RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Je t'aime

            Belfond
            EAN : 9782714476333
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 464
            Format : 140 x 225 mm
            Je t'aime

            Date de parution : 03/05/2018
            Rien n'est plus proche de l'amour que la haine.
            Après un divorce difficile, Maude rencontre le grand amour en la personne de Simon. Un homme dont la fille, Alice, lui mène hélas une guerre au quotidien. Lorsque Maude découvre l’adolescente en train de fumer du cannabis dans sa chambre, celle-ci la supplie de ne rien dire à son père... Après un divorce difficile, Maude rencontre le grand amour en la personne de Simon. Un homme dont la fille, Alice, lui mène hélas une guerre au quotidien. Lorsque Maude découvre l’adolescente en train de fumer du cannabis dans sa chambre, celle-ci la supplie de ne rien dire à son père et jure de ne jamais recommencer. Maude hésite, mais voit là l’occasion de tisser un lien avec elle et d’apaiser les tensions au sein de sa famille recomposée.
            Six mois plus tard, Alice fume toujours en cachette et son addiction provoque un accident mortel. Maude devient malgré elle sa complice et fait en sorte que Simon n’apprenne pas qu’elle était au courant. Mais toute à sa crainte de le décevoir, elle est loin d’imaginer les effets destructeurs de son petit mensonge par omission…

            Ceci n’est pas exactement une histoire d’amour, même si l’influence qu’il va exercer sur les héros de ce roman est capitale. Autant d’hommes et de femmes dont les routes vont se croiser au gré de leur façon d’aimer parfois, de haïr souvent.
            Parce que dans les livres de Barbara Abel, comme dans la vie, rien n’est plus proche de l’amour que la haine…
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782714476333
            Façonnage normé : BROCHE
            Nombre de pages : 464
            Format : 140 x 225 mm
            Belfond
            19.50 €
            Acheter

            Ils en parlent

            "On ne se méfie jamais assez de Barbara Abel. Depuis L'Instinct maternel en 2002, on devrait pourtant savoir que cette jeune femme au sourire éclatant et au regard pétillant cache une des âmes les plus noires du monde littéraire belge, capable de semer la terreur dans les familles les plus unies, les amitiés les plus fortes, les complicités les plus inébranlables."
            Jean-Marie Wynants / Le Soir

