Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266249805
Code sériel : 6096
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Les Contes de la bécasse

Héléne LASSALLE (Préface), Annie SOLER (Préface)
Date de parution : 01/09/2014

Édition présentée et commentée par Hélène Lassalle (Muséum d'histoire naturelle)

et Annie Soler (collège de Val-de-Reuil, Normandie).

 

À la table du baron des Ravots, on célèbre la chasse, le gibier et l'art d'offrir aux convives les récits les plus surprenants. Toute la Normandie de Maupassant se dépeint dans ces tableaux...

Édition présentée et commentée par Hélène Lassalle (Muséum d'histoire naturelle)

et Annie Soler (collège de Val-de-Reuil, Normandie).

 

À la table du baron des Ravots, on célèbre la chasse, le gibier et l'art d'offrir aux convives les récits les plus surprenants. Toute la Normandie de Maupassant se dépeint dans ces tableaux plaisants ou cruels, une province où règne une lâche bourgeoisie et une misère presque médiévale. L'auteur de Bel-Ami révèle l'avarice des paysans, l'avidité sensuelle et le cynisme des gens des villes, la rouerie des filles, les laideurs de la vie, autant de peintures sarcastiques empreintes d'une philosophie désolée mais aussi pleines de pitié et de compassion.

L'argent, la bêtise « éternelle, indestructible », la luxure, l'angoisse : en quelques traits, quelques couleurs, quelques pages miraculeuses de simplicité et de force, naissent des personnages inoubliables.

 

Lire avec le texte intégral et la préface présentant l'œuvre et son auteur.

Comprendre avec « Les clés de l'œuvre » : 16 pages pour aller à l'essentiel ; 52 pages pour approfondir.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266249805
Code sériel : 6096
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mylena Posté le 4 Septembre 2021
    Ce qui réunit ces contes est un prétexte un peu artificiel : un vieux baron réunit le soir ses compagnons de chasse et ils se racontent quelques histoires, après désignation par le bec effilé d’une bécasse. Et effectivement tous ces contes nous peignent, comme si souvent chez Maupassant, la société rurale normande. En quelques mots, en quelques traits de plume, il a le chic pour nous faire comprendre bien des éléments de la psychologie de ses contemporains. Quel sens de l’observation fine des détails ! Le regard de l’auteur est pessimiste, il n’est pas tendre, il ne rate aucun défaut, mais en même temps il n’est pas exempt de tendresse envers ses personnages. Chaque nouvelle est comme une petite scénette peinte, un instantané, sans morale prémâchée, nous laissant souvent un peu triste.
  • Livre_o_vert Posté le 4 Août 2021
    On est face à un recueil de 16 nouvelles durant lequel Maupassant ne fait pas de cadeaux aux humains. La première nouvelle sert de préambule pour les prochaines. Femme, homme, enfant tout le monde passe son sous œil. Les faits se passant bien souvent dans sa Normandie chérie.  Chaque automne, un chasseur prépare un repas pour ses amis fait de bécasses. Les têtes de ces oiseaux étaient ensuite données à un seul convive désigné par le sort. Et ce dernier, pour dédommager les autres, devait raconter une histoire.  Les vices de toute personne et de toute classe sont mis à jour. On y parle aussi d'amour, mais n'allant que dans un sens : la femme peut aimer, mais l'homme non. Je ne sais pas si Maupassant le pensait vraiment, le savez-vous ? Les nouvelles sont courtes, cela permet de n'en lire qu'une et de continuer plus tard entre deux arrêts de bus. J'aime énormément sa façon d'écrire, c'est poétique et percutant sans être moralisateur. Et puis, il ne raconte rien de plus que la vraie vie et non une vie romancée. Je dois dire que beaucoup de ses réflexions sont encore vraies aujourd'hui ! Si vous aimez Flaubert, Maupassant ne pourra que vous ravir dans son écriture
  • anneqlf Posté le 13 Mai 2021
    Après 2 ou 3 lectures de Maupassant, au collège, je le redécouvre avec un immense bonheur ! J'ai beaucoup aimé ces contes, nouvelles courtes, graves ou amusantes. Des histoires typiques de la fin du 19e siècle, avec ses personnages, ses paysages et son histoire. Une écriture claire, un sens du récit, me voilà repartie pour relire des Maupassant !
  • Darjeelingdo Posté le 14 Mars 2021
    L’introduction de mon édition des Contes de la bécasse précise que ces 17 contes sont tous parus dans deux journaux de l’époque en l’espace de moins d’un an, en 1882. Maupassant, fuyant la capitale, a retrouvé sa Normandie natale et vit à Etretat. C’est bien la Normandie d’ailleurs qui sert de cadre à la quasi totalité de ces courtes nouvelles censées être racontées à la veillée de retour de chasse, c’est pourquoi le « Conte de la bécasse » ouvre le recueil et lui donne son titre. C’est un magnifique catalogue des travers humains que nous présente Maupassant : bêtise, cupidité, vantardise, débauche, âpreté au gain..tout y passe ! D’une plume alerte, incisive, caustique, mais aussi pleine de poésie quand il décrit les paysages chers à son cœur, Maupassant nous offre une série d’histoires drolatiques pour certaines et bien tristes pour d’autres. Chacun y trouvera son plaisir. Pour ma part, j’ai un petit faible pour « Un Normand » (et son commerce de la crédulité ) , «  Un coq chanta  » ( pour sa conclusion !) et les deux plus tristes «  La folle » et «  La rempailleuse 
  • Katb57 Posté le 4 Janvier 2021
    Très bon petit recueille de nouvelles de Guy de Maupassant. Je ne suis pas du tout une fan de chasse mais ce thème sur la campagne m'a beaucoup plus. Quand un chasseur ne peut plus chasser, alors il invite ses amis à diner pour qu'ils lui raconte les dernières nouvelles du village. Un petit livre avec lequel on passe un très bon moment.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.