Lisez! icon: Search engine
Belfond
EAN : 9782714474056
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm

Isabelle, l'après-midi

Chloé ROYER (Traducteur)
Date de parution : 04/06/2020
Après La Symphonie du hasard, Douglas Kennedy nous offre une œuvre sensuelle, délicate, nostalgique, sur les amours contrariées, le destin que l’on se forge et les regrets qui peuvent jalonner l’existence. C’est aussi sa déclaration d’amour à Paris, ville de tous les possibles et de toutes les réinventions.
Avant Isabelle, je ne savais rien du sexe.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la liberté.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la vie.


Paris, début des années 1970.
Dans une librairie de la rive gauche, un jeune homme rencontre une femme. Il est américain, étudiant, sans le sou, et a tout...
Avant Isabelle, je ne savais rien du sexe.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la liberté.
Avant Isabelle, je ne savais rien de la vie.


Paris, début des années 1970.
Dans une librairie de la rive gauche, un jeune homme rencontre une femme. Il est américain, étudiant, sans le sou, et a tout quitté pour assouvir ses fantasmes de la Ville Lumière ; elle est française, un peu plus âgée, sophistiquée, mystérieuse et… mariée.

Entre Sam et Isabelle, c’est le coup de foudre.

Commence alors une liaison tumultueuse, des cinq à sept fiévreux, des rendez-vous furtifs, des moments volés. Mais Sam veut plus. Isabelle lui a ouvert les portes d’une autre vie mais est-elle prête à tout lui sacrifier ? La passion saura-t-elle résister au quotidien, aux épreuves et au temps qui passe ? 

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782714474056
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 312
Format : 140 x 225 mm
Belfond

Ils en parlent

"Romanesque, sensuel, passionnel, Douglas Kennedy nous entraîne dans une histoire d’amour impossible"
Elodie / Librairie des Batignolles