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • lettres_et_caracteres Posté le 15 Janvier 2019
              Vous aimez Barbara Abel ? Foncez lire ce roman ! Vous n'aimez pas Barbara Abel, comme moi ? Foncez lire ce roman ! Et une fois que ça sera fait, reconsidérez bien la question et regardez si dans toute son oeuvre il ne se cache pas d'autres pépites comme celle-ci. (pour la petite explication : je suis fâchée avec Barbara Abel depuis L'innocence des bourreaux que j'avais trouvé vraiment mauvais et mal écrit. Mais ça c'était avant...) Donc pour en revenir à notre roman : non mais quelle histoire ! Quels personnages ! Quel livre ! Oh que je l'aime ce Je t'aime ! Avec lui je suis passée par toute la gamme des émotions. Je me suis identifiée absolument à tous les personnages, me les rendant tous sympathiques, touchants, humains et compréhensibles dans leurs actes et leurs choix. J'ai été torturée par leur vécu. Il y a d'abord eu Maude, cette mère de famille recomposée qui tente tant bien que mal de nouer un lien avec sa belle-fille Alice, quitte à ce que cette union repose sur un secret lourd de conséquences. Puis Simon, ce père chirurgien, veuf avant d'avoir rencontré Maude et tellement accaparé par son travail qu'il... Vous aimez Barbara Abel ? Foncez lire ce roman ! Vous n'aimez pas Barbara Abel, comme moi ? Foncez lire ce roman ! Et une fois que ça sera fait, reconsidérez bien la question et regardez si dans toute son oeuvre il ne se cache pas d'autres pépites comme celle-ci. (pour la petite explication : je suis fâchée avec Barbara Abel depuis L'innocence des bourreaux que j'avais trouvé vraiment mauvais et mal écrit. Mais ça c'était avant...) Donc pour en revenir à notre roman : non mais quelle histoire ! Quels personnages ! Quel livre ! Oh que je l'aime ce Je t'aime ! Avec lui je suis passée par toute la gamme des émotions. Je me suis identifiée absolument à tous les personnages, me les rendant tous sympathiques, touchants, humains et compréhensibles dans leurs actes et leurs choix. J'ai été torturée par leur vécu. Il y a d'abord eu Maude, cette mère de famille recomposée qui tente tant bien que mal de nouer un lien avec sa belle-fille Alice, quitte à ce que cette union repose sur un secret lourd de conséquences. Puis Simon, ce père chirurgien, veuf avant d'avoir rencontré Maude et tellement accaparé par son travail qu'il ne voit pas vraiment sa fille grandir et tomber dans les pièges de la jeunesse. Et puis il y a ce drame qui m'a fait ressentir au plus profond de moi tout le désarroi d'Alice. Et de ce drame surgit la douleur, de la haine, de l'amour, de la vengeance, des soupçons, du désarroi, de la tristesse, de l'égoïsme, de la honte. Les personnages secondaires jouent un rôle déterminant, transformant des situations anodines en piège infernal et en un engrenage dont on ne voit pas l'issue. Amour parental, amour passionnel, premier amour, amour éternel, amour trahi et amour vengé : dans Je t'aime, Barbara Abel nous prouve que l'amour peut mener à tous les extrêmes et surtout aux pires.
              Lire la suite
              En lire moins
            • zorrajess Posté le 15 Janvier 2019
              TOP ! J'ai accroché à la lecture de la 4ème de Couv. et honnêtement j'ai bien fait ! L'histoire en elle même est tout ce qu'il y a de plus "classique" mais en fait pas du tout ! Une histoire qui prends des tournures inattendues, énormes ! Et une fin qui ne vous laisse pas indemne ! Bonne lecture !
            • nameless Posté le 13 Janvier 2019
              Ce roman aurait pu s'intituler Je t'haime car il décrit la dégradation d'un amour qui évolue vers la haine, justifiant les propos d'Hermione dans Andromaque : « Ah ! Je l'ai trop aimé pour ne point le haïr » (p. 136). Le prologue présente brièvement quatre femmes au moment où elles connaissent leur premier amour, et dont les trajectoires de vie, des années plus tard, vont se croiser ou s'enchevêtrer. Maud et Simon sont le mur porteur de l'intrigue. Elle est divorcée, maman d'une fille et d'un garçon ; lui est veuf et papa d'Alice, 17 ans, et dans cette famille recomposée et aimante, où chacun respecte l'autre et fait preuve d'intelligence et de pragmatisme, l'adolescente représente le grain de sable qui va enrayer cette belle harmonie, juste en fumant un joint dans sa chambre, un incident minime aux immenses conséquences. Barbara Abel offre dans Je t'aime une histoire bien ficelée et bien construite qui tient en haleine et ménage des