Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264023803
Code sériel : 1596
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Northanger Abbey

Josette SALESSE-LAVERGNE (Traducteur)
Date de parution : 12/04/1996

Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n'a rien d'une héroïne, c'est que Jane Austen s'amuse ! Et nous emporte, d'une plume malicieuse, d'un bout à l'autre du plus moderne...

Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n'a rien d'une héroïne, c'est que Jane Austen s'amuse ! Et nous emporte, d'une plume malicieuse, d'un bout à l'autre du plus moderne des romans austeniens.

« Jane Austen est charmante et féroce, bien élevée et impitoyable. »
Le Monde

Traduit de l'anglais
par Josette Salesse-Lavergne

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264023803
Code sériel : 1596
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Biblioroz Posté le 10 Juillet 2020
    Avant de se retrouver dans les murs de style gothique de l’abbaye de Northanger, il faut doucement patienter, sans trop soupirer, sur les deux cents premières pages que Jane Austen s’est accordées pour camper ses personnages. Toutes ces pages sont loin d’être fastidieuses et on y apprécie pleinement l’élégance des tournures de phrases propres à l’auteure. Je m’attendais tout de même à une plus longue immersion dans le cœur fantomatique de l’abbaye, comme un véritable roman gothique. La part d’aventure sentimentale est ici bien plus présente que l’intrigue mystérieuse liée aux lieux chargés d’histoire. Mais je m’incline devant le talent et la malice de Jane Austen qui se révèlent dès les premiers mots parcourus lorsqu’elle nous présente Catherine qu’elle qualifie de bien ordinaire. Rien ne la prédisposait à devenir une héroïne mais ce sera pourtant un rôle qu’elle lui fera endosser avec son délicieux esprit et tout son génie littéraire. Bien que très naïve, sans une once de méchanceté, Catherine nous séduit par son ardeur candide à découvrir le monde des bals et à y chercher amitié et amour. On savourera aussi toute l’ironie qu’elle déploie avec brio pour caricaturer chacun de ses personnages. Mme Allen uniquement préoccupée par ses toilettes et... Avant de se retrouver dans les murs de style gothique de l’abbaye de Northanger, il faut doucement patienter, sans trop soupirer, sur les deux cents premières pages que Jane Austen s’est accordées pour camper ses personnages. Toutes ces pages sont loin d’être fastidieuses et on y apprécie pleinement l’élégance des tournures de phrases propres à l’auteure. Je m’attendais tout de même à une plus longue immersion dans le cœur fantomatique de l’abbaye, comme un véritable roman gothique. La part d’aventure sentimentale est ici bien plus présente que l’intrigue mystérieuse liée aux lieux chargés d’histoire. Mais je m’incline devant le talent et la malice de Jane Austen qui se révèlent dès les premiers mots parcourus lorsqu’elle nous présente Catherine qu’elle qualifie de bien ordinaire. Rien ne la prédisposait à devenir une héroïne mais ce sera pourtant un rôle qu’elle lui fera endosser avec son délicieux esprit et tout son génie littéraire. Bien que très naïve, sans une once de méchanceté, Catherine nous séduit par son ardeur candide à découvrir le monde des bals et à y chercher amitié et amour. On savourera aussi toute l’ironie qu’elle déploie avec brio pour caricaturer chacun de ses personnages. Mme Allen uniquement préoccupée par ses toilettes et sa coiffure, fervente admiratrice et connaisseuse des qualités de mousselines. Mme Thorpe, amie d’enfance de la première, qui vante les beautés et le talent de sa progéniture. Toutes deux sont totalement hermétiques à la conversation de l’autre ! La palme de l’hypocrisie sera attribuée à la nouvelle grande amie de Catherine : Isabelle, avec son affection dégoulinante servant son égoïsme. C’est une merveilleuse manipulatrice, qui se drape dans de belles paroles flatteuses. Et même si elle affirme ne s’intéresser nullement à l’argent, la considération pécuniaire des rentes l’a fait plutôt tourner girouette ! Les hommes ne sont pas non plus épargnés par l’acuité ironique de la jeune auteure. Et puis il y a Tilney, l’élu de Catherine. Il n’est finalement pas très présent mais