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Myriam3 Posté le 14 Novembre 2020
    "La vie ne se comprend que par un retour en arrière, mais on ne la vit qu'en avant." Kierkegaard. Première incursion dans l'oeuvre de Douglas Kennedy; si on ne m'avait pas offert ce roman, je ne l'aurais sans doute jamais lu, et finalement ce fut une bonne surprise. Tout d'abord, même si les premiers événements se passent dans les années 70 avant ma naissance, l'arrivée de ce jeune Américain brillant à Paris où il découvre à la fois la liberté, la culture française via le théâtre et le cinéma d'auteur, les rues et les cafés parisiens et surtout la passion amoureuse, tout cela m'a étrangement fait me souvenir de mes propres escapades à Paris à peu près au même âge auprès d'une amie américaine, qui vivait alors relativement les mêmes choses que Sam. Ce jeune étudiant, promis à une belle carrière d'avocat à New York, tombe amoureux et devient le jeune amant d'Isabelle qui a 17 ans de plus que lui et est mariée. On ne peut s'empêcher de trouver cliché le personnage de cette Parisienne bobo (même si ce terme est anachronique) qui se nourrit de cigarettes et de ballons de vin, traduit des romans et entraîne ses... "La vie ne se comprend que par un retour en arrière, mais on ne la vit qu'en avant." Kierkegaard. Première incursion dans l'oeuvre de Douglas Kennedy; si on ne m'avait pas offert ce roman, je ne l'aurais sans doute jamais lu, et finalement ce fut une bonne surprise. Tout d'abord, même si les premiers événements se passent dans les années 70 avant ma naissance, l'arrivée de ce jeune Américain brillant à Paris où il découvre à la fois la liberté, la culture française via le théâtre et le cinéma d'auteur, les rues et les cafés parisiens et surtout la passion amoureuse, tout cela m'a étrangement fait me souvenir de mes propres escapades à Paris à peu près au même âge auprès d'une amie américaine, qui vivait alors relativement les mêmes choses que Sam. Ce jeune étudiant, promis à une belle carrière d'avocat à New York, tombe amoureux et devient le jeune amant d'Isabelle qui a 17 ans de plus que lui et est mariée. On ne peut s'empêcher de trouver cliché le personnage de cette Parisienne bobo (même si ce terme est anachronique) qui se nourrit de cigarettes et de ballons de vin, traduit des romans et entraîne ses amants dans son petit appartement dans le sixième entre 5 et 7. Mais bon, auteur américain oblige, sans doute... Ce n'est pas tant cette histoire d'amour que j'ai aimé que la traversée de cette relation sur plusieurs décennies, jusqu'à arriver à nos jours. Sam mûrit, retourne aux Etats-Unis où il se lance dans sa carrière d'avocat, rencontre d'autres filles, se marie, s'installe, etc etc... mais la fragile relation entre lui et Isabelle perdure malgré les années. Tout au long du récit, Sam est confronté aux choix à prendre et comprendra qu'il est difficile de faire les bons au moment où ils se présentent. Tout comme Isabelle, par ailleurs, il est tiraillé entre le désir de suivre son amour-passion pour elle en se doutant que ce sera voué à l'échec et celle de vivre une vie stable et sûre, comme tout un chacun. La peur, le manque de courage, l'amertume aussi et le reproche s'invitent dans ces moments stratégiques. "On veut une chose mais on agit pourtant en sachant que cela nous coûtera sans doute notre rêve" écrit Isabelle. Une chance pourtant se présente de se retrouver, Isabelle prenant son courage à deux mains, mais mauvais timing: la femme de Sam attend un bébé... Ce roman parle aussi des illusions de la jeunesse, "voilà qu'à présent j'évoluais dans la réalité concrète, mesquine et souvent déplaisante de la vie adulte. Sans un gramme de poésie." Intéressant donc, et le personnage de Sam m'a beaucoup touchée; En revanche, j'ai eu du mal avec les personnages féminins dont il tombe amoureux, toutes névrosées, dépressives et franchement irritantes dans leur manière d'aimer, prenant Sam au piège d'une passion maladive. Est-ce parce que Sam tombe amoureux de ce genre de femme exclusivement ou est-ce juste une image un mesquine que l'auteur donne de nous? Je n'ai pas lu d'autres romans de Douglas Kennedy, je ne peux pas le dire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marymay Posté le 12 Septembre 2020
    La recherche de l'amour, les tâtonnements pour trouver la belle personne, celle avec qui on terminera sa vie, les rencontres. Et même si l'on voit que quelque chose cloche, on continue, on essaie car finalement personne n'est parfait. Dans cette quête, le premier amour est-il finalement le bon ? Dans la vraie vie, c'est vrai qu'on se quitte, on se retrouve, on tâtonne pas mal. Cela dit, dans ses derniers romans, on ne retrouve plus le Douglas Kennedy d'avant. Mais celui-ci reste toutefois agréable et facile à lire. Et surtout, comme le laisse penser l'auteur, n'allons pas croire que toutes les femmes sont dominatrices ou névrosées !
  • tarceldesbois Posté le 7 Septembre 2020
    Pa s de clichés sur les français comme je l'ai lu, pas de clichés ni d'humiliation de la femme, comme je l'ai entendu, une belle histoire comme sait les raconter Douglas KENNEDY avec du bonheur, du malheur mais surtout cette superbe écriture qui nous transporte. Isabelle l'après midi c'est une histoire d'amour impossible, comme souvent chez D; Kennedy, ce sont des rendez vous trois fois par semaine puis une longue séparation, puis des retrouvailles , puis des blessures de la vie, cruelles mais la vie l'est et ces deux êtres qui malgré cela restent en contact car leurs sentiments perdurent. Isabelle l’après midi est un roman très agréable que je ne voulais pas finir mais que j'ai dû terminer.
  • PietDVB0089 Posté le 31 Août 2020
    On connaît le Douglas Kennedy roi du du thriller psychologique avec des œuvres telles que « Cul-de-sac » ou « L'homme qui voulait vivre sa vie », on (re)connaît un peu moins le Douglas Kennedy romancier romantique et new-yorkais qui qui s'exprime dans « La Poursuite du bonheur » ou « La Symphonie du hasard ». Cette Isabelle est de cette veine, qui voit un jeune Américain tomber follement amoureux d'une Française plus âgée que lui dans le Paris très fantasmé des seventies, avec pavés luisants de pluie et jazz band à tous les coins de bar. Un coup de foudre entre bluette, érotisme et nostalgie heureusement diablement bien écrit. Kennedy reste Kennedy !
  • flair275 Posté le 28 Août 2020
    Je retrouve les écrits du Douglas Kennedy des débuts dans ce livre et je m'en réjouis. Une belle histoire d'amour et de passion entre un jeune Américain et une Française. A lire!

les contenus multimédias

Toute l'actualité de Douglas Kennedy
Suivez votre auteur préféré au fil de ses nouveaux romans.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Lisez

    Un livre pour Noël : 50 romans incontournables à déposer au pied du sapin

    Riches en suspense, émouvants, drôles, portés par des personnages puissants... Voici une sélection de 50 romans incontournables qui ont mérité leur place au pied du sapin. Autant d'idées cadeaux qui feront plaisir à tous les types de lecteurs qui vous entourent.

    Lire l'article
  • Sélection
    Lisez

    Lectures estivales : 30 romans pour s'évader

    Les vacances se profilent à l'horizon. L'occasion de faire un peu de place dans votre valise pour les livres qui accompagneront vos pérégrinations. De Françoise Bourdin à Danielle Steel en passant par Michel Bussi, découvrez notre sélection de romans à dévorer tout au long de la belle saison.

    Lire l'article