Lisez! icon: Search engine
Sonatine
EAN : 9782355847639
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 140 x 220 mm

La Cité de feu

Caroline NICOLAS (Traducteur)
Date de parution : 23/01/2020
Une course haletante au cœur des guerres de Religion : le grand retour de la reine du roman historique.
 
France, 1562. Les tensions entre catholiques et protestants s'exacerbent, le royaume se déchire. Le prince de Condé et le duc de Guise se livrent un combat sans merci. Les huguenots sont persécutés, les massacres se succèdent. À Carcassonne, Marguerite Joubert, la fille d'un libraire catholique, fait la connaissance de Piet,... France, 1562. Les tensions entre catholiques et protestants s'exacerbent, le royaume se déchire. Le prince de Condé et le duc de Guise se livrent un combat sans merci. Les huguenots sont persécutés, les massacres se succèdent. À Carcassonne, Marguerite Joubert, la fille d'un libraire catholique, fait la connaissance de Piet, un protestant converti dont la vie est en danger. Alors que la violence commence à se déchaîner dans la région, le couple se retrouve bientôt au centre d’un vaste complot lié à une sainte relique. Leur quête va les mener vers une ancienne forteresse, où sommeille un secret enterré depuis des décennies.
 
Après Labyrinthe, vendu à plusieurs millions d’exemplaires, Kate Mosse nous propose une nouvelle fresque érudite et captivante. Elle y donne la parole à ces figures féminines trop souvent oubliées par l’histoire officielle. D’une efficacité redoutable, La Cité de feu confirme l’inimitable maestria narrative de son auteur.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782355847639
Façonnage normé : BROCHE
Nombre de pages : 608
Format : 140 x 220 mm
Sonatine

Ils en parlent

« Les fans de Kate Mosse vont adorer ce roman fait de secrets, de passions et de trahisons. »
The Times