rebondissements imprévisibles jusqu'à l'épilogue ; le style est travaillé, tout comme les dialogues. Mais elle excelle surtout dans l'analyse du processus de décomposition conjugale, et dans l'évocation des difficultés journalières auxquelles sont confrontés tous les membres de familles recomposées, des repas quotidiens à la scolarité et... Ce roman aurait pu s'intituler Je t'haime car il décrit la dégradation d'un amour qui évolue vers la haine, justifiant les propos d'Hermione dans Andromaque : « Ah ! Je l'ai trop aimé pour ne point le haïr » (p. 136). Le prologue présente brièvement quatre femmes au moment où elles connaissent leur premier amour, et dont les trajectoires de vie, des années plus tard, vont se croiser ou s'enchevêtrer. Maud et Simon sont le mur porteur de l'intrigue. Elle est divorcée, maman d'une fille et d'un garçon ; lui est veuf et papa d'Alice, 17 ans, et dans cette famille recomposée et aimante, où chacun respecte l'autre et fait preuve d'intelligence et de pragmatisme, l'adolescente représente le grain de sable qui va enrayer cette belle harmonie, juste en fumant un joint dans sa chambre, un incident minime aux immenses conséquences. Barbara Abel offre dans Je t'aime une histoire bien ficelée et bien construite qui tient en haleine et ménage des rebondissements imprévisibles jusqu'à l'épilogue ; le style est travaillé, tout comme les dialogues. Mais elle excelle surtout dans l'analyse du processus de décomposition conjugale, et dans l'évocation des difficultés journalières auxquelles sont confrontés tous les membres de familles recomposées, des repas quotidiens à la scolarité et aux loisirs, jusqu'à l'acceptation d'un beau-père ou d'une belle-mère, ou des enfants des nouveaux compagnons ou compagnes. Au final, un roman réussi, qui sonne juste et vrai, qui démarre avec un banal pétard et ne s'achève pas en pétard mouillé.
              Lire la suite
              En lire moins
            • MeliMelolivresque Posté le 12 Janvier 2019
              J'ai beaucoup aimer ce thriller psychologique même si le démarrage a était un peu trop long à mon goût. Une histoire de Famille rien de plus banal et pourtant regorge de secret. Les personnages sont asser attachant, malgré l'egocentrique qui saute au yeux pour certain personnages. Il y a malgte tout une succession d'événement, qui vous tombes dessus sans rien voir venir. Une histoire plutôt bien écrire, qui se lit plutôt vite La révélation du secret et un tel dénouement a la fin je m'y attendais pas du tout ! J'avais quelque idée sur le coupable mais je me suis lourdement trompé. L'histoire est plus que crédible : Drogue - combat - survivre - mort - trahison - mensonge ... des choses qu'on peut être admet à rencontre dans notre vie, des éléments, sans chercher la démesure des la réalité
            • lecturesdudimanche Posté le 11 Janvier 2019
              Deuxième rencontre avec Barbara Abel. Si j’avoue honnêtement que de « Je sais pas » (mon avis ici), je garde un souvenir assez mitigé et qu’il a fallu toute la conviction de mes habituels prescripteurs pour que je réitère l’expérience, cette fois c’est un sans faute, un coup de cœur ! Outre les avis enflammés de Dany, de Yvan, du Bouquin Ivre, ou encore de Nina, c’est le thème abordé qui a achevé de me convaincre : la famille recomposée ! Une fois n’est pas coutume, je vais introduire le sujet en parlant de moi… Moi qui, il y a onze ans, était maman d’une petite fille de 6 ans, en plein méandre judiciaire, enfoncée dans un divorce cauchemardesque, en train de tenter de recoller les morceaux de mon cœur et de construire, lentement, une relation avec celui qui est maintenant mon mari. Lui qui, à l’époque père de trois enfants entre 4 et 18 ans, était également aux prises avec une rupture des plus difficiles… Nous avons essayé de construire un nouveau foyer, une nouvelle famille qu’on n’avait pas le droit d’appeler famille, parce que cela braquait sa grande fille de 9 ans qui voyait en moi le mal incarné,... Deuxième rencontre avec Barbara Abel. Si j’avoue honnêtement que de « Je sais pas » (mon avis ici), je garde un souvenir assez mitigé et qu’il a fallu toute la conviction de mes habituels prescripteurs pour que je réitère l’expérience, cette fois c’est un sans faute, un coup de cœur ! Outre les avis enflammés de Dany, de Yvan, du Bouquin Ivre, ou encore de Nina, c’est le thème abordé qui a achevé de me convaincre : la famille recomposée ! Une fois n’est pas coutume, je vais introduire le sujet en