brille par son caractère taquin et l’élégance de ses paroles. Légèrement déçue en début de lecture, j’ai finalement beaucoup apprécié toute la futilité de ces personnes oisives où il est question que de beauté des uns, des unes et des autres. Sous la plume délicieusement satirique de Jane Austen, on goûte à l’entre-soi de ce petit monde où le respect des convenances cache des défauts enrobés dans de jolies courbettes. Quant aux passages, un peu tardifs, qui nous mènent vers l’abbaye, ils viennent ternir les rêves de mystères glaçants que la jeune héroïne s’était forgés dans sa passion des livres gothiques. J’ai trouvé l’approche de l’auteure divinement subtile et originale.
    Lire la suite
    En lire moins
  • hazzunah Posté le 4 Juin 2020
    Le seul livre que j'ai réussi à terminer pendant le confinement ! Un Jane Austen agréable, ne manquant pas de l'humour si attachant de l'autrice et surtout contenant des passages résolument modernes. J'ai apprécié l'ambiance du début, mais j'ai trouvé que l'intrigue s'essoufflait - ou devenait inexistante - vers le milieu, avant de rebondir un peu à la fin, que j'ai trouvé cela dit assez plate. Jane Austen se moque gentiment de son héroïne - ingénue et naïve - et bien que cela la rende attachante, elle m'a également un peu agacé. En somme, ce livre est une jolie parodie de beaucoup de genres - le roman gothique, le roman d'amour, le roman psychologique - mais ce n'est pas le meilleur d'Austen, et il ne me laissera sans doute pas un grand souvenir !
  • Agraynel Posté le 1 Juin 2020
    Catherine, notre jeune héroïne innocente de bonne famille, quitte sa campagne pour partir à la découverte de Bath et de la vie en société. Nous suivons ses espoirs et déceptions au fil de ses rencontres et des liens d'amitié qu'elle tisse. Jane Austen nous rend compte, non sans dérision de tous ces jeux de dupes. Elle nous décrit avec réalisme tous les tourments intérieurs que peut connaître une jeune fille en proie aux émois. De prime abord vulnérable, sa pudeur, la constance de ses sentiments, ainsi que son honnêteté seront récompensés. Cette héroïne en apprentissage, bien que très attachante, pourra sembler manquer toutefois d'un soupçon de relief et l'intrigue d'un peu d'aventure.
  • nadiouchka Posté le 8 Mai 2020
    Évoquer Jane Austen c’est parler d’une grande figure de la littérature anglaise du XVIIIe siècle (elle est née en 1775 et décédée en 1817). Par contre, elle n’a guère été célèbre de son vivant alors qu’actuellement, elle est connue à travers le monde, et spécialement pour «Orgueil et Préjugés » ainsi que pour d’autres ouvrages. J’ai choisi, cette fois, « Northanger Abbey », le nom du château dans lequel se déroule l’intrigue. On dit de Jane Austen que « sa vie a été bercée par les lettres » et qu’elle est « une grande auteure féministe. » L’héroïne est Catherine Morland qui préfère sortir en plein air plutôt que « perdre son temps » à étudier. Par contre, elle adore lire tous les ouvrages de la bibliothèque familiale. Elle qui ne pense pas tellement aux amitiés (et plus) masculines, il se présente la possibilité de rendre visite à Bath, où se trouvent des jeunes gens qui participent à des soirées. Catherine profite de cette occasion et rencontre Isabella Thorpe avec qui elle partage sa passion des romans gothiques…. Isabella est la plus drôle : hypocrite – elle mélange le « rêve d’amour » et le « rêve de position sociale. » Concernant certains personnages, on peut citer, outre Catherine et Isabella, Henry Tilney – John... Évoquer Jane Austen c’est parler d’une grande figure de la littérature anglaise du XVIIIe siècle (elle est née en 1775 et décédée en 1817). Par contre, elle n’a guère été célèbre de son vivant alors qu’actuellement, elle est connue à travers le monde, et spécialement pour «Orgueil et Préjugés » ainsi que pour d’autres ouvrages. J’ai choisi, cette fois, « Northanger Abbey », le nom du château dans lequel se déroule l’intrigue. On dit de Jane Austen que « sa vie a été bercée par les lettres » et qu’elle est « une grande auteure féministe. » L’héroïne est Catherine Morland qui préfère sortir en plein air plutôt que « perdre son temps » à étudier. Par contre, elle adore lire tous les ouvrages de la bibliothèque