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Marilou09 Posté le 9 Novembre 2020
    Dans ce roman qui se déroule au Moyen-Age dans le sud de la France, tous les ingrédients sont réunis pour vous faire dévorer les 600 pages: secrets enfouis, complots, trahisons, torture, guerres. On ne s'ennuie pas avec ce mystère autour d'une jeune fille de Carcassonne, mystère qui va se dévoiler peu à peu, en même temps qu'à elle. Je recommande vivement ce roman.
  • laure14 Posté le 22 Octobre 2020
    Comme dans les précédents livres de Kate Mosse que j'ai lu, nous revoilà replongé dans un roman qui mêle la petite et la grande histoire. Tout commence en 1562, à Carcassonne, la situation est explosive entre les catholiques et les protestants. Le pays est au bord d'une nouvelle guerre de religion. Dans ce climat dangereux Marguerite Joubert, dite Minou, habite depuis le décès de sa mère, avec son père qui est librairie et son frère et sa soeur. Elle s'occupe du du magasin. En effet, depuis son retour de voyage, son père ne sort plus et semble préoccupé. De son côté Piet Reydon est protestant, de passage en ville, il doit rencontrer un groupe de huguenots. Il retrouve bientôt par hasard un ancien ami devenu prêtre et essai de reprendre contact avec lui. Pourchassé dans les rues de Carcassonne, il fait la connaissance de Minou. Premier tome d'une nouvelle fresque historique passionnante et intense, ce roman allie mystère, suspens et complot. Une réussite.
  • Sylviegeo Posté le 14 Septembre 2020
    Quand on parle de guerres de religions, on sait que l'on peut en parler longtemps . L'autrice, Kate Mosse, a planté son décor et son intrigue dans le sud de la France où ont fait ravage ces guerres entre huguenots et catholiques, guerres qui ont malheureusement duré plus de trente ans. Toulouse, Carcassonne (oui on pense ici aux Cathares) et le village de Puivert seront les lieux qui porteront nos pas en ces années des plus inquiétantes. Bien documenté et juste , le ton de la narration et l'authenticité des personnages font en sorte que nous croyons à ce récit sous cieux troubles. Tout y est: romance, cupidité, pouvoir, concupiscence, bigotisme, hypocrisie, bonté, compassion, compréhension, amour, amitié. Les Inquisiteurs, les marchands d'armes, les Ducs De guise et autres aussi fanatiques et avides les uns que les autres sont bien présents dans ce premier tome. Cette histoire d'héritage et de famille nous mènera probablement jusqu'en Afrique en 1862 puisque le prologue présente une femme, un désert, une tombe.....À suivre
  • sidoinedupalu Posté le 20 Août 2020
    Une bonne intrigue mais malheureusement quelques approximations ou erreurs historiques, pardonnables pour une Anglaise, moins pour le traducteur : - Le duc de Guise a massacré les protestants à la grange de l'actuelle Wassy si vous cherchez l'endroit sur une carte (et non plus Vassy) et il y existe même un musée protestant de la grange de Wassy ; - La violette est arrivée à Toulouse au XIX° siècle et c'est à la même période que l'on a commencé à parler de ville rose (une invention de l'office de tourisme) ; - Bérenger ne peut pas être affecté dans "l'Aude" : avant la création des départements, les divisions étaient des diocèses. Nonobstant, l'intrigue est bien ficelée et c'est agréable à lire, ne boudons pas notre plaisir.
  • Metisse17 Posté le 15 Août 2020
    Nouvelle épopée… Tout d’abord, je tiens à préciser que j’étais impatiente de lire un nouveau roman de Kate MOSSE, étant donné que j’avais dévoré sa trilogie cathare (Labyrinthe, Sépulcre et Citadelles). De plus, ce nouveau roman se déroule aussi à Carcassonne et il est annoncé comme étant le « premier tome d’une série de romans dont l’action se déroule sur trois cents ans d’histoire ». En récupérant le livre chez ma libraire, je me suis aperçue que l’auteure avait changé d’éditeur, ce qui me parait bizarre. Le livre commence par une note explicative sur les guerres de religion. Il manque une carte des lieux et villes principales du roman, c’est dommage, cela aide le lecteur à se situer. Chose que j’apprécie, les chapitres courts, qui facilitent ma lecture fragmentée. L’histoire est intéressante et on a envie de savoir comment les choses vont évoluer. Cependant, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans. Il manque quelque chose à ce roman qui le rend malheureusement moins passionnant que la trilogie cathare qui m’a fait connaitre l’auteure. Je me demande si c’est vraiment le cas ou si c’est moi qui ait trop embelli mon souvenir de lecture. Mais, il me semble que j’avais dévoré les autres... Nouvelle épopée… Tout d’abord, je tiens à préciser que j’étais impatiente de lire un nouveau roman de Kate MOSSE, étant donné que j’avais dévoré sa trilogie cathare (Labyrinthe, Sépulcre et Citadelles). De plus, ce nouveau roman se déroule aussi à Carcassonne et il est annoncé comme étant le « premier tome d’une série de romans dont l’action se déroule sur trois cents ans d’histoire ». En récupérant le livre chez ma libraire, je me suis aperçue que l’auteure avait changé d’éditeur, ce qui me parait bizarre. Le livre commence par une note explicative sur les guerres de religion. Il manque une carte des lieux et villes principales du roman, c’est dommage, cela aide le lecteur à se situer. Chose que j’apprécie, les chapitres courts, qui facilitent ma lecture fragmentée. L’histoire est intéressante et on a envie de savoir comment les choses vont évoluer. Cependant, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans. Il manque quelque chose à ce roman qui le rend malheureusement moins passionnant que la trilogie cathare qui m’a fait connaitre l’auteure. Je me demande si c’est vraiment le cas ou si c’est moi qui ait trop embelli mon souvenir de lecture. Mais, il me semble que j’avais dévoré les autres tomes et que je ne voulais pas les lâcher alors que celui-ci je l’ai lu tranquillement, sans avidité… Le prologue se déroule 300 ans après l’histoire du roman, une femme cherche quelque chose, elle se fait attaqué par un homme qui apparemment cherche la même chose qu’elle et la poursuit depuis quelques temps. On n’en sait pas plus, on reste en attente de savoir ce qui lui est arrivé… Elle parle un journal intime, volé et d’un héritage. Elle possède ce fameux journal et le testament qui y est caché. Testament, que l’on va suivre tout au long du roman. Quand au journal, une seule allusion y est faite, tout à la fin du roman, il s’agirait du journal de Minou JOUBERT (personnage principale de l’œuvre). Cette femme inconnue serait une descendante de Minou. A la place de l’auteure, j’aurai utilisé ce prologue comme épilogue. Surtout qu’il laisse entendre que le roman aura une suite…
    Lire la suite
    En lire moins
Ne manquez aucune sortie de Sonatine Éditions
Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos actualités les plus noires !

Lisez maintenant, tout de suite !