parlant de moi… Moi qui, il y a onze ans, était maman d’une petite fille de 6 ans, en plein méandre judiciaire, enfoncée dans un divorce cauchemardesque, en train de tenter de recoller les morceaux de mon cœur et de construire, lentement, une relation avec celui qui est maintenant mon mari. Lui qui, à l’époque père de trois enfants entre 4 et 18 ans, était également aux prises avec une rupture des plus difficiles… Nous avons essayé de construire un nouveau foyer, une nouvelle famille qu’on n’avait pas le droit d’appeler famille, parce que cela braquait sa grande fille de 9 ans qui voyait en moi le mal incarné, la raison de tous ses maux… Nous nous sommes battus, parfois ensemble, et parfois, il faut bien l’avouer, l’un contre l’autre, pour maintenir à flot notre précaire embarcation. Onze ans et un bébé plus tard, force est de constater que nous n’avons pas été de si piètres capitaines ! Au final, notre enfant commun a achevé ma réconciliation avec sa grande fille pour qui, je crois, je suis devenue plus une grande sœur qu’une belle-mère. Je ne suis peut-être pas son modèle, mais je me plais à croire que j’ai sur elle quelques bonnes influences dont je suis secrètement très fière, même si cela n’empêche pas quelques sévères prises de becs. A mes côtés, ma belle et grande jeune fille, qui, si elle a eu beaucoup de mal à se faire une place dans notre « équipe », de par sa timidité et son extrême gentillesse innées, me semble maintenant un rouage des plus importants de cette famille. Nous avons (presque) tous fini par trouver notre équilibre et notre place dans ce qu’on peux maintenant sans crainte appeler notre famille. Et pourtant… et pourtant, ce que Barbara Abel nous conte, ça aurait pu être la même histoire, avec la même fin ! Partant d’une envie toute noble d’aplanir les tensions entre sa belle-fille et elle, Maude décide de passer sous silence le fait qu’elle vient de découvrir Alice, 18 ans, en train de fumer de l’herbe dans sa chambre. L’effet est immédiat, l’ambiance se détend sensiblement et Simon, le père, loin de se douter du secret qui est à l’origine de ce nouveau calme, se contente de s’en réjouir. Mais lorsque, six mois plus tard, ce fait anodin se révèle à l’origine d’un engrenage mortel, c’est tout l’équilibre de leur foyer qui est rompu. Il y a d’un côté Simon et sa fille Alice, de l’autre Maude et ses enfants Suzie (11 ans) et Arthur (15 ans). L’amour est-il, dans ce cas, un moteur suffisant pour maintenir la barque à flot ? J’ai, dans les lignes de Barbara Abel, découvert par moment la mise par écrit des propres tourments que j’avais vécus. De façon incroyable, juste et sensible, l’auteur jalonne ses pages des sentiments de chacun, et, s’il n’y a ni bon ni méchant, ni même intentions de nuire, les résultats n’en sont pas moins dramatiques ! Il est très difficile d’en dire plus sans spoiler. Ce n’est pas une intrigue haletante, pourtant ces pages se dévorent, littéralement ! Et même si la fierté de ceux qui ont réussi à faire de leur famille recomposée un modèle de réussite est grande, je ne donne pas cher de leur peau s’il leur arrivait la même chose. Une incroyable histoire tirée d’un quotidien banal, qui nous touche d’autant plus qu’elle est vraiment crédible ! Un grain de sable, et la machine s’enraille ! Magistral…
              Lire la suite
              En lire moins
            Toute l'actualité des éditions Belfond
            Découvrez les auteurs en vogue et les nouveautés incontournables de la scène internationale.

            Lisez maintenant, tout de suite !

            • Par Belfond

              25 livres à offrir pour Noël

              Ça y est, Noël approche… Des cadeaux à offrir, des idées à avoir, bref, le début de la catastrophe ! Alors pour vous faciliter la vie, on vous a concocté une liste de cadeaux aux petits oignons, histoire de voyager en littérature…

              Lire l'article
            • Rencontrez les auteurs Belfond à Quais du Polar 2019
              29Mar.
              Par Belfond | Salon | Lyon (2eme) 29 Mars de 10h à 20h

              Rencontrez les auteurs Belfond à Quais du Polar 2019

              Rendez-vous incontournable du genre policier en France, le festival Quais du Polar vous attend à Lyon du 29 au 31 mars. Parmi les auteurs des éditions Belfond, vous pourrez y rencontrer les américains Dathan Auerbach et Rachel Abbott. Côté français, ne manquez pas de venir échanger avec Barbara Abel et Fabrice Papillon.

              Lire l'article