus rapidement et concrètement ses talents de profiler. Il est d’ailleurs intéressant de le voir, petit à petit, former avec prudence et détermination le profil du tueur en série... J’ai donc apprécié ce duo atypique, mais j’ai été très gênée par la relation qui va se développer entre l’étudiante et le policier. Brolin semble lui-même bien conscient du problème soulevé par son comportement, même s’il arrive bien facilement à s’en dédouaner… Quant à l’écriture de Maxime Chattam que j’avais découverte dans Carnage, elle est simple et directe, ce qui accentue l’horreur de certains détails, et permet de décrire des monstruosités avec force et réalisme. Je ne pense pas continuer La trilogie du mal, mais je ne ferme pas la porte à d’autres romans de l’auteur. Et puis, à part un point qui m’a semblé maladroit, je reconnais avoir apprécié les derniers chapitres qui gagnent en intensité et nous plongent en pleine genèse du mal ! En conclusion, malgré les avis très élogieux sur L’âme du mal, je ressors assez mitigée, voire déçue de ce roman. Je m’attendais à trouver un thriller empli de suspense, j’ai découvert un roman policier extrêmement minutieux et détaillé au rythme assez lent. Je reconnais néanmoins l’incroyable travail de recherche de l’auteur pour rendre son roman effroyable de réalisme ! Si vous aimez les enquêtes policières détaillées au plus près et quelque peu angoissantes, les histoires de tueurs en série et n’êtes pas rebuté par des scènes parfois très gores, ce roman pourrait vous plaire. Pour ma part, je ne poursuivrai pas la série, ce premier tome pouvant se suffire à lui-même.
    Lire la suite
    En lire moins
  • NiLyF Posté le 11 Mai 2022
    - Relecture - J’avais débuté ma découverte de Maxime Chattam avec ce roman. Des années après je ne suis toujours pas déçue. A travers un univers particulier, qui tient la route, qui se développe assez rapidement sans pour autant perdre le lecteur, Chattam réussit l’exploit de nous plonger dans l’horreur. Il est toujours aussi doué pour rendre à la fiction ce que le réel perpétue. A l’aide de la Divine Comédie de Dante, bien que cette dernière soit plus une excuse qu’un véritable outil, Chattam met en scène des personnages torturés et des scènes atroces. Il n’épargne rien à son lectorat, qui doit s’attendre à une plongée dans les abîmes. Si le titre indique que nous allons nous trouver face à « L’âme du Mal », ce n’est pas pour rien. Le sadisme et la perversion font naître des évènements, des personnages, qui semblent parfois dépasser la réalité. Pourtant, comme le rappelle l’auteur, il n’existe rien de pire que notre monde. Il s’en inspire, pour de bonnes raisons, et de ces emprunts faits à la réalité naissent des romans terribles et terrifiants par la perversité humaine qu’ils dévoilent. Je conseille aisément ce roman pour une première plongée dans l’univers terrible de Chattam. - ATTENTION SPOILER ! - - -... - Relecture - J’avais débuté ma découverte de Maxime Chattam avec ce roman. Des années après je ne suis toujours pas déçue. A travers un univers particulier, qui tient la route, qui se développe assez rapidement sans pour autant perdre le lecteur, Chattam réussit l’exploit de nous plonger dans l’horreur. Il est toujours aussi doué pour rendre à la fiction ce que le réel perpétue. A l’aide de la Divine Comédie de Dante, bien que cette dernière soit plus une excuse qu’un véritable outil, Chattam met en scène des personnages torturés et des scènes atroces. Il n’épargne rien à son lectorat, qui doit s’attendre à une plongée dans les abîmes. Si le titre indique que nous allons nous trouver face à « L’âme du Mal », ce n’est pas pour rien. Le sadisme et la perversion font naître des évènements, des personnages, qui semblent parfois dépasser la réalité. Pourtant, comme le rappelle l’auteur, il n’existe rien de pire que notre monde. Il s’en inspire, pour de bonnes raisons, et de ces emprunts faits à la réalité naissent des romans terribles et terrifiants par la perversité humaine qu’ils dévoilent. Je conseille aisément ce roman pour une première plongée dans l’univers terrible de Chattam. - ATTENTION SPOILER ! - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - Encore une fois Chattam démontre que ses personnages ne sont pas épargnés, et que la mort peut frapper. Malgré l’espoir qui transparaît à la fin de son roman l’auteur vient encore une fois plonger le lecteur dans le désarroi et la peine.
    Lire la suite
    En lire moins
  • arrow24 Posté le 19 Avril 2022
    Premier opus d'une trilogie, ou d'une tétralogie (pour son préquel) 2ème livre pour ma part de cet auteur Maxime Chattam, et pour le moment tout se passe vraiment très bien. Pour cette histoire, nous sommes dans du pur Thriller/Polar !! Le Fantastique n'est ABSOLUMENT pas présent. Donc ceux ont peur du surnaturel, vous pouvez venir. Dans ce roman, très réaliste pour ma part rien que pour les procédures d'enquêtes, j'ai appris bcp de choses. Alors oui certe, il manque parfois un peu d'action, Maxime Chattam, prend bien son temps pour nous expliquer les différentes procédures, mais perso, je me suis jamais ennuyer !! Alors oui, certains mots m'ont déstabilisé, je devais prendre un dictionnaire pour comprendre certain terme dans le livre. Mais pour le côté réalisme, c'est juste génial !! Attention, des petits warnings s'impose, car nous sommes dans du thriller, donc, il a son petit lot de scène assez descriptif (cadavre autopsie) Une lecture vraiment agréable malgré les termes techniques. Pour la fin je l'avoue j'avais compris certain éléments mais il n'a absolument pas gaché mon plaisir de lecture !! Une magnique introduction qui j'espère perdurera dans les prochains !!
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.