familiale. Elle qui ne pense pas tellement aux amitiés (et plus) masculines, il se présente la possibilité de rendre visite à Bath, où se trouvent des jeunes gens qui participent à des soirées. Catherine profite de cette occasion et rencontre Isabella Thorpe avec qui elle partage sa passion des romans gothiques…. Isabella est la plus drôle : hypocrite – elle mélange le « rêve d’amour » et le « rêve de position sociale. » Concernant certains personnages, on peut citer, outre Catherine et Isabella, Henry Tilney – John Thorpe – Mrs Allen – James Morland – Mr Tilney – et d’autres…. Certains ont fait un rapprochement de Catherine Morland avec Emma Bovary, mais elle serait d’un genre gothique ?!? On peut dire qu’il est heureux que Jane Austen n’ait pas réservé à Catherine un sort aussi tragique. En conclusion, car c’est un livre qui a été chroniqué de nombreuses fois, il ne me reste qu’à dire que c’est un bon ouvrage à lire, un bon récit de Jane Austen. A lire ou à relire (288 pages : pas le bout du monde et c’est vite lu car on plonge dans cette ambiance. Pour notre plus grand plaisir..) A noter que ce roman a été adapté au cinéma.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Motsetmerveilles Posté le 8 Mai 2020
    "Personne n'ayant jamais vu Catherine Morland dans son enfance ne l'eût supposée née pour être une héroïne". Ainsi commence Northanger Abbey. Le ton est donné, Jane Austen va s'amuser avec nous de sa jeune héroïne. Catherine Morland a dix-sept ans. Naïve et romanesque, grande lectrice de romans gothiques, elle s'apprête à faire ses premiers pas à Bath. A ses côtés, une galerie de portraits brossés par la plume caustique de Jane Austen. - Mrs Allen qui "étant donné le vide de son esprit et son incapacité à penser ne parlait jamais beaucoup mais ne pouvait pas non plus être tout à fait silencieuse". - Isabelle et John Thorpe pour lesquels Bath est un terrain de chasse et qui, à leurs ambitions matrimoniales, ajoutent le mensonge, la vanité et la bêtise. - le général Tilney que les ambitions déçues et l’orgueil blessé poussent à la bassesse et à l'injustice. - Éléonore et Henry Tilney enfin présentent toutes les qualités de cœur et d'esprit requises. Même si la tendresse de celui-ci pour Catherine "n'avait pas de plus noble origine que la gratitude ou, en d'autres termes, il n'avait commencé à l'aimer que parce qu'elle l'aimait". - Sans oublier Bath et Northanger Abbey qui sont les décors de cette... "Personne n'ayant jamais vu Catherine Morland dans son enfance ne l'eût supposée née pour être une héroïne". Ainsi commence Northanger Abbey. Le ton est donné, Jane Austen va s'amuser avec nous de sa jeune héroïne. Catherine Morland a dix-sept ans. Naïve et romanesque, grande lectrice de romans gothiques, elle s'apprête à faire ses premiers pas à Bath. A ses côtés, une galerie de portraits brossés par la plume caustique de Jane Austen. - Mrs Allen qui "étant donné le vide de son esprit et son incapacité à penser ne parlait jamais beaucoup mais ne pouvait pas non plus être tout à fait silencieuse". - Isabelle et John Thorpe pour lesquels Bath est un terrain de chasse et qui, à leurs ambitions matrimoniales, ajoutent le mensonge, la vanité et la bêtise. - le général Tilney que les ambitions déçues et l’orgueil blessé poussent à la bassesse et à l'injustice. - Éléonore et Henry Tilney enfin présentent toutes les qualités de cœur et d'esprit requises. Même si la tendresse de celui-ci pour Catherine "n'avait pas de plus noble origine que la gratitude ou, en d'autres termes, il n'avait commencé à l'aimer que parce qu'elle l'aimait". - Sans oublier Bath et Northanger Abbey qui sont les décors de cette comédie humaine. Roman parodique, satirique, mordant mais qu'on se rassure : tout fini par un mariage. Jane Austen est, décidément, mon auteure préférée.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    5 romans gothiques qui vont vous fasciner

    Des châteaux effrayants saturés de courants d'air, des fantômes qui ont des comptes à régler, des jardins cachés dans le brouillard et des familles qui cachent de lourds secrets... bienvenue dans l'univers du roman gothique. Voici 5 livres sombres et exaltants à dévorer à la lueur des bougies. 

    Lire l'article